Election d'un nouveau président mercredi prochain    Perpétuité pour le terroriste «Yasser Abou Kouthaïma»    FFS    Chaque année, des dizaines de personnes meurent de cancers liés à l'amiante    Une crise majeure se profile entre Riyad et ses alliés    Ghaza est au bord du précipice, selon un responsable de l'ONU    Zetchi optimiste    Six mois de suspension pour le président    Saaâdoune succédera à El Morro    L'OPGI peine à se faire payer    Une bombe à retardement à Draâ Errich    10 cas décelés en 2 jours à Sidi-Bel-Abbès    Comme un rendez-vous amoureux !    Arrabal, l'Egyptien    Les massacres du 17 Octobre 61 commémorés à El-Biodh    Rentrée scolaire à Hassi Bahbah (Djelfa) : La surcharge des classes suscite l'inquiétude des parents d'élèves    Nouvelles d'Oran    ONU: Adoption d'une résolution pour l'autodétermination du peuple sahraoui    Une vingtaine d'handicapés placés par l'ANEM en un mois: Une initiative louable... mais beaucoup reste à faire    Constantine - Plaidoyer pour un soutien à l'exportation    Pour qui paye Bouhadja ?    Le trafic des psychotropes prend de l'ampleur    MC Alger: La Fédération libyenne « menace » Adel Amrouche    Equipe nationale: Belmadi établit le même constat que Rajevak    L'affreuse excommunication    Premiere sortie du nouveau wali sur le terrain    Des collectivités locales providences aux collectivités locales entreprises/manager    Une application mobile pour impliquer les citoyens dans la protection de l'environnement    253 affaires traitées en septembre dernier    Défaite de Charles Quint à Alger    Dernière tribune de Jamal Khashoggi parue dans le Washington Post : «Ce dont le monde arabe a besoin, c'est la liberté d'expression»    Règlement de la crise syrienne : La Russie et la Turquie à l'épreuve du terrain    Salon international du tourisme et des voyages : La montagne attire les Algériens    Prix de l'or noir Le pétrole chute avec le bond des stocks américains    139e Assemblée générale de l'UIP : M. Bensalah prend part à Genève à la clôture des travaux    Kaouane appelle les journalistes à maîtriser les nouvelles technologies    L'Algérie est-elle à l'abri d'un nouveau krach ?    Le MCA veut terminer sur la lancée    L'instance olympique célèbre ses 55 ans d'existence    L'entraîneur Amrani accepte de rester    Sommet Erdogan-Poutine-Macron-Merkel à Istanbul    Abane Ramdane a lutté «de toutes ses forces» contre la division    Premier percussionniste du célèbre Cheikh Amar Ezzahi : Boulifa Messaoud n'est plus    CRASC : Un ouvrage collectif dédié à Abdelkader Alloula    L'écrivaine colombienne Piedad Bonnett présente son livre à Oran : Une intervention captivante autour de “Ce qui n'a pas de nom”    Ouyahia ordonne aux ministres et walis d'interdire le port du niqab    L'armée pilonne les dernières poches terroristes    Un saoudien tué dans un accident de voiture à Riyad    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Béjaïa : La grève du Cnapeste inquiète les parents d'élèves
Bejaia : les autres articles
Publié dans El Watan le 18 - 01 - 2018

Le Cnapeste a repris, avant-hier, sa grève illimitée à Béjaïa, un mois après avoir gelé celle de deux semaines et cinq jours après que le syndicat ait mis fin à un débrayage de plus d'un mois à Tizi Ouzou.
Cette fois-ci, c'est une ponction de 9 jours opérée d'un seul coup par l'administration sur le salaire des grévistes qui a irrité le syndicat qui, promptement, a repris la protesta. La cause en est que la ponction est faite au mépris de la loi qui interdit de défalquer plus de trois jours de salaire par mois. Et il n'en a pas fallu plus pour reconvoquer les hostilités. Mais cette grève a cette fois-ci surpris autant qu'elle a inquiété les parents d'élèves.
La Fédération des associations des parents d'élèves (FAPE) de la wilaya, tout en ne discutant pas le caractère «légitime» des revendications du Cnapeste, ne se montre pas moins «consternée suite aux grèves répétées et prolongées mettant sérieusement en péril la scolarité de nos enfants». Elle relève, dans une déclaration publique, que la grève de novembre dernier, dont elle salue le gel, «a déjà complètement anéanti le rythme scolaire de nos enfants». La FAPE dit avoir vu en le gel de celle-ci un regain de confiance des élèves en se remettant «au travail avec leurs enseignants pour rattraper le retard», avant que la reprise de la grève ne vienne briser leurs espoirs.
«Et voilà que le spectre d'une autre perturbation vient assombrir le climat de sérénité retrouvé», écrit-elle. La fédération appelle les deux parties en conflit, administration et syndicat, «à revenir immédiatement à la table de négociations en privilégiant la scolarité de nos enfants sur toute autre considération».
Son inquiétude l'amène à qualifier la situation actuelle de «catastrophe psychopédagogique» et met en garde ses «responsables». La FAPE interpelle «l'institution de l'éducation et les représentants des enseignants» à œuvrer pour l'apaisement et en appelle à «la conscience des enseignants en tant qu'éducateurs de geler leur grève illimitée insensée et irresponsable». Entre autres gestes d'apaisement, l'administration est exhortée «à annuler la ponction sur salaire des enseignants en contrepartie d'un programme de rattrapage des cours négocié avec consensus entre toutes les parties (administration, enseignants et représentants des élèves)».
La déclaration de la FAPE est mue par le souci de défendre les intérêts des élèves qui «ne sont pas la source des problèmes sur le terrain» mais qui «payent les conséquences d'une gabegie et d'une irresponsabilité». «Les élèves ont un sentiment de frustration, d'abandon et de mépris.
Tous leurs droits ont été bafoués», termine la FAPE qui juge qu'en cela «la situation est grave» et qu'il y a un «dérapage dans l'institution de l'éducation». «Nous sommes à une semaine de l'année blanche», avertit Djoudi Touazi, le président de la FAPE, qui considère que les élèves sont pris en otages et par l'institution de l'éducation et par le syndicat. Les représentants de la fédération ont exprimé leur désarroi au président de l'APW qui les a reçus hier en compagnie de ceux d'une autre organisation de parents d'élèves, à savoir l'Union de wilaya.
Le secrétaire général de celle-ci, Karim Boudjaoui, tient pour seule responsable de ce retour à la grève l'administration, considérant que, par la ponction sur salaire, elle a fait dans «la provocation».
Un acte «délibéré», selon lui, parce que «l'administration n'ignore pas la loi». Il appelle les deux parties à prendre en compte, non pas l'élève, mais «l'école» comme institution dans son ensemble. En appelant l'Etat à protéger l'enseignant, avec son droit à la grève, il déclare que ce même Etat est «seul habilité à juger de la compétence de ses fonctionnaires».
«Le syndicat pose les problèmes et c'est à l'Etat de les régler», explique-t-il, allusion à l'exigence satisfaite du Cnapeste de relever de leurs fonctions quatre responsables à la direction de l'éducation de Béjaïa. Comme la FAPE, l'Union de wilaya des parents d'élèves attend de chacun des acteurs de la scène de peser de son poids pour l'apaisement et une proposition a été faite pour instaurer la tradition d'une rencontre d'évaluation de tous les acteurs du secteur de l'éducation dans la wilaya une fois par trimestre. C'est là une proposition de solution pour combler le déficit de dialogue et apporter le meilleur cadre à l'enseignant mais aussi à l'élève, éternelle victime expiatoire des convulsions du secteur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.