Arrivée du président sahraoui à Alger pour prendre part aux festivités du 60e anniversaire de l'indépendance    Jalon de la liberté à Sidi Fredj : une stèle commémorative symbolisant la levée des couleurs nationales en 1962    Réconciliation    L'Algérie veut passer à l'étape industrielle    Le défilé qui braque les regards    Les invités de marque de l'Algérie    Mise en garde contre l'escalade du Makhzen    Début de la campagne du prochain référendum constitutionnel    L'Algérie sur une courbe ascendante    Le dribble historique    Hammadi décroche deux médailles    Défilé géant en ville    Au rythme des festivités    «Un évènement majeur de l'histoire de notre pays»    Une histoire millénaire dans la résistance    Strophes de guerre    La petite histoire de l'Union des écrivains algériens    Le Président Tebboune inaugure en compagnie de son homologue tunisien la stèle commémorative "Jalon de la liberté"    JM/Handball - messieurs : l'Espagne bat la Serbie 42-38 et file en finale    Le TRO propose des visites virtuelles en 3 D et lance un service de réservation en ligne    APN: adoption du projet de loi sur la réserve militaire    Le Premier ministre préside la cérémonie de lancement du portail consacré au sommet arabe    UNE INDEPENDANCE CONFISQUEE PAR L'ARMEE DE BOUMEDIENE    JM/Haltérophilie: médaille d'or pour Walid Bidani à l'arraché    La remise des grades par le Président Tebboune, une honorable tradition qui vient orner les us de notre patrie et de l'institution militaire    Le PSG vise un nouvel attaquant transalpin    ETUSA: un programme de transport gratuit au profit des SMA au défilé militaire    JM: programme des athlètes algériens    Agriculture: convention Gvapro-Anade pour soutenir les projets de production    Transport: programme spécial pour l'Aïd el Adha    Transport: métro, tramway et téléphérique gratuits à travers le pays le 5 juillet    Man United : Ronaldo absent de la reprise de l'entrainement    Plate-forme "Glorious Algeria": vitrine du 60e anniversaire de l'indépendance par excellence    Saison estivale: 21 décès par noyade durant la période allant du 16 juin au 3 juillet    Migrants africains tués par la police marocaine : le président colombien parle d'une "barbarie"    Affichage des listes dans les communes dans les tout prochains jours: Plus de 15.000 logements prêts à la distribution    Géostratégie en gestation    Les préparatifs suivent leur cours: Un Sommet arabe fatidique    Le PDG de Sonatrach: Vers de nouveaux accords pour la révision des prix du gaz    Sonelgaz: Plus de 50.000 foyers raccordés au gaz et à l'électricité depuis 2020    Rejet des eaux non traitées dans les zones humides: Des contrôles réguliers dans les zones industrielles    Aïd El-Adha: Le ministère de la Santé met en garde    Plus de 5 millions de diplômés depuis l'indépendance: Les nouveaux challenges de l'Université    La Libye et l'espoir suspendu    La loi sur l'exercice du droit syndical retoquée    La longue marche...    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Le DG du journal «Echaab» limogé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un bouquet parfumé de latin jazz
Grand concert du guitariste américain Al Di Meola à Constantine
Publié dans El Watan le 02 - 05 - 2013

Al Di Meola s'est dit impressionné par le public du Dimajazz. «Amazing show», a-t-il dit après le concert
Constantine.
De notre envoyé spécial
Grande soirée de jazz, mardi, au Théâtre régional de Constantine. Deux concerts avec deux grands noms de la scène mondiale : Al Di Meola et Randy Brecker. Les deux musiciens américains se connaissent, le hasard a fait qu'ils se retrouvent en terre algérienne pour célébrer la Journée mondiale du jazz (le 30 avril), à la faveur du 11e Festival international du jazz de Constantine, Dimajazz 2013.
La salle était archicomble. Les amateurs du guitariste et du trompettiste américains sont venus de partout assister aux deux concerts événements. A la fin du spectacle de Al Di Meola, une file indienne s'est constituée pour acheter les albums du grand musicien du latin jazz, dont Pursuit of radical rhapsody et All your life.
Ce dernier album, que vient de sortir le célèbre studio d'Abbey Road, à Londres, est un tribute aux Beatles. Les deux bras en l'air, Al Di Meola est entré en salle comme un champion de boxe. «C'est un voyage particulier pour moi», a lancé l'artiste, après un accueil chaleureux aux cris de «Al Di Meola ! Al di Meola !».

Crédit Photo : Souhil Baghdadi

Accompagné de Peter Kazsas à la batterie et à la percussion, de Fausto Beccalossi à l'accordéon et Péo Alfonsi à la guitare, il a entamé le concert avec Misterio, extrait de son album The grand passion, puis a enchaîné avec plusieurs autres morceaux, aussi perfectionnés les uns que les autres. Une revue de ses différentes «périodes» musicales. Il a interprété «une suite» composée dans une chambre d'hôtel à Rabat, au Maroc, lors de son passage au Festival Mawazine (Al Di Meola s'est produit en Tunisie et aussi en Egypte). Il a promis de composer un morceau pour l'Algérie.

Al Di Meola a ensuite repris le célèbre double concerto de l'Argentin, Astor Piazzolla, avec un arrangement intensifiant davantage l'âme tango de cette composition sentant les parfums de Buenos Aires. Célèbre par des albums tels que Tango para une ciudad (Tango pour une ville) ou Tango : Zero hour, Astor Piazzolla est l'une des sources d'inspiration de Al Di Meola. L'accordéoniste, Fausto Beccalossi, a même parfois prêté sa voix pour appuyer la mélodie. «Je vais jouer Siberiana, un morceau que j'ai commencé à composer en Sibérie et que j'ai terminé à Miami Beach en Floride», a plaisanté Al Di Meola. Siberiana est un extrait de son album Pursuit of radical rhapsody. La technique, qui a fait la réputation de ce virtuose de la guitare est là, présente. L'esprit latin également. Le jeu est parfois nerveux, souvent sensuel.
Crédit Photo : Souhil Baghdadi

Il y a aussi de l'énergie dans la manière avec laquelle Al Di Meola «dialogue» avec sa guitare électrique et les autres instruments. La complicité entre lui et le guitariste sarde, Péo Alfonsi, qui l'accompagne sur toutes les scènes de la planète, était totale. Les deux musiciens se connaissent depuis longtemps. Ils n'ont pas besoin de trop se voir sur scène pour trouver le chemin de la mélodie. Le percussionniste, Peter Kazsas, habitué de l'interprétation des deux musiciens, était, lui aussi, en totale communion avec l'ensemble. Le jazz fusion de Al Di Meola a quelque chose de sucré, incroyablement délicieux. Plus on écoute, plus on en redemande. Al Di Meola, qui a remplacé Bill Connors dans le légendaire groupe de Chick Corea, Return to Forever, dans les années 1970, a une large connaissance de tous les styles qui ont évolué ces quarante dernières années. Cette solide expérience artistique est aujourd'hui reconnue au niveau mondial. Il est invité à tous les festivals de jazz, du Japon au Brésil en passant par la Suisse.
Crédit Photo : Souhil Baghdadi

Ce natif du New Jersey, qui a étudié au Berklee College of Music de Boston, s'est fait remarquer par ses solos de guitare à la complexité étonnante. Ses compositions portent autant d'influences latines que méditerranéennes et moyen-orientales. Al Di Meola a accompagné des musiciens de renom, tels que Paco de Lucia ou encore John Mclaughlin, réunis notamment pour l'album live, Friday night in San Francisco. Il a joué aussi aux côtés de Carlos Santana, Bunny Brunel, Paco Pastorius, Lenny White et Jan Hammer. Après une heure et demi de concert à Constantine, Al Di Meola est revenu sur scène dans un bis, inévitable en pareille soirée, pour interpréter un morceau des Beatles. «La musique des Beatles m'a conduit à m'intéresser à la guitare dès l'âge de 9 ans. Elle a eu une grande influence sur moi. Après, ma musique a pris divers chemins, divers horizons. Mon premier maître a été un musicien de jazz. Ma première leçon difficile fut l'apprentissage de la Tarentelle.

Si vous arrivez à l'interpréter correctement, vous développez la technique du picking sur la guitare (une mélodie en 6/8, ndlr)», a déclaré Al Di Meola, lors de la conférence de presse qui a suivi le concert. La Tarentelle est une musique et une danse traditionnelle du sud de l'Italie (les parents de Al Di Meola sont natifs de Naples). Al Di Meola a confié qu'il fallait à tout prix maîtriser la technique avant d'aller vers la composition, la création. «Il faut avoir une vision d'ensemble pour pouvoir sortir toutes les influences. La concurrence avec John Mclaughlin (guitariste britannique, ndlr) était très saine. Je ne voulais pas être le meilleur», a ajouté le célèbre musicien.

Al Di Meola n'a pas caché sa joie de se retrouver au Dimajazz à Constantine. «L'audience était merveilleuse. Le public algérien a bien compris ma musique. Et je suis encore ravi et étonné de constater que ce public connaît bien mes compositions faites depuis plusieurs années. C'est une grande expérience pour moi», a-t-il souligné.
Al Di Meola a promis de revenir animer un concert en Algérie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.