La ville d'Akbou s'anime    Anouar Malek arrêté en Turquie    Benabderrahmane au charbon    Le groupe d'amitié Algérie-Arabie saoudite installé    La loi de finances reportée à dimanche prochain    Développement en stand-by    En un combat douteux    Poutine promet la victoire en Ukraine    Buhari s'engage    L'Algérie, un sérieux candidat    Tirage clément pour l'Algérie    Le compte à rebours enclenché    Quand l'huile franchit les frontières    60 milliards de DA réalisés en 2022    «Le don des reins est en déclin permanent»    Les effets d'une profonde prise de conscience    «Les archives ne sont pas la propriété de la France»    Hamza Bounoua commissaire pour la session 2024    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Le Président Tebboune ordonne la création d'une autorité portuaire pour une meilleure gestion des ports    Formation d'enseignants-chercheurs en langue anglaise: Méthode d'enseignement "bien ficelée"    Le président de la Cour constitutionnelle prend part en Indonésie à la 5e Conférence mondiale sur la justice constitutionnelle    Bousculade mortelle dans un stade en Indonésie: l'Algérie présente ses condoléances    Le Premier ministre présente lundi la Déclaration de politique générale du gouvernement à l'APN    Mawlid Ennabaoui: campagne de sensibilisation sur les produits pyrotechniques    Le mouvement de la "Tunisie en avant" exprime son soutien au droit du peuple sahraoui à l'indépendance    Des partis mauritaniens passent en revue avec une délégation sahraouie les développements de la question sahraouie    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès la République des Seychelles    8e édition du Prix littéraire Mohammed Dib: "la short list" dévoilée    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Man City : Guardiola évoque son avenir    CHAN Algérie-2022: le compte à rebours enclenché pour la 7e édition    Un mouvement de foule dans un stade en Indonésie provoque 174 morts    Assainissement du foncier industriel: Des instructions pour récupérer les assiettes non exploitées depuis plus de 6 mois    Djelfa, Touggourt et Hassi Messaoud: De l'huile, des cigarettes et des psychotropes saisis    Les syndicats évoquent une forte surcharge: Une rentrée scolaire «très difficile et complexe»    Réparties sur six sites d'habitat précaire: Plus de 8.000 constructions illicites recensées à Es-Sénia    Ligue 2- Centre-Ouest: Un quatuor aux commandes    Ligue 1: Suspense à Bechar, Oran et Sétif    Algérie-Union européenne: Dialogue de haut niveau sur l'énergie le 10 octobre    Trabendisme mental !    Développement du tourisme: Les voyagistes pointent les insuffisances    Grazie Meloni !    Une sérieuse alerte    Sommet arabe d'Alger: Le compte à rebours a commencé    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    LA VIE... ET LE RESTE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La Kabylie se souvient : Il y a 15 ans, les martyrs du printemps noir
Actualité : les autres articles
Publié dans El Watan le 19 - 04 - 2016

En plus de la célébration du 36e anniversaire du Printemps berbère, les citoyens de Kabylie commémorent également les événements sanglants qui ont endeuillé la région en 2001, à travers des activités organisées dans plusieurs localités de la wilaya de Tizi Ouzou.
Au village Agouni Arous, dans la daïra de Aït Mahmoud, à une vingtaine de kilomètres au sud de Tizi Ouzou, un recueillement a été organisé sur la tombe de Guermah Massinissa, première victime du Printemps noir, tué le 18 avril 2001 à l'intérieur de la brigade de la gendarmerie de Beni Douala. La mort de ce lycéen a été l'étincelle d'une tragédie qui a coûté la vie à 126 autres jeunes. Spontanément, la région s'était alors embrasée, un embrasement qui s'était propagé comme une traînée de poudre dans toutes les localités de la Kabylie.
On avait enregistré des émeutes violentes et des affrontements entre jeunes et éléments des services de sécurité. Les manifestants prenaient pour cibles, notamment, les locaux de la gendarmerie. D'autres victimes tombaient à Bouzeguène, Azazga, Ouacifs, Aïn El Hammam et Tigzirt, entre autres, où l'on a dénombré des dizaines de morts et des centaines, voire des milliers de blessés. Devant cette situation et dans l'optique d'arrêter l'effusion de sang, des citoyens représentant des comités de village et de quartier avaient lancé l'idée de la création d'une structure pour canaliser la protestation.
Il s'agit de la Coordination des archs, daïras et communes (CADC), qui avait vu le jour après une rencontre interwilayas qui a eu lieu dans la région d'El Kseur (wilaya de Béjaïa), où avait été décidée la grandiose marche du 14 juin qui avait déplacé vers la capitale des millions de citoyens venus des contrées lointaines pour crier leur ras-le-bol. Là aussi, la répression dans le sang de cette marche avait alourdi le bilan des victimes.
Dès lors, les conclaves se multipliaient pour exiger, entre autres, le départ «immédiat» et «inconditionnel» des gendarmes. Une revendication qui a été satisfaite en 2002, avec la délocalisation de 14 brigades de ce corps de sécurité. Mais la crise n'avait pas été réglée, puisque les animateurs du mouvement citoyen maintenaient la pression jusqu'à la dislocation, en 2004, de la CADC entre partisans et opposants au dialogue avec le pouvoir. Un protocole d'accord a été paraphé entre l'Etat et la délégation «dialoguiste» sur «l'application de la plateforme d'El Kseur».
Toutefois, d'anciens membres des archs estiment que cet accord n'a pas été respecté par le pouvoir. D'ailleurs, hier, lors d'un meeting animé au centre-ville de Tizi Ouzou, Mustapha Mazouzi, ancien délégué de la CADC, a déclaré que «ceux qui ont assassiné les martyrs du Printemps et leurs commanditaires doivent être jugés. Le combat continue». «Nous n'allons pas pardonner le sang des jeunes tombés sous les balles assassines des gendarmes en Kabylie», a-t-il martelé.
Cette semaine, l'heure est également au recueillement à la mémoire des martyrs du Printemps noir dans plusieurs localités. Comme chaque année, les citoyens du village Ath Aïssi, dans la commune de Yakouren, daïra d'Azazga, prévoient de rendre hommage à Kamel Irchen, ce jeune tué le 27 avril 2001 au moment où il aspirait à la liberté, un mot qu'il a d'ailleurs écrit sur un mur avec son sang avant de rendre son dernier souffle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.