Journée mondiale de l'Afrique: face aux défis de la paix, santé et agroalimentaire    Sahara occidental: une délégation US arrêtée par les autorités marocaines à l'aéroport de Laâyoune occupée    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions marocaines dans les secteurs de Mahbes et El Bakari    Tindouf: les postes frontaliers entre l'Algérie et la Mauritanie réceptionnés octobre prochain    Industrie: Zeghdar reçoit le président du Médef    Lutte contre la spéculation illicite: 53 délits enregistrés durant les quatre premiers mois 2022    L'université est un important allié pour réaliser la transition écologique et le développement durable    OMS : la transmission de la variole du singe peut être stoppée dans les pays non endémiques    Présentation à Alger du bilan du projet des parcs culturels    Akim Zedadka confirme son départ de Clermont Foot    Rio Ferdinand évoque "une honte historique" au sujet de Mbappé    Real : Valverde n'a pas apprécié les déclarations de Salah    MC Oran: Le Mouloudia pas encore sauvé    USM Khenchela: Un retour au premier plan    Naftal: Appel à la révision de la marge bénéficiaire de l'entreprise    Tlemcen: Le changement climatique fait sa formation    Tebboune met fin aux fonctions du Gouverneur de la Banque d'Algérie    Risques d'incendies: Branle-bas de combat pour éviter le pire    Météo: Des températures «au-dessus des moyennes saisonnières»    Non, l'ennemi de l'homme n'est pas le singe !    Des mentalités à formater    Figure incontournable du cinéma algérien: Chafia Boudraâ tire sa révérence    La première règle de l'investissement    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    Les directeurs des CEM se rebellent    La société civile en question    Oran n'aura plus soif    Les dernières retouches    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Un réseau de prévention mis en place    L'armée s'engage    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Nouvelles de Batna
Batna : les autres articles
Publié dans El Watan le 15 - 05 - 2013


Groupe Tahouissa fusion : la fusion des genres
Hichem Kafi et son acolyte Morad Abdessmed, fondateurs du groupe musical Tahouissa fusion, invitent nos oreilles à une balade musicale au travers de sonorités algéro-occidentales. Dans leur premier album Touba, paru en fin de mois d'avril aux éditions Orphée music, ils expérimentent tout au long de leurs huit titres, la voie musicale qu'ils jugent celle de l'universalité : la fusion.
Au travers de percussions et de rythme gnawi, de coups de solo rock et de chant en arabe dialectal, ils expriment leur expérience de vie d'artiste algérien parsemée d'embûches. Hichem, ce jeune cadre de 31ans, est né une guitare à la main. Ces influences vont du flamenco traditionnel de Sabicas (Agustín Castellón Campos) et Manuel Del Plata aux jazz fusion d'Al Di Meola et de John Mclaughlin. Mourad, lui, est enseignant de contrebasse au conservatoire de musique de Batna. «Cet album constitue une sorte de délivrance tant le réaliser était un calvaire», nous confie Hichem. En effet, le groupe a été viré de plusieurs locaux, entre autres, celui de la maison de jeunes, sise au quartier du Stand. «Le groupe, formé en 2010, s'est disloqué à plusieurs reprises. Moi est Mourad sont les seuls survivants du projet initial», ajoute notre interlocuteur. Cet album représente la lutte de jeunes artistes au quotidien. Nous sommes conviés à découvrir ces talents batnéens qui en surprendront plus d'un. Avis aux mélomanes. S. M.
Coupures de courant récurrentes à El Madher
Le quartier des 60 Logements, situé dans la commune d'El Madher (23 km au nord-est du chef-lieu de wilaya), est sujet à de fréquentes coupures d'électricité, indépendamment du reste de la ville. Selon le témoignage de certains habitants, ils craignent que la situation n'empire à l'approche de la saison chaude, la consommation en énergie étant en vue d'augmenter significativement.
En effet, le quartier concerné est alimenté par la commune voisine de Boulhilet, comme l'explique Nouri Bouziane, chargé de la communication auprès de la société de distribution de l'Est (SDE), contrairement au reste de la ville d'El Madher qui dispose d'un poste transformateur d'électricité. «Les coupures sont très fréquentes. La dernière remonte à la nuit précédente», explique un habitant de la cité. Selon un communiqué de la SDE, une opération est programmée pour pallier ce problème récurrent. La source d'alimentation en électricité sera changée et ce, à courte échéance. S. M.
Université Hadj Lakhdar : premier séminaire national du département d'anglais
Le coup d'envoi du premier séminaire organisé par le département d'anglais de l'université Hadj Lakhdar de Batna a été donné par le recteur, Tahar Benabid, lundi passé au centre de recherche scientifique (ex-Mouhafadha). Cet évènement, qui s'est prolongé sur deux jours, avait comme thème «Les courants modernes dans l'enseignement et la pratique des langues étrangères, flexibilité, créativité, innovation». Plus d'une cinquantaine de communications ont été présentées, devant une salle comble, par des différents enseignants venues de plusieurs wilayas du pays (Annaba, Skikda, Sétif, Bejaia, Constantine, etc.) Amel Bahloul, présidente et organisatrice de ce séminaire, explique qu'il s'agit «de viser un enseignement innovent et créatif d'où les axes de ce séminaire ; on vise aussi à donner une occasion aux étudiants et enseignants de promouvoir la recherche et l'évaluation de la pédagogie et ce, dans un cadre de globalisation et un souci d'homogénéité». Par ailleurs, depuis la création du département des langues, il y a une vingtaine d'années, aucune initiative de ce genre n'a été concrétisée. Hanane Benflis
L'association Echourouk embrasse la cause sahraouie
L'association Echourouk et l'union des journalistes et écrivains sahraouis ont signé, en début de semaine, une convention d'échange culturel à l'hôtel de ville de Batna, en présence du wali de Smara et d'Abdelkrim Maroc, président de l'APC de Batna. Selon Tarek Thabet, président de l'association Echourouk, cet accord fait état de cinq articles. Il sera question de visites bilatérales, de participation mutuelle aux évènements culturels organisés par les deux parties ainsi que d'édition de livres et publications. «Cette convention a été signée suite à notre initiative. On aspire à briser l'isolement médiatique et culturel du Polisario», a expliqué notre interlocuteur.
Par ailleurs, le président de l'association annonce qu'une rencontre avec l'écrivain sahraoui, Saïd El Bilal, sera bientôt organisée. Ce dernier, ayant longtemps vécu dans les geôles marocaines, a écrit un livre, récit de son expérience, qu'il présentera bientôt au public batnéen. Avec cet engagement, l'association Echourouk embrasse intellectuellement la cause sahraouie et s'inscrit dans une perspective de militantisme intellectuel. S. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.