«Les autorités publiques appelées à prendre les mesures nécessaires»    La Déclaration du patrimoine escamotée    Le Congo Brazzaville n'est pas candidat à l'organisation    Le TAS saisi dans l'affaire de l'entraîneur Bouakkaz, son adjoint et trois joueurs    Brahimi buteur face à Portimonense    ELLE OUVRE LA VOIE A TOUTES LES INITIATIVES : L'alliance présidentielle change de cap    AIN EL BERD (SIDI BEL ABBES) : 2 cyclistes mortellement percutés par un véhicule    Soins en France, rien de nouveau    SELON LE MINISTRE DES AFFAIRES RELIGIEUSES : L'Algérie ne craint rien pour son Islam    Boca débouté    Oran Stage hivernal à Oran    Tayeb Meziani, trois ans à l'ES Tunis    Le coût du transport réduit la compétitivité    Rapatriement demain des dépouilles des deux Algériens morts noyés au large de Cagliari    Stérilet : ce qu'il faut savoir    Les gilets jaunes voient rouge    El Partiya, un spectacle d'improvisation avec le public    Ah'chem chouia !    Une sacrée «derdba» en hommage au maâlem Benaïssa    Une vingtaine de point retenus sur la route de la corniche supérieure: Des panneaux publicitaires pour renflouer les caisses des communes    Lutte contre le commerce des stupéfiants: Un réseau de dealers démantelé près de Sidi Maarouf    Un deal à consolider    La CJUE inébranlable sur la primauté du droit    USM Bel-Abbès: Le wali promet de débloquer la situation    Oran: 17 harraga, dont des Marocains et des Yéménites interceptés    Tailleur de pierres, un métier ancestral    G5 Sahel : L'UE et la France, principaux bailleurs de projets de développement    France : Couacs ou désaccords, la fiscalité fait débat au gouvernement    Prévue pour l'exercice 2018/2019 : Augmentation de la production céréalière à 90 millions de quintaux    Tentatives visant à discréditer l'action humanitaire Les médias appelés à y faire face    Industrie pharmaceutique: L'évolution du secteur se poursuit avec plus de 350 projets en cours de réalisation    Travaux de la deuxième législature du Parlement arabe : Le Conseil de la nation y prendra part au Caire    Huawei Nouveau coup dur pour le géant chinois des télécoms    Durant les 9 premiers mois de 2018 : Les exportations agricoles algériennes ont dépassé les 57 millions de dollars    AT offre 1 mois de connexion gratuit pour tout rechargement de 3 mois ou plus    "Doki Doki'' menace la vie des adolescents    Les conservateurs allemands élisent le successeur d'Angela Merkel    11.000 actions de protestation populaire    Divergences au sommet    Le Forum économique mondial relève les "progrès" de l'Algérie en matière des TIC    Tirage au sort aujourd'hui à Alger    Béatification de 19 religieux catholiques à Oran    Elections sénatoriales: Huit candidatures validées à Boumerdès    «El Partiya», spectacle d'improvisation avec le public    Lettre à Moad Bouchareb    Conseil des droits de l'Homme: Plus de 1300 plaintes reçues en deux ans    Tlemcen: Hommage aux invalides de la guerre de libération    Des missiles air-sol antichars saisis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ordinaire ennuyeux de Bahia Allouache
Festival d'Alger du cinéma maghrébin
Publié dans El Watan le 11 - 06 - 2014

Bahia Allouache marche sur les pas de son père, Merzak AllouacheMême démarche, même regard, même esthétique. Difficile dans ces conditions de sortir du «fille de…». Dans Une journée ordinaire, court métrage en compétition au 2e Festival d'Alger du cinéma maghrébin, la jeune cinéaste tente de faire dans «la politique». Ou, disons, dans la satire sociopolitique.
Le prétexte est tout trouvé : le discours du président Bouteflika à Sétif en mai 2012 où il évoquait le fameux «Tab jnani» (Je suis exténué) et appelait les jeunes à prendre le relais au pouvoir. A partir de ce discours montré au début du film, pour bien orienter le spectateur, Bahia Allouache raconte l'histoire simple d'une famille ordinaire dans un pays installé dans la platitude. Il y a, d'abord, la jeune fille en hijab qui s'apprête au mariage et qui reçoit ses copines pour prendre un café à la maison.
Les filles ne parlent que de «cela», la fête du mariage, les tenues qu'il faut porter. Il y a, ensuite, le frère (Akram Djeghim), un garçon semi-barbu au regard sévère. D'où vient cette méchanceté et pourquoi est-il agressif ? Il faut le deviner puisque rien ne semble le justifer. Le frère n'est obsédé que par une seule et unique chose : rétablir le signal satellite pour regarder la télévision. Il sollicite les copains du quartier pour «arranger» la parabole. Les trois garçons parlent de football : Mouloudia, Barcelone, se disputent. Bahia Allouache plonge donc dans le cliché, comme un enfant l'aurait fait dans une flaque de boue. C'est simple, selon la vision réductrice de Une journée ordinaire, les jeunes Algériens ne s'intéressent qu'au foot, pour les garçons, et au mariage, pour les filles.
La politique ? Ce n'est pas leur tasse de thé. Ils ne sont donc pas prêts à prendre le relais, avoir des responsabilités… Bouteflika peut toujours parler. Bahia Allouache, adepte des cultures urbaines, n'a pas fait un grand effort pour soutenir son propos et éviter les sentiers battus. Son film est tout aussi ennuyeux qu'un discours présidentiel ! Autre court métrage algérien présenté au 2e Festival d'Alger du cinéma maghrébin : Maktoub, de Lamia Brahimi Belhadj. Un film curieux où il est question de marabout, de solitude, de femme troublée (Mina Lachtar), d'enfant (Wassim Robai) délaissé par les parents… Il est question de beaucoup de silence et d'ambiguïté dans ce premier film de Lamia
Brahimi Belhadj, parfois incompréhensible.
Il y a forcément un problème avec le scénario de ce court métrage. Autre film expérimental, Le temps, la mort et moi du jeune cinéaste tunisien Slown (Slim Zahra de son vrai nom). Tourné en noir et blanc à Montréal, au Canada, le film, marqué par une certaine candeur, donne corps au temps, représenté par un personnage qui a une tête en forme d'horloge et qui est attaché à un jeune homme quelque peu perdu. La mort est également représentée. Entre les deux, l'homme urbain, victime de la vitesse, doit évoluer et tenter de vivre. Qui du temps ou de la mort est «le meilleur» complice. Il y a un peu de fraîcheur dans ce film qui, à l'origine, était un poème.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.