ON A TOUJOURS REFUSE DE NOUS ECOUTER. AUJOURD'HUI, ON VA SE FAIT ENTENDRE    El-Tarf : 20 kg de kif saisis, 7 personnes écrouées    Bouchareb annonce un virage à 180 degrés: Le FLN soutient le mouvement populaire    Chlef: La grève des impôts largement suivie    Retards dans le lancement des VRD et malfaçons: Les souscripteurs AADL dénoncent    CAN-2019: Algérie - Gambie, vendredi à 20h45: Le match des jeunes loups de Belmadi    USM Annaba: L'attaque, ce maillon faible    RCK - Démission du président Farès: Un directoire mis en place    Seddik Chihab: Le pays est gouverné par «des forces anticonstitutionnelles»    Tébessa: La pénurie d'eau s'installe    Le coup de pied de l'âne    Algérie - USA: Des experts du FBI pour la formation aux enquêtes sur les vols de patrimoine culture    Programme spécial vacances à la salle Ahmed Bey    200 millions d'euros de dégâts depuis le début du mouvement    «Le mois de mars marqué par "les hauts-faits aux objectifs nobles" du peuple»    Le FLN «rejoint» le mouvement populaire    Refus des visas pour les Algériens    Le GSP bat Prisons du Kenya et passe en quarts    Réunion de travail entre les présidents de clubs et la FABB    Des arbitres nigériens pour Guinée Equatoriale - Algérie des U23    A propos de l'acheminement gratuit du gaz vers la France    Manifestations populaires et perspectives    Saisie de plus de 1.800 comprimés psychotropes    Première section de formation pour les enfants autistes    Les postiers rejoignent el hirak    De l'eau 24h/24 pour les Constantinois dès 2020    Aide du PAM pour plus d'un demi-million de personnes    L'ONU présente un nouveau plan pour le retrait des combattants    Un artiste promis à un million de dollars au Japon    Cheïkh Aïchouba Mostefa dit Si Safa    Célébration du 57e anniversaire de la fête de la victoire    Crise au Venezuela : Washington parle de "négociations positives" avec Moscou    Après près de 30 ans à la tête du pays : Le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev démissionne    Tamanrasset : Adapter les textes régissant le commerce extérieur avec les spécificités des régions frontalières    France : La croissance 2019 revue en baisse à 1,4%, dit Le Maire    De pluies assez soutenues    Constantine : Fin des travaux de consolidation des stations du téléphérique    MARCHES POUR LE CHANGEMENT : Les personnels de la santé appellent au "respect de la Constitution", à "l'indépendance de la justice"    Lamamra maintient le cap    Cascade de démentis    VEHICULES CKD-SKD: Légère baisse de la facture d'importation    Les derniers terroristes del'EI acculés au bord de l'Euphrate    Dylan Bronn forfait face à l'Algérie    El-Qods occupée: Escalade israélienne, condamnations et mises en garde palestiniennes    Ghardaïa, la 51e édition de la fête du tapis reportée sine die    Tlemcen : Les accords d'Evian au centre d'une rencontre    Eliminatoires Coupe d'Afrique des Nations 2019.. Mobilis fidèle aux Verts    Ghaza : L'ONU demande à Israël de revoir ses règles d'engagement militaires    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Proche-Orient : Ahed Tamimi, la nouvelle icône de la résistance palestinienne
International : les autres articles
Publié dans El Watan le 26 - 12 - 2017

Ahed Tamimi, 17 ans, célèbre activiste du village palestinien occupé de Nabi Salah en Cisjordanie, a été arrêtée dans la nuit du 18 au 19 décembre par l'armée d'occupation israélienne.
Elle a été accusée par Tel-Aviv d'avoir agressé deux soldats surarmés, en marge d'une manifestation, quelques jours plus tôt, contre l'occupation israélienne. L'adolescente a tenu tête à un soldat armé, un sniper, selon certaines sources. Un soldat qu'elle aurait giflé. Pour beaucoup, il ne s'agissait là que d'un prétexte trouvé par l'occupant pour la museler et la neutraliser, tant la jeune femme est très populaire. Ahed Tamimi risque aujourd'hui jusqu'à sept ans de prison.
Depuis des années, le village de Ahed Tamimi est le théâtre de nombreuses manifestations de protestation contre la colonie Halamish, construite sur des terres appartenant au village et dont les colons se sont en plus approprié la source locale appartenant aux Palestiniens, qui n'y ont plus accès. La lutte du petit village a eu des échos dans le monde entier.
La jeune Ahed fait preuve depuis qu'elle est enfant d'un courage extraordinaire. Le 28 août 2015, pendant une marche de protestation dans le village, un soldat a empoigné Mohamed, son frère, 12 ans à l'époque, à qui les médecins avaient posé un plâtre au poignet gauche juste deux jours avant. Ahed et sa mère Nariman ont réussi à extirper le jeune garçon blessé des griffes du soldat. En 2012, cette fillette qui crie sur des soldats israéliens, c'est elle aussi.
La vidéo de son arrestation est devenue virale sur les réseaux sociaux. Des internautes du monde entier se mobilisent pour réclamer sa libération. Ils en ont fait une icône de la résistance contre Israël. Près de 100 000 personnes ont déjà signé une pétition demandant la libération de la jeune fille qui a vu, dès son jeune âge, tous les membres de sa famille tués ou torturés sous ses yeux.
C'est le 19 décembre à 4h que les forces d'occupation israéliennes ont attaqué le domicile de la famille Tamimi. Ils ont volé les caméras et les téléphones, tabassé le fils et arrêté Ahed sans aucune explication. Sa cousine Nour a été arrêtée, quant à elle, dans la matinée du 19. Un peu plus tard dans la matinée, lorsque la mère, Nariman, est allée au poste de police Benjamin pour avoir des nouvelles des filles, l'armée d'occupation l'a arrêtée elle aussi.
Bassem Tamimi, le père de Ahed et époux de Nariman, a été détenu toute la journée du 20 décembre, lorsqu'il est allé assister à l'audience de sa femme et de sa fille. Nabi Saleh est ce petit village dont les 530 habitants protestent depuis 2009 contre l'occupation et les colonies construites sur leurs terres. Deux Palestiniens ont été tués pendant ces manifestations. L'un d'entre eux est Rushdi, le frère de Nariman, qui a été tué par balle le 17 novembre 2012.
L'autre est Mustafa Tamimi, cousin de Nariman, tué à bout portant par une balle au visage le 10 décembre 2011. Le 21 novembre 2014, Nariman Tamimi a été blessée au fémur, sous les yeux de ses enfants, par un tir à balle réelle et a été détenue de nombreuses fois, comme son époux Bassem, par les forces d'occupation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.