Les premiers pas vers l'élection présidentielle du 12 décembre    Quelles leçons tirer du fort taux d'abstention aux dernières législatives ?    Créances de plus de 2,9 milliards DA à recouvrer par la Sonelgaz    Recul de plus de 12% des importations durant les 7 premiers mois de 2019    Boukadoum dirigera la délégation algérienne à la 74ème session ordinaire de l'AG de l'ONU    La FAF officialise la rencontre contre la Colombie    Série A: La Juventus évite le piège de l'Hellas    Blessé au mollet, Slimani forfait contre Reims    Agacé, Mourinho éteint les rumeurs et réclame du respect pour Zidane !    Un jeune homme trouve la mort par électrocution à Ouled Ayaiche    Une vingtaine de projets hydrauliques proposés au plan de développement de 2020    Arrestation de 6 personnes impliquées dans une affaire de détournement de deniers publics    Ouverture de la 5e édition aujourd'hui    La police retire le permis de port d'arme à Tliba    PORT D'ALGER : Saisie de plus de 1800 comprimés de psychotropes    MOSTAGANEM : 207.621 élèves inscrits pour l'année scolaire 2019-2020    AIN BEIDA (ORAN) : Saisie de 1242 unités de boissons alcoolisées    DISPARITION DE 34 MILLIARDS DES CAISSES DE L'UGTA : Abdelmadjid Sidi-Saïd dans le collimateur    7EME EDITION DU FESTIVAL NATIONAL DU MELHOUN : 34 artistes au rendez-vous    Forte mobilisation à Alger et dans les autres villes du pays : Plus déterminés que jamais    Plus de 3 200 demandeurs d'emploi placés depuis janvier    L'étrange décision du ministère de l'Enseignement supérieur    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 5ème journée    Chérif El-Ouazzani prend deux matches    Al-Badri nouveau sélectionneur    2 000 logements seront réceptionnés à Jijel d'ici décembre    Grande mobilisation à Aïn Témouchent    Le centre et le nord du Mali sombrent dans la violence    Vent de révolte contre le pouvoir militaire d'al-Sissi    Amnesty fustige l'usage excessif de la force par la police    Il sauve 2 vies et perd la sienne    Le P/APC de Mekla suspendu par le RCD    "Makanch l'vote, diroulna les menottes"    Les problèmes et les enjeux du 6e art en débat    Les luttes citoyennes racontées autrement    Des ONG progressistes soutiennent le "hirak"    En France : quand un anti-raciste noir est accusé de racisme    Réfléchir sur le temps long pour comprendre les enjeux du présent    Elle est comment la liberté ?    CRB : Plus qu'une rencontre, un classique    Quel Président pour les Algériens ?    En bref…    47 harraga secourus au large d'Oran    Plus de 3.000 logements sociaux en attente d'attribution: L'affichage des listes des bénéficiaires avant la fin de l'année    Amnesty International dénonce le «blocage de l'accès à Alger»    Tizi-Ouzou, Béjaïa: Protesta des avocats    Skikda: Protesta des travailleurs d'ALTRO    Décès de l'ancien président Zine el Abidine Ben Ali    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





un chaos à l'italienne
La gauche et la droite au coude à coude lors des législatives
Publié dans El Watan le 27 - 02 - 2013

Les Italiens ont voté, mais ils ne savent pas qui gouvernera leur pays pour le prochain quinquennat.
Rome (Italie)
De notre correspondante
Dès la fermeture des urnes, lundi à 15h, les prévisions de vote se sont succédé créant la stupeur parmi les observateurs. Car si au tout début, la gauche semblait la favorite de ce scrutin, au fil des heures, la marge entre la coalition de Pier Luigi Bersani et les autres partis s'est réduite considérablement. S'en est suivi une interminable nuit de suspense, pour qu'enfin les Italiens se réveillent en se demandant, perplexes : «Mais qui a emporté les élections ?» Contrairement à ce que les sondages avaient annoncé jusque-là, la coalition de centre gauche, menée par Pier Luigi Bersani, n'a pas fait l'unanimité parmi les électeurs italiens, avec 29,5% des voix, talonnée par l'Alliance de Silvio Berlusconi, qui revient en force, avec 29,1% soit 124 sièges.
Le Parti de gauche (PD) allié avec le Sel (gauche, écologie et liberté) obtient automatiquement la majorité des sièges, soit 340 sur 630, selon la loi électorale en vigueur. Au Sénat, cette coalition obtient 119 sièges, contre 117 pour l'alliance de droite. La grande surprise de ce scrutin est représentée par le Mouvement Cinq Etoiles (M5S) de l'humoriste Beppe Grillo, qui arrache 25,5% des voix, soit 108 sièges à la Chambre des députés et 54 sièges au Sénat, devenant le premier parti voté.
Cette formation politique active, depuis à peine cinq ans, a séduit des millions d'électeurs déçus par la droite comme par la gauche. Son leader, une espèce de Coluche italien, a su tirer avantage du ras-le-bol des Italiens. Promettant de lutter contre la corruption et de «balayer l'ancienne classe politique», Grillo a rempli les places durant sa campagne électorale, grâce notamment aux forums sociaux, comme Twitter. Critiquant la politique d'austérité du Premier ministre Mario Monti, qu'il considère «le servilismo pro-européen», le leader du M5S s'est révélé être un véritable «tsunami électoral». Le populisme l'a donc emporté sur les discours réalistes.
Les Italiens ont préféré se mettre la tête dans le sable et voter soit pour un Berlusconi bis, soit pour le parti populiste de l'humoriste Beppe Grillo. «Je ne comprends pas que nos concitoyens aient choisi de faire un saut dans l'inconnu, en ces temps de crise», se lamente Riccardo, un entrepreneur. Il faut dire que beaucoup s'attendaient à ce que le Mouvement Cinq Etoiles (M5S) du comique Grillo brasse des millions de voix, mais peu envisageaient ce raz-de-marée qui en a fait le premier parti d'Italie. Un autre leader a surpris les analystes. Les Italiens avaient donné pour mort, fin 2011, Silvio Berlusconi, lorsque son gouvernement est tombé et a été remplacé par l'exécutif technique de Mario Monti. Mais, il semble que ses promesses démagogiques pour «diminuer les impôts» et lever celles introduites par son adversaire aient obtenu l'effet escompté.
Le grand perdant de ce scrutin est Monti, qui remporte seulement 10% des votes exprimés. Sa politique de rigueur, qui a frappé les classes moyennes, a été sanctionnée par les urnes. Le président de la République, Giorgio Napolitano, à quelques semaines de la fin de son mandat, se serait bien passé de cette responsabilité écrasante. Car c'est à lui que revient le devoir de résoudre cette situation inextricable et d'indiquer aux partis politiques la voie à prendre pour donner au pays un gouvernement stable. En cas d'échec, le chef de l'Etat, qui a déjà fait savoir qu'il ne comptait pas briguer un second septennat, devra convoquer de nouvelles élections législatives, bien que la Constitution italienne ne prévoie pas un tel scénario.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.