Réunion du Gouvernement: Des mesures d'urgence pour l'industrie et l'agriculture    Le président de la CIPA: «L'objectif premier c'est de combattre la bureaucratie»    Habitat: Les logements LPL font jaser    Revirement ou tactique ? Mohamed VI feint l'apaisement    Lamamra en Egypte: Libye, Tunisie et coopération au menu    Le président Kaïs Saïed rassure: «La Tunisie est sur le bon chemin»    Football - Ligue 1: La relégation hante les esprits    La bonne affaire pour l'Afrique ?    Analyses médicales, tests antigéniques et PCR: Les assurances sociales appelées à faire plus    Un dentiste dément les rumeurs: «Aucun danger de l'anesthésie buccale sur les vaccinés»    Richesses humaines ensevelies    La démocratie en terre d'islam : «Allah ghaleb est inscrit sur tous les fronts» !    Mettez fin à l'occupation du Sahara occidental    Le dinar reprend du poil de la bête face au dollar    Abdelkrim Fergat aux repêchages    Cinquième or pour Dressel    Le trophée pour Zverev    Le temps des solidarités    Alger-Tripoli    Les grandes urgences du secteur de l'industrie    On vaccine les zones d'ombre    Les médecins de la diaspora attendent le feu vert    50000 Employés risquent le chômage    Le formidable élan de solidarité des Algériens    37 décès et 1.172 nouveaux cas en 24 heures    Plus de 200.000 manifestants dans les rues contre le pass sanitaire    L'ONU salue une « réalisation historique » en Libye    Mémoire et traumatisme de guerre    Une figure de la musique andalouse s'éteint    Le TNA et le Cadc optent pour le virtuel    Tenue de la 45e Eucoco les 10 et 11 décembre prochain    L'échec de Flissi    Retrait de l'accréditation à la chaîne TV El Arabia    Une fresque murale à l'entrée de la nouvelle cité Djerda    Apulée de Madaure célébré en Hongrie    Publication de 20 ouvrages par l'Enag    Tennis : Djokovic repart bredouille, et blessé    L'AS FAR valide son billet    Les prix à la consommation en baisse de 1,1% sur un mois en juin    Après France 24: Retrait d'accréditation à la chaîne «El-Arabia»    FAF - Coupe de la Ligue: Un véritable casse-tête !    Retrait de l'accréditation en Algérie    Al Arabia interdite en Algérie    Quelle chance pour la médiation algérienne ?    LE RCD CHARGE LE GOUVERNEMENT    Chanegriha: «Mettre en échec tous les plans hostiles»    Le journaliste de Canal Algérie Salem Azzi n'est plus    Absence de culture ou...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'initiative «Consommons algérien» régule le marché
Flambée des prix durant le ramadhan
Publié dans El Watan le 30 - 06 - 2015

Chaque année durant le mois de Ramadhan, la mercuriale s'affole. Les prix des produits de grande consommation connaissent des hausses démesurées. Cette année aussi, le mois sacré n'échappe pas à la règle malgré une légère baisse des prix des produits agricoles.
C'est ce qu'a révélé l'Office national des statistiques (ONS). Au niveau de l'un des principaux marchés de la capitale, le marché couvert «Tnach» à Belouizdad, les commerçants se livrent en toute impunité à toutes sortes de spéculation pour gonfler les prix.
Force est de constater que ce marché très prisé par le citoyen devient de moins en moins fréquenté ces derniers jours. «Malgré ses prix plus intéressants qu'ailleurs, cela reste en deçà des attentes», se désole une femme au foyer faisant ses courses sur les lieux.
Cette flambée des prix touche particulièrement les produits de large consommation notamment les viandes. L'ovin oscille entre 1200 DA/kg et 1500 DA/kg. La volaille à 400 DA/kg, le plateau d'œufs à 250 DA.
Les produits piscicoles varient entre 500 DA et 2500 DA/kg. Contrairement à ces produits cités, les prix des produits agricoles sont quant à eux à la baisse. Il est à noter que la pomme de terre est affichée à 50 DA, la courgette à 60 DA, le piment vert 80 DA, les haricots à 100 DA. Aussi, l'oignon est à 60 DA, le navet à 80 DA et la tomate affichée à 60 DA.
«Cette année, il y a eu une légère hausse, aux environs de 20%, en ce qui concerne les viandes. Toutefois, nous constatons que les prix des légumes et des fruits sont relativement moins chers qu'avant.
Cela pourrait s'expliquer par la récolte fructueuse des fruits et légumes de l'année en cours», souligne Mustapha Zebdi, président de l'Association de protection des consommateurs (Apoce).
«Il faut souligner aussi qu'en dépit de leur statut anarchique et illégal, les points de vente informels ont contribué, d'une manière significative, dans la stabilité des prix des fruits et légumes, ce qui est d'un grand apport pour le pouvoir d'achat du consommateur», enchaîne ce dernier tout en qualifiant leur caractère d'illicite.
L'initiative du «marché du Ramadhan» lancée il y a quelques jours par les pouvoirs publics a le vent en poupe.
«Marché Errahma», l'autre alternative
Cette dernière, qui s'inscrit dans le cadre de l'approvisionnement direct en produits de large consommation semble plaire aux citoyens.
Les marchés de proximité installés au niveau du siège de l'UGTA (place du 1er Mai) et la Safex revêtent un aspect particulier, celui de la promotion du label algérien, notamment les marques agroalimentaires qui sont très peu connues du public.
Par ailleurs, ce qui fait la cote de ce marché, ce sont les étals des viandes rouge et blanche : des files d'attente se forment devant les étals des bouchers et des vendeurs de volaille.
La viande ovine fraîche est cédée à 1250 DA/kg, tandis que le poulet congelé et vidé se négocie à 290 DA/kg. S'agissant des fruits et légumes, les prix sont relativement moins chers de 20 DA par rapport à ce qu'offrent les marchés communaux de référence.
Réjouies par cette opération, les nombreuses personnes rencontrées sur les lieux estiment que «ce marché est une vraie aubaine. Ses prix sont plus bas qu'ailleurs, Et c'est ce qui convient aux moyennes bourses».
Pour ces marchés, les pouvoirs publics ont trouvé la parade des prix puisque «ces derniers sont intermédiaires entre ceux de l'usine et ceux qui sont affichés chez les détaillants», explique un vendeur enchaînant : «Nous sommes fixés par un seuil de prix à ne pas dépasser. Notre marge bénéficiaire est vraiment minime pour que le produit soit le plus abordable possible», a-t-il dit. Les citoyens déplorent que cette initiative soit «conjoncturelle»
Elle est d'une aide considérable pour de nombreux citoyens. Dans cette optique, M. Zebdi (Apoce) souligne que «l'initiative lancée par l'UGTA est à saluer. Il regrette que ces solutions restent limitées dans le temps. Le citoyen a besoin de solutions durables et légales», insiste M. Zebdi .


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.