Recul du tirage de 80 % en prés d'une décennie    Ce que prépare le gouvernement...    Les amendements introduits    "La chloroquine a prouvé son efficacité" selon Benbouzid    Les plages algéroises interdites à la baignade    Tebboune décide de la décerner à la défunte Aïcha Barki    Activation du plan de lutte contre les feux de forêts à Alger à partir du début juin    DETRESSE EN ALIMENTATION EN EAU POTABLE A MOSTAGANEM : 7 Daïras attendent une solution urgente    Les frères Kouninef de nouveau auditionnés    ORAN : Le wali a inspecté les projets des prochains jeux méditerranéens    Mohand Oussaïd: le président de la République n'a de lien organique avec aucun parti politique agréé    TRIBUNAL DE KOLEA : Le procès de Karim Tabbou à nouveau reporté    Mustapha Hamici installé à la tête du quotidien Echaâb    DECLARATION DE DEVISES PAR LES VOYAGEURS : Les députés votent pour le maintien du montant à 5000 euros    Décès de 5 Algériens bloqués en Turquie    Les attaques fréquentes des médias publics français ciblant l'Algérie ne relèvent nullement de la liberté d'expression    Création d'un portail électronique pour l'inscription de 25.000 experts algériens à l'étranger    Vers une reprise graduelle de certaines activités commerciales et de services    119 nouveaux cas confirmés et 8 décès enregistrés en Algérie    Lutte contre le Covid19 : la wilaya d'Oran interdit l'accès aux plages    Boukadoum: Oeuvrer sans relâche à redonner à l'Algérie la place qui lui sied    Le premier document juridique en version amazighe dédié aux droits de l'enfance, publié    Opposée à l'indépendance de l'Algérie, l'OAS adopte le terrorisme à grande échelle    "L'infatigable avocat de la cause maghrébine"    Les pays producteurs se réuniront les 9 et 10 juin    Le Syndicat des magistrats appelle à statuer sur les affaires en suspens    Les députés engagent un débat à l'APN    Deux ouvrages de Abderrezak Dourari bientôt publiés    RC Arba: Entre espoir et appréhensions    15.000 commerçants et artisans à l'arrêt depuis trois mois: L'UGCAA demande la réouverture des commerces    Le taux d'inflation à 1,8% en avril    Un lourd héritage    FAF - Réunion du BF: Ni arrêt définitif, ni saison blanche !    Un nouveau directeur à la jumenterie    La mort au temps du corona    Les violentes manifestations se poursuivent    Mahrez victime d'un cambriolage    Des députés plaident pour un retour au dialogue en Libye    L'armée égyptienne annonce avoir tué 19 terroristes présumés    225 morts lors des manifestations de novembre    Future destination de Benayada    Benzia gravement blessé à la main    Arab : "Helfaïa est toujours en poste"    Le reflet de l'intolérance sociale    Le poète assassiné    Malte : Saisit pour 1,1 milliard de dollars de fausse monnaie libyenne    Il y a trente ans, un confinement à Oran    Au-delà de «Algérie mon amour» : tant de naïveté (réelle ou feinte) ne peut qu'interpeller    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Béjaïa : Hommage à Isabelle Eberhardt
Bejaia : les autres articles
Publié dans El Watan le 06 - 03 - 2018

Le double anniversaire de la naissance d'Isabelle Eberhardt et de l'association qui porte son nom a été une occasion pour vulgariser la vie et l'œuvre de cette écrivaine.
La vie et les œuvres littéraires de l'écrivaine Isabelle Eberhardt (1877-1904) ont été revisités, samedi 3 mars, à la bibliothèque communale de lecture publique de la ville de Béjaïa, à travers une conférence animée par le président de l'association culturelle pour la recherche et la vulgarisation des œuvres d'Isabelle Eberhardt, M. Zerari.
Cette activité qui entre dans le cadre de la célébration du double anniversaire de la naissance d'Isabelle Eberhardt le 17 février 1877 et de la création de l'association le 17 février 2016, se veut un hommage à une femme atypique, une sympathisante de la résistance algérienne contre le colonialisme français pour avoir dénoncé les exactions et l'injustice.
Dans sa communication, le conférencier a dressé une biographie très riche en événements, en tourmentes et en production intellectuelle de cette femme, et ce en démontrant ce qui fait de celle-ci un personnage exceptionnel qu'un concours de circonstances a fait venir en Algérie, à l'âge de 20 ans, en 1879, pour y vivre jusqu'à sa mort tragique en 1904 à la fleur de l'âge, soit à 27 ans. Une vie courte mais jalonnée de succès, de défis durant laquelle Isabelle Eberhardt a fait preuve d'une extraordinaire performance dans l'apprentissage sans avoir été à l'école.
Son intérêt pour l'Afrique du Nord, et en particulier pour l'Algérie, a été motivé par ses influences littéraires à travers lesquelles elle découvre le grand Maghreb au point qu'elle en a parlé dans l'un de ses écrits intitulé «Vision du Maghreb» comme si elle avait déjà mis les pieds, auparavant, sur le sol de l'Afrique du nord.
Mais mentalement, elle se rapproche davantage de l'Algérie et nourrit ses connaissances sur le pays à travers les lettres que lui envoyaient ses deux frères, alors légionnaires embarqués par l'armée coloniale française pour la guerre d'Algérie. Fait du destin, Isabelle Eberhardt finit par voyager en Algérie, saisissant l'occasion du déplacement de sa mère, Nathalie de Moelder, d'origine allemande, pour des soins à Bône (Annaba) où elles ont déposé leurs valises.
Isabelle Eberhardt a 20 ans quand, le 18 mai 1897, elle met les pieds pour la premières fois sur la terre d'Algérie, sans se sentir dépaysée grâce à l'idée, plutôt précise, qu'elle s'est faite à travers ses lectures sur notre pays. Aussitôt, elle quitte le quartier bourgeois à Annaba pour aller se frotter à la société algérienne profonde, dans les cités populaires et pauvres. Plus tard, elle se lance à la découverte du pays lors d'un voyage qui l'amène à sillonner une partie de l'Algérie, plus exactement dans les villes du Sud en 1899 avant de s'installer à El Oued, en 1900.
L'écrivaine voyageuse
Ce qui attire l'attention en visitant l'exposition de photos de cette personnalité, ce sont toutes ces illustrations de cette femme dans des habits d'homme. On la voit en tenue de marin, en burnous, en habits bédouins... «Elle se travestissait en homme. Cette marque l'accompagna d'ailleurs jusqu'à son lit dans un hôpital militaire où on pouvait distinguer une chéchia vissée sur sa tête pour marquer toujours sa non-féminité», dira le conférencier.
Ce travestissement lui permettait de s'introduire dans le monde des hommes et de se protéger, explique-t-il. Son père adoptif a joué un grand rôle dans la transformation, les habitudes et la formation d'Isabelle Eber-hardt. Vava, comme elle aime à appeler son père, un anarchiste, ainsi que ses fréquentations (la jeunesse turque et russe) ont développé en elle un comportement masculin qu'elle entretenait.
Ce qui la distinguait également, c'est son adoption de la religion musulmane après qu'elle fut athée. Elle parlait et écrivait parfaitement la langue arabe qui lui a permis de décortiquer le Coran, en plus de sa maîtrise de l'allemand, du français, du berbère, du latin, du russe, du grec, entre autres. Sa passion pour la religion musulmane, elle la tient de son «intrusion» dans la zaouia El Kadiriya dans les habits d'un homme sans susciter le moindre soupçon chez le cheikh de la confrérie. Ce dernier a fini par admettre cette femme dans sa zaouia. Elle fut, de ce fait, la première Européenne soufie.
Expulsée d'Algérie pour ses positions politiques en faveur de l'Algérie, elle revient vers 1900 pour entamer une carrière de journaliste dans les journaux l'Akhbar et la Dépêche algérienne. Son patron, Victor Barrucand, la charge de couvrir les batailles du sud de l'Oranais, à la frontière algéro-marocaine. Sa maîtrise des langues, sa nationalité française, sa proximité des milieux populaires, lui faciliteront la tâche pour rencontrer aussi bien des militaires de l'armée française que les résistants algériens. Elle fut «la première femme reporter de guerre au monde», selon les recherches de l'association.
Isabelle Eberhardt a publié plusieurs textes, nouvelles et reportages dans ces journaux. Elle décède à l'âge de 27 ans, engloutie par une crue de l'oued qui est passée près de sa maisonnette à Ain Sefra. L'écrivaine voyageuse a été enterrée dans un cimetière musulman de la même région, pendant que sa mère, surnommée Fatima Manoubia, morte bien avant, repose au cimetière de Annaba après sa conversion à l'islam.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.