Ali Ghediri condamné à quatre ans de prison    Abdelkader Bensalah inhumé au cimetière d'El-Alia    AADL: Près de 22.000 souscripteurs n'ont pas téléchargé les ordres de versement    Rencontre Gouvernement-Walis: A la recherche d'un appui local solide    La facture s'alourdit pour le royaume: Le Maroc joue et perd    Managers de joueurs en Algérie: Un métier pour desservir le football    Feux de forêts: 8 blessés transférés à l'étranger    Selon les spécialistes: Les vaccinations contre la grippe saisonnière et le Corona ne s'opposent pas    Trois individus arrêtés pour vols    La pointure du monde    La sculpture est-elle « maudite»?    Une autoroute qui a emporté d'indélicats cadres...    Les violences des supporters s'accumulent    Brèves Omnisports    Nouvelle enveloppe pour l'achèvement des travaux    Les raisons du processus inflationniste    À quand le vrai bonheur?    La carte de la transition    Le président Saïed prend «des mesures exceptionnelles»    Une vingtaine de pays de l'UE proposent de reconduire Tedros    Les films hollywoodiens à l'affiche    La meilleure résidence d'accompagnement à l'écriture!    Du chant chaâbi à Dar Abdellatif    Deux passeurs arrêtés    Les milliards pleuvent...    La presse en deuil    Le FFS contre-attaque    40 Nouveaux forages fonctionnels dans 20 jours    Trois morts sur les routes    La crème de nuit !    Solidarité made in Ooredoo L'opérateur qatari a offert    La pluralité syndicale et le mammouth UGTA    Vers une hausse des salaires    Pétrole : le juste prix ?    Une inauguration, puis rien !    Le séparatisme est un crime en démocraties modèles !    Formation en écriture cinématographique    Réouverture des cinémathèques aujourd'hui    Avoir le minaret aux trousses    Le FFS reporte son 6e congrès national à une date ultérieure    "Je paie ma candidature à la présidentielle"    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    La France déchirée?    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le bac au royaume des populistes...
Edito
Publié dans El Watan le 30 - 06 - 2017


Par Nassima Oulebsir
«Le bac ou la guerre», menace le peuple qui a passablement échoué à l'examen. «Y a mhaynek, chaabi w na3arfou», murmure le roi Achour El Acher à la ministre de l'Education BenAfrit… Elle tente de le persuader de ne pas céder et de rester ferme et rigoureux. Il s'agit d'un baccalauréat dont elle a d'ailleurs réussi l'organisation, en dépit des tentatives de fraude… Mais pas question de contrarier le peuple. Le souverain, dans son infinie bonté, décide d'accorder le titre de bachelier à tous les candidats peu importe s'ils ont échoué. Dépitée, vexée, la ministre, quitte le château et... sa fonction.
Ces scènes qui nous ont fait rire sont tirées de la série Achour El Acher que beaucoup ont suivi pendant le Ramadhan. Mais la fiction a fini par rejoindre la réalité, à quelques détails près. La vraie ministre de l'Education nationale, Nouria Benghabrit, n'a en effet pas encore quitté le palais... du gouvernement. Pourtant on se croirait bien dans une comédie, mais sans Djaafar Kassem. Le président de la République, en guise de cadeau de l'Aïd, a décidé d'organiser une session spéciale pour les candidats retardataires au bac. Pour la discipline et la rigueur tant voulues par Nouria Benghabrit, il faudra repasser. Il semble que rendre à un examen, qui a perdu tout intérêt, sa crédibilité ne fait pas le poids devant la culture du populisme. La politique de la paix sociale à tout prix a fini par toucher l'école, mais c'est loin d'être la première fois. Car lorsque l'ancien ministre de l'Education, Baba Ahmed, avait décidé, dans le cadre de la loi, de sanctionner les candidats fraudeurs de 5 ans d'interdiction d'examen, Abdelmalek Sellal, alors Premier ministre, était intervenu pour dire : «Laissez les passer cette année.» Quelques années plus tard, Sellal, encore lui, somme Benghabrit de «Laisser les élèves se reposer» quand, dans une démarche pédagogique, elle avait décidé de leur accorder des vacances d'hiver de 10 jours. Au final, ils ont en eu 19.
Une décision antipédagogique pour le bien d'une génération habituée, semble-t-il, au traitement de faveur et celui de responsables versatiles à la générosité changeante dans un pays où ils ont perdu tout crédit. Car il s'agit des mêmes décideurs qui ont refusé d'accorder une session extraordinaire ou spéciale aux élèves de la Kabylie en 2001 ou à ceux de Ghardaïa quelques années plus tard. Pas question pour eux de faire du «régionalisme» ou de la «discrimination». Visiblement, on n'est plus aussi regardant vis- à-vis du tort que cette démarche pourrait causer aux autres candidats qui, eux, ont passé leur bac dans des conditions plus contraignantes. On ne s'indigne plus même quand il s'agit d'encourager l'indiscipline.
Les syndicats, qui ont pour habitude de dégainer, à la moindre occasion, les menaces de boycott des corrections ou de la surveillance des examens, se sont contentés de dénoncer, en réponse aux questions des médias. Pas étonnant que cela ne fasse pas partie de leurs revendications. Au vu de la crise, ils n'ont plus rien à gratter. Qu'elle soit organisée en juillet ou en septembre, cette session donne déjà un avant-goût amer du prochain bac 2018. Et nous serions tenté de dire : candidats attas attas mazal el hal…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.