Real : Hazard sanctionné par Zidane ?    Investissement: la reforme du Service public augmentera l'attractivité de l'Algérie    Djerad procèdera lundi à la distribution de 5000 logements à Alger    Palestine: condamnation internationale des agressions racistes et extrémistes israéliennes    Hirak : Le ministère de l'Intérieur exige des « organisateurs » de lui communiquer l'itinéraire, les horaires et les slogans    La Cour d'Alger maintient Karim Tabou sous contrôle judiciaire    Carburants : La suppression de l'essence super avec plomb avancée au début de juillet    Six manifestants arrêtés vendredi à Alger placés sous contrôle judiciaire    Report du procès du terroriste "Abou Dahdah" à la fin de la session pénale    FC Barcelone : Pas de bon de sortie pour Dembélé    Aïd El Fitr : plus de 50.000 commerçants réquisitionnés    Covid-19: au moins 3.284.783 décès dans le monde    Béni-Abbès : le jeune disparu dans le grand Erg occidental rejoint sa famille    L'ancien journaliste de la chaine II Boukhalfa Bacha n'est plus    Les lauréats du Prix d'Alger de récitation du Coran honorés    7 policiers tués dans des attaques dans le Sud-Est    «La Minurso doit revenir à sa mission originelle : le référendum»    Sablés à la confiture et aux pistaches    Benziane anticipe    De nouvelles polycliniques inaugurées    Les projets doivent répondre aux besoins de l'économie    Le Maroc cherche à cacher ses exactions    Coupe de la Ligue : l'USMA domine le MCA (2-0), le WA Tlemcen et le NC Magra créent la surprise    MC Alger : Stage bloqué pour préparer le WAC    Haltérophilie : Ahmed Tarbi n'est plus    Libye : Démonstration de force d'un groupe armé à Tripoli    APLS: nouvelles attaques contre les positions marocaines dans les secteurs de Mahbes, Aousserd et Houza    Le Hirak se réapproprie l'esprit du 8 Mai 45    Les raisons de la cherté    La guerre reprend de plus belle    Les résultats attendus aujourd'hui    Deux adolescents tués dans un accident de la route    Le conseil de wilaya fait le point    Le PAC viole le règlement du championnat    Equipe Nationale : Sénégal – Algérie en juin    Les conditions de Tebboune pour atteindre l'excellence    Etudiant dévoué, journaliste engagé et politique visionnaire    Le b.a.-ba de la fabrication d'un film    Mesurer ce qui compte    Bouchachi voué aux gémonies    Charfi appelé à réhabiliter les exclus de la course    Huit morts dont des Iraniens dans des raids sionistes    Trois soldats maliens tués par l'explosion d'un engin artisanal    Ennahda appelle à un vote massif    «Souilah» hospitalisé à Paris    «J'ai adoré camper le personnage de Fadel»    L'artiste, ce migrant    Une augmentation de 10 % enregistrée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des associations en appellent au président Macron
Contrôles au faciès
Publié dans El Watan le 19 - 12 - 2017

C'est un sujet qui revient régulièrement sur le tapis de la justice. Les associations Human Rights Watch (HRW), la Ligue des droits de l'Homme (LDH), le Syndicat de la magistrature (SM), le Syndicat des avocats de France (SAF), le Groupement d'information et de soutien aux immigrés (Gisti) et une dizaine d'autres associations ont publié une lettre adressée au président de la République. A l'occasion de la mise en place de la Police de sécurité du quotidien (PSQ), rendue publique par le gouvernement il y a quelques semaines, ils en appellent le chef de l'Etat pour que soit mis un terme aux contrôles au faciès.
«Vous avez exprimé le 18 octobre votre souhait d'une police qui s'adapte ‘aux préoccupations de nos citoyens', qui lutte ‘contre tout ce qui fait naître (...) les sentiments d'insécurité' et surtout votre désir de changer certaines procédures devenues trop systématiques», écrivent les associations, en rappelant au Président que «la France est parmi les pays qui pratiquent le plus de contrôles d'identité».
«Nous vous encourageons à mettre la question des discriminations générées par la législation sur les contrôles d'identité, dits contrôles au faciès, (...) au cœur de (votre) réforme», ajoutent les signataires, qui estiment que ces contrôles «constituent une source d'insécurité», particulièrement pour les personnes «perçues comme noires ou arabes, des gens du voyage ou des résidants de quartiers populaires».
Malgré le rejet de cette procédure par les autorités ces dernières années sous le gouvernement Hollande-Valls, ils restent «favorables à la délivrance d'un récépissé de contrôle par les policiers».
La lettre des associations est un nouveau jalon d'une contestation qui n'est pas nouvelle. En mai dernier, six personnes avaient saisi la Cour européenne des droits de l'homme CEDH), dernier recours d'une procédure pour dénoncer les contrôles au faciès.
Arabes ou Noirs, ils n'avaient pas obtenu gain de cause devant la plus haute juridiction française, la Cour de cassation. Ils considéraient avoir été injustement contrôlés selon leur origine, en 2011. Si la CEDH étudie sérieusement le dossier et rend un arrêt contraignant, la France devra revoir son dossier en la matière.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.