GICA: début d'exportation de 40.000 tonnes de clinker vers l'Etat Dominicain    Jijel: raccordement au réseau du gaz naturel de 395 foyers    LDC : Sans Ronaldo, la Juventus chute à domicile face au Barça    LDC : Man United balaye le RB Leipzig. Triplé pour Rashford    Ligue 1-MCA: "nous avons porté l'affaire de Rooney devant la Justice"    LDC : Facile victoire de Chelsea face à Krasnodar    Sahara occidental: le Conseil de sécurité reporte à vendredi    Les mines capables de fournir plus de 30 matières premières fondamentales    Tebboune transféré en Allemagne pour des "examens médicaux approfondis"    Conférences autour de l'Homme et de la Culture dans la pensée de Malek Bennabi    Mawlid Ennabaoui à Tlemcen: les enfants en tenues traditionnelles en force chez les photographes    Forum de l'Algérie: les citoyens doivent lire le projet d'amendement constitutionnel et exprimer leur opinion en votant    Coronavirus : 320 nouveaux cas,191 guérisons et 10 décès    Chanegriha instruit la GN de prendre toutes les mesures pour sécuriser les centres et bureaux de vote    Lutte anti-terroriste: multiples opérations de l'ANP reflétant son haut professionnalisme    Cour d'Alger : début du procès en appel de Maheddine Tahkout    Ouverture à la circulation automobile du tronçon El-Hamdania-Médéa    Arrestation d'un terroriste à Tlemcen    Mercato estival : marché déséquilibré, les grosses écuries ne dérogent pas à la règle    Taoufik Makhloufi : "Je suis un athlète propre"    Assemblée générale ordinaire de la FAF : Les bilans adoptés    Tlemcen: mise en service du gaz de ville au village de Maaziz    Une nouveauté pour les routiers algériens    Le groupe Condor reprend les exportations    L'inflation amorce une nouvelle accélération    «Il y a alliance entre la bande en prison et les ennemis à l'étranger»    Changement dans la continuité    Toyota en leader dans l'automobile    USM El Harrach : Sept recrues en un jour    Succès annoncé pour le colosse électrique    Libye: Le Conseil de sécurité de l'ONU entérine l'accord de cessez-le-feu    La médiation demande l'accès au chef de l'opposition en Guinée    Les communaux protestent devant le siège de la Wilaya    Fondant au chocolat    Universités : Inscriptions et portes ouvertes en ligne    Lancement d'un projet de bande verte    La mercuriale en roue libre à Sétif    Quand les Etats-Unis s'en mêlent    Israël va construire de nouveaux logements à Hébron    Abou Leila et les autres    Si on cale déjà sur un dossier pareil...    Mawlid: lancement de la caravane culturelle "El Manara"    Pour une révolution d'encre !    Farid Abache revient avec un album musical poétique    Lancement des travaux de restauration du site Haouch El-Bey    Le Vote Des Expatriés En Question    La campagne référendaire s'achève aujourd'hui à minuit. Place au silence électoral    Les produits pétroliers disponibles durant les fêtes d'El Mawlid Ennabaoui et du 1er novembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une tradition en voie de disparition
Utilisation domestique de la toison du mouton
Publié dans El Watan le 31 - 10 - 2012

Fini le temps où un tapis en peau de mouton constituait un signe d'aisance dans les familles algériennes.
La récupération de la toison du mouton de l'Aïd El Adha, une tradition autrefois ancrée dans les familles algériennes, est en voie de disparition compte tenu des mutations qu'à connues la société, mais en raison aussi des conséquences nuisibles que la peau de mouton présente pour la santé. La toison du mouton de l'Aïd a toujours été utilisée comme un pouf ou tapis. Autrefois, avoir plusieurs toisons à la maison était un signe d'aisance de la famille qui en possédait, a confié Hadja Hadda (septuagénaire). Avouant qu'elle adore toujours s'asseoir sur la peau de mouton, notre interlocutrice se rappelle que dans le temps, les toisons étaient minutieusement séchées, lavées et conservées.
«Elles étaient réservées aux invités de marque», dit-elle avec un brin de nostalgie, se rappelant qu'«après l'Aïd, les jeunes filles montaient à la terrasse pour laver les toisons avec du savon de Marseille. En plus de l'ambiance, il y avait une forte concurrence entre ces jeunes filles, lesquelles exhibaient, à la fin du lavage, chacune sa toison bien immaculée», ajoute-t-elle. A présent, les familles algériennes, notamment citadines, se «débarrassent» de ces toisons en raison des risques qu'elles présentent pour la santé, mais aussi pour le «travail» d'entretien qu'elles exigent.
Abdellah (42 ans), père de famille, a indiqué qu'à chaque Aïd il offre sa toison à la personne qui égorge le mouton, car il n'en «fait rien».
«Généralement, ceux qui égorgent le mouton refusent d'être payés, alors on leur offre la toison», a-t-il confié, ajoutant que sa femme qui est fonctionnaire «répugne de saler et d'étaler la toison». «La peau de mouton exige un grand entretien, car après l'avoir salée il faut l'étendre pour la sécher puis la laver à grande eau et la tapisser», a confié Nacéra, relevant que cette «entreprise» exige plusieurs jours d'entretien et d'efforts. En revanche, Mohand, un habitant du quartier de Bouzaréah, dit garder les toisons pour les prendre au bled, en Kabylie où il fait très froid, reconnaissant qu'il ne se lasse pas de s'allonger sur une toison autour d'un brasier entouré de sa famille, comme au bon vieux temps.
«La toison fait partie de nos traditions. Ma mère en collectionnait et les utilisait notamment en hiver», ajoute Mohand, estimant qu'«il n'y a pas mieux que la laine pour un lit douillet et bien chauffé.» Abondant dans le même sens, Nora qui est cadre dans une entreprise nationale, se dit «jalouse» de «sa toison» qu'elle tond pour récupérer la laine et la mettre soigneusement dans les oreillers et traversins.
Pour sa part, Hayet de Kouba, se dit plus «pragmatique» puisqu'elle récupère les toisons des voisins et cousins afin de les revendre à une personne qui travaille dans une tannerie.
«Cela me permet de me faire un peu d'argent, car je vends les peaux de mouton à des prix variant entre 300 et 500 dinars», dit-elle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.