Le Président Tebboune préside la cérémonie d'accueil des restes mortuaires des 24 martyrs de la Résistance populaire à l'Aéroport Houari-Boumediene    Béjaïa : moyens aériens pour éteindre un important feu de forêt à Adekar    L'Espagne ne veut pas d'Algériens sur son territoire    Deux navires de Sonatrach séquestrés au Liban    Chengriha confirmé au poste de chef d'état-major de l'ANP    L'Algérie ne renoncera pas à sa demande de restitution de ses archives détenues par la France    Colonisation. Bugeaud peut bien tomber de haut    Liste des résistants algériens dont les ossements ont été rapatriés vendredi de France    ONU/CDH: l'Algérie appelle à Genève au respect de la souveraineté des Etats    France : « Pour une République française antiraciste et décolonialisée »    SONELGAZ : Le PDG élu à la tête l'association Med-TSO    Coronavirus : 413 nouveaux cas, 490 guérisons et 9 décès durant les dernières 24h    REBOND DU CORONAVIRUS : Benbouzid incrimine les rassemblements familiaux    Le Covid-19 est une maladie ‘'de nature génétique'' propre à chaque personne    SETIF : Une septuagénaire repêchée d'un puits    413 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    FETE DE L'INDEPENDANCE NATIONALE : La journée du 5 juillet chômée et payée    PARTI RND : Le travail collectif pour préserver la stabilité du parti    POUR SES SACRIFICES CONSTANTS AU SERVICE DE LA PATRIE : La reconnaissance de la nation à l'ANP renouvelée    Ecouter la musique pourrait réduire les crises d'épilepsie    FUNERAILLES NATIONALES LE 5 JUILLET A ALGER : Retour au pays pour 24 chahids    ORAN : Une enveloppe de 1300 milliards allouée pour les JM 2022    LE PDG DE ‘'SADEG'' A MOSTAGANEM : Des inaugurations et une redynamisation des projets en cours    Cyclisme : les Algériennes Bensalah et Bouchoucha admises comme Commissaires de courses sur piste (UAC)    Constantine/Covid-19 : des spécialistes face à un agent émergent et des agents propagateurs    Rapatriement des restes mortuaires des martyrs algériens    Heureusement que le cœur du hirak n'est pas à la place de la République.    Quotidien Ech-chaâb: la réforme prévue en Algérie repose sur une pré-prospection    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Le Président Tebboune renouvelle la reconnaissance de la nation à l'ANP pour ses sacrifices    Sahel: la France annonce une nouvelle force sur fond de doutes sur son efficacité    Epuration de tous les dossiers inhérents aux médicaments fabriqués localement    Optimisation des dépenses à Sonatrach : "les acquis des travailleurs ne seront pas touchés"    L'Atlético Madrid enterre presque les espoirs de titre du Barça    Des milliers de Ghazaouis manifestent contre le plan israélien d'annexion    L'empire Haddad s'écroule    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines contre la Syrie    Zeffane blessé au niveau de l'ischio-jambier    Un triptyque de Francis Bacon vendu 84,6 millions de dollars aux enchères sans public de Sotheby's    Le schiste américain dans le rouge    Communiqué de l'AJSA    Agence CNAS : Une campagne d'information sur la plateforme numérique AraaCom    La mère des batailles    "Le BF a juste émis le vœu de reprendre la compétition"    Répression contre l'opposition à Hong Kong    L'épreuve    L'infrangible lien...    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Revisitées à Tiout
Oeuvres littéraires d'Isabelle Eberhardt
Publié dans Le Midi Libre le 20 - 10 - 2015

Les oeuvres littéraires et de voyage de la romancière et journaliste, Isabelle Eberhardt, ont été revisitées lors d'une manifestation culturelle organisée dimanche dans la commune de Tiout, sud de Naâma, en présence d'une pléiade d'hommes de lettres et de culture.
Les oeuvres littéraires et de voyage de la romancière et journaliste, Isabelle Eberhardt, ont été revisitées lors d'une manifestation culturelle organisée dimanche dans la commune de Tiout, sud de Naâma, en présence d'une pléiade d'hommes de lettres et de culture.
Initiée par la direction de la culture, en coordination avec l'association culturelle locale Safia Kettou de la création culturelle et les amis d'Aïn-Sefra dans le cadre de la commémoration du 111e anniversaire de la mort d'Eberhardt (1877-1904), cette conférence, placée sous le thème de "Eberhardt :
legs culturel algérien", vise à mettre en exergue le riche patrimoine littéraire légué par cette femme de lettres, et consistant notamment en une quinzaine d'ouvrages en langues anglaise, française et allemande, traduits vers d'autres langues, ont indiqué les organisateurs.
Cet évènement culturel vise aussi à mettre en valeur les réalisations acquises en un court temps par la romancière, et de mettre en relief de nombreux aspects de ses mémoires littéraires, correspondances journalistiques, sa reconversion à l'Islam, et sa solidarité et son soutien aux questions algériennes, a indiqué le président du comité d'organisation, Abdelkader Diffallah.
"Les repères idéologiques et biographiques ambigus dans les oeuvres d'Eberhardt" est le titre d'une communication d'ouverture de cette conférence animée par le chercheur Mohamed Rached d'Aïn-Sefra, qui a passé en revue les dimensions et sources d'inspiration des textes, des articles de presse et des poésies de la romancière, ses voyages et l'influence de son séjour en Algérie sur ses écrits et oeuvres, notamment les us et traditions, l'identité culturelle des populations du Sahara algérien, ainsi que la pensée religieuse mystique, le soufisme et les zaouias (confréries) religieuses.
Dr Bachir Khelaf, chercheur de la wilaya d'El-Oued, a, de son côté, mis en exergue les relations d'Eberhardt avec la région de Oued-Souf, ses articles journalistiques et ses correspondances, dévoilant, à travers un registre linguistique raffiné, les conditions de vie des populations du Sahara et des aspects des traditions bédouines.
Selon lui, cette autrichienne, d'origine russe, arrivée à l'âge de 20 ans en Algérie, a suscité une large controverse durant et après sa mort, rappelant, à ce titre, ses articles et correspondances de guerre de 1902 qui ont mis à nu les exactions du colonialisme français sur les populations autochtones, en plus des articles traitant des résistances populaires dans le Sud oranais, celle menée par Cheikh Bouâmama en particulier.
Le débat qui s'en est suivi a valorisé le rôle grandiose de la traduction et publications en arabe éditées récemment, permettant aux lecteurs de s'informer sur cette romancière, ayant vécu dans le Sahara algérien jusqu'à sa mort à l'âge de 27 ans, lors d'inondations survenues à Aïn-Sefra.
Plusieurs thèmes permettant de mettre au jour certains aspects méconnus de la vie de cette écrivaine, notamment son attachement à l'Algérie où elle s'est installée, son répertoire littéraire et les traditions culturelles des régions qu'elle avait visitées, seront également abordées lors de cette rencontre par plusieurs hommes de lettres et invités.
Initiée par la direction de la culture, en coordination avec l'association culturelle locale Safia Kettou de la création culturelle et les amis d'Aïn-Sefra dans le cadre de la commémoration du 111e anniversaire de la mort d'Eberhardt (1877-1904), cette conférence, placée sous le thème de "Eberhardt :
legs culturel algérien", vise à mettre en exergue le riche patrimoine littéraire légué par cette femme de lettres, et consistant notamment en une quinzaine d'ouvrages en langues anglaise, française et allemande, traduits vers d'autres langues, ont indiqué les organisateurs.
Cet évènement culturel vise aussi à mettre en valeur les réalisations acquises en un court temps par la romancière, et de mettre en relief de nombreux aspects de ses mémoires littéraires, correspondances journalistiques, sa reconversion à l'Islam, et sa solidarité et son soutien aux questions algériennes, a indiqué le président du comité d'organisation, Abdelkader Diffallah.
"Les repères idéologiques et biographiques ambigus dans les oeuvres d'Eberhardt" est le titre d'une communication d'ouverture de cette conférence animée par le chercheur Mohamed Rached d'Aïn-Sefra, qui a passé en revue les dimensions et sources d'inspiration des textes, des articles de presse et des poésies de la romancière, ses voyages et l'influence de son séjour en Algérie sur ses écrits et oeuvres, notamment les us et traditions, l'identité culturelle des populations du Sahara algérien, ainsi que la pensée religieuse mystique, le soufisme et les zaouias (confréries) religieuses.
Dr Bachir Khelaf, chercheur de la wilaya d'El-Oued, a, de son côté, mis en exergue les relations d'Eberhardt avec la région de Oued-Souf, ses articles journalistiques et ses correspondances, dévoilant, à travers un registre linguistique raffiné, les conditions de vie des populations du Sahara et des aspects des traditions bédouines.
Selon lui, cette autrichienne, d'origine russe, arrivée à l'âge de 20 ans en Algérie, a suscité une large controverse durant et après sa mort, rappelant, à ce titre, ses articles et correspondances de guerre de 1902 qui ont mis à nu les exactions du colonialisme français sur les populations autochtones, en plus des articles traitant des résistances populaires dans le Sud oranais, celle menée par Cheikh Bouâmama en particulier.
Le débat qui s'en est suivi a valorisé le rôle grandiose de la traduction et publications en arabe éditées récemment, permettant aux lecteurs de s'informer sur cette romancière, ayant vécu dans le Sahara algérien jusqu'à sa mort à l'âge de 27 ans, lors d'inondations survenues à Aïn-Sefra.
Plusieurs thèmes permettant de mettre au jour certains aspects méconnus de la vie de cette écrivaine, notamment son attachement à l'Algérie où elle s'est installée, son répertoire littéraire et les traditions culturelles des régions qu'elle avait visitées, seront également abordées lors de cette rencontre par plusieurs hommes de lettres et invités.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.