Mondial 2021 de Handball. Algérie 26 – France 29 : Le sept national passe à côté d'un exploit    Boulaya a pris une décision importante pour son avenir    Otretien, nouvelle application pour les Algériens    La gamme Dacia étoffée    Plein cap sur l'électrique    Hollywood out !    L'état-major de l'ANP marque sa présence aux frontières sécuritaires du pays    Nouveau statut pour le Cnes    L'ESS, le MCA et l'OM, «voyageurs de luxe» !    Véritable moelleux au chocolat    Expo «La Chine vue par Hachemi Ameur 3»    Le producteur Phil Spector, faiseur de tubes et magicien du son    Visant «la promotion de la distribution de l'activité culturelle et artistique» Une convention de coopération entre les ministères de la Culture et de la Défense nationale    "Le pouvoir se fait hara-kiri"    Près de 140 morts en trois jours    L'ONU réclame une aide d'urgence de 76 millions de dollars    Peugeot Algérie et IRIS signent un partenariat    Six mois de prison ferme pour cinq hirakistes    Ferhat Aït Ali signe quatre autorisations provisoires    Energies renouvelables : Création d'une entreprise de production et de distribution des énergies renouvelables    USM Alger : Nadir Bouzenad nouveau secrétaire général    LFP : Les sanctions tombent    Le MCA aura le statut de filiale de Sonatrach    3 décès et 249 nouveaux cas    Abbas attendu aujourd'hui à Béjaïa    Le marché du travail touché de plein fouet par la crise : Les offres d'emploi ont baissé de 30% en 2020    Les personnels du Commerce à nouveau en grève    Retrait de confiance au maire de Belouizdad    Université de Constantine 1 : Des postulants au concours de doctorat en colère    40 décès et 103 blessés sur les routes en 2020    Boumerdès : Quel sort pour l'industrie de la pêche ?    Des contraintes entravent le parachèvement du dernier tronçon    Youcef Nebbache comparaîtra en citation directe le 28 janvier    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Les Marocains "digèrent mal" le couscous maghrébin    "La question kabyle dans le nationalisme algérien 1949-1962", un livre de Ali Guenoun    Roman-pamphlet contre les tabous du viol    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Le P-dg de Sonelgaz: «Toutes les créances impayées seront récupérées»    Métro d'Alger: Aucune date n'a été fixée pour la reprise de service    La future loi, le sexe et l'âge    Un avant-projet en question    Recouvrement des taxes: Les délégations communales sommées de s'impliquer davantage    Tébessa: Sit-in des habitants de «Mizab 2» devant la wilaya    Investiture de Biden aujourd'hui: Une cérémonie sous haute surveillance    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    Le visa est devenu un enjeu diplomatique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La péninsule coréenne à deux doigts de la guerre
La tension dans la région ne cesse d'augmenter
Publié dans El Watan le 15 - 04 - 2017

Persuadés que Pyongyang procédera tôt ou tard à un nouveau test de missile balistique ou nucléaire, les Etats-Unis ont décidé d'évaluer leurs options militaires pour riposter à la poursuite du programme d'armement nord-coréen. «Les options militaires sont déjà en train d'être étudiées», a déclaré un conseiller en politique étrangère de la Maison-Blanche, sous couvert d'anonymat. Estimant qu'un nouvel essai — tir de missile balistique ou test nucléaire — était «possible», ce responsable a ajouté à propos du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un : «Malheureusement, cela ne nous surprend pas, il continue de développer son programme, il continue de lancer des missiles en mer du Japon. Avec ce régime, la question n'est pas de savoir si (cela va arriver) mais juste de savoir quand».
Donald Trump avait, quant à lui, déjà prévenu jeudi que les Etats-Unis allaient s'occuper du «problème» nord-coréen, avec ou sans la Chine. De nombreux observateurs s'attendent à ce que le régime de Pyongyang, dirigé d'une main de fer Kim Jong-un, marque aujourd'hui — 105e anniversaire de la naissance de Kim Il-Sung, premier dirigeant du pays — avec un nouveau tir de missile balistique ou même son sixième test nucléaire. Ces tirs ont été interdits par la communauté internationale. «La Corée du Nord est un problème» qui «sera traité», avait affirmé Donald Trump.
«Un conflit peut éclater à tout moment»
Le ministre américain de la Défense, Jim Mattis, a, de son côté, affirmé le même jour que les Etats-Unis tentaient de calmer le jeu. «En ce qui concerne la Corée du Nord, nous travaillons avec nos partenaires internationaux afin de désamorcer la situation, mais le fait est que la Corée du Nord doit changer son comportement ; les pays de la communauté internationale qui se préoccupent de ce sujet sont tous d'accord sur ce point», a-t-il déclaré en recevant son homologue turc Fikri Isik à Washington.
De son côté, Pyongyang a promis hier une «réponse sans pitié» à toute provocation américaine. L'information a été annoncée par KCNA, l'agence de presse officielle de la Corée du Nord. Citant la récente frappe américaine en Syrie, KCNA a affirmé que l'Administration de Donald Trump était «entrée dans l'ère des menaces ouvertes et du chantage» contre la Corée du Nord. Devant la crainte d'une guerre imminente et se basant sur le fait qu'il n'y a pas de fumée sans feu, le gouvernement chinois a décidé de limiter au strict nécessaire ses échanges avec la Corée du Nord. La chaîne d'Etat chinoise CCTV a annoncé sur les réseaux sociaux que les vols de la compagnie aérienne publique Air China entre Pékin et Pyongyang seront suspendus à partir de lundi.
Appels à la retenue
La Chine avait averti auparavant qu'un conflit pouvait «éclater à tout moment» en Corée du Nord. «Le dialogue est la seule issue», a déclaré le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi lors d'un point de presse à Pékin en compagnie de son homologue français Jean-Marc Ayrault. Quiconque provoquerait un conflit dans la péninsule coréenne «devra assumer une responsabilité historique et en payer le prix», a martelé le ministre chinois.
Dans le dossier du nucléaire nord-coréen, «le vainqueur ne sera pas celui qui tient les propos les plus durs ou qui montre le plus ses muscles. Si une guerre a lieu, le résultat sera une situation dont personne ne sortira vainqueur», a prévenu M. Wang, sans citer explicitement les récentes menaces du président américain. La Chine est considérée comme la seule alliée de la Corée du Nord. Bien qu'appelant régulièrement les Etats-Unis à la retenue, elle s'oppose cependant aussi au programme nucléaire à visée militaire du régime de Kim Jong-un. L'inquiétude chinoise est partagée par la Russie qui a appelé hier aussi toutes les parties à la «retenue» et à éviter toute action qui pourrait être interprétée par la Corée du Nord comme une «provocation». «Moscou suit avec une grande inquiétude la montée des tensions dans la péninsule coréenne.
Nous appelons tous les pays à la retenue et les mettons en garde contre toute action qui pourrait être interprétée comme une provocation», a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. La crainte de la Chine et de la Russie de voir la péninsule coréenne sombrer dans la guerre a, rappelle-t-on, commencé lorsque le président américain Donald Trump avait annoncé samedi dernier l'envoi dans la région du porte-avions Carl Vinson, escorté par trois navires lance-missiles. Quelques jours plus tard, il avait évoqué une «armada» comprenant des sous-marins. Un porte-avions tel que le Carl Vinson transporte en général 70 à 80 avions ou hélicoptères, dont une cinquantaine d'avions de combat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.