Tournoi international ITF juniors-Tableau double: le Chypriote Chapides et l'Espagnol Salmeron sacrés    Le conteur Mahi Seddik au 3e Festival du conte de Larache (Maroc)    Un 53e vendredi grandiose à Alger    Foot/Coupe arabe des nations U20: l'Algérie bat la Palestine 1-0    TSA nous menace de poursuites judiciaires pour avoir publié l'interview de Mr Hadj Nacer sans “autorisation”.    EX-MINISTRES ET WALIS CITES DANS DES AFFAIRES DE CORRUPTION : La justice retient des charges contre d'anciens responsables    AIR ALGERIE : Le PNC décide la suspension de la grève    L'AVICULTURE EN CRISE : Le poussin ne trouve pas preneur à Tiaret    L'Espagne dispute à l'Algérie ses eaux territoriales    MOSTAGANEM : Le chef de cabinet de la wilaya placé sous mandat de dépôt    LE 22 FEVRIER DECRETE JOURNEE NATIONALE : 1er anniversaire du hirak, tout a changé    MASCARA : La BRI arrête 4 dealers à Tighennif    MASCARA : Un mort sur la RN 14    TIARET : Saisie de 195 kg de viande congelée impropre à la consommation    REVISION DE LA CONSTITUTION : Le projet prêt d'ici le début de l'été    M'sila: inhumation du poète et chercheur Ayache Yahiaoui à Ain Khadra    Boxe/Tournoi pré-olympique: élimination de Sara Kali en 8es de finale    PSG: Cette grosse révélation dans le dossier Kylian Mbappé !    La réponse du clan Neymar à la déclaration de Messi    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Slimane Laïchour. officier de l'ALN, messager de Krim Belkacem, Mohamedi Saïd et le colonel Amirouche : «Le maquis est une leçon de courage, d'humilité, une leçon de la mort, mais aussi une leçon de la vie»    Le pianiste Simon Ghraichy anime un récital à Alger    Bendouda s'entretient avec l'ambassadeur de Russie sur l'ouverture de centres culturels    Psychotropes: impératif de revoir la loi de 2004    Journée nationale de la fraternité: instances et partis valorisent la décision du Président Tebboune    CRAAG: Secousse de magnitude 4.3 degrés enregistrée à Jijel    Promotion du dialogue social: une nouvelle approche pour le règlement des contentieux    2020, an II de la nouvelle Algérie    Président Tebboune: l'Algérie peut jouer le rôle d'un arbitre "impartial" dans la crise libyenne    Syrie: la vie reprend son cours normal à Alep et Idleb à l'aune des victoires de l'armée    Polisario: "le Maroc n'est qu'une puissance militaire occupante" du Sahara occidental    Cour suprême: l'ex-wali de Sidi Bel Abbes auditionné    Une expulsion et des interrogations    Le cynisme met fin au sauvetage humanitaire en Méditerranée    Nouveau sit-in des enseignants de l'université de Tizi Ouzou    Les Rouge et Noir renouent avec le derby    Serport annoncera aujourd'hui le rachat du club    L'UA encourage le Mali à dialoguer avec les chefs terroristes    Khalifa Haftar reçu par le ministre russe de la Défense    Décès du poète et chercheur Ayache Yahiaoui    Les chemins vers l'art    …sortir ...sortir ...sortir ...    La femme, une icône du pacifisme de la révolution    Aïn témouchent : deux morts et 13 blessés dans un accident de la route    Es Sénia: Plus de 158 tonnes de tabac à chiquer saisies    Pour faire face à la grève: Air Algérie affrète deux avions et recrute de nouveaux personnels navigants    Travaux de maintenance du réseau électrique: Des perturbations dans l'alimentation électrique dans trois communes    Près de 700 "gülenistes" arrêtés ou recherchés en Turquie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Zefzafi, leader du mouvement Hirak, a subi des violences
Maroc
Publié dans El Watan le 23 - 06 - 2017

Des centaines de personnes ont été interpellées suite aux manifestations qui touchent le Rif marocain depuis fin mai. Plusieurs associations locales et internationales dénoncent la violence policière subie par les contestataires du mouvement Hirak.
Le leader du mouvement Hirak qui mène la contestation populaire au Rif marocain, Nasser Zefzafi, a subi des violences policières lors de son arrestation en mai dernier, a indiqué hier l'ONG Human Rights Watch (HRW) dans un communiqué. «La police a arrêté et sévèrement battu le leader des manifestations sociales au Rif marocain», a déclaré l'ONG américaine, citant en cela un compte rendu d'un avocat de Nasser Zefzafi. HRW a rapporté que Zefzafi avait demandé, le 5 juin, un examen médical pour documenter la violence policière qu'il avait subie, mais sa demande n'a pas été satisfaite, selon Abdelaziz Nouaydi, un des avocats de Zefzafi, cité par l'ONG.
«Cette situation suscite des inquiétudes sur le tribunal qui a manqué à son devoir d'enquêter sur ces violences policières», a affirmé Me Nouaydi. «Les autorités marocaines devraient enquêter sur les allégations crédibles de violence policière contre Zefzafi et s'abstenir de déposer des accusations contre un discours pacifique ou une protestation», a déclaré Sarah Leah Whitson, directrice de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord à Human Rights Watch. L'ONG rappelle l'arrestation de Zefazafi intervenue le 29 mai dernier, juste trois jours après qu'il ait interrompu le prêche d'un imam à la mosquée Mohammed V, la principale de la ville d'Al Hoceïma. Nasser Zefzafi et deux autres militants, Fahim Ghattas et Mohamed Haki, ont subi des violences policières lors de leur arrestation par une douzaine de policiers de la Brigade de la police judiciaire (BNPJ), alors qu'ils n'ont opposé aucune résistance, a dénoncé l'ONG. «La police a insulté les trois militants en des termes vulgaires, les a sommés de scander ‘‘vive le roi'' en les traitant de séparatistes», selon le compte rendu des avocats, consulté par l'ONG. Zefzafi a ensuite été transféré à l'hôpital afin de recevoir des soins médicaux. Ses blessures lui ont valu des points de suture pour une importante coupure à la tête et une autre sous son œil gauche. Les autorités lui ont donné des vêtements propres pour se débarrasser de ses habits tachés de sang, a indiqué HRW. Me Nouaydi a affirmé à Human Rights Watch qu'il avait pu avoir une entrevue le 12 juin avec le militant arrêté Ghattas et, dont le récit de l'arrestation a corroboré les dires de Zefzafi à son avocat à la prison Oukacha de Casablanca. Zefzafi est resté en détention préventive du 29 mai au 5 juin, car le code de procédure pénale marocain permet de prolonger la durée de cette détention jusqu'à huit jours dans le cas d'atteinte à la sécurité de l'Etat. L'ONG a dénoncé les lourdes accusations portées par le procureur du roi contre Zefzafi, dont l'une est passible de peine de mort, alors qu'aucune preuve n'a été apportée sur sa présumée volonté de nuire à la sécurité de l'Etat.
Le gouvernement marocain a refusé de répondre à la demande de Human Rights Watch qui voulait s'enquérir de la situation de Zefzafi. Outre Zefzafi et Ghattas, de nombreux autres manifestants et militants du Rif ont subi des violences policières lors de leur arrestation, a indiqué Heba Morayef, directrice recherches de la division Afrique du Nord à Amnesty International, cité par HRW. «Pour lutter contre l'impunité et garantir des procès équitables, les tribunaux de Casablanca et d'Al Hoceïma devraient assurer des examens médicaux rapides aux défendeurs et conserver toutes les preuves physiques pertinentes», a-t-elle dit. Des associations ont dénoncé mercredi la «répression et les violations des droits de l'homme» par les autorités marocaines dans la région du Rif, théâtre depuis des mois de manifestations conduite par le Hirak, le mouvement de contestation populaire et pacifique. La coalition marocaine des droits de l'homme, qui rassemble 22 associations, a, dans un rapport, épinglé les autorités marocaines pour les arrestations «abusives» et les cas de «torture» à Al Hoceïma. Plus d'une centaine de personnes ont été interpellées depuis fin mai dans cette localité dans une vague d'arrestations.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.