La démonstration des Forces navales    Le procès a failli «dégénérer»    Elle m'a battu, puis m'a devancé...    La méthode Ankara    L'Algérie peaufine sa stratégie africaine    Les raisons de l'union patronale    «Nous sommes un partenaire fiable de l'Afrique»    L'ONU entame sa visite au Xinjiang    Des dizaines de colons envahissent la Mosquée Al-Aqsa    Al-Khelaïfi va annoncer de grands changements    Erik ten Hag annonce la couleur    Nouveau test    Cher pèlerinage!    Les pique-niques et les randonnées en vogue    Un réseau national tombe à Berrahal    Un long fleuve tranquille    Accueil triomphal pour Amin Zaoui    29 titres retenus par le jury    L'armée sahraouie mène de nouvelles attaques sur les sites des forces marocaines aux secteurs de Mahbes et El Farsya    Réunion du gouvernement: examen du projet d'extension du port de Djen-Djen    Algérie-Italie: des relations économiques en constante évolution    Incendies de forêts: un dispositif opérationnel de mobilisation générale et d'alerte maximale    Judo: le parc sportif d'Oran est en mesure d'accueillir le championnat du monde    MDN: Chanegriha supervise un exercice tactique dans la 2ème RM    Tizi Ouzou: ouverture du 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni    Saïda: décès du président de l'APC de Youb    Ligue 1/WAT-ESS: les Sétifiens en quête de rachat    Affaire GB Pharma: Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal condamnés à 3 ans de prison ferme    Journée mondiale de l'Afrique: face aux défis de la paix, santé et agroalimentaire    Sahara occidental: une délégation US arrêtée par les autorités marocaines à l'aéroport de Laâyoune occupée    OMS : la transmission de la variole du singe peut être stoppée dans les pays non endémiques    Industrie: Zeghdar reçoit le président du Médef    Présentation à Alger du bilan du projet des parcs culturels    Real : Valverde n'a pas apprécié les déclarations de Salah    Non, l'ennemi de l'homme n'est pas le singe !    Agression du domaine public et forestier: Des instructions pour intensifier la lutte contre les constructions illicites    Tebboune met fin aux fonctions du Gouverneur de la Banque d'Algérie    Tlemcen: Le changement climatique fait sa formation    Des mentalités à formater    MC Oran: Le Mouloudia pas encore sauvé    USM Khenchela: Un retour au premier plan    Météo: Des températures «au-dessus des moyennes saisonnières»    Figure incontournable du cinéma algérien: Chafia Boudraâ tire sa révérence    La première règle de l'investissement    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



André Mandouze ou le parti pris de la vérité
Hommage au résistant
Publié dans El Watan le 03 - 07 - 2006

Je vous apporte le salut de la Révolution algérienne » : c'est par cette sortie impromptue d'André Mandouze, en plein cœur de Paris — c'était à la salle Wagram en 1956 — que j'ai pris la mesure de l'engagement exemplaire de cet ami fervent de l'Algérie.
Un engagement au long cours, arc-bouté à une logique sans faille, celle de la cohérence avec soi et avec l'idéal de vie qu'on s'est choisi. Guidé par La Raison et la grâce — titre de sa thèse sur saint Augustin — ce militant chrétien passa d'une résistance à l'autre — c'est le titre du premier volume de ses mémoires — c'est-à-dire de la résistance contre l'occupant nazi en France à la résistance contre « l'aliénation colonialiste » — en Algérie. Débarqué en janvier 1946, le résistant André Mandouze découvrit vite en Algérie ce que le système colonial a d'essentiellement boiteux et anachronique. Dès lors, s'imposa à lui un nouveau combat, inspiré par les mêmes principes de justice et de dignité qui animèrent le jeune résistant français. Combat qui ne devait plus le quitter. Sacrifiant sa tranquillité, défiant conformismes et tabous de « l'Algérie française », André Mandouze fit scandale. Face aux ultras, il fit impavidement prévaloir ses convictions, et ne cessa de rendre justice au peuple algérien en soutenant, avec une rare vigueur, sa lutte émancipatrice. Pour mieux faire connaître celle-ci, il publia en février 1961 sa Révolution algérienne par les textes où s'affirment la modernité et l'université d'une vaste entreprise de libération nationale au diapason des idéaux de l'époque et des normes internationales en vigueur. L'indépendance acquise, le combat ne s'arrêta pas pour autant. L'Algérie dut faire face à de nouvelles épreuves dans l'édification de son Etat et la mise sur pied d'une société citoyenne. La plus grave de ses épreuves fut celle du terrorisme intégriste. Là encore, André Mandouze ne se déroba pas. Il fustigea le terrorisme mais n'hésita pas en même temps à dénoncer ceux de gauche comme de droite qui, en France, ne cachaient pas leur complaisance au « qui tue qui » tout en se réjouissant à l'idée d'une prétendue « deuxième guerre d'Algérie ». Qu'on en juge par cet extrait d'une interview de fin 1998, véritable raccourci des positions d'André Mandouze sur ce sujet : « Et maintenant, on parle de ‘‘deuxième guerre d'Algérie'', alors qu'il s'agit d'une suite de la première. On en arrive à des paradoxes effrayants : par exemple, on prétend aimer les Algériens, et en même temps on réclame une commission internationale d'‘‘enquête''. cette prétention à s'ingérer est une espèce de maladie. En prétendant se rattraper des lâchetés et des silences du passé, ces pseudo-médiateurs aggravent la situation en hurlant avec les loups. Et on tombe dans le conformisme le plus absolu, en identifiant la démocratie au formalisme électoral ou en n'accordant que 50% du drame aux massacres et en faisant une lecture ‘‘fifty-fifty'' des événements. » Ce jugement percutant, André Mandouze lui donnera sa suite logique en apportant son courageux témoignage au procès intenté à Paris en juillet 2002, par le général major Khaled Nezzar contre l'intégrisme et ses alliés manipulateurs.
* « André Mandouze ou le parti pris de la vérité ». Intervention de Rédha Malek à l'occasion de l'hommage à André Mandouze (Bibliothèque nationale, El Hamma, 27 juin 2006).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.