Hanoune temporise et avertit    Abdelmalek Sellal s'emploie à banaliser le 5e mandat    Les Mozabites    «Pas de poursuites judiciaires contre les promoteurs Ansej, Cnac, Angem en situation d'échec»    À la recherche de produits hors hydrocarbures algériens    Les assurances de Temmar    Arama fustige la CAF    Le dernier carré passe par Omdourman    Du huis clos pour le MOB et un an de suspension pour Harkabi    Grève les 26 et 27 février    Décès d'un policier agressé dans un bus    14 800 logements seront livrés cette année    «La coupe de cheveux reflète inéluctablement notre idole»    On vous le dit    Zone de Bellara, à El Milia (Jijel) : Lancement des travaux de viabilisation    CR Belouizdad : Soumana qualifié, le Chabab prépare la coupe    La sûreté de wilaya dresse son bilan : 12 réseaux de passeurs démantelés en 2018    Mostaganem : Des voleurs de voitures arrêtés    Brèves    MO Béjaïa : Accord trouvé avec Bouzidi    Papa au royaume d'Œdipe    Patrimoine : Pour une Casbah bâtie par ses habitants    El-Tarf: Deux morts dans des accidents de la route    Un show diplomatique raté    Bilan financier 2018: Ooredoo Algérie compte 13,8 millions d'abonnés    Chlef: Le vol de câbles téléphoniques inquiète    Tlemcen - Kamel Daoud : «Il faut encourager la lecture»    Des victoires qui font du bien et des défaites qui font mal    59ème anniversaire des essais nucléaires français en Algérie    Sept médailles dont 3 en or pour l'Algérie    Forfait de trois équipes    Le premier Salon national du miel se déroulera cette année    Plus de 100 000 bébés meurent annuellement en raison des guerres    Le réseau internet exposé aux attaques de l'exterieur du pays    Des avions français bombardent des civils à l'extrême Est    Deux terroristes se font exploser à Sidi Bouzid    «Les Yeux de Mansour» de Ryad Girod    Générale de Saha l'artiste    Manselkouch.. Manselkouch en ouverture    "Les masques sont tombés" : Moscou répond au journaliste de la BBC sur "l'attaque" à Douma    La dette publique des USA bat un nouveau record: en quoi Trump est-il différent d'Obama?    5ème Région militaire : Gaid Salah inspecte des unités et inaugure un dépôt régional de carburant    Abdelkader Kara Bouhadba installé dans ses nouvelles fonctions    Accord de pêche Maroc-UE : Le Tribunal européen ordonne à l'UE de respecter le droit international    Cameroun : L'opposant Maurice Kamto et ses partisans inculpés    Pour une "meilleure" prise en charge médicale : Vers la révision de la loi relative au moudjahid et au chahid    Il répond aux critiques soulevées par la candidature de Bouteflika.. Sellal contre-attaque    Constitution 1, 2, 3, et encore…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ordinaire ennuyeux de Bahia Allouache
Festival d'Alger du cinéma maghrébin
Publié dans El Watan le 11 - 06 - 2014

Bahia Allouache marche sur les pas de son père, Merzak AllouacheMême démarche, même regard, même esthétique. Difficile dans ces conditions de sortir du «fille de…». Dans Une journée ordinaire, court métrage en compétition au 2e Festival d'Alger du cinéma maghrébin, la jeune cinéaste tente de faire dans «la politique». Ou, disons, dans la satire sociopolitique.
Le prétexte est tout trouvé : le discours du président Bouteflika à Sétif en mai 2012 où il évoquait le fameux «Tab jnani» (Je suis exténué) et appelait les jeunes à prendre le relais au pouvoir. A partir de ce discours montré au début du film, pour bien orienter le spectateur, Bahia Allouache raconte l'histoire simple d'une famille ordinaire dans un pays installé dans la platitude. Il y a, d'abord, la jeune fille en hijab qui s'apprête au mariage et qui reçoit ses copines pour prendre un café à la maison.
Les filles ne parlent que de «cela», la fête du mariage, les tenues qu'il faut porter. Il y a, ensuite, le frère (Akram Djeghim), un garçon semi-barbu au regard sévère. D'où vient cette méchanceté et pourquoi est-il agressif ? Il faut le deviner puisque rien ne semble le justifer. Le frère n'est obsédé que par une seule et unique chose : rétablir le signal satellite pour regarder la télévision. Il sollicite les copains du quartier pour «arranger» la parabole. Les trois garçons parlent de football : Mouloudia, Barcelone, se disputent. Bahia Allouache plonge donc dans le cliché, comme un enfant l'aurait fait dans une flaque de boue. C'est simple, selon la vision réductrice de Une journée ordinaire, les jeunes Algériens ne s'intéressent qu'au foot, pour les garçons, et au mariage, pour les filles.
La politique ? Ce n'est pas leur tasse de thé. Ils ne sont donc pas prêts à prendre le relais, avoir des responsabilités… Bouteflika peut toujours parler. Bahia Allouache, adepte des cultures urbaines, n'a pas fait un grand effort pour soutenir son propos et éviter les sentiers battus. Son film est tout aussi ennuyeux qu'un discours présidentiel ! Autre court métrage algérien présenté au 2e Festival d'Alger du cinéma maghrébin : Maktoub, de Lamia Brahimi Belhadj. Un film curieux où il est question de marabout, de solitude, de femme troublée (Mina Lachtar), d'enfant (Wassim Robai) délaissé par les parents… Il est question de beaucoup de silence et d'ambiguïté dans ce premier film de Lamia
Brahimi Belhadj, parfois incompréhensible.
Il y a forcément un problème avec le scénario de ce court métrage. Autre film expérimental, Le temps, la mort et moi du jeune cinéaste tunisien Slown (Slim Zahra de son vrai nom). Tourné en noir et blanc à Montréal, au Canada, le film, marqué par une certaine candeur, donne corps au temps, représenté par un personnage qui a une tête en forme d'horloge et qui est attaché à un jeune homme quelque peu perdu. La mort est également représentée. Entre les deux, l'homme urbain, victime de la vitesse, doit évoluer et tenter de vivre. Qui du temps ou de la mort est «le meilleur» complice. Il y a un peu de fraîcheur dans ce film qui, à l'origine, était un poème.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.