LDC : L'Atalanta réalise un exploit historique    OL : Marcelo veut partir. Il ne supporte plus sa situation    Naples : Ancelotti fait ses adieux    Le chef de l'Etat signe la loi de Finances 2020    Présidentielle: toutes les conditions réunies pour le bon déroulement du scrutin    Une grande marche en cours à Alger    Lutte contre la criminalité urbaine à Alger: près de 3.000 affaires traitées en novembre    Aucun "dépassement" enregistré lors du vote de la communauté nationale en Tunisie    Banques : installation du nouveau P-dg de la BEA    Un décret présidentiel portant création d'une agence nationale de développement du numérique (JO)    Les populations nomades de Laghouat et Béchar accomplissent leur devoir    LFP : une réunion "prochainement" avec les représentants des clubs pour solutionner les problèmes financiers    Le président annonce des mesures d'apaisement    Du renouveau pour C3 Aircross    Le père du «low cost» s'en va    Imposante mobilisation des campus    Des personnalités appellent à éviter les dépassements    Le bouleversement technologique, un facteur amplificateur    Les actes d'accusation votés au Congrès d'ici la fin de semaine    Un programme chargé pour les Canaris    Coupe d'Algérie de Football : JSM Béjaia - ES Sétif en 1/32es de finale    L'EN sacrée meilleure équipe, Mahrez meilleur joueur    Le capitaine Chammam finalement apte pour le rendez-vous de Doha    Subsistance de divergences    Centre Anti-Cancer : Le scanner en panne depuis plusieurs mois    Mobilisation de 150 000 hectares pour la céréaliculture    36 nouveaux bus affectés aux communes    Setif : le secteur de la formation accuse un déficit    Khatini, une nouvelle pièce sur les planches    ACTUCULT    La Maison de la culture de Aïn Témouchent rebaptisée    L'œuvre du ciseleur des mots revisitée    Ettiki !    Tribunal de Sidi M'hamed: le Parquet publie les jugements prononcés    Chlef: Du nouveau à la Caisse de retraite    Le tribunal de Sidi M'hamed rend son verdict: 15 ans de prison pour Ouyahia et 12 pour Sellal    Enième effondrement partiel au 1, Rue Mezouar Mohamed: Des familles en danger de mort interpellent le wali    Benflis dénonce une «cabale»    LA COULEE DE LAVE    Les conditions d'inscription fixées    Arabie-Saoudite : Quels enjeux concernant le plan Vision 2030 ?    Equipementier automobile : Valeo vise plus de 15% de marge avec l'électrification et les ADAS    Maroc : Visite du secrétaire d'état américain au Maroc    Ghardaïa: L'étude d'aménagement de la wilaya d'El-Menea présentée aux autorités locales    Selon Ghania Eddalia, ministre de la Solidarité " Près de 900 000 bénéficiaires de micro-crédits jusqu'en octobre dernier"    A quoi s'attendre pour l'économie nationale en 2020 ?    La mosquée de Sidi Ghanem à Mila : Un centre de rayonnement de l'Islam et un haut lieu de la mémoire    Manifestations du 11 décembre 1960/Mouvement populaire 2019 : 59 ans après, la soif de l'indépendance est toujours vive    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des propos sentencieux
Edito : les autres articles
Publié dans El Watan le 12 - 01 - 2013

Avant même d'accepter sa mission de médiateur de l'ONU, et avant même de révéler ce qui tient lieu de feuille de route, Lakhdar Brahimi en avait rappelé ce qui constitue en quelque sorte le préalable, c'est-à-dire que du moment qu'elles en ont accepté le principe, les parties en conflit en Syrie sont tenues de se soumettre aux règles quelles qu'elles soient, même si elles devaient perdre l'initiative, ce qui, de toute évidence, échappait à l'une, mais sans qu'elle soit propre à l'autre. C'est la place de la médiation, un troisième pôle à l'action temporaire. L'ancien diplomate algérien a aussi indiqué, entre autres, qu'il fallait inévitablement engager une période de transition et qu'en tout état de cause, ni l'une ni l'autre des deux parties ne pouvait assumer un quelconque leadership.
Pas de maître du jeu. C'est sur cette base que la médiation a pu être engagée, et si elle ne connaît pas encore d'avancée concluante, cela, devrait-on dire, ferait partie de la règle du jeu en pareille circonstance, chaque partie voulant être en position de force. Sauf que la réalité n'est pas un élément probant, le pire en étant l'aboutissement. Ce qui a eu pour effet d'agacer Lakhdar Brahimi qui a dû perdre son sourire en entendant le chef de l'Etat syrien énoncer, dimanche dernier, ce qui n'est rien d'autre qu'une nouvelle règle du jeu. Bachar Al Assad a, en effet, proposé un dialogue national sous son égide et s'affaire depuis mardi à mettre sur pied les mécanismes d'application de cette feuille de route, malgré le rejet par l'opposition. Ce qui n'était pas du tout improbable.
La réponse de M. Brahimi a été fulgurante. «Le temps des réformes généreusement accordées (par le pouvoir) est révolu», a-t-il ainsi déclaré. Et d'en donner jusqu'au mode opératoire et sans la moindre précaution oratoire ou clause de style. «Le peuple veut avoir son mot à dire sur la façon dont il est gouverné.». Une véritable démocratie et en finir avec un régime dynastique. Des propos sentencieux. M. Brahimi constatant que «ce que les gens disent (en Syrie), c'est qu'une famille qui règne pendant quarante ans, c'est un peu trop long». Quant au réquisitoire, il est d'une terrible logique en affirmant que «le président Al Assad pourrait prendre l'initiative de répondre aux aspirations de son peuple, plutôt que d'y résister».
Autant dire que Lakhdar Brahimi qui a peut-être changé de ton ou de style est demeuré conséquent avec ce qui tient lieu de programme, ce qui a eu pour effet d'irriter les autorités syriennes, mais lui n'est pas venu pour cela. Il l'a dit à l'instant même où son nom circulait pour succéder à Kofi Annan à ce poste. Son parcours plaidant pour lui, il sait ce qu'est une médiation et il pensait avoir été compris par toutes les parties en conflit. L'opposition, se rappelle-t-on, avait mal accueilli son initiative consistant à en élargir le cercle et impliquer celle de l'intérieur. M. Brahimi avait besoin de rappeler ses prérogatives. Il l'a fait avec beaucoup de pertinence.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.