Sorties d'Ould-Abbès et situation inquiétante du pays    Une direction collégiale pour le FLN    La start-up chinoise qui devance Samsung dans la course aux smartphones pliables    Donald Trump remercie l'Arabie Saoudite pour la baisse du prix    VOTRE WEEK-END SPORTIF    «Abid-Charef est prêt à aller jusqu'au bout pour se défendre et être blanchi»    Les applications mobiles «boudées» par une majorité de médias algériens    Plus de 50 000 enfants victimes de maltraitance annuellement    Journée de contestation du personnel de l'éducation    Brioche salée    La prochaine édition sera maghrébine    Tiaret : L'université abrite un colloque sur le développement durable    Emigration clandestine : 413 harraga secourus et 1478 autres interceptés à l'Ouest depuis janvier    Boufatis : Affichage de la liste de 300 bénéficiaires de logements    20 blessés par les pétards    Le club El Assil gagne son pari    Violence coupable    FAF: Boualem Charef claque la porte    Ligue 1 : NAHD 1 MCO 0: Le Nasria en toute logique    Pourquoi l'Arabie Saoudite baisse sa production pétrolière    Recherché pour un accident mortel ayant coûté la vie à un policier: Un individu en fuite arrêté à Bethioua    Macron et les Gilets jaunes: La bataille de l'ancien monde    De la servitude à la soumission politique    Les Algériens sont-ils fatalistes ?    «La crise migratoire en Afrique, état des lieux, défis, enjeux et perspectives»    52 enfants palestiniens tués et plus de 900 arrêtés en 2018    Une tentative de transfert illégal de 25.700 euros déjouée à l'aéroport    Au moins 43 morts dans un attentat-suicide pendant un rassemblement religieux à Kaboul    La taxe d'habitation sur les factures d'électricité et gaz fait défault    Les élus du RND, Taj et PLJ rallient le FLN    Ecrivain et linguiste le plus prolifique de sa génération    Une mosquée du début du XIe siècle    Parachèvement de l'étude de restauration    Algérie - Niger : Examen des opportunités de coopération dans le secteur des transports et des travaux publics    Migration clandestine : La formation à l'entreprenariat des jeunes, un moyen de lutte "efficace"    La situation se complique pour les Algériens    Présidence d'Interpol : Face à la polémique, un général russe cède la place à un Sud-Coréen    Cacophonie au FLN    Guitouni annonce: "Un plan d'investissements de 75 milliards de dollars en 2018-2022"    Renault : Le conseil va discuter du remplacement temporaire de Ghosn    CS Constantine : Vers le recrutement de deux joueurs congolais    Budget 2019 en France : Large vote à l'Assemblée mais la bataille du pouvoir d'achat se poursuit    En l'absence d'Ali Bongo : L'Union africaine préoccupée par la crise politique au Gabon    85.000 enfants morts de faim oude maladie    Constantine : Le savant et penseur Mohamed Salah Essedik distingué    La 9e édition du du 22 au 26 novembre    La déclaration de politique du gouvernement présentée à la mi-décembre: Ouyahia à nouveau devant les députés    Le terroriste abattu à Mila, identifié    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Zakaria Ramdane. Producteur : le film sortira dans 600 salles en Chine
Culture : les autres articles
Publié dans El Watan le 11 - 10 - 2013

Le nom de Zakaria Ramadane figure dans le Guiness Book des records d'arts martiaux. Il est le seul Algérien à être listé dans ce livre prestigieux. Zakaria a réussi à casser 31 planches en 30 secondes. Un record réalisé à 20 ans.
-Comment est née cette idée de réaliser un film d'arts martiaux ?
Je connais le réalisateur Jean-Marc Minéo depuis au moins six ans. Jean-Marc est cinq fois champion du monde du kung fu. Comme j'ai pratiqué les arts martiaux, nous sommes donc dans le même domaine. Jean-Marc a réalisé Bangkok Renaissance (ou Rebirth, long métrage franco-thaïlandais sorti en 2012). J'ai vu ce film d'action à Paris et j'ai félicité Jean-Marc en lui disant que je voulais produire un long métrage en Algérie. C'était le début du projet. Nous avons écrit le scénario ensemble, avons fait des castings, composé les équipes techniques.
-Des équipes de Bangkok Renaissance…
Absolument ! Les cameraman, la scripte…Nous avons contacté des cascadeurs, les mêmes qui ont déjà travaillé avec Jet Lee et Jackie Chan (Hoang Nghi, Thevada Dek, Patrick Kazu Tang, ndlr). Jean-Marc Minéo les connaît. Cela a facilité le travail avec eux. Nous avons fait un casting de comédiens cascadeurs algériens, avons organisé deux mois de formation avant le début du tournage dans un centre sportif à El Karma. Nous avons fait appel à des cascadeurs de voiture qui ont déjà tourné avec le cinéaste français Luc Besson ou ont participé à des productions américaines. Nous avons tourné une cascade en voiture à Canastel après une course-poursuite de la place d'Armes. Je pense que c'est la première fois en Algérie qu'on tourne une telle scène… Avec un petit budget, nous avons essayé de faire un film d'une bonne qualité
-Qu'en est-il des acteurs algériens qui participent au film ?
Je peux citer Ahmed Benaïssa, Bahia Rachdedi, Mohamed Adjaïmi, Othmane Bendaoud, Mourad Khan. Il y a aussi les acteurs français Smaïn et Lorie. Smaïn interprète le rôle du méchant dans le film. Smaïn, l'humoriste, va surprendre le public. Les gens verront Lorie complètement transformée. Les comédiens ont tous apprécié le scénario. C'est un film de jeunes, beaucoup d'action.
-Vous avez choisi Oran pour le tournage du film, pourquoi ?
Le réalisateur a une admiration pour cette ville. Moi-même je suis d'Oran, donc c'est plus simple. Alger, c'est très compliqué pour le tournage. De plus, Oran est une ville plate, avec des espaces pour les scènes de course. Nous n'avons pas eu de difficultés avec le ministère de la Culture pour les autorisations de tournage.
-Et pourquoi Mike Tyson dans le film ?
En tant que producteur, je voulais avoir une guest-star dans le film. Nous avons pensé à Van Damne, mais ce n'était pas possible, ça nous coûte trop cher. L'agence de Jean-Marc Minéo connaît Tyson. Elle nous l'a proposé. Nous nous sommes dit pourquoi pas ! Tyson viendra en Algérie pour trois jours. Mais ça ne va rien changer au film. Le film est ensemble constitué de plusieurs comédiens surtout algériens, des techniciens, un directeur photo canadien qui fait un excellent travail. Nous nous sommes équipés des mêmes caméras utilisées actuellement à Hollywood. Pour la bande originale du film, un compositeur américain est chargé de faire une fusion entre le raï, le soul et le funk. Nous allons solliciter deux groupes musicaux algériens pour contribuer à la bande également. Lorie va interpréter une chanson aussi. Les dialogues seront en arabe parlé et en français
-La sortie de L'Algérie pour toujours est prévue à quelle date ?
Le film sortira en 2014. Nous sommes en train de tourner et de monter en même temps. Chaque soir, on visionne les images. Je suis content du résultat. L'avant-première du film se fera en Algérie. Le film sera vendu à l'international. J'ai signé un contrat avec un distributeur présent dans une trentaine de pays. Ses films sont placés dans les grandes salles et grand multiplex. Il fait confiance à Jean-Marc Minéo après le succès de Bangkok Renaissance. Le film sortira dans 600 salles en Chine. Lorie est une star dans ce pays.
-Zakaria Ramdane comédien passe à la production et au scénario, ça ne doit pas être facile…N'est-ce pas ?
J'étais mannequin, j'ai fait le Cours Florent (école parisienne de formation d'acteurs)… Ma boîte de production a été créée en 2004. Cela fait longtemps que je voulais produire des films d'arts martiaux. Le moment est donc venu de le faire. Entre-temps, j'ai interprété un rôle dans Harraga Blues de Moussa Haddad, un grand réalisateur. C'était une occasion de mieux connaître l'univers cinématographique. J'ai appris beaucoup de choses avec Moussa Haddad. La production, ce n'est pas facile. Il faut gérer une équipe, courir derrière les autorisations administratives, gérer les risques de cascade. En même temps, je dois jouer dans le film aussi.
-Vous avez opté pour Algérie pour toujours comme titre du film. Pourquoi ?
Il y a une certaine idée du patriotisme dans ce film. C'est le combat d'un jeune Algérien pour protéger son pays. La scène finale, qui se déroulera à Santa-Cruz (hauteurs d'Oran), explique quelque peu l'idée d'ensemble du long métrage…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.