Chlef : La Journée des Douanes célébrée au nouveau siège    Autoroutes à étages et relance du système de régulation du trafic : Des projets réalisables ou simple effet d'annonce    Microcrédit à Tizi Ouzou : Cri de détresse d'un jeune promoteur    FAF : Une coupe de la Ligue à 20 clubs    MO Béjaïa : Le stage de Chlef annulé    Mouloudia d'Alger : El Mouaden libéré, Ibara en stand-by    Budget des communes à Bouira : La moitié des PCD pour les zones d'ombre    Tizi Ouzou : Drame à Aït Yahia Moussa    Boumerdès : Quatre projets pour le chef-lieu de wilaya    Sidi Naâmane : Une maison historique menace ruine    Milan AC : Pioli commente l'exclusion d'Ibrahimovic    Barça : La famille de Messi dément prendre des cours de Français    Appel à la levée des sanctions économiques contre la Syrie    Pour «incitation à l'insurrection»: L'acte d'accusation de Trump déposé au Sénat    Football - Ligue 1: L'étau se resserre en tête, le CSC dans le rouge    Football - Cadors européens: Que signifie cette baisse de régime ?    Mort d'un Algérien en Belgique: Les curieux dérapages de la presse belge    Le président de la Confédération du patronat citoyen: «La bureaucratie, un vrai danger pour le pays»    L'urgence de la 2ème tranche du projet et son raccordement avec Oran-ouest: La pénétrante portuaire amorce sa dernière ligne droite    LE BOUT DU FIL    Selon une étude menée par Sonelgaz- Covid-19 : le tabagisme, un important facteur de risque    La clé de tous les soucis    Traque des exploitants frauduleux de l'espace public: Des panneaux publicitaires et des kiosques illicites démantelés au centre-ville    "Un travailleur a besoin d'un salaire de 75.000 dinars    Alain Portes décide de poursuivre son aventure avec l'Algérie    243 nouveaux cas positifs et 5 décès en 24 heures    L'Etat attaché à la moralisation de l'action politique    "Une dérobade historiquement indigne"    Revoilà les manifestations du pain au Soudan    Le ministre de l'Enseignement supérieur chahuté par les étudiants    Attar insiste sur le développement de la pétrochimie    Report du procès en appel de Zoukh au 6 février    Charfi répond aux «petits» partis    Huit activistes condamnés à 10 000 DA d'amende    La patrie d'Armstrong et la dignité des peuples : un challenge existentiel    Longue attente et grande confusion    L'Afrique du Sud appelle Biden à annuler la décision de Trump    Rome attend du Caire une collaboration "complète"    "Le rapport Stora est loin de la réalité"    Des gargotes pour les haltes solitaires    Lupin ou la consécration des séries télévisées européennes    Dans un mur de la chapelle, le message attendait depuis 165 ans    Mesures à l'encontre des coupables    Le monde en bref...    Culture : Le sociologue Liess Boukraa s'est éteint    Atteinte à la vie privée des enfants: Des télés privées menacées de poursuites judiciaires    Mohamed Charfi défend le principe des 4 %    La justice se déjuge    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les forces en présence en Libye
International : les autres articles
Publié dans El Watan le 20 - 05 - 2014

-Institutions : Le Congrès général national (CGN, Parlement)
Plus haute autorité politique et législative du pays, formée par quelque 200 membres élus en juillet 2012, il accapare quasiment tous les pouvoirs. Le CGN est dominé depuis plusieurs mois par les islamistes qui ont gagné en influence, notamment en recrutant des députés indépendants et après la démission de plusieurs libéraux. Le CGN est critiqué, entre autres, pour avoir donné une «légitimité» aux milices islamistes en leur confiant des tâches de sécurité.
-Le gouvernement : Victime des tiraillements politiques au Congrès, le gouvernement se plaint régulièrement de son manque de prérogatives, en particulier en matière de sécurité et de défense. Ali Zeidan, l'ancien chef de gouvernement qui a tenté de tenir tête aux islamistes du CGN, a été évincé en mars, après un long bras de fer. Il a été remplacé par son ministre de la Défense, Abdallah Al Theni, qui a démissionné quelques semaines plus tard tout en continuant à assurer les affaires courantes.
Un nouveau chef de gouvernement, Ahmed Miitig, a été élu début mai par le Congrès lors d'un scrutin chaotique, contesté par plusieurs députés libéraux. M. Miitig devait présenter cette semaine son cabinet, qui doit être approuvé par le CGN, mais en raison des conditions de son élection, son gouvernement devrait être plus faible que les précédents.
-L'armée :Troupes régulières En cours de formation, elle ne fait pas le poids devant les milices d'ex-rebelles lourdement armées qui ont puisé dans l'arsenal de l'ancien régime de Mouammar El Gueddafi. Plusieurs d'entre elles ont rejoint l'armée, mais en tant que groupes propres, et obéissent plus à leurs intérêts qu'à l'état-major.
-Dans la région de Benghazi (est), l'Armée nationale libyenne : Une force paramilitaire formée récemment par le général à la retraite Khalifa Haftar, qui a lancé vendredi une opération armée contre des milices islamistes à Benghazi, affirme vouloir «éradiquer le
terrorisme». Plusieurs officiers de la région orientale, y compris de l'armée de l'air, l'ont rejointe. K. Haftar est soupçonné par les autorités de mener une tentative de coup d'Etat.
-Les Forces spéciales : Unité d'élite de l'armée régulière libyenne, souvent victime d'attaques attribuées à des groupes extrémistes, elle a officiellement gardé ses distances avec l'opération menée par M. Haftar.
-Les milices : Brigades des Martyrs du 17 février et Rafallah Al Sahati. Deux puissantes milices islamistes qui dépendent «officieusement» du ministère de la Défense. Elles ont été chargées de plusieurs missions, notamment dans le sud du pays.
-Brigade Ançar el charia : Soupçonnée d'implication dans l'assassinat de plusieurs officiers et soldats et dans l'attaque contre le consulat américain à Benghazi, en septembre 2012, qui a coûté la vie à l'ambassadeur américain Chris Stevens et trois autres Américains, elle a été récemment classée organisation terroriste par Washington.
Ançar el charia a des «filiales» à Derna (est) et Syrte (centre). Elle en aurait aussi créé une à Sabratha (ouest).
-La Force de la Cyrénaïque : Formée par des partisans du fédéralisme qui réclament l'autonomie de la région orientale, elle comprend les gardes des installations pétrolières qui bloquent des ports pétroliers dans l'est du pays.
-Dans la région de Tripoli, Les brigades de Zenten, Al Qaaqaa et Al Sawaek : Bien implantées dans la capitale, elles contrôlent l'aéroport et plusieurs sites militaires. Hostiles aux islamistes, elles sont considérées par leurs rivaux comme le bras armé du courant libéral et sont parmi les brigades les plus disciplinées et les mieux armées de Libye. Elles dépendent officieusement du ministère de la Défense et ont revendiqué l'attaque du 18 mai contre le CGN, réclamant sa dissolution.
-La Cellule des opérations des révolutionnaires de Libye et le Bouclier de Libye : Ces groupes sont composés de plusieurs milices islamistes considérées comme le bras armé des blocs islamistes du Congrès.
-Les milices de Misrata : Comme leurs rivales zentanies, elles sont considérées comme faisant partie des plus puissantes et des mieux armées du pays. Elles ont rejoint plusieurs autres forces, comme le Bouclier de Libye ou la Cellule des opérations des révolutionnaires de Libye, mais obéissent souvent à l'intérêt de leur ville. Contrairement aux Zentanis, elles défendent la «légitimité» du CGN.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.