Zones enclavées: les projets utilisant l'énergie solaire fonctionnent à un rythme appréciable    Nâama : le Moudjahid Boukhari Kouider inhumé au cimetière de Sidi Merbouh    Inauguration de Djamaâ El-Djazaïr: un pôle du juste milieu témoignant du rôle civilisationnel de 1er plan de l'Algérie    Rentrée professionnelle: introduction de nouvelles spécialités à l'Est du pays    Le rôle religieux et civilisationnel de Djamaâ El-Djazaïr dans le monde musulman mis en valeur    L'apport des mathématiques à la langue arabe et aux pratiques cultuelles évoqué à Alger    OCI: Amar Belani rappelle les efforts constants de l'Algérie en faveur de la cause palestinienne    Rentrée professionnelle dans les wilayas du centre: des formations en réponse aux besoins du secteur économique    Energie: le gaz, un combustible incontournable pour accompagner la transition énergétique    Boughali rencontre à Windhoek l'ancien président namibien et la vice-présidente de la République    Un mois après la décision de la CIJ d'arrêter les massacres, l'entité sioniste maintient son action génocidaire à Ghaza    CAN-2024 féminine/amical: les "Vertes" s'imposent face au Burkina Faso 2-0    Equitation/Saut d'obstacles: le cavalier Moundir Mahi s'adjuge le grand prix deux étoiles du concours national à Oran    Le Président de la République félicite Kaylia Nemour pour sa médaille d'or en gymnastique    Naâma: un réseau criminel facilitant l'entrée et sortie des Marocains via les frontières terrestres démantelé    Les plasticiens Mohamed Smara et Taïeb Benabbas Bakhti exposent à Alger    CSJ: lancement des travaux des réunions des commissions spécialisées dans leur 4e session    Président de la République: l'Algérie connaît une profonde mutation à tous les niveaux    L'Algérie, le nouvel exemple à suivre !    Arrestation de trois faux monnayeurs    Plusieurs dispositions pour assurer les ressources fiscales au profit des collectivités locales        Les efforts de l'Etat algérien mis en exergue    Nouvelles attaques contre une base militaire des forces d'occupation marocaines dans le secteur de Mahbes    L'apartheid en Palestine doit cesser    L'ONJSA tiendra son 3e Congrès jeudi à l'OCO    36 familles raccordées au gaz à « Ben Jebli 1 », à Tessala    Un montage financier de 40 milliards alloué    Pas facile de faire redonner du goût aux Verts    Athlétisme : Une dizaine d'athlètes de l'élite en stage à Oran    L'état d'avancement des projets de développement énergétiques de la wilaya à l'ordre du jour    Au nom de la vie et du partage    Journées nationales «Milah» du film documentaire et du court-métrage de fiction    Djelfa accueille la première édition    Le ministère de la Communication convoque des journalistes sportifs    «Le service du citoyen au cœur des priorités de l'Administration»    François Gèze, l'engagement, les livres et l'Algérie    Tunisie. Hommage à Ahmed Manaï, un inclassable dissident    Le diktat des autodidactes    Prise de Position : Solidarité avec l'entraîneur Belmadi malgré l'échec    L'Algérie dans la nasse des Emirats    Coupe d'afrique des nations - Equipe Nationale : L'Angola en ligne de mire    Suite à la rumeur faisant état de 5 décès pour manque d'oxygène: L'EHU dément et installe une cellule de crise    Pôle urbain Ahmed Zabana: Ouverture prochaine d'une classe pour enfants trisomiques    El Tarf: Des agriculteurs demandent l'aménagement de pistes    Ils revendiquent la régularisation de la Pension complémentaire de retraite: Sit-in des mutualistes de la Sonatrach devant le siège Aval    L'évanescence de la paix    Nouvel an amazigh: Tebboune adresse ses vœux au peuple    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Zakaria Ramdane. Producteur : le film sortira dans 600 salles en Chine
Culture : les autres articles
Publié dans El Watan le 11 - 10 - 2013

Le nom de Zakaria Ramadane figure dans le Guiness Book des records d'arts martiaux. Il est le seul Algérien à être listé dans ce livre prestigieux. Zakaria a réussi à casser 31 planches en 30 secondes. Un record réalisé à 20 ans.
-Comment est née cette idée de réaliser un film d'arts martiaux ?
Je connais le réalisateur Jean-Marc Minéo depuis au moins six ans. Jean-Marc est cinq fois champion du monde du kung fu. Comme j'ai pratiqué les arts martiaux, nous sommes donc dans le même domaine. Jean-Marc a réalisé Bangkok Renaissance (ou Rebirth, long métrage franco-thaïlandais sorti en 2012). J'ai vu ce film d'action à Paris et j'ai félicité Jean-Marc en lui disant que je voulais produire un long métrage en Algérie. C'était le début du projet. Nous avons écrit le scénario ensemble, avons fait des castings, composé les équipes techniques.
-Des équipes de Bangkok Renaissance…
Absolument ! Les cameraman, la scripte…Nous avons contacté des cascadeurs, les mêmes qui ont déjà travaillé avec Jet Lee et Jackie Chan (Hoang Nghi, Thevada Dek, Patrick Kazu Tang, ndlr). Jean-Marc Minéo les connaît. Cela a facilité le travail avec eux. Nous avons fait un casting de comédiens cascadeurs algériens, avons organisé deux mois de formation avant le début du tournage dans un centre sportif à El Karma. Nous avons fait appel à des cascadeurs de voiture qui ont déjà tourné avec le cinéaste français Luc Besson ou ont participé à des productions américaines. Nous avons tourné une cascade en voiture à Canastel après une course-poursuite de la place d'Armes. Je pense que c'est la première fois en Algérie qu'on tourne une telle scène… Avec un petit budget, nous avons essayé de faire un film d'une bonne qualité
-Qu'en est-il des acteurs algériens qui participent au film ?
Je peux citer Ahmed Benaïssa, Bahia Rachdedi, Mohamed Adjaïmi, Othmane Bendaoud, Mourad Khan. Il y a aussi les acteurs français Smaïn et Lorie. Smaïn interprète le rôle du méchant dans le film. Smaïn, l'humoriste, va surprendre le public. Les gens verront Lorie complètement transformée. Les comédiens ont tous apprécié le scénario. C'est un film de jeunes, beaucoup d'action.
-Vous avez choisi Oran pour le tournage du film, pourquoi ?
Le réalisateur a une admiration pour cette ville. Moi-même je suis d'Oran, donc c'est plus simple. Alger, c'est très compliqué pour le tournage. De plus, Oran est une ville plate, avec des espaces pour les scènes de course. Nous n'avons pas eu de difficultés avec le ministère de la Culture pour les autorisations de tournage.
-Et pourquoi Mike Tyson dans le film ?
En tant que producteur, je voulais avoir une guest-star dans le film. Nous avons pensé à Van Damne, mais ce n'était pas possible, ça nous coûte trop cher. L'agence de Jean-Marc Minéo connaît Tyson. Elle nous l'a proposé. Nous nous sommes dit pourquoi pas ! Tyson viendra en Algérie pour trois jours. Mais ça ne va rien changer au film. Le film est ensemble constitué de plusieurs comédiens surtout algériens, des techniciens, un directeur photo canadien qui fait un excellent travail. Nous nous sommes équipés des mêmes caméras utilisées actuellement à Hollywood. Pour la bande originale du film, un compositeur américain est chargé de faire une fusion entre le raï, le soul et le funk. Nous allons solliciter deux groupes musicaux algériens pour contribuer à la bande également. Lorie va interpréter une chanson aussi. Les dialogues seront en arabe parlé et en français
-La sortie de L'Algérie pour toujours est prévue à quelle date ?
Le film sortira en 2014. Nous sommes en train de tourner et de monter en même temps. Chaque soir, on visionne les images. Je suis content du résultat. L'avant-première du film se fera en Algérie. Le film sera vendu à l'international. J'ai signé un contrat avec un distributeur présent dans une trentaine de pays. Ses films sont placés dans les grandes salles et grand multiplex. Il fait confiance à Jean-Marc Minéo après le succès de Bangkok Renaissance. Le film sortira dans 600 salles en Chine. Lorie est une star dans ce pays.
-Zakaria Ramdane comédien passe à la production et au scénario, ça ne doit pas être facile…N'est-ce pas ?
J'étais mannequin, j'ai fait le Cours Florent (école parisienne de formation d'acteurs)… Ma boîte de production a été créée en 2004. Cela fait longtemps que je voulais produire des films d'arts martiaux. Le moment est donc venu de le faire. Entre-temps, j'ai interprété un rôle dans Harraga Blues de Moussa Haddad, un grand réalisateur. C'était une occasion de mieux connaître l'univers cinématographique. J'ai appris beaucoup de choses avec Moussa Haddad. La production, ce n'est pas facile. Il faut gérer une équipe, courir derrière les autorisations administratives, gérer les risques de cascade. En même temps, je dois jouer dans le film aussi.
-Vous avez opté pour Algérie pour toujours comme titre du film. Pourquoi ?
Il y a une certaine idée du patriotisme dans ce film. C'est le combat d'un jeune Algérien pour protéger son pays. La scène finale, qui se déroulera à Santa-Cruz (hauteurs d'Oran), explique quelque peu l'idée d'ensemble du long métrage…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.