réunion président de la FAF- membres des différents staffs des Verts pour préparer le Cameroun    Man United : Martial très proche de ce club    L'UE interpellée sur l'illégalité des activités économiques au Sahara occidental    Le Président Tebboune rencontre des représentants de la communauté nationale en Egypte    Burkina Faso: incertitude autour du sort du président Kaboré, appels au dialogue    Comores : Un défenseur pour garder les buts face au Cameroun    Covid-19: le dispositif de protection reconduit pour 10 jours à compter de mardi    Handi-basket / Championnat d'Afrique : l'Algérie s'impose devant l'Afrique    Affaire Metidji: 5 ans de prison ferme pour Sellal et 8 ans à l'encontre de Metidji    Coupe de la CAF: JSK-Royal Léopards d'Eswatini décalé à jeudi    Du fleuve de sang et de larmes... au rayonnant Hirak    Le président Tebboune quitte Alger à destination de l'Egypte    Covid: malgré sa contamination, le personnel médical continue de braverla pandémie et assurer le service    Le dinar poursuit sa baisse face au dollar    Les voies de la résilience    Des reports de procès en cascade    Les notaires emboîtent le pas aux avocats    Le dernier délai de la Cnas d'Alger aux employeurs    Les Verts n'ont jamais raté les matches barrages    MSF accuse la coalition menée par l'Arabie saoudite    L'Amérique livre le premier Super Hercules à l'Algérie    Le ras-le-bol des Oranais    "La physionomie des couples algériens a beaucoup évolué"    Farès Babouri veut nous faire sortir de notre zone de confort    Le prix "Halli-Ali" décerné à Mohamed Yadadène    Colloque sur l'engagement intellectuel durant la Guerre d'Algérie    Quelque 4 millions d'euros et 1 million d'USD d'exportations hors hydrocarbures en 2021    Tebboune entame aujourd'hui une visite de travail et de fraternité en égypte    Un soldat français tué à Gao    De l'ecstasy et du kif traité saisis par la police    «La hausse des prix n'est pas à l'ordre du jour»    La FAF suspend momentanément les compétitions    La grève des boulangers massivement suivie    L'association culturelle «Saharienne», un outil de valorisation des artistes et des arts    Coups de théâtre à répétition !    Bouira - Université : suspension des cours jusqu'à début février    RC Kouba: Est-ce la bonne saison ?    La solution des autotests    «50% des centres inaptes à accueillir l'examen»    La junte nomme les membres du Conseil national de transition    Quel crédit accorder à l'initiative?    Le rapport déposé incessamment sur le bureau de l'APN    Où en est la ruée vers l'or?    123 morts en 4 jours    Focus sur les intellectuels    L'ADN de la Nation algérienne    Pionnier de la musique kabyle    Les avocats prônent la prudence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Je photographie l'Algérie avec un appareil datant des années 50
Andrew Farrand. Photographe et bloggeur
Publié dans El Watan le 16 - 09 - 2016

Andrew Farrand s'est fait remarquer par l'agence de production Allaqta qui a réalisé un court-métrage sur sa vie à Alger, intitulé Un Américain amoureux de l'Algérie. S'exprimant parfaitement en dialecte algérien, Andrew savoure sa vie algéroise en mode explorateur.
- Dans quel cadre êtes-vous venu en Algérie pour la première fois ?
Je suis venu en Algérie en 2012 dans le cadre de mon travail. A cette époque, je travaillais pour une ONG américaine qui me faisait venir en Algérie pour différentes missions de formation. Au fur et à mesure, j'ai commencé à m'y faire des amis et à découvrir le pays. Mon parcours est assez particulier, vu mon intérêt pour les cultures étrangères. Je me suis installé à Alger en 2013.
- D'ou vous vient cet intérêt ?
J'étais attiré par les cultures étrangères à la mienne depuis très longtemps. Ça remonte au lycée quand j'avais toujours eu des cours de français. C'est la première fenêtre vers le monde extérieur, j'étais dans une ville des Etats-Unis un peu fermée, Baltimore, dans l'Etat du Maryland.
Le fait d'avoir appris la langue française m'a donné l'opportunité de découvrir beaucoup de choses dans d'autres cultures. Dès que j'ai rejoins l'université de Georgetown (Washington DC) afin d'étudier les relations internationales, je me suis inscris en cours d'arabe. Dans la foulée, j'ai voyagé en Syrie et en Jordanie pour perfectionner mon arabe classique. Après cela, j'ai travaillé à Washington dans le domaine des affaires internationales de projets de développement et de coopération.
- Comment s'est passé l'apprentissage du dialecte algérien, derdja ?
A un certain moment j'ai vécu au Maroc, et par la suite j'ai appris la deridja grâce à des cours. Quelques années plus tard, je me suis retrouvé à Alger. Pour passer de l'arabe classique au dialecte algérien, j'avais juste besoin de mélanger toutes les influences linguistiques que j'ai cumulées ici et là. Les deux dialectes de l'Algérie et du Maroc se rapprochent beaucoup, ce qui m'a facilité les choses !
- Qu'est-ce qui fait la particularité de vos photos ?
Je sors et je prends des photos pour le plaisir. A la base, je ne suis pas photographe professionnel, je n'ai jamais pris de cours de photo de ma vie. Ce qui distingue mes photographies de celles des autres est que j'utilise un appareil différent. Je photographie l'Algérie avec un appareil datant des années 1950 hérité de mon père, un Rolleicord, fabriqué en Allemagne. Je prends des photos sur pellicules, c'est un processus à la fois lent et frustrant.
Cependant, le résultat est totalement différent de ce qu'on peut obtenir avec le numérique. La touche qui se voitdans les photos donne un peu de nostalgie. Quand les gens regardent mes photos, ils sont plongés dans la nostalgie de l'Algérie des années 1970, 1960, etc. Même quand je les poste sur l'application Instagram, je n'ajoute aucun filtre. Bien au contraire, c'est Instagram qui s'ingénie à trouver des filtres qui se rapprocheraient des résultats donnés par un Rolleicord.
- Avez-vous visité d'autres régions d'Algérie ?
Le désert algérien est complètement différent de là où j'ai grandi et de là où j'habite actuellement. C'est très beau, c'est un monde à part. Puisque je suis amené à voyager dans le cadre de mon travail, j'ai pu visiter Timimoun, Adrar et aussi Constantine et la Kabylie. J'aimerais visiter toute cette partie du Hoggar, tout le monde me dit que c'est imprenable.
A mon avis, si certains Algériens portent un fort intérêt pour mes photos, c'est parce qu'ils n'ont pas la chance de visiter toutes les régions de leur vaste pays. D'ailleurs, je réitère l'expérience de 2016 en éditant un nouveau calendrier l'année prochaine, qui va illustrer, une fois de plus, mes déplacements dans le pays.
- En vous baladant, avez-vous senti une réticence des habitants par rapport à la prise des photos ?
Oui. Mais je crois que c'est partout pareil. C'est vrai que ça diffère d'un pays à un autre, vu le degré de méfiance aujourd'hui dans le monde. Quelqu'un qui a un appareil photo entre les mains n'est pas forcément une menace. Cela peut contribuer à valoriser des pays, des cultures et tout un patrimoine. Les Algériens sont très accueillants, j'aime vivre ici. Toutefois, l'Algérie a beaucoup à offrir au monde, et pourrait à la fois bénéficier et contribuer à l'échange culturel, à condition de s'ouvrir davantage.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.