LDC : Facile victoire de Chelsea face à Krasnodar    Ligue 1-MCA: "nous avons porté l'affaire de Rooney devant la Justice"    Sahara occidental: le Conseil de sécurité reporte à vendredi    Les mines capables de fournir plus de 30 matières premières fondamentales    Mawlid Ennabawi-1er Novembre: Sonelgaz met en place un plan spécial pour assurer la continuité de ses services    Tebboune transféré en Allemagne pour des "examens médicaux approfondis"    Conférences autour de l'Homme et de la Culture dans la pensée de Malek Bennabi    Mawlid Ennabaoui à Tlemcen: les enfants en tenues traditionnelles en force chez les photographes    Coronavirus : 320 nouveaux cas,191 guérisons et 10 décès    Forum de l'Algérie: les citoyens doivent lire le projet d'amendement constitutionnel et exprimer leur opinion en votant    Benzema : «Et pendant ce temps-là, les chiens aboient»    Chanegriha instruit la GN de prendre toutes les mesures pour sécuriser les centres et bureaux de vote    Lutte anti-terroriste: multiples opérations de l'ANP reflétant son haut professionnalisme    Taoufik Makhloufi: "Je suis un athlète propre"    Ouverture à la circulation automobile du tronçon El-Hamdania-Médéa    Cour d'Alger : début du procès en appel de Maheddine Tahkout    Arrestation d'un terroriste à Tlemcen    Mercato estival : marché déséquilibré, les grosses écuries ne dérogent pas à la règle    Assemblée générale ordinaire de la FAF : Les bilans adoptés    Quand les Etats-Unis s'en mêlent    Israël va construire de nouveaux logements à Hébron    Tlemcen: mise en service du gaz de ville au village de Maaziz    Une nouveauté pour les routiers algériens    Le groupe Condor reprend les exportations    L'inflation amorce une nouvelle accélération    «Il y a alliance entre la bande en prison et les ennemis à l'étranger»    Changement dans la continuité    USM El Harrach : Sept recrues en un jour    JSM Béjaïa : Chihati, Saïed, Saidoune et Kherraz en renfort    Toyota en leader dans l'automobile    Succès annoncé pour le colosse électrique    Les communaux protestent devant le siège de la Wilaya    Fondant au chocolat    Universités : Inscriptions et portes ouvertes en ligne    Lancement d'un projet de bande verte    La mercuriale en roue libre à Sétif    Libye: Le Conseil de sécurité de l'ONU entérine l'accord de cessez-le-feu    La médiation demande l'accès au chef de l'opposition en Guinée    Abou Leila et les autres    Si on cale déjà sur un dossier pareil...    Mawlid: lancement de la caravane culturelle "El Manara"    Pour une révolution d'encre !    Farid Abache revient avec un album musical poétique    Lancement des travaux de restauration du site Haouch El-Bey    UN COMBAT CONTRE SOI    Blida: Le ministre du Commerce incite les industriels à se préparer à l'exportation    Le Vote Des Expatriés En Question    La campagne référendaire s'achève aujourd'hui à minuit. Place au silence électoral    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Plus de 4000 personnes dans la rue à Béjaïa
Actualité : les autres articles
Publié dans El Watan le 16 - 04 - 2014

Grande mobilisation, hier à Béjaïa, lors de la marche du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD).
Ils étaient près de 4000 manifestants, selon les organisateurs, à battre le pavé le long du boulevard de la Liberté, répondant à l'appel du RCD à marcher dans les wilayas de Kabylie. Anciens et jeunes militants des quatre coins de la wilaya, étudiants, lycéens et même des militants d'autres formations politiques étaient au rendez-vous. Le RCD a, ainsi, renoué avec les grands mouvements d'antan, quand ses appels à la mobilisation drainaient des milliers de citoyens. Avec cette action à la veille de l'élection présidentielle qui aura lieu demain, le parti de Mohcine Belabbas a fait coïncider la commémoration des événements d'avril 1980 et le combat qu'il mène actuellement pour le boycott du scrutin.
Dans une organisation parfaite, la marche s'est ébranlée, vers 11h, du campus universitaire Targa Ouzemmour en direction du siège de la wilaya.
Pendant tout le parcours, qui s'étalait sur une grande distance, la foule, scindée en plusieurs carrés et munie de banderoles et pancartes, n'arrêtait pas de scander des slogans hostiles au système et contre l'élection : «Echaâb yourid isqat ennidam (le peuple veut la chute du régime)», «Système dégage !», «La Oujda la DRS, Djazaïr hya al assas (ni Oujda ni DRS, l'Algérie c'est l'essentiel)», ou encore «Ulac l'vot ulac (pas de vote !)». On pouvait également entendre des slogans qui rappelaient les événements d'avril 1980, ceux de 2001 et le combat pour la reconnaissance de l'identité et de la langue amazighes tels que : «Corrigez l'histoire ! L'Algérie n'est pas arabe», «Dimazighène», «Pouvoir assassin» ou encore «La Kabylie n'est pas à vendre».
Arrivée au rond-point Daouadji, la foule a marqué une halte pour observer une minute de silence à la mémoire des «martyrs de la démocratie», tombés sous les balles du pouvoir en 1980, 1988 et 2001. Une fois devant le siège de la wilaya, il a fallu attendre plusieurs minutes pour qu'arrivent les derniers marcheurs. Les organisateurs ont improvisé une prise de parole avec Atmane Maâzouz, porte-parole du RCD, et le président du bureau régional du parti, Mouloud Deboub.
«Vous êtes ici par milliers pour dire non à la supercherie qui se prépare derrière le dos du peuple, vous êtes ici par milliers pour dire non à cette énième provocation», a martelé Atmane Maâzouz, expliquant que «le soir du 17 avril, le pouvoir installera un intendant, un semblant de chef d'Etat illégitime qui continuera à le servir». Le porte-parole du RCD a exhorté la foule de «se mobiliser le 17 avril pour dire non à la mascarade électorale».
Mouloud Deboub a pour sa part déclaré que le RCD «est contre le recyclage des personnalités politiques, c'est au peuple, souverain, d'élire son président». Evoquant les graves événements qui secouent depuis des mois la vallée du M'zab, l'orateur a vilipendé les pouvoirs publics, restés «immobiles» devant les violences qui ont fait de cette région «une fournaise alors qu'elle était un havre de paix».
C'est le même «mépris», selon Mouloud Deboub, qu'ont de tout temps affiché les pouvoirs publics envers les Touareg. Les deux orateurs ont réitéré la ligne du RCD qui ne cessera «de combattre jusqu'à l'institutionnalisation de la langue amazighe et la reconnaissance de l'identité berbère de l'Algérie». Un appel a été lancé pour une autre marche le 20 avril.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.