Session extraordinaire du Conseil national le 2 août pour l'élection d'un président par intérim    Les étudiants entre résistance et persévérence    Soupçonné de corruption, Tayeb Louh interdit de sortie du territoire algérien    L'APW de Tizi Ouzou dénonce un crime économique et social    Des résultats de recherche inexploités    Arkab qualifie l'incident avec l'Iran de «contrôle de routine»    MCA : Bourdim : « J'ai expliqué au coach les raisons qui ont fait que j'ai raté les deux jours de stage »    ATTERRISSAGE A CONSTANTINE D'UN AVION RELIANT EL OUED A PARIS : Les explications d'Air Algérie    Le Maroc abuse de la répression    SITUATION ECONOMIQUE DE L'ALGERIE : Des experts tirent la sonnette d'alarme    Zetchi démissionnerait ce jeudi    AU NIVEAU D'UNE ZONE NON AUTORISEE A LA BAIGNADE : Encore une énième noyade enregistrée à Mostaganem    TENTANT DE SAUVER DEUX FILLES DE LA NOYADE : Un jeune homme meurt noyé à Béjaia    Plusieurs mesures pour prévenir une réapparition du choléra    Guedioura se rapproche d'Al Gharafa    Djemiaï va soumettre la liste du BP au comité central    Driencourt quitte Alger    L'attaquant malien Mohamed Niapegue Cissé à l'essai    La compétition rapporte 83 millions de dollars à la CAF    Brahimi file à Al Rayan    La Ligue Sud-Est comptera 16 équipes    Le stage de Tunisie délocalisé à Alger    Israël enterre ce qui reste du processus de paix    Interception d'un avion espion américain    Dialogue : les raisons de l'impasse    Accueil des nouveaux bacheliers à l'université Yahia-Farès    La ville croule sous les ordures    2 frères meurent asphyxiés au fond d'un puits    Le ministre de l'Enseignement supérieur exige des en-têtes en anglais    sortir ...sortir ...sortir ...    Vive Raconte-Arts !    Le Sud ne perd pas le nord    «Le mouvement théâtral dans les Zibans a accompagné toutes les causes sociales»    Un nouveau documentaire sur la guerre d'Algérie    La dictature militaire racontée par les réalisateurs espagnols    Montage de camions Renault trucks : Soprovi obtient l'agrément    Un homme découvert mort au marché de gros d'El Kerma    Cyber-escroquerie, une arrestation    Crise politique : Des initiatives mais point de solutions !    Méditation sur un nuage    L'économiste Kamel Rezzigue a la radio : "Il faut accélérer le processus politique pour le salut de l'économie nationale délicatement fragilisée par ...    Bourses : Séance inaugurale folle pour le Star chinois    Chlef : Plus de 700 enfants sensibilisés à l'économie de l'eau    Avions de combat : Thales plaide pour une alliance en Europe    Cameroun: Libération d'une partie des opposants, un pas vers le dialogue politique ?    CETA : L'accord "vise à destituer le politique au profit des puissances de l'argent"    Une "réponse forte à la bande"    Le gouvernement au chevet des nouvelles villes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le quartier d'El Biar entre émoi et consternation
Après le tragique décès du petit Ramzi
Publié dans El Watan le 02 - 05 - 2015

Ramzi, ce petit garçon sans histoire, à l'allure frêle et au visage angélique, est tombé dans un traquenard tendu par un quinquagénaire à l'intérieur du tunnel de la place Kennedy, à El Biar.
Selon les témoignages recueillis auprès de l'oncle du défunt, à l'origine de ce macabre événement une altercation futile entre Ramzi et son camarade de classe ayant trait à une histoire de cahier prêté par l'un à l'autre.
Un acharnement inouï
L'agresseur et assassin, du nom de Nabil Souki, n'est autre que le père du camarade de classe de Ramzi. Au lieu d'apaiser les esprits entre les deux garçons, il lui a porté des coups violents, traînant Ramzi, tombé à terre, tout en continuant à extérioriser sa colère. Coups de la pointe du coude sur la jugulaire, coups de pied au ventre ainsi que sur d'autres parties du corps… Un acharnement inouï.
Des témoignages de garçons de son âge venus rendre un dernier hommage à leur camarade ont soutenu que Ramzi avait traîné ses douleurs jusqu'à son domicile sans aviser les membres de sa famille de l'accident «par peur des représailles de l'homme». Jusqu'à la dégradation de son état de santé. Evacué en urgence vers l'hôpital de Beni Messous, les nombreuses tentatives de réanimation se sont avérées vaines. Ramzi a succombé à ses blessures vers 22h.
Les obsèques du petit garçon ont eu lieu hier drainant une foule nombreuse, indignée et attristée, venue consoler la famille et accompagner le malheureux défunt à sa dernière demeure. Cette mort violente a frappé tel un couperet. La famille de Ramzy, sa fratrie accablée et ses parents sont en état de choc. La mère du défunt, les yeux pleins de larmes, a de la peine à nous répondre, ses paroles sont inaudibles. Sa détresse est incommensurable.
Des membres de la famille Mostefaoui s'apprêtent à organiser une marche blanche, cette semaine, afin de revendiquer que justice soit rendue et que pareille tragédie ne se reproduise plus pour d'autres enfants.
A la sûreté urbaine d'El Biar, le commissaire de police n'a pas voulu faire de déclaration sur cette affaire. D'un air évasif, il se contente de déclarer qu'une enquête a été diligentée et que toutes les procédures seront respectées.
En tout état de cause, il y a lieu de s'interroger sur la violence infantile persistante qui fait, de jour en jour, des victimes dommageables dans notre société. Et dire qu'une campagne contre la violence faite aux enfants, à l'initiative de l'Unicef et sponsorisée par de grands organismes nationaux, se déroule actuellement en Algérie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.