La gendarmerie sera chargée d'enquêter    "Il est urgent de développer l'agriculture, l'agroalimentaire et le tourisme en Algérie"    L'Algérie, une "puissance de paix et d'équilibre"    Enlisement du conflit    Tebboune ordonne la tenue d'un Conseil interministériel    46 nouveaux cas enregistrés à Tindouf    Quel plan préventif pour l'Algérie ?    Une foule nombreuse accompagne Loubna Belkacemi à sa dernière demeure    Le Président Tebboune reçoit le ministre français des Affaires étrangères    Coupe du Monde 2022 (Zone Afrique): tirage au sort favorable pour l'Algérie    Khenchela : nécessité de la prévention pour se prémunir des asphyxies au monoxyde de carbone    Un tournoi de futsal dans la ville de Laâyoune est une "pure décision politique"    Benbouzid: une commission d'inspection à El Oued pour évaluer les services de santé    Vers l'élimination du problème de spéculation sur le prix du lait en sachet    Karim Tabbou maintenu en prison    SUR INSTRUCTION DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE : Envoi d'une caravane d'aides humanitaires en Libye    LUTTE CONTRE LA CRIMINALITE : 43 personnes arrêtées à l'extrême-sud du pays    BISKRA : Démantèlement d'un réseau de faussaires de monnaie    Saisie d'une importante quantité de kif    ACCIDENTS DE LA ROUTE : Tebboune ordonne la tenue d'un Conseil interministériel    JSK: Mellal condamné à 6 mois de prison ferme    Une réduction certes, mais la facture toujours aussi lourde    Cinq projets réalisés en 2019    Une quarantaine de walis concernés    Le MSP propose l'intégration du Hirak dans le préambule    Une base de l'ONU ciblée par des terroristes    Le PLD annonce sa participation    Le parquet requiert des peines de 1 an et de 18 mois de prison ferme    Des dizaines de manifestants blessés en Irak    L'état d'urgence renouvelé pour trois mois    Omari examine avec des représentants des Chambres d'agriculture le dossier des coopératives agricoles    ACTUCULT    Projection de "12 hommes en colère" à la cinémathèque de Béjaïa    "Il faut un plan pour sauver notre patrimoine culturel"    La Révolution racontée par Sid Ali Abdelhamid    L'UA réitère la position commune de l'Afrique sur le cessez-le-feu en Libye    «Il n'y a pas de plan B, ça sera au Cameroun»    MOB : Préparation perturbée    MC Oran : Un mercato hivernal tristounet    Aïn Témouchent : Réduction drastique du nombre de départs à la retraite    Scène artistique algérienne : Décès de l'artiste Loubna Belkacemi    Salon du livre à Tizi Ouzou : Réconcilier le public avec la lecture    Le sg de l'UGTA Annaba dépasse les bornes, il agresse et chasse les syndicalistes    L'APN examine la levée d'immunité d'un député    Le NCM et le PAC se neutralisent    Le mouvement des entraîneurs supplante celui des joueurs    Le COA demande à la CAF d'éviter «tout acte entravant l'action de l'ONU»    Un court-métrage tourné à Oran sélectionné    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le procès fixé au 26 novembre
Affaire du général Hassan
Publié dans El Watan le 19 - 11 - 2015

Le procès du général Hassan aura lieu le 26 novembre au tribunal militaire d'Oran, a déclaré son avocat, Mokrane Aït Larbi. Celui-ci a également introduit, hier, auprès du parquet de cette même juridiction, une demande de convocation comme témoin à décharge de l'ex-patron du DRS, le général Toufik.
Le juge du tribunal militaire d'Oran a finalement clôturé le dossier du général Hassan, après avoir estimé que l'instruction effectuée par son collègue de Blida était suffisante. Il vient de rendre son ordonnance de renvoi de l'affaire. Le parquet de cette même juridiction a fixé la date du 26 novembre, a annoncé Mokrane Aït Larbi, l'avocat du mis en cause, qui a précisé avoir introduit, hier auprès du parquet militaire, la demande de citation, en tant que témoin à décharge, de l'ancien patron du Département du renseignement et de la sécurité (DRS), dont relevait le Service de coopération opérationnelle et de renseignement antiterroriste (Scorat) que dirigeait le général Hassan.
En fait, la demande de l'avocat risque de ne pas avoir le résultat escompté parce qu'elle n'a pas été introduite lors de l'instruction, étape cruciale pour l'issue de l'enquête. Lors du procès, le tribunal risque de s'en tenir uniquement aux témoins cités par le juge d'instruction, du fait que l'article 152 du code de justice militaire qui lui confère le pouvoir d'accepter ou non la présence d'un nouveau témoin, précisant que le témoignage n'aura que le caractère déclaratif.
En tout état de cause, nombre d'observateurs avertis pensent que cette affaire est déjà scellée et que le tribunal militaire d'Oran n'aura pas cette liberté d'assurer au prévenu un procès équitable et serein, sachant que la mise en mouvement de l'action publique a été faite par le vice-ministre de la Défense nationale.
Ce dernier assure, en tant que chef d'état-major de l'ANP, la présidence du Conseil supérieur de la fonction militaire, devant lequel le dossier de Hassan a été déféré début 2014, lors d'une réunion (au siège du ministère de la Défense) convoquée pour la première fois depuis sa création en 2006 pour sceller le sort de trois généraux du DRS : Mhenna Djebbar Chafik (qui s'occupait des enquêtes économiques), Hassan (chargé de la lutte antiterroriste), ainsi que le colonel Fawzi (communication), tous admis à la retraite.
Seul le général Hassan s'est retrouvé rattrapé par une poursuite judiciaire, quelques mois plus tard, pour une affaire que tout le monde pensait close des mois auparavant. Contacté, Me Khaled Bourayou, qui déclare avoir été constitué par la famille depuis le 4 octobre dernier pour défendre le général Hassan, a confirmé la clôture de l'instruction et le renvoi du dossier devant le tribunal, puisque la notification lui a été faite hier.
Cependant, il s'est refusé à tout commentaire sur «le contenu» du dossier «jusqu'au procès», précisant, au même titre que Me Aït Larbi, que l'audience du 26 novembre sera publique, «sauf décision de dernière minute». Mais y a-t-il une raison de croire qu'une telle décision puisse être prise, sachant que la juridiction militaire a bien jugé le général Beloucif, en 1992, en ouvrant les portes du tribunal de Blida aux journalistes alors que le pays traversait une grave crise politico-sécuritaire ? En attendant la tenue du procès, la question reste posée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.