Préoccupations des citoyens: les cadres appelés à prendre leurs responsabilités    Médéa : campagne de sensibilisation aux accidents de la route    Une perte annuelle de 2 milliards de dollars pour l'Algérie    Aucun vol annulé à cause du coronavirus    Un protocole à la tête du client ?    Le retrait militaire américain du Sahel inquiète Paris    Le successeur d'Al-Baghdadi menace de s'attaquer à Tel-Aviv    L'Algérie face à l'Allemagne, la Suède et la Slovénie    La CAT a saisi l'ITF    Anes Tounsi sacré «Meilleur nageur»    Kaci-Saïd : "Le MCA devait négocier le transfert de Bendebka"    Foot/ Ligue 1 (JS Kabylie): le Tunisien Yamen Zelfani nouvel entraîneur    Abdelkader Ouali soupçonné de lourdes affaires de corruption    Noureddine Chegrane expose son «Hommage au jazz» à Dar Abdeltif    Une feuille de route «sérieuse et réaliste» pour réformer le domaine    Un monde pas si fou que ça !    Alger, Annaba, Constantine et Blida accueillent la "Nuit des idées"    Alger-Abou Dhabi : Les Emirats, ce partenaire «encombrant»    Emploi et formation en Algérie : Opportunités et défis de la révolution numérique    Cinq DG depuis le début du hirak    Salah Goudjil refuse de quitter le perchoir    Plan d'action du gouvernement : Le Conseil des ministres se réunira la semaine prochaine    Cancer du sein: 3800 femmes bénéficient d'un dépistage précoce à Biskra    Installation du Comité algérien de soutien et de fraternité avec le peuple libyen    «En Libye, Erdogan et Poutine profitent du retrait des états-Unis et de la division des Européens»    Crash d'un avion militaire à Oum El Bouaghi: décès du pilote et de son assistant    Coupes africaines : Le PAC se rapproche de l'élimination    Palestine : Le Hamas annonce son rejet du plan de paix américain    Moyen-Orient : Spirale de violence en Irak    Archéologie à Ferkane à Tébessa : Découverte d'un bain romain dans la commune de Ferkane    Ciné-club à Bejaïa : Nadia Zouaoui raconte «l'islam de (son) enfance»    Education: Grève dans le primaire et mécontentement chez les syndicats    Tiaret: Plus de 70 millions en fausse monnaie saisis    Tébessa: La journée de la douane    Il y a de l'eau dans le gaz !    BONBONS ET CARAMELS    Mostaganem: 35 personnes, dont un ex-wali et 11 cadres, accusés dans des affaires de corruption    L'après Berlin et la crise libyenne    MC Oran: Chérif El-Ouazzani dénonce des faits graves    Détenus du Hirak: Des libérations et des procès reportés    Blida: Le lait en sachet disponible chez les épiciers    Démantèlement d'un gang armé spécialisé dans le vol par effraction    Deuxième place pour Reguigui    Décès du moudjahid Guergour Ahmed    Le président Tebboune ordonne la tenue d'un Conseil interministériel    Le gouvernement dément la mort de manifestants    Les vols à destination de la Chine suspendus    11 harraga interceptés au large d'Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





28 soldats exécutés en Syrie : un potentiel crime de guerre pour l'ONU et Amnesty
International : les autres articles
Publié dans El Watan le 03 - 11 - 2012

Pour l'ONU et Amnesty International, l'exécution sommaire de soldats de l'armée syrienne par des rebelles, comme celle vue sur une vidéo diffusée par des militants, ressemble fort à un «crime de guerre».
«A ce stade, (...) tout ce que l'on peut dire c'est que c'est une vidéo très choquante», a déclaré un porte-parole du Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme, Rupert Colville. Mais «si c'est ce que cela semble être, alors ce serait un crime de guerre», a-t-il ajouté. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), les soldats ont été froidement exécutés jeudi dans des attaques rebelles sur trois barrages militaires près de Saraqeb, dans le nord-ouest de la Syrie.
La vidéo diffusée par des militants montre des rebelles frappant une dizaine de soldats blessés, avant de les aligner sur le sol et de les tuer à l'arme automatique tout en les traitant de «chiens de chabbihas d'Al Assad», nom donné aux miliciens pro-régime. Avant d'exécuter un prisonnier, un rebelle lui lance : «Ne sais-tu pas que nous appartenons au peuple de ce pays ?» Terrorisé, le soldat répond : «Je jure au nom de Dieu que je n'ai pas tiré.» Amnesty International a condamné des images «choquantes d'un crime de guerre potentiel».
«Au même titre que l'Observatoire dénonce les exécutions dans les prisons du régime, il refuse celles de prisonniers de guerre par les rebelles», a dénoncé, pour sa part, le directeur de l'organisation, Rami Abdel Rahmane.
Pour Colville, il est important que la vidéo soit authentifiée. «Nous venons juste de voir la vidéo. Il est difficile de vérifier qui est impliqué», a-t-il dit. Il a toutefois relevé que ce ne sont malheureusement pas les premières images, depuis le début du conflit en mars 2011, d'exécutions sommaires de soldats ou de rebelles.
Cependant pour le Haut-Commissariat aux droits de l'homme, ces images (si elles sont véridiques) constituent un crime de guerre. «Les soldats (tués, ndlr) n'étaient plus en train de combattre, et par conséquent, à ce stade, cela ressemble très vraisemblablement à un crime de guerre, un de plus», selon Colville.
La commission d'enquête de l'ONU sur la Syrie a, elle, rassemblé des preuves sur des crimes de guerre et crimes contre l'humanité commis par les forces gouvernementales et les milices pro-régime.
Elle a relevé des crimes de guerre commis par l'opposition armée, mais à une échelle beaucoup plus limitée. Deux listes confidentielles de personnes et d'unités impliquées dans des crimes ont déjà été remises par la commission, à la haut commissaire de l'ONU pour les droits de l'homme en vue d'éventuelles poursuites.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.