Un vent de fronde souffle sur le RND à Béjaïa    Deux jeunes citoyens arrêtés, puis relâchés    Le maire de Chemini devant la cour d'appel de Béjaïa aujourd'hui    Rompre avec le statu quo    De l'eau trouble et malodorante dans les robinets    "L'ouverture du capital d'entreprises publiques n'est pas un dogme"    Condamnations en série après un appel à la normalisation avec Israël    "Je suis au CRB pour gagner des titres"    Le NAHD en réel danger    Des attestations pour une cinquantaine de chasseurs formés    Pas de changements pour la rentrée universitaire    "De l'importance de la littérature postcoloniale pour le vivre-ensemble"    Rabat s'est fourvoyé dans le choix de son nouvel allié    62 listes ont retiré le dossier de candidature à Oran    Au-delà des grandes formules...    Islam Slimani : «Les deux derniers matchs avec les Verts m'ont fait du bien»    Real : Courtois analyse le match nul face à Villareal    Ayoub Ferkous 77e et Abdelkrim Ferkous 81e    Six sports de combat domiciliés au Centre des conventions    L'ANPHA renouvelle son engagement à contribuer au développement du secteur pharmaceutique    Tayeb Louh face à ses juges    Sensibilisation sur la vaccination en Algérie    Tebboune rassure les responsables locaux    Sachez que...    2 244 écoles fermées en raison des menaces terroristes    Inauguration de la saison culturelle    Mondial 2022 : Un trio sénégalais pour Niger – Algérie    Flux migratoires : Cinq pays appellent à une juste répartition dans l'Union européenne    7es Journées nationales du monologue    Agressions et vols, un mandat de dépôt    Essais nucléaires français en Algérie: Faire appel aux obligations du Traité de non-prolifération    Face aux salaires, la circonspection    Djelfa: Une fillette tuée et un garçon blessé par un poids lourd    La sculpture est-elle «maudite» ?    En perspective des JM 2022 d'Oran: Des instructions pour la réhabilitation du Théâtre de verdure    Des retards qui font mal    Feu sur les spéculateurs!    Retrouvailles chaleureuses entre Lamamra et lavrov    Au moins huit militaires tués dans une embuscade    La vie a repris ses droits    Une saga diplomatico-judiciaire    Brèves    Le MAE chinois appelle à promouvoir le processus de règlement politique    Les indépendants à l'assaut des communes    L'Algérie renforce son dispositif de contrôle des voyageurs    L'Algérie face au triangle hostile    Reprise du programme culturel et artistique    Journée portes ouvertes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un bel hommage en musique
«Femmes d'Algérie» au Cabaret sauvage
Publié dans El Watan le 23 - 01 - 2018

Le Cabaret Sauvage, salle de spectacles parisienne, a abrité samedi une belle soirée de nostalgie, mais aussi de communion et de partage, dédiée aux femmes algériennes, et, par-delà, à toutes les femmes du monde, animée par les chanteuses Samia Diar, Souad Massi et Hasna El Bécharia.
Paris
De notre bureau
Cette soirée, intitulée «Femmes d'Algérie», Meziane Azaïche, directeur du Cabaret Sauvage, qui a fêté courant décembre le vingtième anniversaire de son ouverture, l'a voulue un hommage aux femmes d'Algérie, particulièrement en souvenir à celles qui, dans les années 90' ont fait face et résisté avec courage et détermination à l'intégrisme et au terrorisme islamistes.
En effet, courant 1999, «cinq nuits de fête pour célébrer le courage et la liberté, la force de dire ‘‘non'', et la douceur inéluctable dont les femmes font preuve» annonçaient le programme de cet hommage présenté par l'actrice et chanteuse Biyouna et Mohamed Ali Allalou. Le casting choisi par l'animateur et le réalisateur de la célèbre émission de la Radio Chaîne 3 Bled music des années 80', Mohamed Ali Allalou et Aziz Smati, auxquels Meziane Azaïche avait donné carte blanche, comptait une cinquantaine d'artistes, dont Souad Massi et Hasna El Bécharia, dont c'était la première scène et aujourd'hui la renommée des deux artistes est internationale. Samedi dernier, nombre de personnes présentes dans le public se sont remémorées ces fabuleuses nuits de solidarité avec les femmes d'Algérie.
Le concert de samedi dernier, avec à l'affiche Samia Diar, Souad Massi et Hasna Bécharia était entrecoupé d'un karaoké intelligemment animé par Naïma Yahi, historienne de l'immigration algérienne en France à partir de son patrimoine artistique, avec la collaboration de Allalou, le public qui s'y est prêté sans se faire prier au jeu.
Un public, composé d'Algériens et de Franco-Algériens de tous âges, mais aussi de Marocains, de Tunisiens qui se sentent une grande proximité avec la culture algérienne et aussi de Français. Ce qui prouve que la musique algérienne n'est pas exclusivement communautaire et peut prétendre figurer au patrimoine culturel universel.
C'est ce partage de cultures, ce métissage et cette ouverture que s'efforce de promouvoir Meziane Azaïche à travers les programmations, les genres, le public, les nombreuses initiatives et créations qui ont essaimé tout au long des 20 ans d'existence du Cabaret Sauvage, un chapiteau planté au cœur du parc de la Villette, que son promoteur a voulu depuis le début comme un lieu propice à ce rêve généreux qu'il porte et communique à tous ceux qui l'approchent : briser les murs, alors que l'époque est aux tentations de fermeture et de repli dans l'entre-soi. On lui doit, pour ne citer que cette création, Barbès Café, ou l'histoire de l'immigration algérienne en France racontée en chansons, qui a rencontré un énorme succès, amenant son initiateur à le sortir des murs du Cabaret Sauvage pour une tournée en France et en Algérie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.