Barça : Messi connait sa sanction !    Mondial de Handball: l'Algérie s'incline face au Portugal (26-19)    Milan AC : C'est officiel pour Mandzukic    Dalila Touat condamnée à 18 mois de prison ferme    Relaxe pour les hirakistes d'Oran    Le verdict en appel de trois activistes renvoyé au 25 janvier    Situation kafkaïenne des souscripteurs    Hausse des prix des pâtes alimentaires : Certains opérateurs pointés du doigt    Les raisons de la pénurie    Instruction aux walis    Importation des véhicules neufs : Qu'est-ce qui retarde la délivrance des agréments provisoires ?    Signature d'une convention de partenariat avec l'Inapi    La décision de Trump en cours d'examen par le staff de Biden    "Biden ne fera pas de bouleversements exceptionnels"    Des dizaines de victimes au Darfour-Sud    Le président Touadéra officiellement réélu en Centrafrique    La mouture de la commission Laraba favorise les partis de l'ancienne majorité : Les écueils aux changements maintenus    Chanegriha supervise l'exercice tactique «Al-Hazm 2021»    Brahim Laâlami reste en prison    L'Algérie s'impose face à la Libye    La FAF a-t-elle enfreint le décret exécutif 15-73 ?    Des soucis pour Dumas    «L'acquisition de plusieurs vaccins est une bonne décision»    Sit-in de protestation des étudiants de 3e année de médecine    Secteur de l'éducation à Béjaïa : Entre grands besoins et sept nouveaux projets notifiés    Affichage d'une liste provisoire des bénéficiaires de 1 146 logements    Opération «les trottoirs pour les piétons»    Les prestations suspendues jusqu'au 8 février    Rêver à perdre la raison !    L'artiste Reche Safia honorée par les siens    L'IFA lance son premier appel à projets cinématographiques 2021    Joe Biden : Le «rassembleur» à l'épreuve d'une Amérique meurtrie    Les technologies embarquées bousculent la mécanique d'autrefois    Donald Trump : La fin de son mandat lui coûte une fortune    Kamala Harris, une vice-présidente historique    Edition amazighe à Béjaïa : L'APW offre 11 000 livres pour les établissements scolaires    Ineffable Art et Culture, le magazine culturel digital 100 % algérien : Figourra, un concept « brosseur » de portraits    OM Arzew: Le CSA, ou la source des problèmes    Mostaganem: Saisie de boissons alcoolisées, une arrestation    Le procès en appel du DG d'Ennahar reporté au 1er février    TRUMP ET LES DEMONS DE LA GUERRE DE SECESSION    Projet de révision de la loi électorale: Le candidat à la présidentielle doit déposer une garantie financière    La solidarité ne va qu'aux nécessiteux    MC Alger: L'appétit vient en mangeant    Dossier mémoriel Algérie-France: Le rapport Stora remis demain à l'Elysée    Lettre à une jeune étudiante    Restauration de la mosquée du Pacha: Lancement des travaux le mois de mai prochain    259 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le monde crie sa colère et son indignation
Décision de Trump de reconnaître Al Qods capitale d'Israël
Publié dans El Watan le 12 - 12 - 2017

Plusieurs personnalités, dont M. Abbas, ont déjà refusé de recevoir le vice-président américain, Mike Pence, lors de sa tournée prévue mi-décembre en Israël, en Cisjordanie et en Egypte.
Des dizaines de milliers de manifestants sont de nouveau descendus dans la rue dimanche et hier au Moyen-Orient et ailleurs dans le monde pour crier leur colère contre la décision du président américain, Donald Trump, de reconnaître Al Qods (troisième lieu saint de l'islam) capitale d'Israël. Dans les Territoires palestiniens, des heurts avaient opposé dimanche, pour le quatrième jour consécutif, des Palestiniens aux forces israéliennes.
Depuis quatre jours, les violences et affrontements ont coûté la vie à quatre Palestiniens et plus de 1000 autres ont été blessés, selon des sources médicales palestiniennes. De Ghaza à Ramallah, en passant par Bethléem, les manifestants ont lancé pierres et pneus enflammés en direction des soldats israéliens qui ripostaient par des gaz lacrymogènes et des tirs à balles réelles ou en caoutchouc.
Depuis la déclaration faite mercredi par M. Trump, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, tente de s'imposer comme le héraut de la cause palestinienne. Il a affirmé que son pays «n'abandonnera pas Jérusalem à la merci d'un Etat terroriste qui tue des enfants». M. Netanyahu a rétorqué qu'il n'avait «pas de leçon de moralité à recevoir d'un dirigeant (...) qui bombarde les Kurdes et aide des terroristes».
Une manifestation massive a eu lieu à Istanbul, ville qui accueillera la semaine prochaine un sommet de l'Organisation de la coopération islamique (OCI). A Paris, où il a reçu le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, le président français, Emmanuel Macron, l'a appelé à faire des «gestes courageux envers les Palestiniens pour sortir de l'impasse actuelle».
Mais M. Netanyahu s'est montré inflexible sur Jérusalem : «Jérusalem est la capitale d'Israël (...). Au plus tôt les Palestiniens arriveront à comprendre cette réalité, au plus vite nous irons vers la paix.» M. Macron a plaidé pour un gel de la colonisation en Cisjordanie occupée. Mais là aussi les Israéliens ne veulent pas faire d'efforts.
La colonisation, qui s'est accélérée sous le gouvernement Netanyahu, est vue par la communauté internationale comme un des principaux obstacles à un accord de paix comportant la création d'un Etat palestinien coexistant avec Israël. A Beyrouth, les forces de sécurité ont fait usage de gaz lacrymogènes et de canons à eau pour disperser une manifestation près de l'ambassade des Etats-Unis.
Plusieurs personnes ont été blessées. A l'appel du Hezbollah, une autre marche a eu lieu hier au Liban. A Jalalabad, dans l'est de l'Afghanistan, des centaines de manifestants ont brûlé une effigie du président américain en scandant «Mort à l'Amérique, à Trump et à Israël». A Jakarta, quelque 5000 Indonésiens ont protesté devant l'ambassade des Etats-Unis.
Rejetant les critiques internationales, l'ambassadrice américaine auprès de l'ONU, Nikki Haley, a affirmé dimanche que la décision du président Trump allait aider «le processus de paix» au Proche-Orient. Mais plusieurs personnalités, dont M. Abbas, ont déjà refusé de recevoir le vice-président américain, Mike Pence, lors de sa tournée, prévue mi-décembre, en Israël, en Cisjordanie et en Egypte.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.