EXAMENS DE FIN D'ANNEE A MASCARA : Plus de 45.000 candidats face aux épreuves    SIDI BEL ABBES : 03 mineurs arrêtés pour vol    «L'arrestation de Louisa Hanoune est une atteinte aux libertés démocratiques»    Les pharmaciens d'officine protestent    Unions de wilaya UGTA : Les travailleurs appellent à une grève générale le 22 mai    Egypte: attentat contre des touristes près des pyramides    Pétrole: le panier de l'Opep se maintient plus de à 72 dollars le baril    L'appui de Benflis    Paidoyer pour une conférence de concertation    Quelques vérités bonnes à dire    «Il y a eu un manque de rigueur dans la formation des enseignants»    Les bénéficiaires peuvent contracter un nouveau prêt    Faible adhésion des politiques, rejet sur les réseaux sociaux    Manœuvres saoudiennes et émiraties    La contestation veut un civil à la tête de la transition    Ankara va produire les S-500 avec Moscou    Le NAHD dans tous les esprits    L'ES Tadjenant dernier qualifié pour les demi-finales    Le GS Pétroliers s'offre son 20e championnat d'Algérie    Mahrez : "Je retiens cette fin de saison ..."    M'bolhi rejoindra le CTN avant le 27 mai    Bélaïd et Sahli aux côtés d'une pléthore de plaisantins    Les universitaires dans la rue pour commémorer leur journée    Réflexion et débats au programme à Oran    Nette diminution des cas en 2018    Le nouveau directeur contesté    Les étudiants se réapproprient le 19 Mai    ACTUCULT    Cheveux d'ange au miel    Tajine malsouka au poulet    Boxe : Début du hirak sportif ?    Ces chantiers qui n'en finissent pas    Du talent à revendre    On vous le dit    L'événement estival    L'armée syrienne dément avoir utilisé des armes chimiques à Lattaquié    Deux candidats pour succéder à Haddad    L'alternative de la dernière chance    Le peuple algérien se classe premier de l'Afrique    Des membres de la société civile, des politiques et des universitaires réagissent    Les joueurs en grève    Chacha TV pourra-t-il concurrencer Netflix en Algérie?    Almodovar ne tourne pas rond, tant mieux!    Jusqu'au bout de la nuit à Tizi Ouzou    "Une tempête" aux Glycines    Sahara Occidental-Maroc : Une loi instrumentalisée contre la liberté de la presse    Coupe d'Angleterre: Troisième trophée domestique pour Mahrez et Manchester City    Des législatives sur fond d'enjeu climatique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des propos sentencieux
Edito : les autres articles
Publié dans El Watan le 12 - 01 - 2013

Avant même d'accepter sa mission de médiateur de l'ONU, et avant même de révéler ce qui tient lieu de feuille de route, Lakhdar Brahimi en avait rappelé ce qui constitue en quelque sorte le préalable, c'est-à-dire que du moment qu'elles en ont accepté le principe, les parties en conflit en Syrie sont tenues de se soumettre aux règles quelles qu'elles soient, même si elles devaient perdre l'initiative, ce qui, de toute évidence, échappait à l'une, mais sans qu'elle soit propre à l'autre. C'est la place de la médiation, un troisième pôle à l'action temporaire. L'ancien diplomate algérien a aussi indiqué, entre autres, qu'il fallait inévitablement engager une période de transition et qu'en tout état de cause, ni l'une ni l'autre des deux parties ne pouvait assumer un quelconque leadership.
Pas de maître du jeu. C'est sur cette base que la médiation a pu être engagée, et si elle ne connaît pas encore d'avancée concluante, cela, devrait-on dire, ferait partie de la règle du jeu en pareille circonstance, chaque partie voulant être en position de force. Sauf que la réalité n'est pas un élément probant, le pire en étant l'aboutissement. Ce qui a eu pour effet d'agacer Lakhdar Brahimi qui a dû perdre son sourire en entendant le chef de l'Etat syrien énoncer, dimanche dernier, ce qui n'est rien d'autre qu'une nouvelle règle du jeu. Bachar Al Assad a, en effet, proposé un dialogue national sous son égide et s'affaire depuis mardi à mettre sur pied les mécanismes d'application de cette feuille de route, malgré le rejet par l'opposition. Ce qui n'était pas du tout improbable.
La réponse de M. Brahimi a été fulgurante. «Le temps des réformes généreusement accordées (par le pouvoir) est révolu», a-t-il ainsi déclaré. Et d'en donner jusqu'au mode opératoire et sans la moindre précaution oratoire ou clause de style. «Le peuple veut avoir son mot à dire sur la façon dont il est gouverné.». Une véritable démocratie et en finir avec un régime dynastique. Des propos sentencieux. M. Brahimi constatant que «ce que les gens disent (en Syrie), c'est qu'une famille qui règne pendant quarante ans, c'est un peu trop long». Quant au réquisitoire, il est d'une terrible logique en affirmant que «le président Al Assad pourrait prendre l'initiative de répondre aux aspirations de son peuple, plutôt que d'y résister».
Autant dire que Lakhdar Brahimi qui a peut-être changé de ton ou de style est demeuré conséquent avec ce qui tient lieu de programme, ce qui a eu pour effet d'irriter les autorités syriennes, mais lui n'est pas venu pour cela. Il l'a dit à l'instant même où son nom circulait pour succéder à Kofi Annan à ce poste. Son parcours plaidant pour lui, il sait ce qu'est une médiation et il pensait avoir été compris par toutes les parties en conflit. L'opposition, se rappelle-t-on, avait mal accueilli son initiative consistant à en élargir le cercle et impliquer celle de l'intérieur. M. Brahimi avait besoin de rappeler ses prérogatives. Il l'a fait avec beaucoup de pertinence.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.