Sidati: le parti pris aveugle de la France retarde et complique la tâche de la Minurso    Ligue 1 : la JS Saoura et l'ES Sétif affichent déjà leurs ambitions    Tribunal de Tipasa: report du procès d'Abdekader Zouk au 8 décembre prochain    Maradona, l'homme de la métamorphose    Le Mossad, Israël et la démocratie à géométrie vachement variable !    Castex attendu à Alger    Non, je préfère me taire...    Football/Ligue 1 Algérienne - Transfert : Youcef Bouzidi nouvel entraîneur de la JSK    Le Chabab à la conquête de l'Afrique    Bonne opération pour le Mouloudia    Guardiola fixe les nouvelles règles à Riyad Mahrez    Plus du quart des tests positifs au Covid-19    Un protocole sanitaire pour une reprise universitaire sécurisée    Grippe, Covid-19... Bientôt un vaccin à base de plantes ?    La scène artistique bataille pour survivre au confinement    YouTube, le CNC et Arte s'allient pour promouvoir la culture en ligne    La demande d'appel de Johnny Depp rejetée    Covid-19 et pouvoirs de police : quelles limites ?    Large mobilisation en France    Aribi termine meilleur buteur    L'héritage    Les non-dits    Le Cerefe publie son premier rapport annuel    Montée de tensions entre Téhéran et Tel-Aviv    Les candidatures des groupes armés rejetées    21 décès et 1 044 nouveaux cas    Les pilotes de ligne demandent la reprise du trafic aérien    Un projet qui risque le naufrage    Alger dénonce des "accusations gravissimes et malveillantes"    Malek, un jeune chanteur en "vogue"    Visa For Music, l'art de la résilience    Intégration de la musique de l'Ahaggar dans l'organologie universelle    Tiaret : 2322 logements attribués    Mostaganem : Les établissements scolaires manquent de moyens anti-Covid    Nouveau projet AADL : Les inscriptions à partir d'hier    LSDA de Sidi Abdellah lourdement impactée : «Un calendrier de paiement est proposé aux abonnés»    L'APW-Jeunes de Béjaïa : Une expérience unique à l'échelle nationale    LE DECOMPTE DES MORTS    L'asymétrie des idioties    USTO Mohamed Boudiaf: Signature de deux nouvelles conventions de partenariat    Bouira: Un policier retrouvé pendu    Mercuriale: Des hauts et des bas    El-Bayadh: Le maïs au secours des éleveurs    Arènes d'Oran: La rénovation des tribunes en phase d'achèvement    Droits de l'homme en Algérie: des partis et des organisations nationales condamnent le contenu de la résolution du PE    L'impuissance de la communauté internationale    15 ans de prison requis contre Zoukh pour octroi d'indus privilèges à la famille Hamel    L'affaire de l'automobile sera rejugée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le conflit du Nagorny-Karabakh renaît de ses cendres
3e jour de combats meurtriers entre Arméniens et Azerbaïdjanais
Publié dans El Watan le 05 - 04 - 2016

Soutenues par l'Arménie, les autorités du Nagorny-Karabakh ont déclaré être «prêtes à discuter d'une proposition de trêve» à condition de récupérer les positions et territoires perdus dans la région, reconnus comme appartenant à l'Azerbaïdjan par la communauté internationale.
L'Azerbaïdjan a annoncé, hier, la mort de trois de ses soldats dans des combats avec les forces arméniennes dans la région contestée du Nagorny-Karabakh, au troisième jour des affrontements qui se poursuivent malgré les appels au calme de la communauté internationale. Au moins 33 militaires des deux camps et trois civils ont été tués depuis la reprise, vendredi soir, des hostilités, les plus meurtrières depuis le cessez-le-feu instauré entre Erevan et Bakou en 1994. Plus de 200 militaires et civils ont été blessés.
Ce conflit, dont les sources remontent à plusieurs siècles mais qui s'est cristallisé à l'époque soviétique lorsque Moscou a attribué ce territoire majoritairement arménien à la République socialiste soviétique d'Azerbaïdjan, intervient dans une région du Caucase stratégique pour le transport des hydrocarbures, près de l'Iran, de la Turquie et aux portes du Proche-Orient.
L'escalade militaire intervient par ailleurs au moment où la Russie, qui entretient de bonnes relations avec l'Arménie et la Turquie, alliée traditionnel de l'Azerbaïdjan, traversent une grave crise diplomatique sur fond de guerre en Syrie. «Si les provocations arméniennes se poursuivent, nous lancerions une opération d'ampleur tout le long de la ligne de front et utiliserions toutes nos armes», a annoncé le porte-parole du ministère azerbaïdjanais de la Défense, Vagif Dargahly.
Les troupes de Bakou «ont intensifié hier matin leurs bombardements sur les positions de l'armée du Karabakh, utilisant des mortiers de 152 mm, des lance-roquettes et des chars», ont pour leur part indiqué les autorités de la région séparatiste, soutenue par Erevan. Les forces arméniennes «ont largement avancé dans certaines zones du front et pris de nouvelles positions», a assuré le porte-parole du ministère arménien de la Défense, Artsrun Hovhannisyan.
L'Azerbaïdjan a dénoncé comme «fausses» ces affirmations, assurant à son tour contrôler depuis samedi plusieurs hauteurs stratégiques au Karabakh, qu'il entend désormais «renforcer» après avoir annoncé, dimanche, son intention de «cesser unilatéralement les hostilités». Soutenues par l'Arménie, les autorités du Nagorny-Karabakh ont déclaré être «prêtes à discuter d'une proposition de trêve» à condition de récupérer les positions et territoires perdus dans la région, reconnue comme appartenant à l'Azerbaïdjan par la communauté internationale.
La Russie tente de maintenir un équilibre dans ses relations avec les deux ex-Républiques soviétiques, auxquelles elle vend des armes. Elle reste néanmoins l'alliée historique de l'Arménie, où elle possède deux bases militaires récemment renforcées. La Turquie, engagée dans un bras de fer avec Moscou depuis la destruction d'un bombardier russe en novembre, a pour sa part annoncé qu'elle soutiendrait l'Azerbaïdjan «jusqu'au bout» et «priait pour que (ses) frères azerbaïdjanais triomphent».
Bref, le conflit peut se transformer en guerre par procuration. Après une guerre ayant fait 30 000 morts et des centaines de milliers de réfugiés, principalement azerbaïdjanais, le Nagorny-Karabakh est passé sous le contrôle de forces séparatistes proches d'Erevan. La région est désormais peuplée majoritairement d'Arméniens. Aucun traité de paix n'a été signé et après une période de calme relatif, la région a connu ces derniers mois une nette escalade des tensions. Erevan a estimé fin décembre qu'on était revenu à la «guerre». Bakou, dont le seul budget défense est plus important que le budget entier de l'Arménie, menace souvent de reprendre par la force le Nagorny-Karabakh si les négociations diplomatiques n'aboutissent pas.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.