La répudiation politique est-elle l'ADN du FLN ?    Y a-t-il un avion dans le pilote ?    Beda sur le front    Débit minimum à 2 méga et baisse des prix    Air Algérie s'explique et appelle les grévistes «à la raison»    Plusieurs annonces au Sénat    Le trumpisme : entre ruptures et continuité    Les 4 samedis    Echauffourées à Bab-el-Oued    La succession du Nigeria est ouverte, l'Algérie en outsider    Les Aiglonnes renoncent au boycott    Le cancer de la thyroïde, le troisième cancer féminin en Algérie    Un merveilleux «Safar» à travers l'art    Réouverture «au premier trimestre 2019»    Sakta brise le silence    Blida : Réalisation future de locaux commerciaux pour les jeunes    Ornières et nids-de-poule à Aïn Beïda    L'ornière de la violence    Produits pyrotechniques : Les douaniers procèdent à d'importantes saisies    Nouvelles d'Oran    Blida : Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs anticipe la célébration du Mawlid Ennabaoui Charif    «Ce pays qui n'a jamais voulu de moi, je l'aime pourtant !»    La folie des sénatoriales    Des témoins gênants que Ryad va promptement éliminer    Europe - Brexit : pour le meilleur et pour le pire    Le projet de la loi de finances adopté par l'APN    Bouclé hier par les forces de l'ordre: Nuit de rares violences à Bab El-Oued    Oran: Un cadavre de migrant rejeté par la mer    Le service de maternité du CHUO saturé: 1.200 hospitalisations et 800 accouchements en un mois    Lunetterie: Plus de 700.000 articles contrefaits saisis en 2017    Ould Abbès dégagé ?    Ligue 1 : PAC 2 CABBA 0: A sens unique    EN - Mohamed Farès forfait: Belmadi face aux aléas    Ligue 2: Gros chocs à Biskra et Chlef    Aïn Temouchent: Baba Aroudj a sa stèle    30e anniversaire de la proclamation de l'Etat de Palestine : M. Bouteflika réitère le soutien "indéfectible" de l'Algérie au peuple palestinien    France Football: Ahcène Lalmas au top des 10 icônes oubliées du foot africain    Prévention des risques d'inondations à Alger: Un plan préventif de la SEAAL pour contrôler plus de 60 points noirs    Il entamera sa rééducation dans quelques jours    Violence aux stades : El Habiri au chevet des policiers blessés à l'issue du match MCA-USMBA    Enigme et interrogations    Consolidation de la démocratie participative    92 commerces fermés    L'Onu lève ses sanctions    Partenaires pour un hommage à Alloula    Gabon : La Constitution modifiée pour pallier l'absence du président malade    En bref…    Tout un programme pour l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





MARCHES COMM�MORATIVES DU PRINTEMPS BERB�RE
TIZI-OUZOU Une conviction, pas un caprice de nostalgiques
Publié dans Le Soir d'Algérie le 21 - 04 - 2010

Inesp�r�. Les militants de la cause identitaire pour lesquels le 20 Avril n�a pas perdu une once de son aura sont sortis, hier, battre le pav� � travers les principales art�res de Tizi-Ouzou, comme cela ne leur est pas arriv� depuis quelque temps d�j�.
A l�appel du Rassemblement pour la culture et la d�mocratie, d�une part, et du Mouvement autonomiste, d�autre part, ils ont, en effet, r�pondu par milliers au mot d�ordre, �non pas par nostalgie mais par conviction �, comme soulignera un �lu du parti de Sa�d Sadi, m�l� au premier carr� de manifestants ayant ouvert la procession. �C�est la conviction que la cause m�rite un engagement plus prononc� au regard de la conjoncture qui nous est impos�e par le pouvoir et ces charlatans qui ont tout fait, ces derni�res ann�es, pour galvauder la revendication amazigh�, ajoutera le m�me militant qui, avec ses camarades, reprendra, une heure trente durant, � tue-t�te, des slogans du patrimoine. Des slogans au langage cru, � faire dresser les cheveux sur la t�te du pr�sident de la R�publique et celle de son Premier ministre, tout au long d�un parcours interrompu le temps de l�observation d�une minute de silence au carrefour baptis� �Place des martyrs du Printemps noir� o�, un peu plus t�t, ce qui reste du Mouvement citoyen des arouch s��tait rassembl� pour un hommage aux victimes des tristes �v�nements d�il y a, maintenant, neuf ans. Les milliers de manifestants parcourront ainsi les deux kilom�tres s�parant le point de d�part, � l�entr�e du campus de Hasnaooua, du point de chute improvis� aux abords du square Mohand- Oulhadj, o� il sera laiss� le soin � un jeune militant du RCD de faire lecture d�une d�claration pour clore le rendez- vous. �Aujourd�hui, nous c�l�brons le trenti�me anniversaire du Printemps amazigh, moment capital dans la refondation identitaire, politique et sociale de notre pays�, clamera le jeune homme qui, ensuite, se fera un devoir de rappeler que �pour la premi�re fois, en 1980, une g�n�ration de militants s�est lev�e pour, d�une part, d�noncer et combattre pacifiquement l�h�g�monie arabo-islamiste n�gatrice de l�identit� amazigh, socle culturel de l�Alg�rie et, au-del�, de l�Afrique du Nord, et, d�autre part, contester le syst�me du parti unique et revendiquer un Etat d�mocratique et social, qui a �t� l�objectif de la Lib�ration nationale�. A l�instar des plus anciens parmi les manifestants d�hier, le jeune orateur a tenu � affirmer que cette comm�moration de l�anniversaire du 20 Avril �n�est pas un moment de nostalgie, c�est un message d�espoir. Ce rep�re ni� par les tenants de l�histoire officielle fut, reste et restera d�abord une cl�, parce que la g�n�ration d�aujourd�hui doit conna�tre la v�rit� sur notre histoire pour �viter les pollutions, d�jouer les manipulations et arr�ter les d�tournements symboliques et politiques qui p�sent sur Avril 80 et, plus g�n�ralement, sur la m�moire alg�rienne. Une cl�, puis un projet, parce que le Printemps amazigh ouvre les portes de l�avenir et de l�universalit�. Et le r�dacteur de la d�claration d�assurer que �le d�veloppement de nos r�gions qui pourra garantir la r�partition de la richesse nationale, r�habiliter l��cole, r�sorber le ch�mage et la crise du logement, vaincre l�ins�curit� et sortir du d�sastre �cologique ne peut se faire que dans un pays r�concili� avec son histoire, sa culture, et exer�ant sa souverainet� dans des institutions locales, r�gionales et nationales librement �lues�. Sur ce, les milliers de manifestants se sont dispers�s pour laisser place aux fid�les du Mouvement autonomiste de Ferhat M�henni, pour une marche similaire � quelques slogans pr�s, qui finira � l�autre bout du centre-ville de Tizi-Ouzou, o� cela faisait longtemps que les manifestants n�avaient pas d�ferl� en aussi grand nombre.
M. Azedine
BOUIRA
Dans la d�sunion
Encore une fois, la journ�e du 20 Avril a �t� l�occasion pour la ville de Bouira de renouer avec la protesta et sortir de la l�thargie dans laquelle elle baignait depuis de longs mois. Un air de protestation parfum� par l�odeur du gaz lacrymog�ne, que l�on n�a pas senti depuis belle lurette.
Yazid Yahiaoui - Bouira (Le Soir) - Oui, hier, et apr�s les trois marches initi�es s�par�ment par trois protagonistes, � savoir le RCD, les �tudiants au nom du MAK et les arouch, des dizaines de jeunes manifestants ont �t� dispers�s � coups de bombes lacrymog�nes par des forces anti�meutes d�p�ch�es d�s les premi�res heures de la matin�e et stationn�es devant les principaux �difices �tatiques. Cela �tant, la comm�moration du 20 Avril 1980 a �t� f�t�e comme il se doit, et en premier lieu par le RCD qui se consid�re toujours comme l�h�ritier naturel et l�gitime du combat des pr�curseurs des �v�nements d�Avril 1980. Comment en serait-il autrement quand on sait que le leader du RCD, Sa�d Sadi, �tait justement l�un des acteurscl�s de ces �v�nements. Hier et � l�appel du bureau r�gional (BR), toutes les communes berb�rophones de la wilaya se sont mobilis�es pour la circonstance avec, cependant, un peu plus d�engagement du c�t� des cinq communes g�r�es par le RCD, � savoir M�chedallah, Chorfa, Ath-Mansour, Bechloul et El-Esnam. Ces derni�res �taient pr�sentes en force avec, � leur t�te, les P/APC. Etaient �galement pr�sents le pr�sident du BR, Boutata Ahmed, ainsi que deux d�put�s d�p�ch�s d�Alger, les docteurs Khendek Mohamed et Tahar Besb�s. La marche, qui a d�but� aux environs de 10h, a drain� des centaines de militants et de sympathisants du RCD. Arborant des banderoles sur lesquelles on pouvait lire les slogans chers au RCD, comme �Ensemble pour une Alg�rie de demain, �Pour la libert� d�expression� ou encore �Tamazight langue nationale et officielle, �crits en fran�ais et en tamazight, les marcheurs qui arpentaient le principal boulevard menant de la place publique vers le si�ge de la wilaya ont, tout au long du parcours, scand� des mots d�ordre hostiles au pouvoir, comme �Pouvoir assassin�, ainsi que les fameux �Assa, azekka, tamazight tella, tella� et autres �Imazighen� et �Djaza�r horra, dimocratia �. Devant le si�ge de la wilaya, et apr�s une minute de silence observ�e � la m�moire des victimes de la R�volution et de celles de la d�mocratie, une d�claration a �t� lue par le pr�sident du BR, par laquelle le RCD r�it�re �le combat pour asseoir une v�ritable d�mocratie dans le pays, rong� par la corruption et la mauvaise gouvernance�. Quelques minutes auparavant, ce sont les arouch qui avaient march� sur le m�me itin�raire, en scandant des mots d�ordre hostiles au pouvoir comme �Pouvoir assassin� et �Ulac smah, ulac�. Au niveau de la place publique et avant le d�but de la marche, les d�l�gu�s Dja�fer Abdedou, Mahmoud Toumi, Hmimi de Takerboust, Mahmoud Bouchelkia d�El- Esnam et Djamel Yahiaoui se sont relay�s pour rappeler le serment faits aux 126 martyrs du �Printemps noir� de ne pas baisser les bras et de poursuivre la lutte jusqu�� la satisfaction compl�te de la plate-forme d�El-Kseur. Dja�fer Abdedou, qui a appel� � la fraternit� et au rassemblement de toutes les forces vives de la nation, a rappel� les maux qui rongent la soci�t� et le pays comme la corruption, la bureaucratie au niveau de l�administration locale et toutes les autres injustices, revenus en force apr�s avoir �t� combattus par les arouch pendant plusieurs ann�es. Le d�l�gu� de Taghzout n�a pas omis de rappeler la marginalisation de tamazight et la n�cessit� d�en finir avec son statut d�enseignement facultatif. Enfin, la troisi�me marche a �t� initi�e par les �tudiants de l�universit�, mais aux couleurs du MAK. Des centaines d��tudiantes et d��tudiants auxquels se sont joints des jeunes venus de plusieurs communes de la wilaya mais aussi des lyc�ens, ont march� depuis le centre universitaire jusqu�au si�ge de la wilaya. Des banderoles et des drapeaux aux couleurs du MAK, avec un portrait g�ant de son pr�sident, Ferhat M�henni, ont �t� arbor�s et des slogans hostiles au pouvoir central r�clamant l�autonomie de la Kabylie ont �t� scand�s. Au niveau du si�ge de la wilaya, deux porte-parole du mouvement pour l�autonomie de la Kabylie, Mouloud Mebarki de Souk-Lethnine (B�ja�a) et Chebi Bouaziz de Chorfa, ont lu une d�claration du MAK et rappel� l�exigence de leur mouvement, � savoir l�autonomie de la Kabylie, tout en soulignant l�attachement du MAK � un pays appel� Alg�rie. Apr�s ces trois marches qui se sont toutes achev�es dans le calme, des dizaines de jeunes ont continu� � sillonner les rues et les boulevards de la ville, en scandant �Anwi wigui, d�Imazighen�. Les marcheurs, qui ont provoqu� � plusieurs reprises les forces de la police, n�ont �t� dispers�s qu�apr�s l�intervention des forces anti-�meutes, en usant de bombes lacrymog�nes. Aucune arrestation n�a �t� signal�e durant la journ�e. Dans l�apr�s-midi, le calme est revenu dans la ville. Notons, enfin, qu�outre ces marches, la journ�e a �t� marqu�e, du c�t� de M�chedallah, par une conf�rence-d�bat anim�e par les deux d�put�s dissidents du RCD, Ali Brahimi et Tarek Mira. Le premier a ax� son intervention sur les acquis d�Avril 1980, � savoir la cr�ation du HCA et l�enseignement de tamazight. Le conf�rencier dira que tamazight a besoin de tous les appuis qualitatifs afin de se voir hisser � la place qui devrait �tre la sienne dans le pays. Pour sa part, Tarek Mira parlera de l�historique de la question identitaire et d�mocratique dans le pays. Le d�bat a �t� suivi par une assistance estim�e � plusieurs centaines de personnes au niveau du th��tre communal Boukrif-Salah qui abritait, depuis dimanche, une semaine culturelle � l�initiative de la jeune association de wilaya de tourisme et de jeunesse.
Y. Y.
Le RCD, le MAK, le FFS et les �tudiants en rangs dispers�s
La cit� des Hammadites a renou� hier avec les actions de rue � l�occasion de la c�l�bration du trentenaire du Printemps berb�re. Une c�l�bration en rangs dispers�s des principales forces politiques de la r�gion mais avec le m�me esprit de fid�lit� et d�attachement au combat d�Avril 80 qui constitue l�acte fondateur de l�Alg�rie d�mocratique.
C�est ainsi que pas moins de trois marches ont �t� organis�es hier au niveau du chef-lieu de wilaya de B�ja�a � l�initiative du RCD, du MAK et de la coordination des �tudiants de l�universit� de B�ja�a pour marquer ce 30e anniversaire du Printemps amazigh, une date, rep�re dans l�histoire de la lutte d�mocratique et identitaire qui a ouvert les portes de l�espoir et de l�affranchissement d�mocratique aux Alg�riens. Sous les mots d�ordre �Pour la refondation identitaire, l�institutionnalisation de tamazight et les libert�s d�mocratiques�, le RCD annonce la couleur � travers une marche populaire qui s�est �branl�e de la Maison de la culture vers les environs de 10h30�. Ouverte par l�embl�me national et des responsables nationaux du parti de Sadi en l�occurrence Rabah Boucetta et Mohc�ne Belabb�s, les deux d�put�s de B�ja�a, Athmane Mazouz et Boubekeur Derguini ainsi que des �lus locaux et des membres r�gionaux du Rassemblement, la procession forte de plusieurs centaines de personnes s�est dirig�e vers le si�ge de la wilaya, point de chute de la manifestation sous les cris �Mazalagh d�Imazigh�ne�, �Pouvoir assassin !�, �Bouteflika, Ouyahia, houkouma Irhabia !�. Prenant la parole, Boudra� pr�sident du BR de B�ja�a, le seul intervenant � la fin de la manifestation, a mis l�accent sur la nature du r�gime alg�rien qui excelle, selon lui, dans �la corruption et la confiscation de la volont� populaire� dira-t-il en substance. Dans une d�claration rendue publique � l�occasion du trentenaire du Printemps amazigh, le RCD note que la comm�moration du 20 Avril est �un message d�espoir�. Evoquant les manifestations du 20 avril 1980, le RCD �crit dans son document :�Ce rep�re ni� par les tenants de l�histoire officielle, fut et restera une cl� et un projet. Une cl� parce que notre jeunesse doit conna�tre la v�rit� sur notre histoire pour �viter les pollutions, d�jouer les manipulations et arr�ter les d�tournements symboliques et politiques qui p�sent sur Avril 1980 et plus g�n�ralement sur la m�moire alg�rienne.� Une heure plus tard, c�est le Mouvement pour l�autonomie de la Kabylie qui reprend le relais � travers une imposante d�monstration de rue entam�e � partir du campus universitaire de Targa Uzemour pour marquer ce double anniversaire du Printemps berb�re 1980 et des douloureux �v�nements de Kabylie d�avril 2001 qui ont fait, pour rappel, 126 morts et des milliers de bless�s. Tout au long du parcours menant vers le si�ge de la wilaya, les manifestants dont certains brandissaient le portrait de leur leader, Ferhat M�henni, ont repris en ch�ur des mots d�ordre favorables au projet d�autonomie de la Kabylie. Les marcheurs n�ont pas manqu� �galement de fustiger le pouvoir en reprenant � gorges d�ploy�es des slogans tels :�Pouvoir terroriste ! Pouvoir assassin !�, �Ulac smah ulac !�, �Kabylie, la�que, d�mocratique et autonome !�. Au terme de la marche, avant de faire lecture d�une d�claration, l�un des animateurs de la section universitaire de B�ja�a du MAK a violement d�nonc� le harc�lement judiciaire � l�encontre du chanteur engag� Ferhat M�henni principal porte-parole du Mouvement sur lequel p�serait un mandat d�arr�t. �Toutes ces atteintes � notre libert� ne peuvent �tre r�par�es que par l�instauration d�une autonomie qui consacrera un environnement sain de toute violence et injustice qui redonnera espoir et propulsera m�me la Kabylie o� on ne l�a jamais imagin�e�, �crit le MAK dans son document tout en soutenant que le projet de l�autonomie de la Kabylie s�impose comme �seule et unique alternative pour mettre fin � cette crise, mais surtout pour doter la Kabylie d�institutions l�gitimes et repr�sentatives qui prendront en charge ses pr�occupations et attentes d�mocratiques, la�ques et progressistes�. De son c�t�, la coordination des �tudiants de l�universit� de B�ja�a a aussi initi� une manifestation de rue dans le cadre de la c�l�bration du double anniversaire de Tafsut 1980 et du Printemps noir 2001. Quelques centaines d��tudiants ont pris part � la marche avec les mots d�ordre en faveur de l�institutionnalisation de tamazight et le respect des libert�s individuelles. �Avril 1980-Avril 2001, deux dates historiques qui ont marqu� les esprits de tout le peuple berb�re et qui s�inscrivent dans le noble combat pour la d�mocratie et la revendication identitaire face � un pouvoir dictatorial qui tente de faire perdre au peuple autochtone ses rep�res en lui imposant par des pratiques les plus inf�mes son id�ologie arabo-islamique �, lit-on dans une d�claration de la coordination des �tudiants de B�ja�a. Le FFS a, pour sa part, anim� une conf�rence-d�bat avanthier dimanche dans la soir�e � la cit� universitaire de Berchiche d�El- Kseur. Intervenant � l�occasion de la rencontre-d�bat, Karim Tabou le premier secr�taire national du FFS a tir� � boulets rouges sur le pouvoir en place repr�sent� par �le DRS qui excelle dans la contre-fa�on politique �. Par ailleurs, il convient de signaler que l�ensemble du secteur de l��ducation �tait paralys� hier � l�occasion de la c�l�bration du trentenaire du Printemps amazigh.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.