2e Séminaire régional pour les parlements africains: la délégation du Conseil de la nation souligne à Djibouti l'engagement de l'Algérie à développer les différents secteurs    Conférence africaine des start-up: adoption d'une feuille de route africaine constitutive de la coopération continentale    Les recettes de la fiscalité pétrolière représentent 41% du total des recettes budgétaire prévues pour 2023    Secousse tellurique de magnitude 4 degrés dans la wilaya de Blida    La "Tenue traditionnelle féminine de l'Est algérien", bientôt proposée pour l'inscription au patrimoine de l'humanité    De COP en COP !    Abderrahmane Hadef, économiste: L'Algérie a les atouts pour devenir un pays émergent    Ligue 1 (13ème journée): Deux derbies et un classico à l'affiche    Le chemin est encore long    Violences: Appel à protéger l'école    Tamanrasset: Trois morts dans une collision    Lutte contre les intoxications alimentaires: La commission d'hygiène communale d'Oran sévit    DGSN: Un réseau ciblant les enfants sur les réseaux sociaux démantelé    «Samahna si l'Hadj» !    La Libye invite les sociétés étrangères à reprendre exploration et production    Le Général d'Armée Chanegriha reçoit le Coordinateur américain du Conseil de Sécurité nationale, pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord    Le Qatar impressionne le monde    La Seleçao en mode Samba    Radioscopie d'un club détourné    Le FFS, un parti-rempart    Les leçons d'une opération    Propositions pour le nouveau Code de la commune    Un litige qui dure depuis 5 ans    Les élèves grelottent    L'incontournable numérisation    Le budget primitif en constante régression    L'Afrique se réunit à Oran    La communauté internationale salue l'accord de sortie de crise au Soudan    Un concert euphorique    Formation à l'improvisation théâtrale    L'humanité tragique au cœur du cinéma    Coronavirus: 9 nouveaux cas et aucun décès    Nécessité d'impliquer les startups dans le domaine du tri et du recyclage des déchets    L'Algérie nouvelle sous la conduite du Président Tebboune: une expérience pionnière de démocratie    Maroc: manifestations contre les arrestations des opposants et la détérioration des conditions sociales    Annaba: début jeudi des journées nationales du monodrame    Décès de l'ancien président de la LFP Mahfoud Kerbadj    L'Algérie condamne "fermement" le massacre perpétré en RD Congo    Tebboune reçoit les chefs des délégations    Soudan: la communauté internationale salue l'accord de sortie de crise    Ligue 1 Mobilis (13e J) : USMA-CRB à l'affiche, la JSK en quête de confirmation    11e Fica, le film "De nos frères blessés" présenté au public    Ligue 2 - ASM Oran: Les raisons d'un échec programmé    Algérie-Chine: Le partenariat stratégique global renforcé    Sari-Ali Hikmet au «Le Quotidien d'Oran»: «Chaque cheminant vers Dieu a son propre chemin»    «Je suis conscient des aspirations du peuple»    Cour constitutionnelle: «De grands pouvoirs et une soupape de sécurité pour l'Etat de droit»    Algérie-Jordanie: Des accords et des mémorandums d'entente signés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La littérature africaine anglophone en vogue
Actualité : les autres articles
Publié dans El Watan le 01 - 11 - 2013

Militante et existentielle, la littérature africaine d'expression anglaise, traduite ou en version originale, trouve un large lectorat à travers le monde. El Watan Week-end vous fait (re) découvrir des œuvres majeures, certaines, disponibles au Salon international du livre d'Alger (Sila) qui se poursuit jusqu'au 9 novembre à la Safex.
Amadou Kourouma, Tahar Ben Jelloun, Mongo Béti, Sony Labou, Kateb Yacine, Driss Chraïbi, Rachid Boudjedra… sont autant de noms d'écrivains qui ont marqué à la fois la littérature africaine et universelle. Cependant, saviez-vous quel est le romancier africain le plus lu dans le monde ? Il est considéré comme «le père des lettres africaines modernes», le romancier Chinua Achebe a vendu des millions de livres à travers le monde. De nationalité nigériane il s'est éteint en mars 2013 à Boston. «Achebe est devenu un classique de son vivant, ce qui est rare pour un écrivain africain. Il a connu le Nigeria dans les pires conditions, sa vie a été une lutte et son exil une inspiration pour raconter son Afrique et donner la voix aux Africains», explique Georges Belley, professeur de littérature africaine à Londres, puis éditeur à Johannesburg. «Son premier roman Things Fall Apart, a été traduit dans 50 langues, et en français sous le titre Le Monde s'effondre, édité chez Présence Africaine. Son apport à la littérature africaine est considérable.
L'hostilité d'Achebe pour la représentation négative des Africains le poussera à se battre sur tous les fronts. Il ira jusqu'à contester les écrits d'Hemingway, qui décrivait l'Afrique comme une terre sauvage, violente et menaçante.» La littérature africaine francophone et anglophone compte des centaines d'écrivains prolifiques qui ont porté l'histoire de leurs pays respectifs, de leurs tribus et de leurs langues maternelles. En Afrique, il existe 2000 langues différentes, autant de couleurs et d'inclinaisons linguistiques influençant ainsi les langues coloniales. «Dans la littérature africaine anglophone, les histoires se composent autour de la première structure que connaît l'auteur, c'est-à-dire la famille, une version réduite de la société. L'intrigue commence souvent à partir d'un village, ou d'une maison, jusqu'à l'ascension du héros, à travers l'amour, le combat, les voyages et enfin la quête. Les productions littéraires anglophones ont des soubassements philosophiques», poursuit Belley.
MONDIALISATION
«La littérature africaine ne peut être compartimentée dans une catégorie spécifique, elle appartient à un continent et non à un pays, affirme Nadine Assaki, critique littéraire, scénariste sud-africaine. La littérature africaine anglophone ne se forge pas à partir de la langue dans laquelle elle a été rédigée, c'est-à-dire que la langue devient secondaire pour certains auteurs, le plus important étant d'attirer l'attention sur ce qui ne plaît pas, sur les problèmes contemporains. A titre d'exemple, je citerai le roman Les interprètes (1965, The Interpreters) du Nigérian Wole Soyinka, offrant une diversité de lecture de la vie urbaine en Afrique, à travers plusieurs protagonistes ou héros ! La littérature africaine anglophone n'est pas guidée par les règles d'une langue spécifique, elle l'utilise pour transmettre un message clair à un monde moderne qui a choisi la mondialisation.»
La littérature africaine anglophone déconstruit l'influence des langues coloniales et opte pour une «africanisation du discours», comme le précise Denise Coussy dans son livre Littératures de l'Afrique anglophone (Edisud, collection les Ecritures du Sud, 2007). La littérature africaine, née dans un besoin d'affirmation de l'identité à la fois noire et africaine, se démarque des codes de la littérature occidentale. De par les conflits politiques, les engagements sociaux, elle se fait l'écho résonnant des militants sous la plume d'écrivains. «La littérature africaine anglophone favorise la compréhension de cette Afrique dynamique souillée par le sang des conflits modernes. Comme la littérature africaine d'expression française qui explore, depuis longtemps, les réalités du passé et le discours formaté de l'histoire officielle. Aujourd'hui, on peut compter sur des écrivains comme Chimamanda Ngozi Adichie et Unity Dow qui représentent à elles seules une nouvelle génération de militants pour une Afrique qui bouge, s'exporte et se vend», conclut Nadine Assaki.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.