Où est passé l'esprit du partenariat Euromed ?    Commémoration du 14e anniversaire de la mort d'Arafat, les Palestiniens œuvrent pour l'unité    La conférence de presse de Medouar en points    Suspicion de 16 cas de rougeole durant les 72 dernières heures à Merouana    SENATORIALES A ORAN : Duel entre deux candidats au parti FLN    Droit, Ethique, Morale….    BATNA : 16 cas de rougeole dépistés en 72 heures    GARE MARITIME DE MOSTAGANEM : Une personne arrêtée avec plus de 12 000 euros    à J-6 de Togo-Algérie Belmadi dévoile une liste de 25 joueurs, une première pour Chita et Meziane    L'Algérien Walid Bidani passe à côté    La JSS sur le podium, nul renversant dans le derby CSC-DRBT    Un restaurant pour abriter un congrès !    Le Qatar balayé par de violents orages et de fortes pluies    Baisse importante des réserves de change    Mise en place d'une matrice nationale des niveaux de compétences    Plus de 120 foyers branchés au gaz naturel    300 greffes sont réalisées annuellement en Algérie    Béatification : de quoi parle-t-on ?    Essor d'une police des livres    5 354 logements cherchent terrains    USM Harrach: L'urgence de l'ouverture du capital financier    Air Algérie: Protesta des mécaniciens de la maintenance    Ce qu'illustre la passe d'armes entre Macron et Trump    Chambre des arts et des métiers: Sortie d'une nouvelle promotion de 128 artisans    Ouyahia, un «joker»    MC Alger: Mehdi Benaldjia en renfort    Le Consul général de France, à Oran, rend hommage aux combattants: «175.000 Algériens morts et disparus pendant la 1re Guerre mondiale»    Les opérateurs économiques appelés à adhérer au système de l'emploi    En littérature et dans la réalité    «L'Algérie vue par les orientalistes russes»    Pas de disparités entre homme et femme    Basés en Syrie : Comment rendre les S-300 invincibles face à Israël ?    L'Algérie participe à la conférence de Palerme sur la Libye    Signature d'un contrat avec la firme-Conseil américaine    Le bilan de l'attaque d'un hôtel àMogadiscio s'alourdit à 39 morts    Inquiètes de la Chine : Les Bourses européennes terminent la semaine en baisse    Etats-Unis : La Fed maintient les taux en l'état mais promet d'autres hausses    Les Algériens font plus d'enfants que leurs voisins    Le chef de la DCSA remplacé    Le cauchemar prend fin    Les grands producteurs de pétrole à Abou Dhabi pour une éventuelle réduction de la production    Défaite des Algériennes face à la Côte d'Ivoire    Trois Algériens dans le Top 30    Sahara occidental : Des eurodéputés dénoncent la partialité du rapport de Patricia Lalonde    Centenaire de l'armistice : Ouyahia participe à Paris à la cérémonie de commémoration    Décès : Le journaliste Merzak Meneceur n'est plus    «Comment parler de soutien à un 5e mandat sans que le Président le demande ?»    Syndicalisme, le tournant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rachid Hamatou aux cimes d'Arris
Expo photos à Aïn Témouchent
Publié dans El Watan le 19 - 08 - 2013

C'est un pays des Aurès non fantasmé, loin de celui des généraux, des cercles occultes et du fameux BTS, que les Témouchentois sont invités à découvrir jusqu'au 20 août grâce à une exposition permanente dans le hall de la maison de la culture.
Hôte de cette dernière, c'est une caravane culturelle chaouie qui l'a ramené dans ses bagages. Contrairement à d'autres qui ont précédemment fait le déplacement à Témouchent, celle de Batna a refusé la focalisation sur le passé de résistance anticoloniale et toute forme de légitimité révolutionnaire. De la sorte, c'est l'essentiel de ce qui fait son algérianité, ni au-dessus, ni en deçà du reste du pays, qui est mis en valeur. Et cette approche a été particulièrement illustrée par une exposition photos de grande qualité, alliant la pertinence des sujets. Loin des instantanés qui affectionnent l'exotisme, ceux que le photographe a saisis donne à voir une contrée industrieuse, celle de l'honnête labeur en pays profond. Mais on lit aussi des histoires individuelles dans l'expression, le geste ou la situation que le photographe a su capter. Une centaine de cadres accrochés aux cimaises renvoient de la sorte une image des Aurès comme on ne les imaginait pas ou plutôt loin des préjugés que l'on s'en fait. A commencer par des paysages qui n'ont ni la rudesse ni l'âpreté qu'un certain imaginaire collectif leur accole par ouï-dire ou par bêtise. On est plutôt dans le bucolique des plus paisibles, voire dans la douceur mais surtout dans l'anodin qui, si on est fin observateur, en dit plus long que le plus spectaculaire des sujets de photographie.
Par exemple, ce vénérable arbre de la famille du genévrier qu'on croit menacé par l'érosion ayant mis à nu ses racines alors que c'est son espèce toute entière qui est menacée de disparition parce que l'oiseau qui permettait la germination de ses graines ne vit plus dans les parages, ou encore ce banal piémont fait de maquis et de chênes dont la couleur a donné, tenez-vous bien, son nom en amazigh à la région : Aurès. Il y a également ces cultures vivrières en étage et ce que représente de ténacité la colossale somme de travail qu'elles ont nécessité et qu'elles continuent d'imposer à leurs exploitants d'autant que pour arracher leur pitance à son sol ingrat, ils les reconduisent vaille que vaille chaque année en régénérant par des apports de terre végétale rapportée d'ailleurs. La photo traduit une farouche volonté de demeurer sur la terre des ancêtres et que ses occupants ne pensent nullement à un illusoire pays de rechange. Syphax, l'auteur de ces photos, un enfant d'El Madher (24 km de Batna) montre un pays de l'humilité, celui des petites gens.
Ceux qui constituent la majorité de nos concitoyens. On dirait d'ailleurs que ses photos, il les a prises à Témouchent, du côté d'Oulhaça, là où sommeille sous les tumulus le site de Siga qui fut la capitale de l'illustre Syphax, le premier grand aguelid de la Numidie. Il y a ces routes en lacet, ces collines et ces riantes vallées, ces villages haut perchés, ces vieux métiers qui persistent crânement à survivre, ce travail de la terre non mécanisé, orphelin des subventions étatiques. Il y a beaucoup de photos de femmes qui sonnent comme des hommages, pas ceux motivés par la galanterie mais par le respect qu'imposent les sujets captés, ceux d'une adolescente portant à l'ancienne son frère sur le dos, cette vieille écrasée par le poids d'une botte de foin, ces paysannes de retour des champs. Et puis, bien d'autres témoignent d'un patrimoine immatériel en péril parce que devenu exclusivement des sujets de recherche des anthropologues.
C'est à cela, à l'humain que nous convie avec intelligence et sensibilité notre confrère Rachid Hamatou qui signait Syphax à l'époque où il n'était encore que photographe de presse. Né à la veille de l'indépendance, Rachid est entré dans la vie active comme fonctionnaire à la maison de la culture de Batna. Il a ensuite embrassé une carrière d'enseignant d'abord de français ensuite de photographie à l'école régionale des beaux-arts de Batna. Enfin, il vient à la presse à la faveur de l'ouverture démocratique d'après 1988 en tant que photographe dans un journal régional puis au Matin. C'est le regretté Saïd Mekbel qui, au vu du potentiel que révélaient ses instantanés, lui enjoint de passer à l'écriture. Rachid nomadisera à El Watan pendant deux années avant d'atterrir à Liberté où il est encore à ce jour en tant que journaliste photographe. Remarqué pour ses travaux, il a exposé tant en Algérie qu'à l'étranger, notamment en France et en Espagne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.