Dynamiques de la Société civile: La rencontre du 24 août vise l'élaboration d'une feuille de route "consensuelle" affirme Lyes Merabet    Farida Benyahia à Bouira : La lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé, "une des priorités persistante pour la justice"    Reconnaissance faciale, conduite autonome… La Russie présente à l'Unesco ses "technologies d'aujourd'hui"    Solde commercial : Une dégradation prévisible, liée à la structure de l'économie nationale    Parc automobile : Légère hausse des immatriculations et ré-immatriculations    Une campagne vouée a l'échec    2e journée de l'Afrique à New York: L'ONU salue la "contribution active" de l'Algérie    Or noir : Les USA renforcent leur présence sur les sites pétroliers en Syrie    Brésil: Première titularisation pour Dani Alves avec Sao Paulo    Transferts: L'Algérien Guedioura rejoint Al-Gharafa pour deux saisons    Cause palestinienne : Eddalia réitère le soutien indéfectible de l'Algérie    "C'est en bonne voie"    17.200 Seat vendues en 7 mois    La Volkswagen Golf Joint n'est plus disponible    "On veut nos salaires !"    "L'indépendance du juge n'est pas un privilège mais une responsabilité"    Transfert de contrôle à l'Agence nationale    Décès de 20 hadjis algériens    Sidi Mezghich (Skikda) : Les habitants de Boutamina bloquent la RN 85    Le chanteur andalou Brahim Hadj Kacemanime un concert    Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    Judo : deux nouvelles médailles pour l'Algérie    Delort buteur, Abeid signe ses débuts avec Nantes    Le match contre ses détracteurs    Réception fin 2019 des projets annexes du barrage Ouarkis    Lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé    Près de 2 millions de déplacés rentrent chez eux depuis 2015    Un lourd fardeau pour les nouveaux magistrats    20 AOUT 1956, LE CONGRES DE LA SOUMMAM : Le tournant décisif    Le documentaire Tideles projeté en avant-première    Anime un concert à Alger    VISA POUR LA FRANCE : Changement des délais de traitement des demandes    Le corps d'un baigneur retrouvé sur une plage près de Ouréah    Le ministère de l'Intérieur suspend ses activités à Aden    Moscou accuse Washington d'y avoir alloué des fonds    De plus en plus d'étudiants algériens dans les universités allemandes    Gratuité de transport pour 720 handicapés    La mer artistique de Mohammed Bakli    Cheba Farida priée de quitter la scène illico presto    Hassen Ferhani doublement primé au Festival de Locarno    Une marche pour réclamer le retour aux principes de la Soummam    CRB - NCM, aujourd'hui à 21h00: Tout pour une 1re victoire    En amical: NAHD-WAB, aujourd'hui à 17h: Boufarik pour préparer l'ASO    Tlemcen : 400 hectares de forêt ravagés par le feu    Jeux Africains : La sauteuse Arar accréditée à Rabat    Tébessa: L'OPGI, les loyers impayés et le reste    Embouteillages monstres aux accès de la capitale Les retraités de l'ANP empêchés d'atteindre Alger    Karim Younes: Le Panel «ne parle pas au nom peuple, du hirak ou du pouvoir»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tebboune devant les députés en juin
Plan d'action du gouvernement
Publié dans El Watan le 01 - 06 - 2017

Le nouveau Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune, devra présenter, dans les prochains jours, le plan d'action du gouvernement. Si l'on se réfère à la Loi fondamentale du pays, M. Tebboune doit s'appliquer à cet exercice dans un délai maximum de 45 jours, après l'installation du gouvernement, et avant la clôture de la session parlementaire unique prévue pour le 2 juillet prochain.
Le Premier ministre, dont la mission est de coordonner l'action du gouvernement, devra en effet élaborer son plan d'action et le présenter au Conseil des ministres incessamment. Faut-il rappeler dans ce sens, le contenu de l'article 94 qui énonce que «le Premier ministre soumet le plan d'action du gouvernement à l'approbation de l'Assemblée populaire nationale (APN) qui ouvre à cet effet un débat général. Le chef de l'Exécutif peut adapter ce plan d'action à la lumière de ce débat, en concertation avec le président de la République».
En 2009, Ahmed Ouyahia alors chef de gouvernement a présenté, certes, le plan d'action du gouvernement, mais il n'a jamais présenté le bilan du gouvernement devant les députés après son départ de son poste en 2012. Néanmoins, ce chantier sera le seul inscrit au menu et le premier sur lequel vont se pencher les 462 nouveaux locataires de l'hémicycle Zighoud Youcef. L'article 98 de la Loi fondamentale oblige le gouvernement à présenter, annuellement, à APN une déclaration de politique générale.
Cette dernière donne lieu à débat sur l'action du gouvernement. Seulement, rares sont les chefs de l'Exécutif ayant respecté cette procédure. Durant cinq ans, l'ancien Premier ministre, Abdelmalek Sellal, ne s'est soumis à cette obligation qu'une seule fois alors que, selon des parlementaires, le Premier ministre doit faire cette déclaration de politique générale un an après l'adoption du plan d'action. D'ailleurs, cette déclaration doit s'inspirer du même plan d'action et le débat sur la déclaration peut s'achever par une résolution comme il peut donner lieu au dépôt d'une motion de censure par l'APN.
Tractations
Toutefois, cette éventualité est à écarter au regard de la configuration actuelle de l'APN dominée par des partis au pouvoir. Mais avant cette étape, les nouveaux députés doivent installer au préalable les nouvelles structures de la Chambre basse du Parlement. D'ailleurs, le président de l'Assemblée, Saïd Bouhedja, a instruit les groupes parlementaires pour choisir leurs présidents. Selon nos sources, cette opération accuse un retard du fait que le FLN, le parti majoritaire, n'a pas encore statué sur la personne qui présidera son groupe, alors que le reste des partis ont tous tranché la question.
Autre sujet qui alimente, en ce moment, les discussions dans les coulisses de l'APN est le contenu du règlement intérieur. D'après nos sources, il y a «des tentatives de verrouillage» de la part des partis majoritaires dans le but d'empêcher les partis de l'opposition de prétendre à un groupe parlementaire. «Il y a des tractations et un jeu malsain y compris de la part du MSP pour augmenter le nombre de sièges pour prétendre à la constitution d'un groupe parlementaire. Ces partis proposent de relever le nombre à 15 au lieu de 10 actuellement.
Pour l'heure, le président de l'APN résiste», expliquent nos sources. Notons que s'ils ramènent le nombre de sièges à 15 pour prétendre à la Constitution d'un groupe parlementaire, plusieurs partis de l'opposition tels que le parti des travailleurs (PT), le Front des forces socialistes (FFS) et le Front El Moustakbal payeront le prix et n'auront plus de groupe parlementaire. C'est peut-être le but recherché !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.