réunion président de la FAF- membres des différents staffs des Verts pour préparer le Cameroun    Man United : Martial très proche de ce club    L'UE interpellée sur l'illégalité des activités économiques au Sahara occidental    Le Président Tebboune rencontre des représentants de la communauté nationale en Egypte    Burkina Faso: incertitude autour du sort du président Kaboré, appels au dialogue    Comores : Un défenseur pour garder les buts face au Cameroun    Covid-19: le dispositif de protection reconduit pour 10 jours à compter de mardi    Handi-basket / Championnat d'Afrique : l'Algérie s'impose devant l'Afrique    Affaire Metidji: 5 ans de prison ferme pour Sellal et 8 ans à l'encontre de Metidji    Coupe de la CAF: JSK-Royal Léopards d'Eswatini décalé à jeudi    Du fleuve de sang et de larmes... au rayonnant Hirak    Le président Tebboune quitte Alger à destination de l'Egypte    Covid: malgré sa contamination, le personnel médical continue de braverla pandémie et assurer le service    Le dinar poursuit sa baisse face au dollar    Les voies de la résilience    Des reports de procès en cascade    Les notaires emboîtent le pas aux avocats    Le dernier délai de la Cnas d'Alger aux employeurs    Les Verts n'ont jamais raté les matches barrages    MSF accuse la coalition menée par l'Arabie saoudite    L'Amérique livre le premier Super Hercules à l'Algérie    Le ras-le-bol des Oranais    "La physionomie des couples algériens a beaucoup évolué"    Farès Babouri veut nous faire sortir de notre zone de confort    Le prix "Halli-Ali" décerné à Mohamed Yadadène    Colloque sur l'engagement intellectuel durant la Guerre d'Algérie    Quelque 4 millions d'euros et 1 million d'USD d'exportations hors hydrocarbures en 2021    Tebboune entame aujourd'hui une visite de travail et de fraternité en égypte    Un soldat français tué à Gao    De l'ecstasy et du kif traité saisis par la police    «La hausse des prix n'est pas à l'ordre du jour»    La FAF suspend momentanément les compétitions    La grève des boulangers massivement suivie    L'association culturelle «Saharienne», un outil de valorisation des artistes et des arts    Coups de théâtre à répétition !    Bouira - Université : suspension des cours jusqu'à début février    RC Kouba: Est-ce la bonne saison ?    La solution des autotests    «50% des centres inaptes à accueillir l'examen»    La junte nomme les membres du Conseil national de transition    Quel crédit accorder à l'initiative?    Le rapport déposé incessamment sur le bureau de l'APN    Où en est la ruée vers l'or?    123 morts en 4 jours    Focus sur les intellectuels    L'ADN de la Nation algérienne    Pionnier de la musique kabyle    Les avocats prônent la prudence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le départ d'un géant
La chronique africaine de Benaouda Lebdai
Publié dans El Watan le 30 - 03 - 2013

Père de la littérature africaine, comme l'affirme Nadine Gordimer, le romancier et essayiste nigérian, Chinua Achebe, vient de s'éteindre à l'âge de 82 ans à Boston aux Etats-Unis.
Depuis son accident de voiture au Nigeria en 1990, paralysant la partie inférieure de son corps, il avait décidé de vivre à New York pour raisons médicales et il y avait enseigné à l'université. C'est avec un premier roman retentissant, Et le Monde s'effondre (1958) que cet écrivain a inscrit la littérature africaine anglophone parmi les grandes littératures du monde. Ce roman a été traduit dans cinquante langues et vendu à plus de dix millions d'exemplaires. Devenu un classique mondial, il est toujours étudié et analysé. Ce romancier nigérian est un monument de la littérature africaine grâce à une grande production et des prises de position affirmées. Sa belle écriture anglaise africanisée a fait dire à Nelson Mandela qu'avec Chinua Achebe «les murs de la prison s'effondraient». En effet, sa fiction vous emporte car il a l'art de la narration, du symbole et de l'image. Son écriture joycienne s'inscrit dans la veine du «stream of consciousness» dans la mesure où il casse les temps chronologiques. Il a su aussi introduire avec bonheur l'oralité africaine dans sa fiction, abordant des thèmes qui vont de la question coloniale aux problèmes de la post-indépendance. Durant la guerre du Biafra, il s'est engagé en tant que citoyen dès 1967 pour la sécession. Il a écrit à ce sujet des textes forts qui font date et a publié l'an dernier ses mémoires intitulées There was a Country où il revient sur cet épisode douloureux de l'histoire du Nigeria.
Avec une verve et une ironie sans précédent, comme dans A Man of the People, il fut l'un des premiers à aborder les questions politiques postcoloniales comme les coups d'Etat qui empêchent la société de vivre dans la stabilité et le respect des Constitutions. Il a écrit sans concession sur la corruption qui gangrène les pays africains, sur la prostitution, l'utilisation des enfants dans la guerre, l'intolérance... Comme son compatriote Wole Soyinka, Prix Nobel de littérature, il a su utiliser les mythes africains dans une écriture moderniste. En accord avec ses principes, Chinua Achebe a refusé les honneurs proposés par les autorités de son pays en raison de la corruption et de la gabegie. En 2011, par exemple, il a refusé le titre de «Commandant de la République Fédérale», l'une des plus hautes distinctions au Nigeria. Il a reçu en 2007 à Londres le Man Booker International, prix littéraire tant convoité.
Il avait aussi reçu en 1987 le prestigieux Booker Prize pour son roman Anthills in the Savanah. L'écrivain nigérian Victor Ehikhamenor a déclaré à la BBC que Chinua Achebe n'était pas Nigérian mais citoyen du monde, car ses romans parlent à tous. Il est intéressant de rappeler que Et le monde s'effondre fut écrit en réaction à Joseph Conrad dont le roman, Le cœur des ténèbres, l'avait choqué avec ses personnages africains toujours dans l'ombre, inexistants, invisibles, sans humanité. Pour lui, les quelques personnages africains de ce roman faisaient partie du décor exotique, car muets et au service des Blancs en mal d'exploration et d'exploitation. En réaction, il écrivit donc Et le monde s'effondre replaçant les personnages africains au cœur de l'Histoire et les rendant «sujets». Chinua Achebe raconte avec une évocation superbe la vie précoloniale en montrant combien l'Afrique était structurée avec ses codes, sa culture et ses stratégies politiques. Le roman décrit l'arrivée de Blancs avec le prêtre, puis le soldat et enfin l'homme d'affaires.
Les Blancs déstructurent la société Ibo de Chinua Achebe. Le héros principal, Okwonko, est si désorienté par la machine coloniale qu'il se suicide. La force du roman est dans sa structure, conçue comme une horloge. Le titre du roman est extrait d'un poème de W. B Yeats «Things fall apart, the centre cannot hold».
Par rapport à la question de la langue du colonisateur, il est intéressant de constater que la position de Chinua Achebe rappelle celle de Kateb Yacine qui avait qualifié le français en Algérie de «butin de guerre». Chinua Achebe a affirmé que la langue anglaise lui a été donnée et qu'il la gardait, l'utilisant sans complexe mais en l'africanisant. Il a défendu l'idée que la colonisation faisait partie de l'histoire du continent et qu'il ne fallait pas tout rejeter comme par exemple les langues qui sont une richesse dans ce monde global.
Ses compatriotes, Wole Soyinka et J. P Clark ont rappelé cette semaine que Chinua Achebe était triste pour son pays où des massacres dans la région de Kano ont lieu, où l'intolérance se propage. Chinua Achebe a dénoncé l'intégrisme et le manque de générosité. Au-delà de la perte de l'homme, Wole Soyinka a affirmé que Chinua Achebe reste vivant pour les nouvelles générations qui ont besoin d'intellectuels de cette trempe pour s'affirmer et lutter pour la liberté. Chinua Achebe a passé le «bâton» à la nouvelle génération pour que la création continue, pour que les vocations littéraires se développent, pour que la démocratie devienne réalité au Nigeria et en Afrique. Pour Chinua Achebe, les forces des ténèbres doivent être combattues car elles ressurgissent toujours. Il est primordial de rester en alerte intellectuellement et politiquement. Avec Wole Soyinka, j'aimerais affirmer que Chinua Achebe vit toujours grâce à ses écrits et ses messages contre «la répression, la bigoterie et la régression».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.