Chelsea : Lampard officiellement limogé    Production de plus de 21 millions m3 d'eau potable en 2020    Polémique FAF-FTF    Une caravane de solidarité au profit des familles démunies    Nouvelle vague de gros procès en février    «Certains secteurs continuent à faire fi des consignes du Président»    Le ministre de l'Industrie dépose plainte contre l'Association des concessionnaires : L'automobile de la discorde    3 ans ferme requis contre Walid Kechida en appel    Le blocage persiste à l'ENIEM de Oued Aïssi (Tizi Ouzou) : Des centaines de travailleurs investissent la RN12    Un pôle économique qui va générer 15 000 emplois    De nouvelles opérations armées contre l'occupant marocain    La Palestine veut une conférence internationale pour la paix    Le président demande le recours à la force contre la menace terroriste    Cheikh Sabah Khaled Al-Sabah de nouveau désigné pour former un gouvernement    Elle s'est vu refuser la nationalité car "elle travaille trop"    Dalila Touat comparaît en appel le 3 mars    Un juge face à ses pairs    L'EN U17 qualifiée    Pas de miracle pour les Algériens !    Hamza Ayad de retour    Le Real sourit à nouveau, Zidane sauvé par contumace    Youcef Atal marque et se blesse    Le nouveau directeur de l'éducation installé    Covid-19 à Tizi Ouzou : 84 points de vaccination mobilisés    Œuvres universitaires : Benziane annonce une «profonde» réforme    Agressions du personnel médical dans les hôpitaux : 424 affaires enregistrées en six mois à l'est    Grogne à la formation professionnelle    "La féminisation de migration n'est pas récente"    Abdelmadjid Chikhi : «Je ne peux rien dire»    Le film "ADN" de Maïwenn projeté à l'IFA    «Trumpistes» : expressions de la révolte d'une jeunesse mondialisée    «Rien n'arrête le PapJazz» !    La science-fiction aime les villes monstrueuses    MADJID FERHATI, NOUVEAU DIRECTEUR DE LA CHAÎNE II    La justice se déjuge    Créer un développement décentralisé    Les menaces de la FIFA : Un ballon de baudruche    Augustin était-il vraiment un Saint ?    Establishment, mainstream et la prééminence des institutions occidentales    Agrumiculture: Une production de plus de 200.000 quintaux    Indiscipline ou inconscience?    MUTATIONS ET PERMUTATIONS    Santé: Plus de 10.000 paramédicaux seront recrutés    AADL Misserghine: Des ascenseurs en panne dans des immeubles «neufs»    Tribune - Un rapport, une méthode    Plus de 220.000 PME ont déclaré faillite depuis 2011    L'Algérie demande de faire toute la lumière sur ce drame    Acquisition de la nationalité algérienne : la longue course d'obstacles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Repère : L'équation du parti dissous
Actualité : les autres articles
Publié dans El Watan le 05 - 06 - 2014

Un ancien membre fondateur du Front islamique du salut (FIS), dissous par une décision de justice en 1992, Hachemi Sahnouni, et avant lui l'ancien chef de l'Armée islamique du salut (AIS), la branche terroriste du parti en question, vient de jeter un pavé dans la mare en annonçant l'offre qui leur a été faite par le pouvoir de revenir sur la scène politique. C'est vrai que la revendication des membres du parti dissous est vieille de quelques années, que c'est dans la foulée de l'application d'abord de la concorde civile, en 2001, puis de la charte pour la paix et la réconciliation nationale en 2005, que d'anciens membres du FIS et des repentis ont revendiqué leur retour à l'activité politique, mais une aussi grande disponibilité du pouvoir à les réhabiliter politiquement, on ne l'aurait jamais imaginée !
On peut penser à deux motivations du pouvoir après la parodie électorale du 17 avril dernier, qui a maintenu un Président malade pour un quatrième mandat. La première est de meubler une mandature à la recherche d'une légitimité qu'il n'a pu avoir à travers une élection rejetée, contestée par de larges pans de l'opposition et décriée par le principal rival de Abdelaziz Bouteflika, en l'occurrence Ali Benflis, qui n'en a pas reconnu les résultats en dénonçant une fraude massive. La deuxième a pour objectif de donner un sens aux consultations lancées depuis une semaine autour de la révision constitutionnelle boycottées par l'écrasante majorité de la classe politique. Il se pourrait aussi que devant l'imminent rassemblement de l'opposition, le pouvoir voudrait aussi lui couper l'herbe sous le pied avec ses diversités idéologiques et qui a, elle aussi, associé d'anciens responsables du FIS. Le pouvoir fait visiblement une meilleure offre à ses derniers, en leur demandant expressément de monter de nouveau leur projet politique.
Paradoxalement, et malgré la tragédie qu'ont vécue les Algériens des années durant, dont les responsables du parti dissous portent l'entière responsabilité, la scène politique n'a jamais été aussi prête à accueillir un deuxième «FIS» mais qui sera fait, cette fois-ci, sur le dos des victimes du terrorisme et de tous ceux qui se sont sacrifiés dans la lutte contre les hordes sauvages qui ont assassiné des centaines d'intellectuels ; des milliers d'enfants ; autant d'hommes et de femmes sans défense ; des bébés et des vieux ; des jeunes appelés du service national, qui ont laissé leur vie au détour d'un virage dans les maquis islamistes…
En somme, avec une telle évolution politique dans notre pays, il y a une conclusion à tirer : au-delà des calculs qui peuvent être faits par les uns et les autres, le pouvoir et/ou l'opposition, il est à constater que la question du retour des responsables du parti dissous à la pratique politique n'est plus un tabou. Bien qu'il faille souligner une nuance qui peut paraître de taille : à la différence de l'opposition qui offre une tribune à certains de ses responsables politiques, le pouvoir s'affaire à réinjecter dans le circuit même sa branche armée, c'est-à-dire ceux qui sont directement liés à la violence dont Madani Mezrag, ex-chef de l'AIS, qui reconnaît avoir tué. Mais est-il important de relever cette nuance entre la violence et sa matrice idéologique ? Le quatrième mandat de Bouteflika réservera certainement d'autres surprises.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.