PSG: la réaction de Di Maria et Paredes au décès de Maradona    Conseil de la nation: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre l'enlèvement    188e anniversaire de l'allégeance à l'Emir Abdelkader, l'unité nationale comme message éternel    Le Maroc, soutenu par la France, a sapé tous les efforts pour régler la question sahraouie    Pétrole : l'Opep entame une série de réunions techniques sur la situation du marché    Images d'ailleurs, regards d'ici    Saïd Bouhadja n'est plus    Milan à la relance, Tottenham et Naples pour faire le trou    «Nous avons un groupe homogène»    Aït Abdeslam «out» contre le CABBA et le MCO    Sonelgaz menace    Entre avancées et entraves    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    Les techniciens de cinéma exigent la reconnaissance    Le verdict attendu pour le 1er décembre    Les Algériens ont une image mitigée de l'UE    Des résultats en nette régression    Amor Benamor s'approvisionne quotidiennement auprès de l'OAIC    L'Algérie sera présente    JS Kabylie : décès de l'ancien latéral Rezki Maghrici    Noureddine Tounsi incapable de comparaître devant le juge d'instruction    "Certains juges préfèrent leurs convictions à la loi"    De nombreux établissements scolaires paralysés    Les pompiers reprennent leur bâton de pèlerin    "La sécurité, c'est mieux !"    Kaboré en tête des résultats partiels    Difficile unification du Parlement en Libye    Naissance de l'Association des journalistes algériens solidaires avec le peuple sahraoui    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    Boukadoum entame une visite à Abuja    Nouvelles de Tlemcen    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    LA CORDE ET LE NŒUD COULANT    Licence professionnelle: Des contretemps pour la DCGF    Les angles de l'ingérence    Douze autres pays concernés: Les Emirats suspendent l'octroi des visas aux Algériens    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Football - Ligue 1: Sur fond de certitudes et d'inconnues    Programme de 300 logements sociaux de Aïn El Turck: Un chantier qui traîne depuis presque une décennie    Une médaille pour nos revers !    Démantèlement d'un réseau de passeurs à Oran    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Le gouvernement entretient le suspense    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La gendarmerie intimide Al Atlas TV
Saisie des caméras de la télé privée
Publié dans El Watan le 12 - 03 - 2014

Des éléments d'une brigade spéciale de la Gendarmerie nationale, en civil, au nombre de 9, ont investi, hier après-midi, les locaux de la chaîne privée Al Atlas, situés à Birkhadem (Alger), sur ordre du procureur de la République près le tribunal de Sidi M'hamed.
«Aucun motif convaincant n'a été présenté», selon le directeur de l'information et de la rédaction, Hafnaoui Ghoul. Une dizaine de caméras et des appareils photo ont été saisis. Toutes les structures du siège de la télévision ont été inspectées. Les gendarmes ont pris des photos des différentes pièces. «Arrivés vers 15h, les agents sont repartis à 18h. Cependant, ils ont empêché le personnel de sortir et à d'autres d'entrer», témoigne M. Hafnaoui. Pour l'heure, la saisie du matériel et la perquisition ne signifient pas pour les responsables de la chaîne l'arrêt de la transmission. Hafnaoui Ghoul soutient que «cette inspection traduit une violation de la liberté d'expression». Selon lui, «la chaîne Al Atlas TV dérange le pouvoir». Et d'ajouter : «Nous invitons, dans nos émissions, autant de personnalités et des militants qui s'expriment librement et sans censure. Cette liberté que garantit Al Atlas TV n'arrange pas les tenants du régime.»
Dans une déclaration à elwatan2014, le directeur général de la chaîne, Hichem Bouallouch, affirme que «l'ordre de perquisition n'est pas clair. Il est juste mentionné «perquisition des caméras qui ont fait des victimes». On ne comprend pas le motif de leur venue. La gendarmerie a aussi filmé les lieux». Les journalistes et le personnel de la chaîne n'en revenaient pas. Ils ne pouvaient imaginer une telle «intimidation», affirment des rédacteurs. L'un d'eux s'écrie : «C'est devenu pire que la Côte d'Ivoire. Ce n'est pas possible qu'un tel ordre de justice puisse cibler un média privé. Jusqu'où sont-ils capables d'aller ? Il faut que ces intimidations cessent une fois pour toutes.» Le directeur de l'information dénonce dans le même sillage «une violation des droits humains». «C'est une atteinte au droit d'informer. La population algérienne suit de très près notre chaîne et apprécie son contenu, différent des médias pro-pouvoir.»
Pour certains journalistes de la chaîne, «cette perquisition est un avertissement». «Ils veulent nous dire d'arrêter de travailler librement. Sinon, la prochaine fois ce sera pire.» Hafnaoui Ghoul observe que «les couvertures des derniers rassemblements au centre d'Alger, en face de la Fac centrale et la transmission qui démontrent clairement les abus de la police et les atteintes à la liberté de manifester, sont à mon avis à l'origine de cet triste événement». Il ajoute que «les rassemblements du mouvement Barakat ont été suivis par la population grâce, entre autres, à notre chaîne. De ce fait, ils veulent que nous cessions les couvertures sur le terrain, et ce, en prévision des prochaines actions de ce mouvement».
Colère de la corporation
La nouvelle de la perquisition de la chaîne Al Atlas a été condamnée sur les réseaux sociaux, notamment par des journalistes. Ils expriment leur solidarité. «C'est scandaleux. Je dénonce cet acte odieux d'atteinte à la liberté d'expression et d'opinion en Algérie. Je suis totalement solidaire avec l'équipe d'Al Atlas TV», écrit Fayçal. D'autres journalistes se demandent : «Quel est le message politique que veut transmettre le pouvoir aux dissidents et à ceux qui s'opposent à la réélection de Abdelaziz Bouteflika ?» Force est de souligner que cette perquisition intervient dans un climat politique où différentes parties essayent de concrétiser un coup de force pour la reconduction de Abdelaziz Bouteflika.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.