Le Président Tebboune entame lundi une visite de travail en République arabe d'Egypte    Les sociétés algériennes ont des opportunités prometteuses dans le marché africain et du Sénégal    Barça : Memphis Depay de retour en Eredivisie ?    Lancement d'une nouvelle campagne nationale de vaccination    Foot/ Ligue 2 : victoire de l'ASM Oran devant le MC Saida (2-0)    Wilaya d'Alger: réseau de trafic de stupéfiants démantelé et plus de 2.000 comprimés psychotropes saisis    Le peuple sahraoui déterminé à défendre son droit à l'indépendance par tous les moyens légitimes    Le FFS dénonce "une grave dérive du pouvoir"    L'Allemagne va livrer à l'Ukraine un hôpital de campagne    Foot, force et démocratie    Les avocats prônent la prudence    Barça : Ansu Fati face à un choix difficile    "L'Algérie a les moyens de rivaliser avec les meilleures nations au monde"    "Je vais me remettre en question"    Lait subventionné : l'augmentation du prix n'est pas à l'ordre du jour    Placement de près de 19 000 demandeurs d'emploi en 2021    Le Cnapeste reporte sa grève    Quand la quête de vérité met la lumière sur un passé sombre    Taghit, une source d'inspiration pour les artistes    Au moins 70 morts dans une frappe de la coalition contre une prison    Le Cameroun sur le chemin des Verts    Cap sur la Coupe de la CAF !    Les championnats à huis clos    Pressions franco-allemandes sur Kaïs Saïed    44,6 millions d'habitants en Algérie en janvier 2021    Recul de l'activité au 3e trimestre 2021    Plus de 20 000 interventions effectuées par la Direction du commerce en 2021    Qui succédera à Mohcine Belabbas ?    T'wakhdhet !    Deux en un sur le podium    Il y a dix ans nous quittait Cherif Kheddam    Déficiences comblées ?    Le miracle argentin en temps de Covid    Une nouvelle opération de rapatriement: 155 Subsahariens reconduits vers les frontières    Sonelgaz: Le pôle urbain «Ahmed Zabana» raccordé au gaz de ville    Un pays antichoc    113 postes de formation en doctorat ouverts    Les voleurs de câbles de Séraidi sous les verrous    L'Algérie déterminée à dire son mot    La menace «jihadiste» nourrit le sentiment anti-peul    Les combats entre Kurdes et Daesh font plus de 70 morts    Algérie nouvelle : la mise sur orbite    «Ma rencontre avec la mort»    «Nous partageons une Histoire complexe»    Le moudjahid Cherif Athmane n'est plus    L'urbanisme et les Algériens    Bouslimani affiche ses intentions    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La littérature africaine anglophone en vogue
Actualité : les autres articles
Publié dans El Watan le 01 - 11 - 2013

Militante et existentielle, la littérature africaine d'expression anglaise, traduite ou en version originale, trouve un large lectorat à travers le monde. El Watan Week-end vous fait (re) découvrir des œuvres majeures, certaines, disponibles au Salon international du livre d'Alger (Sila) qui se poursuit jusqu'au 9 novembre à la Safex.
Amadou Kourouma, Tahar Ben Jelloun, Mongo Béti, Sony Labou, Kateb Yacine, Driss Chraïbi, Rachid Boudjedra… sont autant de noms d'écrivains qui ont marqué à la fois la littérature africaine et universelle. Cependant, saviez-vous quel est le romancier africain le plus lu dans le monde ? Il est considéré comme «le père des lettres africaines modernes», le romancier Chinua Achebe a vendu des millions de livres à travers le monde. De nationalité nigériane il s'est éteint en mars 2013 à Boston. «Achebe est devenu un classique de son vivant, ce qui est rare pour un écrivain africain. Il a connu le Nigeria dans les pires conditions, sa vie a été une lutte et son exil une inspiration pour raconter son Afrique et donner la voix aux Africains», explique Georges Belley, professeur de littérature africaine à Londres, puis éditeur à Johannesburg. «Son premier roman Things Fall Apart, a été traduit dans 50 langues, et en français sous le titre Le Monde s'effondre, édité chez Présence Africaine. Son apport à la littérature africaine est considérable.
L'hostilité d'Achebe pour la représentation négative des Africains le poussera à se battre sur tous les fronts. Il ira jusqu'à contester les écrits d'Hemingway, qui décrivait l'Afrique comme une terre sauvage, violente et menaçante.» La littérature africaine francophone et anglophone compte des centaines d'écrivains prolifiques qui ont porté l'histoire de leurs pays respectifs, de leurs tribus et de leurs langues maternelles. En Afrique, il existe 2000 langues différentes, autant de couleurs et d'inclinaisons linguistiques influençant ainsi les langues coloniales. «Dans la littérature africaine anglophone, les histoires se composent autour de la première structure que connaît l'auteur, c'est-à-dire la famille, une version réduite de la société. L'intrigue commence souvent à partir d'un village, ou d'une maison, jusqu'à l'ascension du héros, à travers l'amour, le combat, les voyages et enfin la quête. Les productions littéraires anglophones ont des soubassements philosophiques», poursuit Belley.
MONDIALISATION
«La littérature africaine ne peut être compartimentée dans une catégorie spécifique, elle appartient à un continent et non à un pays, affirme Nadine Assaki, critique littéraire, scénariste sud-africaine. La littérature africaine anglophone ne se forge pas à partir de la langue dans laquelle elle a été rédigée, c'est-à-dire que la langue devient secondaire pour certains auteurs, le plus important étant d'attirer l'attention sur ce qui ne plaît pas, sur les problèmes contemporains. A titre d'exemple, je citerai le roman Les interprètes (1965, The Interpreters) du Nigérian Wole Soyinka, offrant une diversité de lecture de la vie urbaine en Afrique, à travers plusieurs protagonistes ou héros ! La littérature africaine anglophone n'est pas guidée par les règles d'une langue spécifique, elle l'utilise pour transmettre un message clair à un monde moderne qui a choisi la mondialisation.»
La littérature africaine anglophone déconstruit l'influence des langues coloniales et opte pour une «africanisation du discours», comme le précise Denise Coussy dans son livre Littératures de l'Afrique anglophone (Edisud, collection les Ecritures du Sud, 2007). La littérature africaine, née dans un besoin d'affirmation de l'identité à la fois noire et africaine, se démarque des codes de la littérature occidentale. De par les conflits politiques, les engagements sociaux, elle se fait l'écho résonnant des militants sous la plume d'écrivains. «La littérature africaine anglophone favorise la compréhension de cette Afrique dynamique souillée par le sang des conflits modernes. Comme la littérature africaine d'expression française qui explore, depuis longtemps, les réalités du passé et le discours formaté de l'histoire officielle. Aujourd'hui, on peut compter sur des écrivains comme Chimamanda Ngozi Adichie et Unity Dow qui représentent à elles seules une nouvelle génération de militants pour une Afrique qui bouge, s'exporte et se vend», conclut Nadine Assaki.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.