Youcef Nebbache comparaîtra en citation directe le 28 janvier    "Le pouvoir se fait hara-kiri"    Six mois de prison ferme pour cinq hirakistes    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Le marché du travail touché de plein fouet par la crise : Les offres d'emploi ont baissé de 30% en 2020    Ferhat Aït Ali signe quatre autorisations provisoires    Transition énergétique : «Le rôle de Sonelgaz est incontournable» selon Chaher Boulakhras    Une "Sonelgaz bis" pour le renouvelable    Les élus de l'APW exigent une enquête    L'après-Trump commence aux Etats-Unis : Investiture du président élu Joe Biden    Peugeot Algérie et IRIS signent un partenariat    Conseils simples d'entretien du véhicule pour l'hiver extrême    Un incendie détruit quatre écoles au Bangladesh    Maroc : Premier cas de variant du nouveau coronavirus    Les ventes d'automobiles plongent en 2020 à cause de la Covid-19    Mondial 2021 de Handball : Retrouvailles entre l'Algérie et la France en fin d'après-midi    3 décès et 249 nouveaux cas    MO Béjaïa : Sebaâ remercié, Abbès arrive    USM Alger : Nadir Bouzenad nouveau secrétaire général    Plusieurs joueurs sanctionnés    Le MCA aura le statut de filiale de Sonatrach    Les personnels du Commerce à nouveau en grève    Arrivage de vaccins contre la Covid-19 : La confusion persiste    La commune se tourne vers les marchés couverts    Journée de protestation des enseignants    Boumerdès : Quel sort pour l'industrie de la pêche ?    Les Marocains "digèrent mal" le couscous maghrébin    "La question kabyle dans le nationalisme algérien 1949-1962", un livre de Ali Guenoun    Roman-pamphlet contre les tabous du viol    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Chlef: Des constructions illicites sur des terres agricoles    Bouira: L'université Akli Mohand Oulhadj classée 22ème à l'échelle nationale    Un avant-projet en question    Une voiture dérape, un mort et deux blessés    Oran: Un carambolage impliquant 19 véhicules sur le 4eme périphérique    Des familles en danger de mort au 26 rue Larbi Ben M'hidi: Risque imminent d'un effondrement d'un immeuble au centre-ville    Un détachement de navires de guerre russes accoste au port d'Alger    Bir El Djir: Des aménagement en prévision des JM 2022    JSM Béjaïa: La feuille de route en application    La future loi, le sexe et l'âge    Métro d'Alger: Aucune date n'a été fixée pour la reprise de service    2,382 millions de km2 attendent l'amour et le travail du citoyen    Tiaret: Un film en hommage au comédien Hamza Feghouli    Le visa est devenu un enjeu diplomatique    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    La mouture de la commission Laraba favorise les partis de l'ancienne majorité : Les écueils aux changements maintenus    Rêver à perdre la raison !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Le risque d'une épidémie est redouté»
Docteur Fawzi Derrar. Directeur du laboratoire du centre de référence de la grippe à l'IPA et responsable de l'unité des virus respiratoires
Publié dans El Watan le 15 - 05 - 2014

Directeur du centre de référence de la grippe à l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA), érigé par l'OMS en laboratoire de référence pour le diagnostic du coronavirus dans la région Afrique, le docteur Fawzi Derrar revient dans cet entretien sur le nouveau coronavirus et les dangers de l'affection.
-Le nombre de cas de coronavirus MERS augmente en Arabie Saoudite et se propage à travers le monde. Y a-t-il risque d'une épidémie mondiale ?
Bien sûr que le risque existe, puisque quatre continents sont aujourd'hui touchés, à savoir l'Europe, l'Amérique, l'Asie et l'Afrique. Dans de telles conditions, il est clair que la maladie peut se propager et entrer dans une phase épidémique.
-Comment se manifeste ce coronavirus MERS chez l'homme ?
Les coronavirus constituent une vaste famille de virus pathogènes pour l'homme et l'animal. Chez l'homme, ils peuvent provoquer des maladies de gravité variable, allant du rhume courant au syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), surtout lorsque le terrain s'y prête. Le coronavirus tient son nom de sa forme structurelle vue au microscope électronique, la forme d'une couronne. Il s'agit donc d'un virus qu'on connaît qui provoque des maladies très fréquentes, il affecte les enfants. Nous connaissons ces virus, surtout en 2003, avec le SRAS qui a fait 800 morts, mais il a été tout de suite cerné. Ce coronavirus qu'on a nommé désormais «nouveau coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient MERS» présente des critères différents des autres coronavirus tels que le SRAS. Il provoque une infection des poumons et les personnes touchées souffrent de fièvre, de toux et de difficultés respiratoires. A la différence du SRAS, il génère aussi une défaillance rénale. Il n'existe pour l'heure aucun traitement préventif contre le coronavirus MERS.
-Comment peut-on lutter contre ce nouveau coronavirus ?
Malheureusement, il n'y a aucun traitement ni vaccin contre ce coronavirus, parce que nous ignorons pour le moment sa source réelle, à savoir son réservoir. Il est vrai qu'on a pu isoler des coronavirus chez des dromadaires, mais sans identifier les interactions de leur transmission à l'homme. La seule chose dont on est sûr, c'est qu'il y a un acteur présent dans le cycle épidémiologique.
-Comment explique-t-on cette rapide propagation ?
Pour le moment, il est très difficile d'expliquer comment la transmission s'est faite de l'animal à l'homme, mais on a constaté qu'un taux élevé de personnes atteintes est retrouvé chez le personnel de santé. On peut parler d'une transmission des soignants par des malades infectés. Il y a donc des cas groupés qui sont recensés. Par ailleurs, il est démontré que le coronavirus n'est pas facilement contagieux. Les cas retrouvés aux Etats-Unis n'ont pas pour autant contaminé ceux qui étaient dans le même avion qu'eux lors du voyage.
-Comment éviter les contaminations ?
Avant tout, il faut instaurer des mesures d'hygiène drastiques, notamment le lavage régulier des mains. Il est aussi recommandé d'isoler les personnes infectées et d'assurer une prise en charge en réanimation après avoir effectué des prélèvements pour s'assurer si le cas est positif ou non. Il faut noter que 95% des cas touchés souffrent déjà d'autres maladies.
-Comment expliquez-vous l'apparition de ce nouveau coronavirus en Arabie Saoudite ?
C'est un point d'interrogation. Mas c'est peut-être lié au dromadaire, une des hypothèses avancées par rapport aux cas rapportés.
Il est vrai qu'il joue un rôle, mais on ignore comment.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.