Dette extérieure.. 1,8 milliard de dollars en juin 2018    Registre de commerce électronique.. Seuls 43% des commerçants inscrits    Proches de leur plus haut niveau en trois mois.. Les prix du Brent dépassent les 66 dollars    Cités universitaires.. Hadjar «active» les dispositifs de sécurité    Washington contre l'Europe    Attentat en Iran.. Des terroristes présumés arrêtés    Médaillés lors du 16e Championnat méditerranéen d'Escrime.. Ooredoo honore les escrimeurs algériens    Venezuela.. L'Europe met en garde contre une confrontation    Grand Prix du Concours national du saut d'obstacles.. Chakib Tabarout lauréat    Championnat de Basket-ball (17e journée).. Le leader sur du velours    Lutte antiterroriste.. Un élément de soutien arrêté à M'sila    DJELFA : La daïra d'Aïn Oussera promue wilaya déléguée    ACCUSES D'ENLEVEMENT SUIVI DE VIOL : Deux présumés ravisseurs arrêtés à Bejaia    Le maréchal dira-t-il me voilà ?    «Le plan de partition de la Syrie n'est pas nouveau»    L'Algérie manque de cadres dans le commerce international !    Création d'une agence de régulation    Convention africaine de lutte contre la corruption et infractions assimilées (CUA) de 2003    Le temps des regrets    Rien ne résiste au NC Magra    Alain Michel au lieu de Bouzidi ?    Questions sans réponses    Facebook s'invite à la présidentielle    Makri sensible à l'option    «La nature de la demande syndicale a changé»    Deux amateurs de parapente meurent accidentellement au cours d'exercices    Un assassin sous les verrous    Création de l'orchestre symphonique de la ville d'Oran    Les Constantinois renouent avec le cinéma    Tikoubaouine à la conquête de la capitale du chaâbi    24 heures    Allez-y tout doucement Messieurs !    Le ras-le-bol    80ème anniversaire de la Guerre civile espagnole: Oran, pour un hommage aux réfugiés républicains    Le terroir algérien à l'honneur: Une semaine gastronomique de la ville d'El Oued à l'hôtel Royal    Commémoration de la Journée du Chahid    La révolution algérienne, un exemple pour la liberté des peuples    Les droits de l'Homme infiltrent nos prisons    Victoire du GSP devant Souihli    «Seules les compétences seront appelées à gérer le club sous Hyproc»    Le système actif à Oran, Alger et Annaba    La revendication sociale se transforme en atteinte à la Sûreté de l'Etat    Abdelaziz Bouteflika : «L'Algérie attachée à ce choix stratégique et populaire»    La mission des choyoukh soufis dans l'unification de la nation    Les candidatures sont ouvertes jusqu'au jeudi 4 avril 2019    EDF : L'Ebitda a rebondi en 2018 mais risque de stagner cette année    L'opposition cherche toujours un candidat    Accord de pêche UE-Maroc : Appel au boycott des produits issus du Sahara occidental occupé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Montebourg fier de son grand-père algérien
France-actu : les autres articles
Publié dans El Watan le 04 - 10 - 2016

On ignore encore si Arnaud Montebourg, ancien ministre socialiste démissionnaire, sera candidat à la présidentielle de 2017 en France.
On sait par contre que dans le cas de figure où il se présenterait, ce serait la première fois qu'un homme politique, petit- fils d'un Algérien, se lancerait dans la course à l'Elysée. Cela fait plusieurs années que le trublion de la mandature de François Hollande répète à qui veut l'entendre que son grand-père maternel est natif d'Algérie. Il l'a encore redit ces derniers jours dans des entretiens à des médias d'information, notamment sur LCI et sur BFM TV et RMC.
Il s'est défini comme un «arabo-morvandiau», faisant un mélange entre l'algérianité de son grand-père et ses racines au pied du Morvan où il épousa Jeanne, sa grand-mère. Interrogé par le célèbre journaliste des matinales Jean-Jacques Bourdin, Montebourg a déclaré, parlant de son grand-père, suite aux polémiques sur les racines de la France : «C'était un Arabe et j'en suis très fier, il m'a beaucoup transmis.
Et de l'autre côté, c'était peut-être des Gaulois, je n'en sais rien, en tout cas des Gallo-Romains puisque les Gaulois ont été colonisés par les Romains, par Jules César, et pas très loin de l'endroit où Vercingétorix a réuni ses tribus à Bibracte avant de se faire battre à Alesia par César.»
Pour ceux qui croient à un élan momentané, ce n'est pas la première fois qu'il parle de ses origines. Il avait précisé son ascendance algérienne, déjà lorsqu'il était ministre et pensait même la mettre à profit dans ses relations économiques non seulement avec l'Algérie, mais aussi avec le Maghreb. Ce grand-père qu'il met en avant est originaire de Hachem, un village à l'est d'Oran. Il combattit dans l'armée d'Afrique lors de la Seconde Guerre mondiale, avant de rejoindre le FLN au moment de la guerre d'Algérie.
Cet été, le 21 août dans sa région natale, il rappelait son histoire dans son discours : «Cette Bourgogne d'où je viens et que nous avons en partage, c'est aussi celle du Morvan. Le Morvan ? C'est là que la famille de mon père tenait une boucherie en face de la gare à Autun. C'est là qu'elle rencontra par hasard la famille de ma mère qui venait d'Algérie.
Ils ont formé une alliance originale, fondé une famille française qui s'est longtemps décrite comme pour se moquer d'elle-même d'arabo-morvandiaux. Pour nous comme pour moi, ce métissage, c'était la France que nous aimions passionnément et qui me permit de trouver mon chemin personnel.
Je suis fier de porter ces deux France en moi, ces deux histoires qui ont fait tant de choses ensemble et ont surmonté la peur qu'elles éprouvaient de leurs propres différences dans une République qui n'a pas cessé de les réunir.» Et il concluait : «Aujourd'hui, c'est cette République, ses fondements et ses promesses qui sont en grand danger.» Enfin, sur sa fiche wikipedia, Arnaud Montebourg écrit : «Montebourg est le fils de Michel Montebourg, né en 1933 dans la région d'Autun, fonctionnaire des impôts, et de Leïla Ould Cadi, née à Oran en 1939, universitaire, professeur d'espagnol et essayiste, issue par son père, Khermiche Ould Cadi, d'une famille berbère de walis d'Algérie et par sa mère Jeanne, d'une famille normande.
Son aïeul Ahmed Ould Cadi, agha de Frendah (Oran), qui combattit aux côtés de l'armée française lors de la conquête de l'Algérie, fut fait chevalier de la Légion d'honneur en 1842, officier en 1852, commandeur en 1860, puis grand officier dans cet ordre en 1867.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.