Où est passé l'esprit du partenariat Euromed ?    Commémoration du 14e anniversaire de la mort d'Arafat, les Palestiniens œuvrent pour l'unité    La conférence de presse de Medouar en points    Suspicion de 16 cas de rougeole durant les 72 dernières heures à Merouana    SENATORIALES A ORAN : Duel entre deux candidats au parti FLN    Droit, Ethique, Morale….    BATNA : 16 cas de rougeole dépistés en 72 heures    GARE MARITIME DE MOSTAGANEM : Une personne arrêtée avec plus de 12 000 euros    à J-6 de Togo-Algérie Belmadi dévoile une liste de 25 joueurs, une première pour Chita et Meziane    L'Algérien Walid Bidani passe à côté    La JSS sur le podium, nul renversant dans le derby CSC-DRBT    Un restaurant pour abriter un congrès !    Le Qatar balayé par de violents orages et de fortes pluies    Baisse importante des réserves de change    Mise en place d'une matrice nationale des niveaux de compétences    Plus de 120 foyers branchés au gaz naturel    300 greffes sont réalisées annuellement en Algérie    Béatification : de quoi parle-t-on ?    Essor d'une police des livres    5 354 logements cherchent terrains    USM Harrach: L'urgence de l'ouverture du capital financier    Air Algérie: Protesta des mécaniciens de la maintenance    Ce qu'illustre la passe d'armes entre Macron et Trump    Chambre des arts et des métiers: Sortie d'une nouvelle promotion de 128 artisans    Ouyahia, un «joker»    MC Alger: Mehdi Benaldjia en renfort    Le Consul général de France, à Oran, rend hommage aux combattants: «175.000 Algériens morts et disparus pendant la 1re Guerre mondiale»    Les opérateurs économiques appelés à adhérer au système de l'emploi    En littérature et dans la réalité    «L'Algérie vue par les orientalistes russes»    Pas de disparités entre homme et femme    Basés en Syrie : Comment rendre les S-300 invincibles face à Israël ?    L'Algérie participe à la conférence de Palerme sur la Libye    Signature d'un contrat avec la firme-Conseil américaine    Le bilan de l'attaque d'un hôtel àMogadiscio s'alourdit à 39 morts    Inquiètes de la Chine : Les Bourses européennes terminent la semaine en baisse    Etats-Unis : La Fed maintient les taux en l'état mais promet d'autres hausses    Les Algériens font plus d'enfants que leurs voisins    Le chef de la DCSA remplacé    Le cauchemar prend fin    Les grands producteurs de pétrole à Abou Dhabi pour une éventuelle réduction de la production    Défaite des Algériennes face à la Côte d'Ivoire    Trois Algériens dans le Top 30    Sahara occidental : Des eurodéputés dénoncent la partialité du rapport de Patricia Lalonde    Centenaire de l'armistice : Ouyahia participe à Paris à la cérémonie de commémoration    Décès : Le journaliste Merzak Meneceur n'est plus    «Comment parler de soutien à un 5e mandat sans que le Président le demande ?»    Syndicalisme, le tournant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chems eddine chitour : «C'est une nouvelle rente qui se profile»
Economie : les autres articles
Publié dans El Watan le 11 - 12 - 2013

L'annonce par l'Agence nationale pour la valorisation des ressources en hydrocarbures (Alnaft) de la décision d'exploiter les réserves de pétrole et de gaz non conventionnels est très mal perçue par Chems Eddine Chitour, spécialiste en énergie, professeur émérite de l'Ecole nationale polytechnique.
Pour ce scientifique, les gisements potentiels de l'Algérie en gaz de schiste qui sont estimés à 21 000 milliards de mètres cubes sont une façon de faire perdurer la rente. «C'est une nouvelle rente qui se profile», nous dit-il, et «une véritable fuite en avant, car à travers cette décision, on dit aux citoyens il y a du gaz de schiste, continuez à compter sur la rente.» «C'est un drame !», s'indigne encore Chems Eddine Chitour, car, selon lui, «le gouvernement donne à travers le recours à l'exploration des hydrocarbures non conventionnels un très mauvais signal à la population». «Au lieu de dire que la rente est derrière nous et de réhabiliter l'effort et l'économie d'énergie, on ne fait que renvoyer aux calendes grecques une remise en ordre de ce pays.» «Pourquoi sortir le pétrole et le gaz de façon frénétique pour mettre des dollars en réserve dans les banques américaines où ils s'effritent ? Notre meilleure banque, c'est notre sous-sol», clame encore le professeur Chitour. Pour ce dernier, le gaz de schiste n'est cependant pas à bannir éternellement.Au contraire, estime-t il, «son heure viendra dans dix ans, dans quinze ans. Et il sera alors une véritable bénédiction pour les générations futures».
Selon notre interlocuteur, «entre-temps, la technologie sera mature et il y aura notamment une meilleure maîtrise de la fracturation hydraulique». Chems Eddine Chitour affirme que le recours au gaz de schiste dans l'immédiat «sera une véritable malédiction pour le pays».
Pour le scientifique, il faut plutôt tabler sur le développement durable et préparer une véritable stratégie énergétique au sein de laquelle le solaire, la géothermie, l'hydraulique, le gaz et le pétrole conventionnels mais aussi les hydrocarbures non conventionnels auront une place.
Le gros problème pour le professeur, c'est le fait que les autorités ne prennent pas en considération le principe de précaution.
Pour lui, il n'est pas prouvé que la fracturation hydraulique soit la meilleure méthode et de ce fait il y aura forcément des dégâts, car la méthode utilisée actuellement nécessite l'utilisation de plus de 600 produits chimiques cancérigènes, des milliers de mètres cubes pour chaque fracturation alors que l'Algérie est un pays en stress hydrique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.