Huis clos à l'entraînement d'hier : les vraies raisons    Les mises en garde de Gaïd Salah    De nouveaux noms transmis à la Cour suprême    Louisa Hanoune reste en prison    Des opposants accusent Sidi Saïd de vouloir renouveler son mandat    Les solutions en dehors de la justice    Amar Ghoul rattrapé par "son" autoroute    La rapporteuse de l'ONU demande une enquête sur "MBS"    La Russie et la Chine opposées à l'initiative américaine    L'Egypte accuse l'ONU de vouloir politiser le décès    Proposition de sortie de crise    Un mois pour reconquérir les Pyramides !    Que le spectacle commence !    Des arbitres européens pour superviser la VAR    Des finales explosives et des hommages    Le procès de Kamel Chikhi reporté au 3 juillet    Deux cas de triche    Un mort et trois blessés dans un accident de la route    Un étudiant palestinien poignardé par son compatriote    Les salariés dans le désarroi    Un secteur en quête de professionnalisation    Khalida Toumi et Abdelouahab Nouri convoqués par la justice    ACTUCULT    Le single de son album posthume depuis hier sur Youtube : Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Exposition de Nawel Harkat à Constantine    Quand les oligarques et leurs mentors auront rejoint la prison d'el harrach, que restera-t-il à entreprendre en toute urgence !    Un préjudice pour les communes et un danger pour les automobilistes: Vol des couvercles d'égouts sur la voie express    St Germain (Aïn El Turck): Des habitants dénoncent la cruelle déchéance de l'Esplanade du 5 juillet    El Kerma: Un réseau spécialisé dans le vol des pièces détachées démantelé    L'Autre football    Groupe A : Egypte-Zimbabwe, vendredi à 21h00: Les Pharaons pour confirmer leur statut    MC Oran: Chérif El-Ouazzani grince déjà des dents    La Cour suprême ordonne le réexamen de l'affaire de l'autoroute Est-Ouest    Transport aérien: Le SNTMA parle de «climat de tension et d'injustice»    Une bien triste leçon égyptienne    De l'éthique du personnel politique    Présidentielle en Mauritanie: Ould Abdel Aziz quitte le pouvoir, mais pas la politique    Dr Berkani Bekkat, président de l'ordre des médecins algériens : "Nous n'avons plus le temps pour une Constituante"    Cameroun Entre répression et arrestations, les pro-Kamto continuent de résister    Le Pr Belmihoub Analyse l'impact du "Hirak" sur l'économie dans un entretien à l'APS : ''C'est le temps économique qui va s'aligner sur le temps ...    Organisation nationale des moudjahidine L'ONM appelle à un dialogue national avec la participation de tous    Marches des étudiants : Appel à des négociations sans les symboles du système    BCE : Draghi évoque une baisse des taux, Trump peste contre l'euro faible    Ouargla: Lancement des travaux d'aménagement du parc industriel de Hassi-Benabdallah    L'Iran et la Russie sont-ils les vraies cibles de l'attaque des deux pétroliers en mer d'Oman?    Prière funéraire à la mémoire de Morsi à Istanbul    Séance plénière consacrée auvote de deux projets de loi    "West Side Story" de Steven Spielberg dévoile sa première photo    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Béjaïa : Hommage à Isabelle Eberhardt
Bejaia : les autres articles
Publié dans El Watan le 06 - 03 - 2018

Le double anniversaire de la naissance d'Isabelle Eberhardt et de l'association qui porte son nom a été une occasion pour vulgariser la vie et l'œuvre de cette écrivaine.
La vie et les œuvres littéraires de l'écrivaine Isabelle Eberhardt (1877-1904) ont été revisités, samedi 3 mars, à la bibliothèque communale de lecture publique de la ville de Béjaïa, à travers une conférence animée par le président de l'association culturelle pour la recherche et la vulgarisation des œuvres d'Isabelle Eberhardt, M. Zerari.
Cette activité qui entre dans le cadre de la célébration du double anniversaire de la naissance d'Isabelle Eberhardt le 17 février 1877 et de la création de l'association le 17 février 2016, se veut un hommage à une femme atypique, une sympathisante de la résistance algérienne contre le colonialisme français pour avoir dénoncé les exactions et l'injustice.
Dans sa communication, le conférencier a dressé une biographie très riche en événements, en tourmentes et en production intellectuelle de cette femme, et ce en démontrant ce qui fait de celle-ci un personnage exceptionnel qu'un concours de circonstances a fait venir en Algérie, à l'âge de 20 ans, en 1879, pour y vivre jusqu'à sa mort tragique en 1904 à la fleur de l'âge, soit à 27 ans. Une vie courte mais jalonnée de succès, de défis durant laquelle Isabelle Eberhardt a fait preuve d'une extraordinaire performance dans l'apprentissage sans avoir été à l'école.
Son intérêt pour l'Afrique du Nord, et en particulier pour l'Algérie, a été motivé par ses influences littéraires à travers lesquelles elle découvre le grand Maghreb au point qu'elle en a parlé dans l'un de ses écrits intitulé «Vision du Maghreb» comme si elle avait déjà mis les pieds, auparavant, sur le sol de l'Afrique du nord.
Mais mentalement, elle se rapproche davantage de l'Algérie et nourrit ses connaissances sur le pays à travers les lettres que lui envoyaient ses deux frères, alors légionnaires embarqués par l'armée coloniale française pour la guerre d'Algérie. Fait du destin, Isabelle Eberhardt finit par voyager en Algérie, saisissant l'occasion du déplacement de sa mère, Nathalie de Moelder, d'origine allemande, pour des soins à Bône (Annaba) où elles ont déposé leurs valises.
Isabelle Eberhardt a 20 ans quand, le 18 mai 1897, elle met les pieds pour la premières fois sur la terre d'Algérie, sans se sentir dépaysée grâce à l'idée, plutôt précise, qu'elle s'est faite à travers ses lectures sur notre pays. Aussitôt, elle quitte le quartier bourgeois à Annaba pour aller se frotter à la société algérienne profonde, dans les cités populaires et pauvres. Plus tard, elle se lance à la découverte du pays lors d'un voyage qui l'amène à sillonner une partie de l'Algérie, plus exactement dans les villes du Sud en 1899 avant de s'installer à El Oued, en 1900.
L'écrivaine voyageuse
Ce qui attire l'attention en visitant l'exposition de photos de cette personnalité, ce sont toutes ces illustrations de cette femme dans des habits d'homme. On la voit en tenue de marin, en burnous, en habits bédouins... «Elle se travestissait en homme. Cette marque l'accompagna d'ailleurs jusqu'à son lit dans un hôpital militaire où on pouvait distinguer une chéchia vissée sur sa tête pour marquer toujours sa non-féminité», dira le conférencier.
Ce travestissement lui permettait de s'introduire dans le monde des hommes et de se protéger, explique-t-il. Son père adoptif a joué un grand rôle dans la transformation, les habitudes et la formation d'Isabelle Eber-hardt. Vava, comme elle aime à appeler son père, un anarchiste, ainsi que ses fréquentations (la jeunesse turque et russe) ont développé en elle un comportement masculin qu'elle entretenait.
Ce qui la distinguait également, c'est son adoption de la religion musulmane après qu'elle fut athée. Elle parlait et écrivait parfaitement la langue arabe qui lui a permis de décortiquer le Coran, en plus de sa maîtrise de l'allemand, du français, du berbère, du latin, du russe, du grec, entre autres. Sa passion pour la religion musulmane, elle la tient de son «intrusion» dans la zaouia El Kadiriya dans les habits d'un homme sans susciter le moindre soupçon chez le cheikh de la confrérie. Ce dernier a fini par admettre cette femme dans sa zaouia. Elle fut, de ce fait, la première Européenne soufie.
Expulsée d'Algérie pour ses positions politiques en faveur de l'Algérie, elle revient vers 1900 pour entamer une carrière de journaliste dans les journaux l'Akhbar et la Dépêche algérienne. Son patron, Victor Barrucand, la charge de couvrir les batailles du sud de l'Oranais, à la frontière algéro-marocaine. Sa maîtrise des langues, sa nationalité française, sa proximité des milieux populaires, lui faciliteront la tâche pour rencontrer aussi bien des militaires de l'armée française que les résistants algériens. Elle fut «la première femme reporter de guerre au monde», selon les recherches de l'association.
Isabelle Eberhardt a publié plusieurs textes, nouvelles et reportages dans ces journaux. Elle décède à l'âge de 27 ans, engloutie par une crue de l'oued qui est passée près de sa maisonnette à Ain Sefra. L'écrivaine voyageuse a été enterrée dans un cimetière musulman de la même région, pendant que sa mère, surnommée Fatima Manoubia, morte bien avant, repose au cimetière de Annaba après sa conversion à l'islam.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.