Cour d'Alger: le procès de Abdelghani Hamel et des membres de sa famille reporté    Le projet de loi de finances complémentaire (PLFC 2020) adopté par l'APN    L'Algérie présidera le CPS de l'UA durant le mois de juin 2020    CONGRES DU PARTI FLN : Abou El Fadl Baadji plébiscité nouveau secrétaire général    DR ABDERRAHMANE MEBTOUL A RADIO FRANCE INTERNATIONALE-PARIS : Les conséquences sociales et économiques en Algérie de l'épidémie du coronavirus    COUR MILITAIRE DE BLIDA : Le président Tebboune nomme un nouveau procureur général    IMPACTEE PAR LA CRISE SANITAIRE : Les pertes d'Air Algérie estimées à 3500 milliards de centimes    PLAGE DE SIDI EL MEJDOUB : Deux personnes sauvées d'une noyade certaine    MOSTAGANEM : Le wali interdit les baignades et l'accès aux plages    Coronavirus: 127 nouveaux cas,199 guérisons et 7 décès en Algérie durant les dernières 24h    Covid-19: lancement d'enquêtes épidémiologiques dans les wilayas aux taux élevés    Malte : Saisit pour 1,1 milliard de dollars de fausse monnaie libyenne    On vous le dit    Révolution algérienne: les offensives du 20 août 55, un acte sauvagement réprimé dans le sang    Le gouvernement prêt à négocier avec les talibans    Maintien de la paix : Pékin promet une plus grande contribution    ES Sétif : Halfaia remet sa démission    Manifestation à Rome contre le gouvernement Conte    CAF : Ahmad Ahmad briguera un second mandat    FAF : Réunion du bureau fédéral aujourd'hui    Nouveau coup de filet à El-Kseur    Accusations de prévarication : La BAD temporise malgré l'appel    Impact de la Covid-19 : Quand l'industrie de l'aérien bat de l'aile    "Le Hirak raconte le rêve contrarié d'un peuple"    Un maghrébin au long cours    Ghardaïa: arrestation de dix présumés "coupeurs de route" à Hassi-Lefhal    Epidémie du Covid-19 à Béjaïa : Le CHU gère son espace    Souk Ahras : La fourrière pour 454 véhicules    Washington signe la fin de sa relation avec l'OMS    Six ouvrages pour dire la tragédie nationale    Maison de la culture Ali Zamoum : Un concours de théâtre pour les familles    Mercato en Europe Une nouvelle donne pour les clubs    Réunion du Conseil des ministres aujourd'hui: «Mémoire nationale» et relance de l'industrie au menu    BRAS D'HONNEUR    Géopolitique et champ d'action militaire    Hommage à Michel Seurat    MC Oran: Hyproc au secours du Mouloudia    Il y a trente ans, un confinement à Oran    Au-delà de «Algérie mon amour» : tant de naïveté (réelle ou feinte) ne peut qu'interpeller    Kamel Daoud : l'arbre aux fruits mûrs    L'infrangible lien…    Le Maroc rapatrie ses ressortissants bloqués en Algérie    La défense de Karim Tabbou refuse de plaider à distance    Des dérogations pour la diaspora algérienne ?    Les feuilles de l'automne    L'Algérie représentée au festival Docu-Med    Le théâtre, une thérapie libératrice de la peur et du stress    CC du FLN : le favori bloqué et accusé d'avoir le Coronavirus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quels moyens face aux inondations ?
Intempéries à Béjaïa
Publié dans El Watan le 27 - 03 - 2018

Les pluies ininterrompues qui se sont abattues sur la wilaya de Béjaïa ces trois derniers jours ont inondé routes, voie ferrée, quartiers et ont provoqué des éboulements et des chutes de pierres à travers plusieurs localités.
La circulation automobile a été paralysée tôt dans la matinée d'avant-hier, provoquant des bouchons sur les principaux axes routiers. Ainsi, à Oued Ghir, aucune solution n'a été trouvée pour empêcher l'accumulation des eaux sur la RN12, qui ont atteint parfois 50 cm de hauteur sur plusieurs mètres. Les autorités locales n'ont pas trouvé mieux que de détruire les glissières et les parapets à l'aide de retro-chargeurs afin d'évacuer les eaux.
La circulation était difficile, voire dangereuse, également sur la RN9, pour rejoindre les localités situées à l'extrême est de la wilaya, jusqu'à Sétif, car des éboulements et des inondations ont eu lieu, entre autres, à Tizi n Bechar et sur le CW23, entre Kendira et Ihbachene. Comme chaque année, la RN75 est inondée au niveau de Merdj Ouamane (Amizour). Il était aussi impossible de rejoindre Alger par la RN26 et par le tronçon de la pénétrante qui donne sur l'autoroute Est-Ouest, à cause des inondations au niveau du carrefour de Takriet et d'un éboulement qui a obstrué une autre partie de la RN26 dans la même localité.
Au niveau d'Adekar, jusqu'à la limite avec la wilaya de Tizi Ouzou, les neiges, qui se sont accumulées, ont mené la vie dure aux conducteurs. Idem sur la RN24, qui relie Saket à Beni Ksila, où les eaux ont charrié toutes sortes de détritus et d'agrégats, rendant la route impraticable. Entre Beni Maouche et Seddouk, des chutes de pierres ont été enregistrées.
A Chemini, l'absence de caniveaux sur certains tronçons des routes communales a fait que l'eau a dévalé sur la voie carrossable. Certains villages de la commune d'El Kseur, Toudja et Oued Ghir, comme Bethlou ou encore Lazib, ont été carrément coupés du monde à cause du débordement des oueds qui les séparent de la RN12.
Les voies ont été difficilement libérées au niveau de Oued Ghir, Sidi Aïch et sur la RN12, où la crue a débordé sur le sens unique d'El Kseur en atteignant des niveaux impressionnants par endroits. Les inondations ont touché les voies de communication de pratiquement toutes les localités de la wilaya, dont la ville de Béjaïa.
Les axes obstrués et signalés par la direction des travaux publics (DTP) connaissent le même sort chaque hiver ou à la moindre averse, en l'absence d'une prise en charge sérieuse des systèmes d'évacuation et de projets d'assainissement. Ainsi, le curage des caniveaux et des avaloirs, lorsqu'il est effectué, s'avère très souvent inefficace, du fait du sous-dimensionnement des canalisations. L'eau tombée en grande quantité est refoulée.
Les moyens des services de la DTP, des collectivités locales, ainsi que ceux de la Protection civile sont mobilisés, mais ces derniers se contentent d'évacuer les eaux à l'aide des pompes et de déblayer les routes, en attendant la baisse du niveau de l'eau.
Avec le manque de moyens financiers, engager des études et des opérations pour le traitement des sites faisant l'objet d'affaissements de terrains et tous les travaux visant à stabiliser les sols devient une mission presque impossible. Avec 12 subdivisions sous-équipées, et 250 ouvriers, sur les 19 daïras de la wilaya et pour 800 km de routes, la DTP se contente de parer à l'urgence avec les moyens du bord.
Si au niveau de la ville de Béjaïa on annonce le lancement d'une soixantaine de projets pour le traitement des inondations en ville, dans la zone rurale et la vallée, aucune opération n'a été inscrite.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.