2 436 affaires traitées en 2017    La planche à billets plus sollicitée que prévu    Marche de soutien aux travailleurs de Cevital    Kia Al-Djazaïr : remises, GPL et nouveautés au menu    Les eurodéputés des Verts et de la gauche dénoncent un vote illégal au parlement européen    250 000 réfugiés pourraient rentrer en 2019, selon l'ONU    USMA, le dernier challenge pour 2018 s'envole !    L'Algérien Syoud bon dernier de sa série    Shakhtar-Lyon, duel pour le dernier ticket    Fin de la trêve entre le ministère de l'éducation et les syndicats    Deux élus locaux destitués    Les élèves de 43 écoles primaires de la wilaya mangent des repas froids    Aïn Témouchent célèbre le 11 Décembre    Mohamed Aïssa, le vivre-ensemble et tout le reste    Distribution de près de 2 000 logements    NA Hussein Dey: Lacète n'appréhende pas l'arbitrage en Zambie    Au fil... des jours - Communication politique : nouvelles du front ! (Suite et fin)    Renouvellement partiel des membres du Conseil de la nation: Les élus locaux en pleine campagne électorale    De quel droit vous parlez au nom des Algériens ?    Une bande de narcotrafiquants démantelée    Pour mauvaise gestion: Fin de fonctions du DG et du SG du CHU de Bejaïa    Kafka, l'Algérino    Louh: Enquêtes sur 67 affaires d'agressions sur des Algériens à l'étranger    L'ASM Oran en deuil: Mohamed El-Kadiri a tiré sa révérence    IS Tighennif: L'Idéal mène le bal    La terre des rêves, des chants de piste et des kangourous: Alice Springs, cœur central du territoire des Aborigènes, le 17 novembre 2018.    Transfert : Vers un retour de Boudebouz en Ligue 1 française    GTMO 5+5: 9e réunion des ministres des Transports mercredi à Nouakchott    Guerre commerciale : Les Etats-Unis et la Chine au bord du gouffre financier    Les "gilets jaunes" annoncent une nouvelle journée de manifestations    Espagne : Madrid menace d'intervenir en Catalogne    4 établissements fermés !    Le projet approuvé par le CNI    L'Office central de la répression de la corruption dissous ?    Le FLN favorisé    Commerce : Ouverture de la 1ère Foire commerciale intra-africaine au Caire    Necib à la Radio : "Le bilan 2018 du secteur des ressources en eau est positif"    Union des radios et télévisions arabes : Réélection du DG de la Radio algérienne    La 15e édition de DimaJazz du 18 au 22 décembre    Pacte mondial sur les migrations: Les observations de l'Algérie    Agressions contre des Algériens à l'étranger: Enquêtes sur 67 affaires    Coup d'envoi de la 11e édition du Salon Djurdjura du livre à Tizi-Ouzou: Plaidoyer la promotion de l'acte de lire et du livre    TIARET : 2 individus arrêtés et 3 voitures et un fusil saisis    MASCARA : Un sexagénaire se suicide à El Keurt    2 000 marcheurs pour la liberté à Béjaïa    Les textes désormais contestables    Coupe d'Algérie: DRB Tadjenanet-CRB et ESS- O Médéa, affiches des 32es de finale    Commémoration du 58e anniversaire des manifestations du 11 décembre 1960 : Aïn Témouchent abritera les festivités nationales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pourquoi il faut dissoudre l'AARC
Culture : les autres articles
Publié dans El Watan le 08 - 08 - 2014

Créée en 2005, l'Agence algérienne pour le rayonnement culturel (AARC) a pour mission de concevoir et d'organiser des programmes d'actions culturelles algériens à l'étranger et de contribuer à l'organisation de manifestations culturelles étrangères en Algérie. Au fil du temps, l'AARC est devenue une institution puissante.
Forte par une subvention annuelle d'environ 23 milliards de centimes par an (hors revenus propres) et une équipe jeune, formée spécialement par une école parisienne en management culturel, elle est l'expression même du «tout Etat» dans le secteur de la culture, car devenue le premier entrepreneur culturel : production cinématographique, production littéraire, organisation de spectacles en Algérie et à l'étranger, etc. Elle est aussi l'agence d'exportation de l'image du régime à l'étranger.
Elle finance et organise directement des événements culturels spéciaux à l'intérieur même de grands événements internationaux, pour les présenter par la suite en Algérie comme étant des «hommages» spontanés faits à l'Algérie à l'initiative des organisateurs, un peu comme le «Cahier publicitaire sur l'Algérie» acheté au journal Le Monde en 2012 avec l'argent du contribuable. Lors de la rencontre de la nouvelle ministre de la Culture avec les acteurs du secteur cinématographique, il y a de cela quelques jours, plusieurs voix se sont élevées contre l'AARC devenue, pour beaucoup, une sorte de monstre qui souffle le chaud et le froid dans le secteur et qui fait tout et n'importe quoi.
Elle est en effet devenue un ministère dans le ministère. L'ultime preuve était la mise au point publiée par son directeur, la semaine dernière dans la presse, comme si l'agence était une entité sans tutelle. Dans cette mise au point, le directeur de l'AARC fait un aveu accablant après 12 ans d'une stratégie culturelle hégémonique mise en place par l'ex-ministre de la Culture et dont il était très proche : «Le chemin reste long pour pouvoir avoir une industrie cinématographique en Algérie !»
Il a été limogé depuis, mais il reste maintenant la dissolution de l'AARC pour créer à sa place une petite agence qui doit se contenter de la seule mission de sélectionner, sur la base de critères transparents, les œuvres algériennes et les artistes algériens qui représenteront l'Algérie dans des manifestations internationales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.