L'INTERSYNDICALE BOYCOTTE LA RENCONTRE AVEC LA MINISTRE : La menace plane sur les écoles d'Oran    Abderrazak Dourari, professeur de linguistique au Temps d'Algérie : « Pourquoi j'ai quitté l'Académie Tamazight »    Projet d'une «Route de l'olivier» pour développer le tourisme rural    La déclaration de la main-d'œuvre étrangère, un autre souci pour la Cnas    Dieu peut-il offrir une Ferrari ?    Tirs de gaz lacrymogènes sur des manifestants près du Parlement    Le WA Tlemcen retrouve le podium, l'ASO Chlef trébuche à Kouba    Nette victoire du CS Constantine devant le TP Mazembe (3-0)    L'ES Sétif s'enfonce dans la crise    La démarche prudente de Ali Benflis    Terrible accident entre deux autobus à Sidi Amar    Vers le remboursement des sondes urinaires    Baisse sensible des candidats aux cours d'alphabétisation    Convocation du corps électoral : fin de récréation ?    L'épopée d'un roi bâtisseur    Plusieurs réserves levées    Ich Liebe Dich Frau Angela !    Accidents de la route : Moins de décès en 2018    Le Mossad se déploie au Sahel via le Tchad    Migration: Mettre en place une nouvelle gouvernance    En 2017 en Algérie: Le salaire net moyen à plus de 40.300 dinars    Ouled Rahmoune: 26 milliards pour l'aménagement urbain    Relizane: Projets AADL attendent réalisation    Coupe d'Algérie «Réserves» : 1/8e de finale: PAC - WAT et NAHD - ASO, principaux duels    La présidentielle lancée    Tiaret: Un ancien bâtonnier tire sa révérence    « L'Année miraculeuse » présenté à l'hôtel «Liberté»: Débats divergents autour du dernier roman de Mohamed Magani    El-Bayadh: 25 milliards pour la restauration du ksar de Boussemghoun    Des organisations appellent à la mobilisation citoyenne    Une production de plus de 1 000 tonnes en 2018    Création prochaine d'un orchestre amazigh    Fatima Rachedi lauréate du concours national    Dix chargeurs et une quantité de munitions saisis à Jijel    APN : La convocation du corps électoral a barré la route aux aventuristes    Le FLN salue la décision du Président Bouteflika    Accord Maroc-UE : Un processus entaché d"'irrégularités et d'illégalité"    RDC : La Cour constitutionnelle proclame Félix Tshisekedi président de la République    Russie : Le procureur Mueller qualifie d'"inexactes" des allégations explosives contre Trump    Iñigo Errejon s'affranchit de Podemos    La police se dote du systéme afis    Chine : La croissance devrait avoir freiné à 6,4% au 4e trimestre    Retour sur le CES 2019 : À Las Vegas, du concret pour ménager la planète    Le chef de la diplomatie allemande : "Personne ne peut arrêter" le Nord Stream 2    La Haute instance indépendante de surveillance des élections installée    La JS Saoura n'avait pas bien compris le jeu adverse    Le MCO a sorti la tête de l'eau, mais le plus dur reste à faire    Darfalou se blesse au genou    L'Algérie favorable...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Béjaïa : La grève du Cnapeste inquiète les parents d'élèves
Bejaia : les autres articles
Publié dans El Watan le 18 - 01 - 2018

Le Cnapeste a repris, avant-hier, sa grève illimitée à Béjaïa, un mois après avoir gelé celle de deux semaines et cinq jours après que le syndicat ait mis fin à un débrayage de plus d'un mois à Tizi Ouzou.
Cette fois-ci, c'est une ponction de 9 jours opérée d'un seul coup par l'administration sur le salaire des grévistes qui a irrité le syndicat qui, promptement, a repris la protesta. La cause en est que la ponction est faite au mépris de la loi qui interdit de défalquer plus de trois jours de salaire par mois. Et il n'en a pas fallu plus pour reconvoquer les hostilités. Mais cette grève a cette fois-ci surpris autant qu'elle a inquiété les parents d'élèves.
La Fédération des associations des parents d'élèves (FAPE) de la wilaya, tout en ne discutant pas le caractère «légitime» des revendications du Cnapeste, ne se montre pas moins «consternée suite aux grèves répétées et prolongées mettant sérieusement en péril la scolarité de nos enfants». Elle relève, dans une déclaration publique, que la grève de novembre dernier, dont elle salue le gel, «a déjà complètement anéanti le rythme scolaire de nos enfants». La FAPE dit avoir vu en le gel de celle-ci un regain de confiance des élèves en se remettant «au travail avec leurs enseignants pour rattraper le retard», avant que la reprise de la grève ne vienne briser leurs espoirs.
«Et voilà que le spectre d'une autre perturbation vient assombrir le climat de sérénité retrouvé», écrit-elle. La fédération appelle les deux parties en conflit, administration et syndicat, «à revenir immédiatement à la table de négociations en privilégiant la scolarité de nos enfants sur toute autre considération».
Son inquiétude l'amène à qualifier la situation actuelle de «catastrophe psychopédagogique» et met en garde ses «responsables». La FAPE interpelle «l'institution de l'éducation et les représentants des enseignants» à œuvrer pour l'apaisement et en appelle à «la conscience des enseignants en tant qu'éducateurs de geler leur grève illimitée insensée et irresponsable». Entre autres gestes d'apaisement, l'administration est exhortée «à annuler la ponction sur salaire des enseignants en contrepartie d'un programme de rattrapage des cours négocié avec consensus entre toutes les parties (administration, enseignants et représentants des élèves)».
La déclaration de la FAPE est mue par le souci de défendre les intérêts des élèves qui «ne sont pas la source des problèmes sur le terrain» mais qui «payent les conséquences d'une gabegie et d'une irresponsabilité». «Les élèves ont un sentiment de frustration, d'abandon et de mépris.
Tous leurs droits ont été bafoués», termine la FAPE qui juge qu'en cela «la situation est grave» et qu'il y a un «dérapage dans l'institution de l'éducation». «Nous sommes à une semaine de l'année blanche», avertit Djoudi Touazi, le président de la FAPE, qui considère que les élèves sont pris en otages et par l'institution de l'éducation et par le syndicat. Les représentants de la fédération ont exprimé leur désarroi au président de l'APW qui les a reçus hier en compagnie de ceux d'une autre organisation de parents d'élèves, à savoir l'Union de wilaya.
Le secrétaire général de celle-ci, Karim Boudjaoui, tient pour seule responsable de ce retour à la grève l'administration, considérant que, par la ponction sur salaire, elle a fait dans «la provocation».
Un acte «délibéré», selon lui, parce que «l'administration n'ignore pas la loi». Il appelle les deux parties à prendre en compte, non pas l'élève, mais «l'école» comme institution dans son ensemble. En appelant l'Etat à protéger l'enseignant, avec son droit à la grève, il déclare que ce même Etat est «seul habilité à juger de la compétence de ses fonctionnaires».
«Le syndicat pose les problèmes et c'est à l'Etat de les régler», explique-t-il, allusion à l'exigence satisfaite du Cnapeste de relever de leurs fonctions quatre responsables à la direction de l'éducation de Béjaïa. Comme la FAPE, l'Union de wilaya des parents d'élèves attend de chacun des acteurs de la scène de peser de son poids pour l'apaisement et une proposition a été faite pour instaurer la tradition d'une rencontre d'évaluation de tous les acteurs du secteur de l'éducation dans la wilaya une fois par trimestre. C'est là une proposition de solution pour combler le déficit de dialogue et apporter le meilleur cadre à l'enseignant mais aussi à l'élève, éternelle victime expiatoire des convulsions du secteur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.