Alarmant !    Ce qu'il faut retenir du dernier Conseil des ministres    "Le contribuable doit payer le juste impôt"    Le pays prêt à transférer son ambassade de Tel Aviv à Jérusalem    Mobiliser les efforts internationaux    Tebboune présente ses condoléances aux familles des victimes    Les délais prolongés    "La belle au bois dormant    Président Tebboune : l'Algérie prête à abriter le dialogue escompté entre les frères libyens    Violences nocturnes, appels à de nouvelles manifestations    Handball/CAN-2020 (3e journée): les résultats complets    Sahnoun et Medjahed réalisent les minimas des Championnats d'Afrique    3 milliards de dinars pour des opérations d'aménagement en vue des JM    Bilan et perspectives de leur dynamisation dans le cadre d'une vision stratégique    Le Président Tebboune ordonne la rupture avec les pratiques du passé    Le président de la République présente ses condoléances aux familles endeuillées par l'accident de la circulation survenu à El-Oued    Rapport de la première quinzaine du mois de janvier :    L'Algérie regrette les décisions du Gabon et de la Guinée    Aghribs commémore son enfant, le chahid Didouche Mourad    LF 2020: l'importance des dispositions encourageant de l'investissement mise en exergue    Examens de promotion aux grades d'enseignant principal et enseignant formateur: les résultats lundi    Irak : nouvelles manifestations réclamant une refonte du système politique    Foot/Mercato d'hiver : le mouvement des entraîneurs supplante celui des joueurs    SITUATION FINANCIERE : La commune d'Oran peine à retrouver ses entrées    REVISION DE LA CONSTITUTION : Talaia El Hourriyet exige ‘'la parole au peuple''    NOMINATION DE CERTAINS CADRES DE L'ETAT : Le président transfert le pouvoir au premier ministre    Le Président de la République reçoit à Berlin le président du Conseil européen    Football/CAN-2021 et Mondial-2022: des changements au programme de la sélection algérienne    Belkaroui interdit d'entraînement    Le duo Chay-Karouf bien parti pour rester    La quadrature du cercle    Desertec veut renaître de ses cendres    Attentat déjoué contre la veuve du militant Brahmi    Le PAD appelle à une adhésion massive    Sit-in aujourd'hui au tribunal de Sidi M'hamed    Le PT exige la libération des manifestants du hirak    15 militants devant le juge ce matin    Non, le Hirak n'a pas échoué !    ACTUCULT    Une exposition de photographies d'art sur le site de Séfar dans le Tassili N'Ajjer à Alger    Tizi Ouzou : coup d'envoi de la 12e édition du salon du livre    Et zut ! C'est raté pour cette année ! Tant pis ! L'année prochaine, inch'Allah, pitet' !    La FAF s'oppose à la domiciliation du tournoi dans la ville de Laâyoune occupée    La pièce GPS du TNA primée    Ouverture en présence de nombreux intellectuels    NCA Rouiba conclu un accord avec le groupe français Castel    El-Bayadh: Enfin la liste des logements sociaux    Bouira: De 3 ans de prison à la perpétuité pour trafic international de drogue    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La péninsule coréenne à deux doigts de la guerre
La tension dans la région ne cesse d'augmenter
Publié dans El Watan le 15 - 04 - 2017

Persuadés que Pyongyang procédera tôt ou tard à un nouveau test de missile balistique ou nucléaire, les Etats-Unis ont décidé d'évaluer leurs options militaires pour riposter à la poursuite du programme d'armement nord-coréen. «Les options militaires sont déjà en train d'être étudiées», a déclaré un conseiller en politique étrangère de la Maison-Blanche, sous couvert d'anonymat. Estimant qu'un nouvel essai — tir de missile balistique ou test nucléaire — était «possible», ce responsable a ajouté à propos du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un : «Malheureusement, cela ne nous surprend pas, il continue de développer son programme, il continue de lancer des missiles en mer du Japon. Avec ce régime, la question n'est pas de savoir si (cela va arriver) mais juste de savoir quand».
Donald Trump avait, quant à lui, déjà prévenu jeudi que les Etats-Unis allaient s'occuper du «problème» nord-coréen, avec ou sans la Chine. De nombreux observateurs s'attendent à ce que le régime de Pyongyang, dirigé d'une main de fer Kim Jong-un, marque aujourd'hui — 105e anniversaire de la naissance de Kim Il-Sung, premier dirigeant du pays — avec un nouveau tir de missile balistique ou même son sixième test nucléaire. Ces tirs ont été interdits par la communauté internationale. «La Corée du Nord est un problème» qui «sera traité», avait affirmé Donald Trump.
«Un conflit peut éclater à tout moment»
Le ministre américain de la Défense, Jim Mattis, a, de son côté, affirmé le même jour que les Etats-Unis tentaient de calmer le jeu. «En ce qui concerne la Corée du Nord, nous travaillons avec nos partenaires internationaux afin de désamorcer la situation, mais le fait est que la Corée du Nord doit changer son comportement ; les pays de la communauté internationale qui se préoccupent de ce sujet sont tous d'accord sur ce point», a-t-il déclaré en recevant son homologue turc Fikri Isik à Washington.
De son côté, Pyongyang a promis hier une «réponse sans pitié» à toute provocation américaine. L'information a été annoncée par KCNA, l'agence de presse officielle de la Corée du Nord. Citant la récente frappe américaine en Syrie, KCNA a affirmé que l'Administration de Donald Trump était «entrée dans l'ère des menaces ouvertes et du chantage» contre la Corée du Nord. Devant la crainte d'une guerre imminente et se basant sur le fait qu'il n'y a pas de fumée sans feu, le gouvernement chinois a décidé de limiter au strict nécessaire ses échanges avec la Corée du Nord. La chaîne d'Etat chinoise CCTV a annoncé sur les réseaux sociaux que les vols de la compagnie aérienne publique Air China entre Pékin et Pyongyang seront suspendus à partir de lundi.
Appels à la retenue
La Chine avait averti auparavant qu'un conflit pouvait «éclater à tout moment» en Corée du Nord. «Le dialogue est la seule issue», a déclaré le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi lors d'un point de presse à Pékin en compagnie de son homologue français Jean-Marc Ayrault. Quiconque provoquerait un conflit dans la péninsule coréenne «devra assumer une responsabilité historique et en payer le prix», a martelé le ministre chinois.
Dans le dossier du nucléaire nord-coréen, «le vainqueur ne sera pas celui qui tient les propos les plus durs ou qui montre le plus ses muscles. Si une guerre a lieu, le résultat sera une situation dont personne ne sortira vainqueur», a prévenu M. Wang, sans citer explicitement les récentes menaces du président américain. La Chine est considérée comme la seule alliée de la Corée du Nord. Bien qu'appelant régulièrement les Etats-Unis à la retenue, elle s'oppose cependant aussi au programme nucléaire à visée militaire du régime de Kim Jong-un. L'inquiétude chinoise est partagée par la Russie qui a appelé hier aussi toutes les parties à la «retenue» et à éviter toute action qui pourrait être interprétée par la Corée du Nord comme une «provocation». «Moscou suit avec une grande inquiétude la montée des tensions dans la péninsule coréenne.
Nous appelons tous les pays à la retenue et les mettons en garde contre toute action qui pourrait être interprétée comme une provocation», a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. La crainte de la Chine et de la Russie de voir la péninsule coréenne sombrer dans la guerre a, rappelle-t-on, commencé lorsque le président américain Donald Trump avait annoncé samedi dernier l'envoi dans la région du porte-avions Carl Vinson, escorté par trois navires lance-missiles. Quelques jours plus tard, il avait évoqué une «armada» comprenant des sous-marins. Un porte-avions tel que le Carl Vinson transporte en général 70 à 80 avions ou hélicoptères, dont une cinquantaine d'avions de combat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.