Dynamiques de la Société civile: La rencontre du 24 août vise l'élaboration d'une feuille de route "consensuelle" affirme Lyes Merabet    Farida Benyahia à Bouira : La lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé, "une des priorités persistante pour la justice"    Reconnaissance faciale, conduite autonome… La Russie présente à l'Unesco ses "technologies d'aujourd'hui"    Solde commercial : Une dégradation prévisible, liée à la structure de l'économie nationale    Parc automobile : Légère hausse des immatriculations et ré-immatriculations    Une campagne vouée a l'échec    2e journée de l'Afrique à New York: L'ONU salue la "contribution active" de l'Algérie    Or noir : Les USA renforcent leur présence sur les sites pétroliers en Syrie    Brésil: Première titularisation pour Dani Alves avec Sao Paulo    Transferts: L'Algérien Guedioura rejoint Al-Gharafa pour deux saisons    Cause palestinienne : Eddalia réitère le soutien indéfectible de l'Algérie    "C'est en bonne voie"    17.200 Seat vendues en 7 mois    La Volkswagen Golf Joint n'est plus disponible    "On veut nos salaires !"    "L'indépendance du juge n'est pas un privilège mais une responsabilité"    Transfert de contrôle à l'Agence nationale    Décès de 20 hadjis algériens    Sidi Mezghich (Skikda) : Les habitants de Boutamina bloquent la RN 85    Le chanteur andalou Brahim Hadj Kacemanime un concert    Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    Judo : deux nouvelles médailles pour l'Algérie    Delort buteur, Abeid signe ses débuts avec Nantes    Le match contre ses détracteurs    Réception fin 2019 des projets annexes du barrage Ouarkis    Lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé    Près de 2 millions de déplacés rentrent chez eux depuis 2015    Un lourd fardeau pour les nouveaux magistrats    20 AOUT 1956, LE CONGRES DE LA SOUMMAM : Le tournant décisif    Le documentaire Tideles projeté en avant-première    Anime un concert à Alger    VISA POUR LA FRANCE : Changement des délais de traitement des demandes    Le corps d'un baigneur retrouvé sur une plage près de Ouréah    Le ministère de l'Intérieur suspend ses activités à Aden    Moscou accuse Washington d'y avoir alloué des fonds    De plus en plus d'étudiants algériens dans les universités allemandes    Gratuité de transport pour 720 handicapés    La mer artistique de Mohammed Bakli    Cheba Farida priée de quitter la scène illico presto    Hassen Ferhani doublement primé au Festival de Locarno    Une marche pour réclamer le retour aux principes de la Soummam    CRB - NCM, aujourd'hui à 21h00: Tout pour une 1re victoire    En amical: NAHD-WAB, aujourd'hui à 17h: Boufarik pour préparer l'ASO    Tlemcen : 400 hectares de forêt ravagés par le feu    Jeux Africains : La sauteuse Arar accréditée à Rabat    Tébessa: L'OPGI, les loyers impayés et le reste    Embouteillages monstres aux accès de la capitale Les retraités de l'ANP empêchés d'atteindre Alger    Karim Younes: Le Panel «ne parle pas au nom peuple, du hirak ou du pouvoir»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Cnapeste menace de reprendre la grève
Ponctions sur salaire et consultation sur le report du bac
Publié dans El Watan le 13 - 03 - 2018

Le Cnapeste se dit «surpris» par la correspondance du ministère aux directeurs de l'éducation leur intimant l'ordre de prélever sur le salaire du mois mars qui s'ajoute à la ponction sur la prime de rendement du premier trimestre de cette année scolaire.
Quelques semaines après la grève des enseignants, le spectre de celle-ci plane sur l'école. En cause, des ponctions sur les salaires des grévistes et la suppression de la prime de rendement de ces derniers. Le Cnapeste menace de recourir à la grève, tandis que la ministre a insisté, à partir de Blida, que son département ne fait qu'appliquer la loi.
L'accalmie revenue au secteur de l'éducation avec le gel de la grève le 28 février dernier et l'ouverture du dialogue par le ministère de l'Education nationale sont compromise avec la menace de «retour à la grève» brandie hier par le Cnapeste.
L'argument de ce syndicat repose sur «le non-respect du ministère des clauses de l'accord» et «l'entêtement des responsables du secteur de l'éducation qui n'aura pour conséquence que le pourrissement et le climat de crise et d'impasse au moment où l'on est en plein préparatifs des examens officiels», lit-on dans le communiqué diffusé hier par ledit syndicat.
Le Cnapeste se dit «surpris» par la correspondance du ministère de tutelle aux directeurs de l'éducation leur intimant l'ordre de prélever sur le salaire du mois mars qui s'ajoute à la ponction sur la prime de rendement du premier trimestre de cette année scolaire.
Ceci, alors que le ministère et le Cnapeste sont en cours de négociation sur les modalités des ponctions sur salaire, conséquence de la grève déclarée illégale par la justice, du 27 novembre au 28 février dans les wilayas de Blida et Béjaïa et du 30 janvier au 28 février à l'échelle nationale.
Le syndicat considère que le ministère a reculé également concernant le résultat de la rencontre de conciliation du 4 mars dernier, durant laquelle les deux parties ont convenu du 31 mars comme dernier délai pour la finalisation du dossier et la remise du rapport sur les quotas de promotions dans les nouveaux postes de professeur formateur.
«Le ministère a fixé de manière unilatérale le 31 décembre comme dernier délai pour la finalisation de ce rapport». Le Cnapeste dénonce aussi la consultation lancée par le ministère autour du report de la date du baccalauréat, «une décision improvisée, non étudiées et dont les conséquences seront ravageuses», prévient le Cnapeste.
Le syndicat, tout en appelant «les hautes autorités» à intervenir, annonce la tenue prochainement d'un conseil national. «Des assemblées générales seront tenues avant le 15 mars et des conseils de wilaya avant le 17 du même mois pour préparer ce conseil qui aura pour ordre du jour de décider des moyens de riposte à ces provocations».
Benghabrit persiste et signe
Lors d'un déplacement à Blida, la ministre de l'Education nationale, Nouria Benghabrit, n'a rien voulu lâcher. Elle persiste et signe. «Ils savent très bien (les grévistes) que les ponctions sur salaire suivent le mouvement de grève, je peux vous assurer qu'on l'applique depuis mon arrivée au secteur en 2014. Ils doivent assumer leur décision. Il ne faut pas oublier qu'ils ont perturbé et les élèves et leurs parents, il est temps qu'ils assument leur acte», a-t-elle déclaré à la presse.
Pour la date du bac, Mme Benghabrit dit qu'elle préfère laisser le choix à l'élève. «Nous avons ouvert une plateforme numérique et nous invitons les élèves à choisir entre le 3 ou le 19 comme date coïncidant avec le début de l'examen, ce sera jusqu'au 15 mars (jeudi prochain). Une chose est sûre, à partir de l'année prochaine, le bac ne coïncidera plus avec le mois de Ramadhan, du moins pendant une longue période», a-t-elle ajouté.
La ministre a appelé à faire preuve d'intelligence collective et annonce la généralisation de la politique de numérisation au secteur de l'éducation. «La numérisation du secteur facilite la gestion socioprofessionnelle du personnel de l'éducation, ce qui engendrera plus de transparence dans la gestion de leur carrière et évitera ainsi leur mécontentement et des mouvements de débrayage.»
Elle a aussi assuré les enseignants d'une «meilleure» prise en charge médico-psychologique pour leur éviter les états dépressifs. Par ailleurs, Mme Benghebrit a annoncé que la promotion touchant à la carrière des enseignants peut nécessiter plusieurs mois. «Impossible de tout terminer au 31 mars prochain, comme cela a été exigé par les syndicalistes du Cnapeste.
Nous avons tracé un programme pour le terminer à la fin de l'année. Il ne faut pas oublier que les examens de fin d'année sont à nos portes et on doit conjuguer nos efforts pour bien prendre en charge ce volet décisif pour nos élèves», a-t-elle insisté. Enfin, la ministre de l'Education a assisté à la distribution de tablettes (environ 2000) au profit des chefs d'établissement, lesquels vont les redistribuer aux élèves démunis en classe d'examen, afin qu'ils puissent suivre les cours assurés par l'Office national de l'enseignement par correspondance.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.