Le FFS s'indigne et demande le retrait de l'article 87 bis du code pénal    Domenech abonde dans le sens de Belmadi et ses propos sur Delort    L'Algérien Mohamed Belhocine élu    Des mesures urgentes pour "décongestionner" Alger    Milan AC : Ibrahimovic fait son retour dans le groupe    Stambouli : "Nous sommes prêts pour le défi"    Tirage au sort des barrages le 18 décembre à Doha    Début des travaux de regarnissage de la pelouse    Signature de trois conventions-cadres avec l'Anade    Campagne de maintenance des raccordements au gaz naturel    Arrestation de trafiquants de drogue présumés    La Seine d'horreur    De la berceuse de Fairouz ou de l'audit ?    sortie culturelle    CS Constantine-MC Oran en ouverture de la saison    Galtier trouve Belmadi «excessif»    Belmadi invité à la visioconférence    6 morts et 30 blessés dans des échanges de tirs à Beyrouth    Le marché de gros de Semmar prochainement transféré à El-Kharrouba    Une entrée de gamme satisfaisante    Violent incendie dans un appartement    Jambes lourdes et alimentation équilibrée    Mon beau chien Giscard...    Comment bloquer les appels indésirables ?    Elections à l'algérienne et syndrome du boycott    Ils ne nous aiment pas...    Focus sur le cinéma d'émigration    Ouverture aujourd'hui à Annaba    Une visite et des attentes    Des enfants exploités: La mendicité pointée du doigt    Industrie pharmaceutique: Des dispositions réglementaires pour «booster» le secteur    Tlemcen: Un militaire tué et deux autres blessés dans l'explosion d'une bombe    Bouira: Deux morts et 2 blessés dans un accident de la route    «Pesez de votre poids sur la politique française!»    Révélations sur une alliance criminelle    Les Russes en prospection à Tamanrasset et Djanet    Belaribi brandit l'expérience algérienne    C'est l'apanage des mamans!    L'Irlande appelle à la reprise des négociations    Le Makhzen et ses promoteurs aux abois    L'ONU appelle à la cessation des combats à Marib    Quelles incidences?    Des rejets à la pelle    Me Mourad Oussedik et la défense de rupture    Deux séquences de la barbarie coloniale    La France muette face à ses massacres    La prise d'otage de tout un peuple    Petite histoire du culte de la vache au lait d'or noir.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Honoris causa
Fronton
Publié dans El Watan le 08 - 12 - 2012

Dans son film-culte, Les feux de la rampe, Charlie Chaplin, vieillissant, faisait ses adieux au personnage de Charlot. Cette œuvre éblouissante et profonde illustrait, entre autres, la faculté d'un homme de resplendir à nouveau, même au couchant de sa vie.
La photo de l'APS montrant le grand architecte, André Ravéreau, recevant des mains de la ministre de la culture la médaille du mérite national décernée par le président de la République, m'a fait penser à cette œuvre. Grande noblesse de l'homme, chevelure et barbe blanches, toutes hugoliennes, dans une attitude d'humilité qui cachait mal son émotion... Il se trouvait soudain projeté en pleine actualité, se disant sans doute que l'Algérie demeurait encore plus imprévisible qu'il ne pouvait le penser, le faisant passer, par la grâce d'une cérémonie, de l'obscurité de l'oubli aux feux de la rampe.
L'analogie est d'autant plus forte que le film de Chaplin, sorti en 1952 à Londres, n'avait reçu sa consécration mondiale que vingt ans plus tard, sous la forme d'un Oscar attribué à sa musique, signée Chaplin aussi. Plus de temps encore a passé entre les contributions émérites de Ravéreau sur l'architecture et l'urbanisme du M'zab et de la Casbah d'Alger, publiées dans les années '80, et la mise en lumière de leur auteur, amplement méritée.
Certains ont voulu y voir une petite élégance diplomatique à l'approche de la visite du Président français en Algérie. Il est vrai que le vieil architecte pourrait parfaitement symboliser une autre manière d'envisager les relations entre les deux pays, tournée, pour le coup vers une véritable «œuvre positive» entre deux «êtres» mutuellement consentants et capables d'avenir. Mais, au-delà de ces supputations, reste l'œuvre d'un homme de recherche, de pensée et de terrain qui a magistralement éclairé le patrimoine architectural algérien et révélé toute son ingéniosité et sa grandeur.
Quand on lit Ravéreau, on se rend compte combien nous passons à côté de notre propre héritage. Il nous montre que l'architecture traditionnelle algérienne est infiniment plus moderne que nos pratiques actuelles de construction. Seul un mimétisme débile peut prétendre par exemple que la vogue actuelle des façades de verre – dans un pays de grand ensoleillement ! – est plus moderne que les architectures de terre de nos ancêtres, adaptées au climat, à l'environnement et même à notre esprit.
L'Algérie, qui a longtemps attiré les grands architectes, depuis le Corbusier jusqu'à Niemeyer, éminentes figures du Mouvement moderne, signale, en honorant André Ravéreau, que, faute de ponctualité, elle n'est cependant pas ingrate. Mais, triste paradoxe, elle demeure ingrate envers elle-même, en se privant des enseignements précieux de tous ces grands noms et en tolérant que des horreurs innommables soient bâties sur son sol. Honorer un homme méritant est méritoire. Honorer ses idées est un mérite.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.