CAN-2021 (U17): l'Algérie dans le groupe B avec le Nigeria    Mouloud Mammeri, héritage et transmission    Une club de Serie A négocie avec Maurizio Sarri    OL : Slimani s'enflamme pour Rayan Cherki    Le Brent renoue avec des niveaux d'avant la crise    Moteurs électriques : les 5 variantes    Un recyclage de nouvelle génération    Le rôle de la cité scientifique de Boumerdès dans la récupération de nos richesses en hydrocarbures    Boukadoum souligne les positions de l'Algérie    Peugeot Landtrek, l'héritier des 404 et 504 pick-up, est né    Le Plan d'action du gouvernement adopté par le CNT    Evolution stylistique et technologique    De l'essence synthétique selon Porsche    Le groupe Toyota en tête du classement    "Le pays ne peut supporter d'autres échecs"    Terrain du Hirak    La prison se charge des convictions !    Le Chabab sans attaquants face à Mamelodi Sundowns    Benamar Mellal, l'atout des Hamraoua    Bouakaz appelle à la «mobilisation générale»    Les flammes de la passion    Saisie de quelque 2 kg de kif traité    Sanitaires «privatisés»    Prenez soin de vous... mangez de la soupe !    Légumes grillés au citron et à la coriandre    Distribution prochaine de 154 LPA    Plusieurs maisons menacent effondrement    Droit d'inventaire vs changement de serrures    EN QUÊTE D'ALGER    L'impossible quadrature du losange qui tourne en rond sans même les images de Perseverance !    Meriem Akroun, ou quand la volonté transcende le handicap    La "French touch" en deuil    Des associations appellent à la réouverture des espaces culturels    Le manga algérien au cœur du débat    SKAF : L'affaire des U21 fait polémique    SOUVENIRS, SOUVENIRS, C'ETAIT IL Y A CINQUANTE ANS ...    La Casbah : La citadelle dévoile ses secrets et son passé rayonnant aux visiteurs    Le ministre du Travail: Vers une intégration massive des jeunes du pré-emploi    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Début de la vente des vignettes automobile à partir du 1er mars    Après avoir reçu la première dose il y a 21 jours: La deuxième phase de vaccination contre la Covid-19 lancée    Mourad Preure, expert en pétrole: «Nos gisements sont surexploités»    185 nouveaux cas durant ces dernières 24 heures    Les mises en garde de Belhimer    Vers plus de députés à l'APN    Sabri Boukadoum: Envoi de troupes en dehors des frontières, des «rumeurs infondées»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





38 films en compétition
2ÈME EDITION DU FESTIVAL MAGHREBIN DU CINEMA
Publié dans L'Expression le 29 - 05 - 2014

La seconde édition se tiendra cette année du 4 au 11 juin avec plusieurs films en avant-première à El Mougar et à la Cinémathèque d'Alger...
Karim Aït Oumeziane, commissaire et Nabila Sanjak à la communication et Nabil Hadji chargé de la programmation ont animé hier matin à la salle El Mougar un point de presse afin de dévoiler le programme de la seconde édition du Festival d'Alger du cinéma maghrébin dont le but principal, nous a-t-on fait savoir est l'incitation à la coproduction entre les pays du Maghreb, mais aussi faire connaître les récentes productions de la cinématographie maghrébine, ses auteurs emblématiques, ses thématiques ainsi que son évolution, sans accorder d'hommage spécifique cette année.
Au total, 85 films ont été visionnés a fait remarquer Nabil Hadji. Comme l'an dernier, le Festival culturel maghrébin du cinéma est ouvert aux catégories suivantes: longs métrages de fiction, courts-métrages de fiction et documentaires d'une durée minimale de 40 mn. Seules les productions réalisées durant les deux années précédant la tenue du festival par des cinéastes issus des pays du Maghreb sont acceptées en compétition.
Dans la catégorie longs métrages fiction, les prix accordés sont le Amayas d'or du festival d'une valeur de 15.000 Usd, prix spécial du jury d'un montant de 10.000 Usd, le prix du meilleur scénario du même montant, prix de la meilleure interprétation masculine et féminine de 2000 Usd.
Dans la catégorie courts-métrages fiction le Amayas d'or est de 7000 Usd, un prix spécial du jury du court métrage sera décerné aussi. Un prix spécial jury pour le documentaire sera également attribué tandis que la valeur du grand prix du documentaire est de 10.000 Usd. Cette année, 38 films ont été retenus dans la sélection en compétition dont 11 longs métrages entre trois d'Algérie, quatre du Maroc et quatre de tunisie.
A côté 17 courts métrages partagés entre quatre films d'Algérie, Quatre de Tunisie, cinq du Maroc et deux films de Mauritanie et enfin deux de Libye, fait exceptionnel. 10 documentaires seront aussi projetés dont quatre d'Algérie, quatre de Tunisie et deux du Maroc qui verront s'affronter pour le Grand prix du meilleur documentaire. C'est Fathma N'soumer de Belkacem Hadjadj déjà présenté en avant-première à Alger, il y a une quinzaine de jours, qui fera l'ouverture hors compétition. Plusieurs films seront cette année dévoilés et en avant-première maghrébine même. Pour l'Algérie, pas moins de trois films seront dévoilés en exclusivité. Il s'agit de Révolution Zendj, le nouveau film de Tarik Teguia, La preuve de Amor Hakkar, Les terrasses de Merzak Allouache, sans oublier L'Andalou de Mohamed Chouikh déjà présenté à Alger.
La Tunisie sera présente avec Eziara ou lune noire de Nawefel Saheb Ettaba, dont Nabil Hadji ne tarira pas d'éloges sur le fait de sa triple nationalité algéro-tuniso-marocaine comme symbole effectif de cette coproduction maghrébine née entre des professionnels du cinéma lors de rencontres diverses. On notera aussi Bastardo de Nedjib Belkadhi et Challet de Tunis déjà présenté cette année à Cannes grâce à l'Acid (Association du cinéma indépendant pour sa diffusion).
Film de Kaouther Hania dont on a dit beaucoup de bien sur la Croisette. Bab El Fella de Moslah Kariem sera, quant à lui présenté en avant-première.
Le Maroc sera présent notamment avec les avant-premières des films Formatage de Mourad El Khaoudi et C'est eux les chiens de Hicham Lasri. Côté courts métrages, on retiendra pêle-mêle, l'algérien, Passage à niveau de Anis Djaâd, Une journée ordinaire de Bahia Allouache, Maktoub de Lamia Brahimi, Précipice de la Tunisienne Nadia Touijer, feu de Nejma Zeghidi et Désirs de Samir Harbaoui, deux films tunisiens en avant-première.
Côté Maroc, on citera L'eau et du sang de Abdelilah Eljaouhary et Cléopâtre y a lala de Hicham Hajji. S'agissant de la compétition documentaires on retiendra pour l'Algérie Abd-El Kader de Salem Brahimi Khadda, Le signe et l'olivier de Jaoudet Gassouma. Pour la Tunisie, on citera, entre autres, Dégage de Mohamed Zran, Sacrifice de Anis Lassoued, La mémoire noire, Témoignages contre l'oubli de Hichem Ben Ammar et pour le Maroc Des murs et des hommes de Dalila Ennadre et Femme à la caméra de Karima Zoubir.
Le jury de la compétition longs métrages de fiction sera présidé par le cinéaste algérien Ahmed Rachedi, alors que la présidence de jury courts métrages et documentaires a été confiée respectivement à l'acteur Hassan Kechache et au réalisateur Saïd Oulmi.
Des débats avec les réalisateurs en compétition- qui devraient tous être présents à l'exception de la Tunisienne Kaouther Ben Hania et du Marocain Hichem Lasri- sont prévus au lendemain des projections à la Cinémathèque d'Alger, a indiqué le chargé de la programmation du Festival, Nabil Hadji. Un «Panorama des films algériens» sera, par ailleurs, organisé en marge de la compétition à la cinémathèque d'Alger et dans un «Ciné-bus» au niveau de la Grande-Poste.
Deux rencontres consacrées à «L'image du cinéma maghrébin en France et en Europe» et aux «Tendances actuelles dans l'écriture du scénario au Maghreb» lesqueles seront animées par des universitaires figurant aussi au programme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.