Les différentes logiques du pouvoir de 1963/2019    MOUVEMENT POPULAIRE : Bouabdellah Ghlamallah insiste sur l'unité nationale    JOURNEE NATIONALE DE L'AVOCAT : Nouvelle marche pour le respect de la volonté populaire    TRANSFORMATEURS ELECTRIQUES DEFECTUEUX : Un danger pour les citoyens de Tiaret    PROTECTION DES VEGETAUX : Nouvelle alerte au mildiou à Ain Nouissy et Hassi Mamèche    MASCARA : Saisie de comprimés de psychotropes à Baba Ali    La nuit a toujours peur du soleil    MINISTERE DE LA CULTURE : Abdelkader Bendamèche nommé directeur de l'AARC    Les Canaris invitent leurs partenaires    Thierry Froger explique son départ    Un seul mot d'ordre : «Système dégage»    Trucs et astuces    Pas de communication    Benzia et Slimani s'entraînent hors du groupe    Les 4 samedis    Rencontre avec une «bleue» des marches    «Libérez la télévision»    Propos de Trump sur le Golan occupé : La Syrie et des pays arabes dénoncent la position américaine    Chlef: Le commerce informel fait toujours parler de lui    Blida: Collision entre un bus et deux camions, 1 mort et 11 blessés    Intempéries: Des inondations et des routes coupées    CHU d'Oran: Lancement des travaux de rénovation du réseau AEP    Aéroport Ahmed Benbella: Saisie de 108 cartouches de cigarettes    Alors que les manifestants contestent toute ingérence étrangère: Paris émerveillée, Moscou prudente    Conflit OM-JSK: La FAF appelle les deux présidents à la sagesse    CAN-2019 (U23) : Guinée Equatoriale - Algérie: Aujourd'hui à 18h00 - Les Algériens pour prendre option    Mohamed Mebtoul à Médiapart: «Bouteflika et sa clientèle continuent de mentir au peuple»    Contrat de partenariat entre la Fédération algérienne et BP jusqu'en 2020    Meeting du Front El Moustkbal à Aïn Temouchent    Une autre étape du processus du règlement du conflit    La Ligue arabe dénonce la saisie des recettes d'impôts par l'occupant israélien    La solution de classe mondiale pérenne et performante pour l'efficacité énergétique des bâtiments AIRIUM    Prenez votre envol avec la technologie intelligente de LG    Plantation de plus de 2.000 arbustes à Ghardaïa    L'étanchéité déjà défectueuse    La FNAI alerte contre des transactions immobilières douteuses    Tizi Ouzou au rendez-vous    Une cache contenant des armes et des munitions découverte à Tamanrasset    La Guinée Bissau croit en la qualification    L'Algérie décroche 37 médailles dont 9 en or    Une production d'oeuvres sur fond de contestations    L'Algérie est devenue un "exemple à suivre"    Une "conférence nationale" en avril pour dresser une "feuille de route"    Les explications de l'ambassade US    Des familles évacuées et plusieurs routes coupées    "C'est l'Algérie qui décide de son avenir"    Création prochaine de la 1re école de musique militaire en Afrique    Hommage à Jean-Luc Einaudi, historien du 17 octobre 1961 et combattant de la vérité, décédé le 22 mars 2014    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tebboune devant les députés en juin
Plan d'action du gouvernement
Publié dans El Watan le 01 - 06 - 2017

Le nouveau Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune, devra présenter, dans les prochains jours, le plan d'action du gouvernement. Si l'on se réfère à la Loi fondamentale du pays, M. Tebboune doit s'appliquer à cet exercice dans un délai maximum de 45 jours, après l'installation du gouvernement, et avant la clôture de la session parlementaire unique prévue pour le 2 juillet prochain.
Le Premier ministre, dont la mission est de coordonner l'action du gouvernement, devra en effet élaborer son plan d'action et le présenter au Conseil des ministres incessamment. Faut-il rappeler dans ce sens, le contenu de l'article 94 qui énonce que «le Premier ministre soumet le plan d'action du gouvernement à l'approbation de l'Assemblée populaire nationale (APN) qui ouvre à cet effet un débat général. Le chef de l'Exécutif peut adapter ce plan d'action à la lumière de ce débat, en concertation avec le président de la République».
En 2009, Ahmed Ouyahia alors chef de gouvernement a présenté, certes, le plan d'action du gouvernement, mais il n'a jamais présenté le bilan du gouvernement devant les députés après son départ de son poste en 2012. Néanmoins, ce chantier sera le seul inscrit au menu et le premier sur lequel vont se pencher les 462 nouveaux locataires de l'hémicycle Zighoud Youcef. L'article 98 de la Loi fondamentale oblige le gouvernement à présenter, annuellement, à APN une déclaration de politique générale.
Cette dernière donne lieu à débat sur l'action du gouvernement. Seulement, rares sont les chefs de l'Exécutif ayant respecté cette procédure. Durant cinq ans, l'ancien Premier ministre, Abdelmalek Sellal, ne s'est soumis à cette obligation qu'une seule fois alors que, selon des parlementaires, le Premier ministre doit faire cette déclaration de politique générale un an après l'adoption du plan d'action. D'ailleurs, cette déclaration doit s'inspirer du même plan d'action et le débat sur la déclaration peut s'achever par une résolution comme il peut donner lieu au dépôt d'une motion de censure par l'APN.
Tractations
Toutefois, cette éventualité est à écarter au regard de la configuration actuelle de l'APN dominée par des partis au pouvoir. Mais avant cette étape, les nouveaux députés doivent installer au préalable les nouvelles structures de la Chambre basse du Parlement. D'ailleurs, le président de l'Assemblée, Saïd Bouhedja, a instruit les groupes parlementaires pour choisir leurs présidents. Selon nos sources, cette opération accuse un retard du fait que le FLN, le parti majoritaire, n'a pas encore statué sur la personne qui présidera son groupe, alors que le reste des partis ont tous tranché la question.
Autre sujet qui alimente, en ce moment, les discussions dans les coulisses de l'APN est le contenu du règlement intérieur. D'après nos sources, il y a «des tentatives de verrouillage» de la part des partis majoritaires dans le but d'empêcher les partis de l'opposition de prétendre à un groupe parlementaire. «Il y a des tractations et un jeu malsain y compris de la part du MSP pour augmenter le nombre de sièges pour prétendre à la constitution d'un groupe parlementaire. Ces partis proposent de relever le nombre à 15 au lieu de 10 actuellement.
Pour l'heure, le président de l'APN résiste», expliquent nos sources. Notons que s'ils ramènent le nombre de sièges à 15 pour prétendre à la Constitution d'un groupe parlementaire, plusieurs partis de l'opposition tels que le parti des travailleurs (PT), le Front des forces socialistes (FFS) et le Front El Moustakbal payeront le prix et n'auront plus de groupe parlementaire. C'est peut-être le but recherché !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.