Il répond aux critiques soulevées par la candidature de Bouteflika.. Sellal contre-attaque    Jeunes ayant échoué dans leur projet.. Zemali : «Il n'y aura pas de poursuites»    Pour booster les exportations vers les USA.. Mise en place des mécanismes appropriés    Meurtre de l'étudiant Assil à Ben Aknoun.. La police arrête un suspect    Alors que le nombre de bus et de dessertes sera augmenté à Tizi Ouzou.. Le plan de circulation attend toujours    Pour une meilleure prise en charge médicale.. La loi relative au moudjahid et au chahid sera révisée    Coupe d'Algérie (1/4 de finale).. La double confrontation CSC-MCO décalée au mois de mars    Coupe de la confédération (2e journée).. La bonne affaire du NAHD    Ligue des champions.. Les Spurs, «héros» sous-estimés ?    Bedoui installe le nouveau DGSN.. Kara Bouhadba mise sur le partenariat    La gendarmerie rattachée à la Présidence ou l'Intérieur ?!    Partenariat université-Economie.. Cinq conventions signées à Oran    Présidence de la République.. Lamamra nommé conseiller diplomatique    Japon.. Les Aïnous seront reconnus comme peuple indigène    Monoxyde de carbone.. Décès de 4 personnes à Tébessa    En raison des guerres.. Plus de 100.000 bébés meurent annuellement    Variétés algéroises.. Faiza Dziria chante à Paris    Madame l'Afrique d'Eugène Ebodé.. Bon père mais volage    Lutte antiterroriste.. Deux caches d'armes détruites    APC D'ORAN : Fin du litige avec les ramasseurs privés de déchets    SIDI BEL ABBES : Classes uniques et cours hétérogènes à Aïn Chafia    TIARET : Près de 800 psychotropes saisis à Frenda    La communication, faut-il le dire !    MARCHE TOURISTIQUE LOCAL : Point de promotion pour la destination ‘'Mostaganem'' !    CONSTRUCTION AUTOMOBILE : ‘'Nissan'' lancera bientôt son usine en Oranie    La Seaal se digitalise    Le DAPS, tel qu'il est appliqué, va créer un désordre important    Visa : Les compagnies aériennes en souffrent aussi    Skikda : Suspension de la grève des chauffeurs de bus    El Tarf : Un automobiliste renverse un piéton et prend la fuite    Constitution 1, 2, 3, et encore…    Le réseau d'influence des vingt dernières années a généré une autorité locale parallèle    Viandes : Les prix de nouveau sanglants    Sergio Ramos dément avoir pris volontairement un carton jaune    En bref…    Le départ de Mourinho a coûté plus de 22 millions d'euros à Manchester United    Choc Chelsea – Manchester en coupe d'Angleterre    Fespaco 2019 : Mémoire, identité et économie    Gaïd Salah fait la promotion du bilan de Bouteflika    Terrorisme : Riyad dans le collimateur de Bruxelles    Une usine de production de véhicules bientôt en Algérie    Le leader se teste à Relizane    Le stand algérien attire les foules    Football - Ligue 1: Le CRB quitte la zone rouge, l'USMA creuse l'écart    L'ambassadeur d'Algérie à Washington: Le dossier sahraoui pas un obstacle aux relations algéro-marocaines    Destinées concentriques en chaîne    Le rôle de l'oralité dans la sauvegarde du patrimoine amazigh    Fills Monkey le 24 février    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le courage politique serait de sortir de cette rhétorique guerrière
Nedjib Sidi Moussa. Docteur en sciences politiques à l'université Panthéon-Sorbonne (France)
Publié dans El Watan le 09 - 01 - 2015

- L'histoire otage de la politique : est-ce un poncif en Algérie ou une manière de cacher notre inaptitude collective à écrire et à assumer notre histoire ?
L'idée selon laquelle l'histoire pourrait être complètement séparée de la vie politique me semble illusoire. Il y a, par contre, un véritable défi concernant la conquête de l'autonomie du champ scientifique, à propos du mouvement indépendantiste en particulier. Cela concerne en premier lieu les chercheurs qui doivent travailler dans les meilleures conditions, avoir librement accès aux diverses sources et publier leurs travaux sans craindre les sanctions administratives ou judiciaires.
Ces problèmes ne sont pas propres à l'Algérie, mais s'expriment sous une forme spécifique en raison de la violence de la domination coloniale, de la permanence du régime autoritaire et de la guerre civile des dernières années. Il a fallu attendre la fin du parti unique pour se procurer librement la biographie de Messali Hadj en Algérie. Les voies discordantes ont pu commencer à se faire entendre seulement après octobre 1988. Cela ne fait pas encore vingt ans.
- Pourquoi nous n'arrivons pas à structurer une fois pour toutes un récit national de l'Algérie ?
L'existence d'un récit national se heurte de fait aux progrès de la recherche scientifique et aux évolutions de la société algérienne. Il sera toujours remis en question par des individus ou groupes qui se sentent marginalisés, à tort ou à raison. Le conflit n'est pas quelque chose qui doit effrayer, à condition qu'il soit encadré, apaisé et productif. Chaque génération a le droit d'interroger son rapport à l'histoire et au récit qui apparaît dominant. Même s'il reste des progrès à faire, on a pu observer une évolution dans les manuels scolaires où des figures historiques, longtemps occultées comme Messali Hadj, ont fait leur apparition. Malgré des résistances qui paraissent anachroniques, des infrastructures publiques portent désormais les noms de ces mêmes personnages qui ont contribué, dans leur diversité, à l'indépendance de l'Algérie. C'est justement cette pluralité que refusent les sectaires, indépendamment de leurs obédiences.
- Est-ce que le politique doit vraiment être en dehors de la fabrication du récit national ?
Quand un professionnel de la politique intervient sur le terrain historique, il le fait le plus souvent avec les mots de la compétition partisane et non avec la rigueur supposée du chercheur. On constate tous les jours, avec les petites phrases ou les déclarations choc, ou encore par le biais des messages postés sur les réseaux sociaux, que le débat politique ne vole pas très haut. Par principe, n'importe quel individu peut s'exprimer sur l'histoire mais cela ne signifie pas pour autant que son opinion soit pertinente. Mais critiquer ne donne pas le droit de calomnier. Surtout quand il s'agit de figures historiques, et à travers elles leurs partisans, qui se sont sacrifiéss pour libérer le peuple algérien du joug colonial. Le courage politique aujourd'hui serait de sortir de cette rhétorique guerrière et de militer pour la reconnaissance de tous les indépendantistes, indépendamment de leur sexe, de leur origine, ou de leur affiliation partisane (FLN, MNA, PCA).
- La réécriture de l'histoire est un débat qui a tant duré en Algérie, ne faut-il pas passer à son écriture tout simplement ? C'est-à-dire refonder notre manière d'approcher notre histoire.
L'histoire s'écrit en ce moment dans les universités algériennes, françaises, américaines et bien au-delà. Il se pose toutefois un problème concernant la publication des travaux universitaires, et plus particulièrement de leur circulation voire de leur appropriation par certains segments de la société. Rares sont les revues en Algérie diffusant des articles scientifiques ayant un rapport avec l'histoire.
En raison de cette lacune, la presse publie des contributions de chercheurs ou d'acteurs donnant parfois lieu à des polémiques. Mais l'écriture de l'histoire ne peut se faire uniquement à travers les journaux et encore moins dans les tribunaux. Non seulement les chercheurs doivent pouvoir fixer eux-mêmes les règles du jeu, leur rythme, leurs objets, mais ils doivent aussi bénéficier du soutien des secteurs éclairés de la société, y compris quand ils remettent en cause certaines idées reçues. L'unanimisme ne fait pas bon ménage avec la pensée critique.
- L'histoire des années 1990, des violences, que seuls la littérature, la presse et les décrets de la charte pour la paix et la réconciliation écrivent, ne subira-t-elle pas le même sort que l'histoire de la guerre de Libération et du mouvement national ?
On peut constater que cette séquence de l'histoire récente fait l'objet de controverses, ne serait-ce que dans sa dénomination : guerre civile, décennie noire ou tragédie nationale. Le parallèle avec l'autre séquence fondatrice de l'Algérie contemporaine est saisissant, car les terminologies varient selon les auteurs : révolution, guerre (de libération) ou encore djihad. Mais l'écriture de ce moment de terreur, de répression et de résistance se heurte à plusieurs contraintes.
A commencer par la consultation des archives étatiques, et plus largement celles des protagonistes qui ont eu à gérer la question de la violence... Il s'agit sans doute d'une question de temps et de mobilisation citoyenne, au même titre que la censure ou l'autocensure. Plus que l'accès aux sources, il convient surtout de s'émanciper des deux récits dominants (dialoguistes et éradicateurs) afin d'éviter de sombrer dans une infructueuse chasse aux «héros» ou aux «traîtres».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.