Covid-19 : L'ouverture des frontières à partir du mois de juin    Makboul critique la tentative des Etats Unis d'empêcher la tenue de la réunion du CS    73 ans après la Nakba: le drame palestinien se perpétue et multiplie les victimes    L'avocat américain Jared Genser se joint à l'équipe de défense de la militante sahraouie Soltana Khaya    Quart de finale de Ligue des Champions: le CR Belouizdad bat l'Espérance de Tunis (2-0)    Serie A : L'Inter Milan chute face à la Juventus    Béjaia: distribution de plus de 3.000 logements au nouveau pôle d'Ighil-Ouzarif    Législatives du 12 juin: TAJ en lice avec un programme "réaliste"    Plus de 50 citoyens placés en garde à vue à travers le pays    La ville assiégée par la police    Commerce: respect total du dispositif de permanence au 2ème jour de l'Aïd El Fitr    Réunion du conseil des ministres: possibilité de réouverture des frontières terrestres et aériennes au menu    Retour sur les principaux changements    Washington s'oppose à une réunion du Conseil de sécurité et ses résolutions    La bonne affaire des pêcheurs occasionnels    Charfi réfute toute «nature politique»    La Côte d'Ivoire et le Maroc au menu des «étalons» en juin    Nouveau report    Un bond de 58,83% durant le 1er trimestre    Le scepticisme des syndicats    Héliopolis de Djaffar Gacem en salles à partir du 20 mai    Le Chabab face à l'ogre tunisien de l'Espérance    "Nous sommes décidés à relever le défi à Sfax"    La finale de la C 1 délocalisée à Porto    L'Algérie enchaîne une nouvelle baisse    Le gendre du Président recherché    Découverte du corps sans vie d'un plongeur    Plusieurs infrastructures routières affectées    Des P/APC qui ne résident pas dans leur commune !    LES EXTRADITIONS "POLITIQUES" NE SERONT PAS POSSIBLES    Ouverture prochaine d'un mini-théâtre pour enfants à Aïn Témouchent    Boumerdès : 600 MDA pour rénover les stades de proximité    CR Belouizdad : Belaïd Hechaïchi n'est plus    Boumerdès : Le site du Rocher noir délaissé    ANSS : La nécessité de sauvegarder le patrimoine de la Casbah    Célébration de la journée de la mémoire : Un programme commun pour toutes les universités d'Oran    Oran : La fête de l'Aïd retrouve des couleurs    Macron réunit un sommet virtuel    Vœux pour ces dames    Les Algériens accueillent l'Aïd dans la joie    Les Algériens balayent Rachad    Le gouvernement s'engage auprès des start-up    Le président échange ses voeux avec 5 chefs d'Etat    Les petits pas de l'axe Alger-Paris    Les vœux de Tebboune aux Palestiniens    Boussad Boudiaf emporté par la Covid-19    Adieu consoeur    Un témoignage nous interpelle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La gendarmerie intimide Al Atlas TV
Saisie des caméras de la télé privée
Publié dans El Watan le 12 - 03 - 2014

Des éléments d'une brigade spéciale de la Gendarmerie nationale, en civil, au nombre de 9, ont investi, hier après-midi, les locaux de la chaîne privée Al Atlas, situés à Birkhadem (Alger), sur ordre du procureur de la République près le tribunal de Sidi M'hamed.
«Aucun motif convaincant n'a été présenté», selon le directeur de l'information et de la rédaction, Hafnaoui Ghoul. Une dizaine de caméras et des appareils photo ont été saisis. Toutes les structures du siège de la télévision ont été inspectées. Les gendarmes ont pris des photos des différentes pièces. «Arrivés vers 15h, les agents sont repartis à 18h. Cependant, ils ont empêché le personnel de sortir et à d'autres d'entrer», témoigne M. Hafnaoui. Pour l'heure, la saisie du matériel et la perquisition ne signifient pas pour les responsables de la chaîne l'arrêt de la transmission. Hafnaoui Ghoul soutient que «cette inspection traduit une violation de la liberté d'expression». Selon lui, «la chaîne Al Atlas TV dérange le pouvoir». Et d'ajouter : «Nous invitons, dans nos émissions, autant de personnalités et des militants qui s'expriment librement et sans censure. Cette liberté que garantit Al Atlas TV n'arrange pas les tenants du régime.»
Dans une déclaration à elwatan2014, le directeur général de la chaîne, Hichem Bouallouch, affirme que «l'ordre de perquisition n'est pas clair. Il est juste mentionné «perquisition des caméras qui ont fait des victimes». On ne comprend pas le motif de leur venue. La gendarmerie a aussi filmé les lieux». Les journalistes et le personnel de la chaîne n'en revenaient pas. Ils ne pouvaient imaginer une telle «intimidation», affirment des rédacteurs. L'un d'eux s'écrie : «C'est devenu pire que la Côte d'Ivoire. Ce n'est pas possible qu'un tel ordre de justice puisse cibler un média privé. Jusqu'où sont-ils capables d'aller ? Il faut que ces intimidations cessent une fois pour toutes.» Le directeur de l'information dénonce dans le même sillage «une violation des droits humains». «C'est une atteinte au droit d'informer. La population algérienne suit de très près notre chaîne et apprécie son contenu, différent des médias pro-pouvoir.»
Pour certains journalistes de la chaîne, «cette perquisition est un avertissement». «Ils veulent nous dire d'arrêter de travailler librement. Sinon, la prochaine fois ce sera pire.» Hafnaoui Ghoul observe que «les couvertures des derniers rassemblements au centre d'Alger, en face de la Fac centrale et la transmission qui démontrent clairement les abus de la police et les atteintes à la liberté de manifester, sont à mon avis à l'origine de cet triste événement». Il ajoute que «les rassemblements du mouvement Barakat ont été suivis par la population grâce, entre autres, à notre chaîne. De ce fait, ils veulent que nous cessions les couvertures sur le terrain, et ce, en prévision des prochaines actions de ce mouvement».
Colère de la corporation
La nouvelle de la perquisition de la chaîne Al Atlas a été condamnée sur les réseaux sociaux, notamment par des journalistes. Ils expriment leur solidarité. «C'est scandaleux. Je dénonce cet acte odieux d'atteinte à la liberté d'expression et d'opinion en Algérie. Je suis totalement solidaire avec l'équipe d'Al Atlas TV», écrit Fayçal. D'autres journalistes se demandent : «Quel est le message politique que veut transmettre le pouvoir aux dissidents et à ceux qui s'opposent à la réélection de Abdelaziz Bouteflika ?» Force est de souligner que cette perquisition intervient dans un climat politique où différentes parties essayent de concrétiser un coup de force pour la reconduction de Abdelaziz Bouteflika.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.