Le journaliste Tarek Aït Seddik n'est plus    L'information locale au centre des préoccupations    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Forte hausse des exportations algériennes en 2021    Une politique difficile à mettre en œuvre    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Les personnels de l'éducation boudent le vaccin    Un casse-tête chinois    Quand les plans de l'AEP font défaut    Ali Ghediri de nouveau devant le juge aujourd'hui    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants    Pas de président à l'issue du deuxième tour de vote    Participation algérienne à la 53e édition    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Jungle/Pub sur Internet ?    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Les APC sans majorité absolue débloquées    «Le pays est toujours ciblé»    Le temps de l'efficacité    La Sadeg améliore sa desserte    9 Tonnes de sucre stockées illicitement    Cinq éléments de soutien arrêtés    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Messi penserait à un retour au Barça    Un challenge au sommet de l'UA    Les preuves du complot    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Casser les barrières bureaucratiques
Portes ouvertes sur l'investissement à Oum El Bouaghi
Publié dans El Watan le 13 - 03 - 2018

Qu'est-ce qui freine l'investissement dans une wilaya qui dispose de potentialités à même de booster l'emploi et de créer de la richesse ?
Où se situe le marasme et comment faire pour casser toutes les barrières bureaucratiques qui bloquent les potentiels investisseurs et maintiennent la wilaya dans une situation peu confortable dans le domaine industriel et économique ? C'est dans cette optique qu'a été organisé, hier, un salon dédié aux jeunes souhaitant investir dans des créneaux porteurs.
En effet, la salle des expositions de la maison de culture Nouar Boubakeur d'Oum El Bouaghi a offert ses espaces pour tous les organismes publics, dont le credo est de porter assistance et aide aux jeunes qui désirent s'impliquer dans l'effort d'industrialisation du pays à l'heure où les pouvoirs publics favorisent l'investissement, dans les secteurs économiques agricoles ou entrepreneuriaux.
Les visiteurs intéressés sont venus s'enquérir des conditions d'éligibilité à l'investissement et surtout aux crédits accordés par les organismes étatiques comme l'ANSEJ (Agence nationale de soutien à l'emploi des jeunes), l'ANEM, la CNAC, l'ANDI (agence nationale de développement de l'investissement), la direction de l'industrie et des mines et l'agence nationale des activités minières, l'ANDPME. Conscient de la portée d'un tel salon, tant par les informations qu'il apporte aux jeunes investisseurs que par la vulgarisation de certains créneaux à même de susciter l'intérêt des porteurs des projets, Nasreddine Hamel, directeur de la chambre de commerce et d'industrie Sidi R'ghiss d'Oum El Bouaghi, n'a cessé d'organiser des journées dédiées à l'investissement et aux facilités accordées aux nouveaux chefs d'entreprises.
«C'est pour nous une opportunité d'intéresser les jeunes aux multiples facilités qui permettent de monter une entreprise et de créer de l'emploi», a-t-il assuré. Pour Fatah Bouzid, visiteur du salon voulant investir dans le secteur minier, le problème se situe ailleurs. «Tant que les banques ne s'impliquent pas pour faciliter l'obtention de crédits et permettre de réaliser les projets, et tant qu'elles continuent à pratiquer un système archaïque, nous ne pouvons pas booster l'emploi et la création des richesses», notera-t-il. En tout état de cause, le salon initié par la chambre de commerce et d'industrie de la wilaya se veut une porte ouverte sur les avantages accordés à tous ceux qui comptent investir utilement et durablement dans le secteur industriel, minier ou agroalimentaire.
Pour rappel, la wilaya d'Oum El Bouaghi dispose de deux zones industrielles, l'une à Aïn M'lila et la seconde à Aïn Beida, ainsi qu'une quinzaine de zones d'activité et de dépôt(ZAD). Malheureusement, durant les années de leur création, beaucoup de faux investisseurs ont bénéficié d'assiettes foncières, sans pour autant réaliser le moindre projet. Devant cet état de fait, plusieurs terrains ont été récupérés pour être concédés à de vrais investisseurs. Cela concerne notamment la zone d'Aïn Beida, qui n'a pas vu la réalisation de projets créateurs d'emplois et de plus value.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.