Ménès : "La déclaration de Le Graet sur Benzema est déplacée"    Qualifs CAN 2021 : Le Sénégal enchaine bien face à l'Eswatini    PRESIDENTIELLE : Mihoubi dévoile son programme électoral    SONATRACH : Kamel-Eddine Chikhi prend ses fonctions    CAMPAGNE ELECTORALE : Les médias signent la charte d'éthique    ORAN : Une marche de soutien à l'élection présidentielle    SIDI BEL ABBES : 30083 doses de vaccin antigrippal remises aux établissements de santé    Karaté/Coupe de France 2019 l'Algérienne Inès Abid en or    Sahara occidental: grande manifestation en Espagne contre la déclaration de Madrid    Des averses de pluie, parfois orageuses, annoncées au Centre et à l'Ouest du pays    Diabète : 5% seulement des diabétiques ont besoin de médicaments innovants    Syrie: les USA s'efforcent de faire obstacle aux négociations entre le gouvernement et les Kurdes    CHU d'Oran : 100 cas d'intoxications aiguës aux pesticides enregistrés annuellement    Iran: 40 arrestations durant les manifestations contre le prix de l'essence    Marches populaires à Aokas et à Kherrata    20 morts dans une attaque contre un village    Manifestation pour le départ du Premier ministre    RCD : "Le rendez-vous du 12 décembre est déjà disqualifié"    Entrée en service avant fin 2019 de l'Agence nationale pour le développement de la numérisation    La planche du naufrage !    Mellal : "La JSK aura besoin d'Al-Tubal en championnat"    Le Mouloudia pour oublier la dernière déconvenue    Les douze premiers qualifiés à l'Euro-2020    Ronaldo veut un 100e but, une qualif' et une revanche    La grande improvisation    «L'usine RAP a respecté tous ses engagements»    Le MNEA se mobilise    La France va revoir sa politique des visas    9 morts et 14 blessés en 48 heures    Le saviez-vous… ?    César Manrique, l'homme qui a fait de Lanzarote une œuvre d'art    Grande affluence aux Journées de la chanson bédouine et de la poésie populaire    Accord de partenariat pour l'entretien des sites archéologiques    16e édition de Dimajazz : inoubliable soirée de clôture avec le Wonder Collective    Le débat sur l'Islam est une provocation politique    Début officiel de la campagne présidentielle aujourd'hui : Les candidats sur un «terrain miné»    Alors que Trump fait le cavalier seul, l'UE doit-elle s'allier à la Chine ?    Iran : Découverte d'un énorme gisement de pétrole, quel avenir pour son développement ?    Intempéries: De nombreux dégâts déplorés à Béjaïa    Oran Le projet de la "gestion intégrée des déchets ménagers" en débat    Liga: Villarreal - Atlético Madrid ne se jouera pas à Miami    Boumerdes Un projet de jumelage signé entre la wilaya et la province chinoise de Hainan    Chine La Chine porte un coup dur à la première puissance économique européenne    Bolivie: La sénatrice Jeanine Añez se proclame présidente par intérim, Morales dénonce "un coup d'Etat"    Liban: Un nouveau gouvernement après huit mois de blocage    2e Journée d'Art Contemporain de Carthage : 57 artistes à "L'Internationale à l'Œuvre"    10e Fica : Remise des prix aux lauréats et hommage à Moussa Haddad    Cinéma : "Yuli" et "Karma" projetés à l'avant dernier jour du FICA    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Plus de 4000 personnes dans la rue à Béjaïa
Actualité : les autres articles
Publié dans El Watan le 16 - 04 - 2014

Grande mobilisation, hier à Béjaïa, lors de la marche du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD).
Ils étaient près de 4000 manifestants, selon les organisateurs, à battre le pavé le long du boulevard de la Liberté, répondant à l'appel du RCD à marcher dans les wilayas de Kabylie. Anciens et jeunes militants des quatre coins de la wilaya, étudiants, lycéens et même des militants d'autres formations politiques étaient au rendez-vous. Le RCD a, ainsi, renoué avec les grands mouvements d'antan, quand ses appels à la mobilisation drainaient des milliers de citoyens. Avec cette action à la veille de l'élection présidentielle qui aura lieu demain, le parti de Mohcine Belabbas a fait coïncider la commémoration des événements d'avril 1980 et le combat qu'il mène actuellement pour le boycott du scrutin.
Dans une organisation parfaite, la marche s'est ébranlée, vers 11h, du campus universitaire Targa Ouzemmour en direction du siège de la wilaya.
Pendant tout le parcours, qui s'étalait sur une grande distance, la foule, scindée en plusieurs carrés et munie de banderoles et pancartes, n'arrêtait pas de scander des slogans hostiles au système et contre l'élection : «Echaâb yourid isqat ennidam (le peuple veut la chute du régime)», «Système dégage !», «La Oujda la DRS, Djazaïr hya al assas (ni Oujda ni DRS, l'Algérie c'est l'essentiel)», ou encore «Ulac l'vot ulac (pas de vote !)». On pouvait également entendre des slogans qui rappelaient les événements d'avril 1980, ceux de 2001 et le combat pour la reconnaissance de l'identité et de la langue amazighes tels que : «Corrigez l'histoire ! L'Algérie n'est pas arabe», «Dimazighène», «Pouvoir assassin» ou encore «La Kabylie n'est pas à vendre».
Arrivée au rond-point Daouadji, la foule a marqué une halte pour observer une minute de silence à la mémoire des «martyrs de la démocratie», tombés sous les balles du pouvoir en 1980, 1988 et 2001. Une fois devant le siège de la wilaya, il a fallu attendre plusieurs minutes pour qu'arrivent les derniers marcheurs. Les organisateurs ont improvisé une prise de parole avec Atmane Maâzouz, porte-parole du RCD, et le président du bureau régional du parti, Mouloud Deboub.
«Vous êtes ici par milliers pour dire non à la supercherie qui se prépare derrière le dos du peuple, vous êtes ici par milliers pour dire non à cette énième provocation», a martelé Atmane Maâzouz, expliquant que «le soir du 17 avril, le pouvoir installera un intendant, un semblant de chef d'Etat illégitime qui continuera à le servir». Le porte-parole du RCD a exhorté la foule de «se mobiliser le 17 avril pour dire non à la mascarade électorale».
Mouloud Deboub a pour sa part déclaré que le RCD «est contre le recyclage des personnalités politiques, c'est au peuple, souverain, d'élire son président». Evoquant les graves événements qui secouent depuis des mois la vallée du M'zab, l'orateur a vilipendé les pouvoirs publics, restés «immobiles» devant les violences qui ont fait de cette région «une fournaise alors qu'elle était un havre de paix».
C'est le même «mépris», selon Mouloud Deboub, qu'ont de tout temps affiché les pouvoirs publics envers les Touareg. Les deux orateurs ont réitéré la ligne du RCD qui ne cessera «de combattre jusqu'à l'institutionnalisation de la langue amazighe et la reconnaissance de l'identité berbère de l'Algérie». Un appel a été lancé pour une autre marche le 20 avril.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.