Les supporters algériens débarquent en Egypte    Les mises en garde de Gaïd Salah    De nouveaux noms transmis à la Cour suprême    Louisa Hanoune reste en prison    Des opposants accusent Sidi Saïd de vouloir renouveler son mandat    Les solutions en dehors de la justice    Amar Ghoul rattrapé par "son" autoroute    La rapporteuse de l'ONU demande une enquête sur "MBS"    La Russie et la Chine opposées à l'initiative américaine    L'Egypte accuse l'ONU de vouloir politiser le décès    Proposition de sortie de crise    Un mois pour reconquérir les Pyramides !    Que le spectacle commence !    Des arbitres européens pour superviser la VAR    Des finales explosives et des hommages    Le procès de Kamel Chikhi reporté au 3 juillet    Deux cas de triche    Un mort et trois blessés dans un accident de la route    Un étudiant palestinien poignardé par son compatriote    Les salariés dans le désarroi    Un secteur en quête de professionnalisation    Khalida Toumi et Abdelouahab Nouri convoqués par la justice    ACTUCULT    Le single de son album posthume depuis hier sur Youtube : Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Exposition de Nawel Harkat à Constantine    Quand les oligarques et leurs mentors auront rejoint la prison d'el harrach, que restera-t-il à entreprendre en toute urgence !    Un préjudice pour les communes et un danger pour les automobilistes: Vol des couvercles d'égouts sur la voie express    St Germain (Aïn El Turck): Des habitants dénoncent la cruelle déchéance de l'Esplanade du 5 juillet    El Kerma: Un réseau spécialisé dans le vol des pièces détachées démantelé    L'Autre football    Groupe A : Egypte-Zimbabwe, vendredi à 21h00: Les Pharaons pour confirmer leur statut    MC Oran: Chérif El-Ouazzani grince déjà des dents    La Cour suprême ordonne le réexamen de l'affaire de l'autoroute Est-Ouest    Transport aérien: Le SNTMA parle de «climat de tension et d'injustice»    Une bien triste leçon égyptienne    De l'éthique du personnel politique    Présidentielle en Mauritanie: Ould Abdel Aziz quitte le pouvoir, mais pas la politique    Dr Berkani Bekkat, président de l'ordre des médecins algériens : "Nous n'avons plus le temps pour une Constituante"    Cameroun Entre répression et arrestations, les pro-Kamto continuent de résister    Le Pr Belmihoub Analyse l'impact du "Hirak" sur l'économie dans un entretien à l'APS : ''C'est le temps économique qui va s'aligner sur le temps ...    Organisation nationale des moudjahidine L'ONM appelle à un dialogue national avec la participation de tous    Marches des étudiants : Appel à des négociations sans les symboles du système    BCE : Draghi évoque une baisse des taux, Trump peste contre l'euro faible    Ouargla: Lancement des travaux d'aménagement du parc industriel de Hassi-Benabdallah    L'Iran et la Russie sont-ils les vraies cibles de l'attaque des deux pétroliers en mer d'Oman?    Prière funéraire à la mémoire de Morsi à Istanbul    Séance plénière consacrée auvote de deux projets de loi    "West Side Story" de Steven Spielberg dévoile sa première photo    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quels moyens face aux inondations ?
Intempéries à Béjaïa
Publié dans El Watan le 27 - 03 - 2018

Les pluies ininterrompues qui se sont abattues sur la wilaya de Béjaïa ces trois derniers jours ont inondé routes, voie ferrée, quartiers et ont provoqué des éboulements et des chutes de pierres à travers plusieurs localités.
La circulation automobile a été paralysée tôt dans la matinée d'avant-hier, provoquant des bouchons sur les principaux axes routiers. Ainsi, à Oued Ghir, aucune solution n'a été trouvée pour empêcher l'accumulation des eaux sur la RN12, qui ont atteint parfois 50 cm de hauteur sur plusieurs mètres. Les autorités locales n'ont pas trouvé mieux que de détruire les glissières et les parapets à l'aide de retro-chargeurs afin d'évacuer les eaux.
La circulation était difficile, voire dangereuse, également sur la RN9, pour rejoindre les localités situées à l'extrême est de la wilaya, jusqu'à Sétif, car des éboulements et des inondations ont eu lieu, entre autres, à Tizi n Bechar et sur le CW23, entre Kendira et Ihbachene. Comme chaque année, la RN75 est inondée au niveau de Merdj Ouamane (Amizour). Il était aussi impossible de rejoindre Alger par la RN26 et par le tronçon de la pénétrante qui donne sur l'autoroute Est-Ouest, à cause des inondations au niveau du carrefour de Takriet et d'un éboulement qui a obstrué une autre partie de la RN26 dans la même localité.
Au niveau d'Adekar, jusqu'à la limite avec la wilaya de Tizi Ouzou, les neiges, qui se sont accumulées, ont mené la vie dure aux conducteurs. Idem sur la RN24, qui relie Saket à Beni Ksila, où les eaux ont charrié toutes sortes de détritus et d'agrégats, rendant la route impraticable. Entre Beni Maouche et Seddouk, des chutes de pierres ont été enregistrées.
A Chemini, l'absence de caniveaux sur certains tronçons des routes communales a fait que l'eau a dévalé sur la voie carrossable. Certains villages de la commune d'El Kseur, Toudja et Oued Ghir, comme Bethlou ou encore Lazib, ont été carrément coupés du monde à cause du débordement des oueds qui les séparent de la RN12.
Les voies ont été difficilement libérées au niveau de Oued Ghir, Sidi Aïch et sur la RN12, où la crue a débordé sur le sens unique d'El Kseur en atteignant des niveaux impressionnants par endroits. Les inondations ont touché les voies de communication de pratiquement toutes les localités de la wilaya, dont la ville de Béjaïa.
Les axes obstrués et signalés par la direction des travaux publics (DTP) connaissent le même sort chaque hiver ou à la moindre averse, en l'absence d'une prise en charge sérieuse des systèmes d'évacuation et de projets d'assainissement. Ainsi, le curage des caniveaux et des avaloirs, lorsqu'il est effectué, s'avère très souvent inefficace, du fait du sous-dimensionnement des canalisations. L'eau tombée en grande quantité est refoulée.
Les moyens des services de la DTP, des collectivités locales, ainsi que ceux de la Protection civile sont mobilisés, mais ces derniers se contentent d'évacuer les eaux à l'aide des pompes et de déblayer les routes, en attendant la baisse du niveau de l'eau.
Avec le manque de moyens financiers, engager des études et des opérations pour le traitement des sites faisant l'objet d'affaissements de terrains et tous les travaux visant à stabiliser les sols devient une mission presque impossible. Avec 12 subdivisions sous-équipées, et 250 ouvriers, sur les 19 daïras de la wilaya et pour 800 km de routes, la DTP se contente de parer à l'urgence avec les moyens du bord.
Si au niveau de la ville de Béjaïa on annonce le lancement d'une soixantaine de projets pour le traitement des inondations en ville, dans la zone rurale et la vallée, aucune opération n'a été inscrite.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.