Tebboune subit une intervention chirurgicale réussie sur le pied droit    La demande de liberté provisoire de Rachid Nekkaz rejetée    Les procès en appel de 11 hirakistes renvoyés au 10 mars    Le détenu Mohamed Baba-Nedjar en grève de la faim    Interrogations sur le rôle de l'Anie    Nouveau procès pour le général Saïd Bey    «L'exploitation du schiste n'est pas pour demain»    Pas de marchandises à exporter, ni de navires algériens sillonnant les océans    Quand l'offre dépasse la demande    Taïeb Hafsi invité par Cap-Horizon 2054    L'huile d'olive "Dahbia" finaliste au Dubaï Olive Oil 2021    Perturbation du trafic vers Thenia et Tizi Ouzou    Les Tunisiens ne décolèrent pas    Il veut rendre à l'Amérique son rôle phare dans le monde    L'Espagne ne doit pas céder au «chantage» du Maroc    Réunion d'urgence sur les violences au Darfour    Un prêtre porté disparu dans le Sud-Ouest    Duel à distance entre l'ESS et le MCA    "La JSK n'est pas en crise"    Les Rouge et Noir visent la quatrième victoire de suite    Quatre nouveaux entraîneurs remplacés en une semaine    Les Sanafir se méfient des Aigles    Souibaah et Aiboud également forfaits à Relizane    Découvrez les bienfaits des oméga-3 !    Filets de poulet à la chapelure    Révelez votre beauté, suivez ces rituels    Vu à Alger    Le geste de Setram pour les enfants cancéreux    «Ni repentance ni excuses», tranche Paris    Cheikh Namous, un grand qui a accompagné les plus grands    A Berlin, une danseuse noire pourfend le racisme dans le ballet classique    Les villes sans cœur : l'Algérien vit comme dans un hôtel, toujours prêt à retourner dans son village !    Deux œuvres algériennes en lice    "Il n'y a qu'en Algérie où on conteste nos symboles"    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    Coronavirus : 2849 décès depuis le début de l'épidémie    La dernière Foggara de Tamentit se meurt    Récifs artificiels : en Algérie, des expériences timides    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Créances impayées: La Sonelgaz sommée de sursoir aux coupures d'électricité    Football - Ligue 1: Indécision à tous les niveaux !    L'inspection régionale de la police de l'Ouest dresse son bilan: Plus d'un million de comprimés psychotropes saisis en 2020    Tlemcen - Vaccination contre la Covid-19 : des préparatifs et des interrogations    BIDEN, DIDEN ET L'UTOPIE    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





authenticité et nouveauté
Festival International de Musique Andalouse à Alger
Publié dans El Watan le 19 - 12 - 2013

Hormis l'Algérie, douze pays étrangers participeront à la huitième édition du Festival de musique andalouse et des musiques aciennnes qui se déroulera, du 20 au 29 décembre, à la salle Ibn Zeydoun, à Alger.
Ainsi, durant une dizaine de jours, les mélomanes de musique andalouse et des musiques anciennes pourront aller à la découverte d'un programme musical des plus variés. Le programme en question a été dévoilé par le tout nouveau commissaire du festival, Aïssa Rahmaoui, lors d'un point de presse animé, mercredi matin, au cercle Frantz Fanon de Riad El Feth. Pour le commissaire du festival, M. Rahmaoui, «le Festival culturel international de musique andalouse et des musiques anciennes, connu sous l'appellation de Festivalgerie, a acquis ses lettres de noblesse. Il est devenu un des événements artistiques majeurs du monde contemporain.
Depuis sa création en 2006, le festival augmente chaque année en qualité et en audience, enrichi et élargi par les expériences louables des éditions précédentes grâce aux efforts déployés par les comités d'organisation». Pour rappel, le Festivalalgerie s'assigne pour mission essentielle de promouvoir et de sauvegarder la musique traditionnelle algérienne dite andalouse aussi bien sur la scène nationale qu'internationale.
Placé sous le signe de l'authenticité et de la continuité, le festival mettra à l'honneur plusieurs formations, associations et artistes issus d'horizons et de pays divers. L'Algérie, la France, l'Espagne, la Grèce, le Portugal, la Tuquie, le Pakistan, l'Iran, le Liban, le Maroc, la Syrie et le Mexique sont les pays qui s'attelleront à présenter un répertoire des plus étudiés et épurés à la fois. L'Algérie est présente avec de prestigieuses associations musicales, à l'image de l'association El Amaraoui de Tizi Ouzou, l'école de musique El Inchirah de Constantine, et l'association des Beaux-Arts d'Alger. D'autres artistes algériens se produiront en solo, tels que la chanteuse andalouse Lila Borsali ou encore Dalila Mekkader.
Le commissaire du festival a rappelé à l'assistance que sont programmés au festival les associations et des ensembles lauréats du Festival national de musique andalouse ainsi qu'une ou deux associations méritantes et non récompensées lors des festivals nationaux de musique andalouse. Comme tout festival de cette envergure, des hommages appuyés seront rendus à des figures de proue de la musique andalouse algérienne, dont Kaddour Darsouni et les frères Mohamed et Abderrazek Fekhardji. En marge du festival, un concours sur la mise en valeur d'un instrument traditionnel est prévu. Les conférences et les master class ne seront pas en reste.
En effet, plusieurs intervenants se relayeront pour traiter de sujets ayant un lien historique ou organologique avec la musique traditionnelle savante algérienne et la musique ancienne du monde entier. A titre d'exemple, le professeur Teherichi Mohamed donnera une conférence le 21 décembre sur «El Ferda, musique de l'esprit et de la vie». Il est à noter qu'une partie des conférences se déroulera jusqu'au 25 décembre au cercle Frantz Fanon de Riad El Feth. Le restant des conférences aura lieu, pour sa part, à l'Institut supérieur de musique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.