Assassinat du journaliste Jamal Khashoggi : Une experte des Nations unies demande une enquête sur le prince héritier saoudien    Lutte contre la criminalité : Récupération des 2 lionceaux volés du jardin d'essai    Ramassage des déchets à Constantine : Des habitants d'El Gammas et de Ali Mendjeli dénoncent    24 heures    Le single de son album posthume depuis hier sur Youtube : Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Exposition de Nawel Harkat à Constantine    Crise politique, élections présidentielles et lutte contre la corruption    Une bien triste leçon égyptienne    L'Autre football    Groupe A : Egypte-Zimbabwe, vendredi à 21h00: Les Pharaons pour confirmer leur statut    MC Oran: Chérif El-Ouazzani grince déjà des dents    Gaïd Salah: «L'Algérie ne possède qu'un seul drapeau»    Le temps, premier ennemi du pays    Sidi Saïd est-il atteint du syndrome «Bouteflika» ?    Un préjudice pour les communes et un danger pour les automobilistes: Vol des couvercles d'égouts sur la voie express    St Germain (Aïn El Turck): Des habitants dénoncent la cruelle déchéance de l'Esplanade du 5 juillet    El Kerma: Un réseau spécialisé dans le vol des pièces détachées démantelé    Transport aérien: Le SNTMA parle de «climat de tension et d'injustice»    Tlemcen: Concertation locale pour le développement du territoire    Groupe médiatique de Haddad: Des journalistes se rassemblent à la maison de la Presse    De l'éthique du personnel politique    TOUT UN CINEMA !    Le Pr Belmihoub Analyse l'impact du "Hirak" sur l'économie dans un entretien à l'APS : ''C'est le temps économique qui va s'aligner sur le temps ...    Organisation nationale des moudjahidine L'ONM appelle à un dialogue national avec la participation de tous    Marches des étudiants : Appel à des négociations sans les symboles du système    L'Iran et la Russie sont-ils les vraies cibles de l'attaque des deux pétroliers en mer d'Oman?    Présidentielle en Mauritanie: Ould Abdel Aziz quitte le pouvoir, mais pas la politique    Cameroun Entre répression et arrestations, les pro-Kamto continuent de résister    Dr Berkani Bekkat, président de l'ordre des médecins algériens : "Nous n'avons plus le temps pour une Constituante"    Conseil de la Nation : Son rôle et ses missions fixés au titre de la prochaine Constitution    BCE : Draghi évoque une baisse des taux, Trump peste contre l'euro faible    Ouargla: Lancement des travaux d'aménagement du parc industriel de Hassi-Benabdallah    Ouverture de la 32e édition de la CAN-2019 demain en Egypte: Groupe C : Les Verts en mode conquérant en Egypte    A quelques jours de la CAN-2019 : Le foot africain en fête en terre égyptienne    Louisa Hanoune maintenue en détention    Report du procès au 3 juillet    La Cour suprême ordonne la réouverture du dossier    Séance plénière consacrée auvote de deux projets de loi    Son procès reporté au mois de septembre    Prière funéraire à la mémoire de Morsi à Istanbul    Coup d'envoi demain de la 32e édition    "West Side Story" de Steven Spielberg dévoile sa première photo    Le Barça verrait le transfert de Neymar comme irréalisable    Les journalistes appellent l'Etat à agir    Les Verts à pied d'œuvre au Caire    Livraison de la première voiture de marque vietnamienne    Kendji Girac en concert algérois    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Proche-Orient : Ahed Tamimi, la nouvelle icône de la résistance palestinienne
International : les autres articles
Publié dans El Watan le 26 - 12 - 2017

Ahed Tamimi, 17 ans, célèbre activiste du village palestinien occupé de Nabi Salah en Cisjordanie, a été arrêtée dans la nuit du 18 au 19 décembre par l'armée d'occupation israélienne.
Elle a été accusée par Tel-Aviv d'avoir agressé deux soldats surarmés, en marge d'une manifestation, quelques jours plus tôt, contre l'occupation israélienne. L'adolescente a tenu tête à un soldat armé, un sniper, selon certaines sources. Un soldat qu'elle aurait giflé. Pour beaucoup, il ne s'agissait là que d'un prétexte trouvé par l'occupant pour la museler et la neutraliser, tant la jeune femme est très populaire. Ahed Tamimi risque aujourd'hui jusqu'à sept ans de prison.
Depuis des années, le village de Ahed Tamimi est le théâtre de nombreuses manifestations de protestation contre la colonie Halamish, construite sur des terres appartenant au village et dont les colons se sont en plus approprié la source locale appartenant aux Palestiniens, qui n'y ont plus accès. La lutte du petit village a eu des échos dans le monde entier.
La jeune Ahed fait preuve depuis qu'elle est enfant d'un courage extraordinaire. Le 28 août 2015, pendant une marche de protestation dans le village, un soldat a empoigné Mohamed, son frère, 12 ans à l'époque, à qui les médecins avaient posé un plâtre au poignet gauche juste deux jours avant. Ahed et sa mère Nariman ont réussi à extirper le jeune garçon blessé des griffes du soldat. En 2012, cette fillette qui crie sur des soldats israéliens, c'est elle aussi.
La vidéo de son arrestation est devenue virale sur les réseaux sociaux. Des internautes du monde entier se mobilisent pour réclamer sa libération. Ils en ont fait une icône de la résistance contre Israël. Près de 100 000 personnes ont déjà signé une pétition demandant la libération de la jeune fille qui a vu, dès son jeune âge, tous les membres de sa famille tués ou torturés sous ses yeux.
C'est le 19 décembre à 4h que les forces d'occupation israéliennes ont attaqué le domicile de la famille Tamimi. Ils ont volé les caméras et les téléphones, tabassé le fils et arrêté Ahed sans aucune explication. Sa cousine Nour a été arrêtée, quant à elle, dans la matinée du 19. Un peu plus tard dans la matinée, lorsque la mère, Nariman, est allée au poste de police Benjamin pour avoir des nouvelles des filles, l'armée d'occupation l'a arrêtée elle aussi.
Bassem Tamimi, le père de Ahed et époux de Nariman, a été détenu toute la journée du 20 décembre, lorsqu'il est allé assister à l'audience de sa femme et de sa fille. Nabi Saleh est ce petit village dont les 530 habitants protestent depuis 2009 contre l'occupation et les colonies construites sur leurs terres. Deux Palestiniens ont été tués pendant ces manifestations. L'un d'entre eux est Rushdi, le frère de Nariman, qui a été tué par balle le 17 novembre 2012.
L'autre est Mustafa Tamimi, cousin de Nariman, tué à bout portant par une balle au visage le 10 décembre 2011. Le 21 novembre 2014, Nariman Tamimi a été blessée au fémur, sous les yeux de ses enfants, par un tir à balle réelle et a été détenue de nombreuses fois, comme son époux Bassem, par les forces d'occupation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.