Une légende du Milan AC encense Bennacer    Burkina Faso - Malo : "Je ne vois pas pourquoi je devrais trembler face à l'Algérie"    Coupe de la CAF : Ca passe pour la JS Saoura et la JS Kabylie    La Libye organise son premier forum sur la sécurisation des élections    "Notre monde est loin d'être parfait"    Cour de Blida : le verdict final dans l'affaire Hamel et Berrachedi rendu le 7 novembre    Détention provisoire prolongée pour Fethi Ghares    "LE MAROC EST ALLE TROP LOIN..."    Nadjib Amari rejoint officiellement le CR Belouizdad    Les syndicats de l'Education sceptiques    Un sujet d'une brûlante actualité    Deux ouvrages sur le 17 Octobre 1961 réédités en France    Tribunal de Sidi M'hamed : report au 15 novembre du procès de l'ancien ministre Mohamed Hattab    Salon national des arts plastiques Tikjda de Bouira : Un carrefour de rencontres intergénérationnelles    L'éthiopienne Gidey pulvérise le record du monde    L'Algérien Yacine Chalel 24e sur l'Omnium    «Empêcher les tenants de l'argent sale d'infiltrer les élections»    Le Royaume-Uni bat en brèche les thèses marocaines    Les deux vaccins recommandés par les spécialistes    Volaille et légumes en terrine    Cours de soutien : un phénomène qui prend de l'ampleur    Le Maroc menace le journal français l'Humanité    L'ALC demande que la présidence du Conseil souverain soit confiée à des civils    Intempéries dans la capitale : Une femme emportée par les crues, et une autre portée disparue    AG de l'UNAF : Amara élu vice-président    Projet de loi de finances 2022 : Le prix référentiel du baril fixé à 45 dollars    Pain et imaginaire populaire    Suppression des modalités de retard de paiement des cotisations: La CNAS lance une campagne de sensibilisation    Chlef: Les assurances du directeur de l'ANADE    Tebboune préside l'ouverture de l'année judiciaire: Accorder au pouvoir judiciairela place qui lui sied    L'escalade du ciel et les contradictions    Du pain en temps de paix...    Il sera présenté les 16 et 17 novembre à l'institut Cervantès d'Oran: Un annuaire sur l'évolution de l'espagnol en Algérie durant les 30 dernières années    L'ambassadeur Sofiane Mimouni reçu par Antonio Guterres    "Nous ne parlons du salaire que par rapport au pouvoir d'achat"    115 Listes de candidatures déposées    Le FLN a 67 ans    La faillite des agendas d'outre-mer    Chasse aux dealers    Ce que risque le maire    «Startupeurs, nous sommes avec vous»    Et si l'Algérie s'y mettait?    Plus d'une quinzaine de conférences et workshops y seront organisés.    Feu vert pour le projet fou de Laporta    Le jour où la Chine retrouva l'ONU    La riposte de la rue...    Concert de musique chaâbie avec Hakim Bouzourene    Concours de la langue coréenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Célébration du Printemps berbère : Des milliers de personnes dans la rue en Kabylie
Publié dans El Watan le 21 - 04 - 2010

Plusieurs milliers de personnes ont répondu, hier à Tizi Ouzou, à l'appel à la marche lancé par le RCD. La procession, a parcouru les artères principales de la ville des Genêts pour se terminer devant le jardin public Mohand Oulhadj jouxtant le siège de la wilaya.
L'on a noté l'absence de Saïd Sadi, mais la présence de nombreux élus locaux et des parlementaires du RCD. Sur les banderoles on pouvait lire : « Le 20 Avril, une alternative à la terreur et à la corruption », « Officialisation de la langue amazigh » et « Pour les libertés démocratiques ». L'ambiance était bon enfant. La manifestation s'est déroulée dans le calme. Arrivés au niveau du CHU et au « Carrefour du printemps noir », au centre-ville, les marcheurs ont observé un halte silencieuse avant de reprendre les slogans hostiles aux dirigeants du pays. Arrivés devant le jardin public Mohand Oulhadj, une prise de parole a été improvisée par le sénateur Ikharbane, après la lecture d'une déclaration par un étudiant, membre du bureau régional du RCD.
Bouira renoue avec les manifestations
Par ailleurs, à l'appel du Mouvement pour l'autonomie de la Kabylie (MAK) que dirige Ferhat Mehenni, une marche a été organisée. Il était 11h quand le premier carré de la procession s'est ébranlé devant le portail principal du campus universitaire de Hasnaoua, en scandant « Pour l'autonomie de la Kabylie » et « Justice pour les martyrs de la Kabylie ». Des marcheurs brandissaient des portraits du leader du MAK et de Matoub Lounès.
Devant le stade du 1er Novembre, les marcheurs ont observé une minute de silence à la mémoire des victimes du printemps noir. Des blessés des événements de 2001 ont pris part à la manifestation, dont un a participé à la marche sur un fauteuil roulant. Par ailleurs, à Bouira, trois marches rassemblant des centaines de personnes ont été organisées séparément par le RCD, le MAK et le mouvement des archs. « Pouvoir assassin », « Tamazight langue nationale et officielle », « Ulac smah ulac » étaient les slogans partagés par ces processions distinctes et d'inégale importance. Devant le siège de la wilaya, où la marche du RCD a pris fin, le premier responsable de ce parti dans la wilaya, Boutata Ahmed, a saisi l'opportunité de s'adresser à la foule, venue commémorer le 20 Avril. « Le régime voudrait que nos rangs restent dispersés », a-t-il dit pour exhorter les militants de la cause à l'union.
Pour le mouvement des archs, dont les militants ont marché jusqu'au siège de la wilaya, il a été question de revenir sur plusieurs questions. « Certains blessés du printemps noir n'ont pas été pris en charge à ce jour », a déclaré un membre de la coordination. Le mouvement des archs demande également que justice soit faite sur « tous les crimes commis » au printemps 2001. Evoquant la satisfaction de la plate-forme de revendications d'El Kseur, le mouvement des archs estime que « le pouvoir n'a pas tenu ses promesses ». La marche du MAK, organisée par des étudiants, a démarré devant le centre universitaire Akli Mohand Oulhadj pour aboutir à la wilaya.
Rassemblements et marches à Béjaïa
Ils étaient près de 2000 à avoir pris part, hier à Béjaïa, aux traditionnelles marches populaires pour commémorer le double anniversaire d'avril 1980 et 2001. Trois marches ont eu lieu, en milieu de journée, avec comme point de convergence le siège de la wilaya. Il est 10h quand des centaines de militants et sympathisants du RCD, dont des députés et des cadres du parti, ont pris le départ de la maison de la culture Taos Amrouche pour se diriger vers la wilaya. Les marcheurs arboraient des banderoles réclamant notamment l'officialisation de tamazight mais aussi des revendications politiques défendues traditionnellement par ce parti.
Deux heures plus tard, c'est au tour d'un cortège formé de sympathisants, en majorité des étudiants acquis à la cause du Mouvement pour l'autonomie de la Kabylie (MAK) d'arriver aux abords du siège de la wilaya. Le MAK a mobilisé près d'un millier de personnes qui ont marché, brandissant banderoles et portraits du leader du mouvement, Ferhat Mehenni, depuis le campus universitaire Targa Ouzemour jusqu'à la wilaya, où une foule compacte a observé un rassemblement. Le sit-in a été ponctué par la diffusion d'un chant inédit que les animateurs ont présenté comme « l'hymne de la Kabylie ». Au même moment, une centaine de mètres plus loin, une coordination estudiantine mobilisait près d'une centaine d'étudiantes et étudiants qui ont pris part à une longue marche depuis le campus d'Aboudaou. Arborant l'emblème national, les étudiants scandaient des slogans hostiles au pouvoir. La coordination des étudiants regroupe une dizaine de comités des cités universitaires. « Non à l'étouffement des libertés », criait la foule qui a également dénoncé « le maintien de l'état d'urgence ». Ainsi, la mobilisation est loin d'être dans ses meilleurs jours.
A. C., C. L., H. A., N. D.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.