REVISION DE LA CONSTITUTION : La campagne électorale s'achève aujourd'hui    TRIBUNAL DE TIPASA : Report du procès de l'ex-wali Zoukh au 17 novembre    Nouveau rassemblement de soutien à Khaled Drareni    FETE DE LA REVOLUTION :La journée du dimanche prochain chômée et payée    LES ELEVEURS SONT EXCEDES : Hausse des prix de l'aliment de bétail à Mostaganem    Le Président ne sera pas présent à la Grande Mosquée    BECHAR : Tentative de suicide par immolation    L'Algérie saura relever tous les défis auxquels elle fait face et s'en sortir plus forte    Economie d'énergie : nécessité d'un nouveau mode de consommation du citoyen    AGO de la FAF: Les bilans moral et financier approuvés    Real : Kroos n'a jamais douté de Zidane    Juventus : Ronaldo toujours incertain pour le match face au Barça    Rahmoun Yazid en renfort    Le 10 novembre, dernier délai pour le dépôt des demandes de licences    Le procès de Karim Tabbou reporté au 16 novembre    Les arabes, les musulmans et la vie sans camembert Président    Une caravane médicale au profit des populations nomades    Actucult    Lutte antiterroriste : Reddition d'un terroriste à Tamanrasset    Risque de covid-19 : Regroupements dangereux des parents devant les écoles    Ghazaouet : Sensibilisation sur le cancer du sein    Coupe de la CAF : Renaissance Berkane remporte le titre    Village le plus propre de Béjaïa : «A Aguemoune Nat Amar, nous avons toujours été propres et organisés»    Le système politique algérien, formation et évolution (1954-2020) : Bonnes feuilles    Festival du film franco-arabe de Noisy-Le-Sec : Une dizaine de films algériens en compétition    Erdogan appelle au boycott des produits français    Une troisième tentative de cessez-le-feu vole en éclats    Reprise des négociations tripartites aujourd'hui    Boukadoum s'entretient avec le Secrétaire général des Nations unies    La comptabilité analytique au sein des entreprises en vue d'assuer l'accès aux marchés extérieurs    L'Algérie en passe d'opérer un changement sérieux le 1er novembre prochain    BMS Corona    L'hôpital Nedjma d'Oran équipé de 14 lits de réanimation    8 décès et 276 nouveaux cas    Les agglomérations africaines brillent par leur absence    La 13e édition du Siol 2020 reportée    Un seul bureau de poste pour 11 cités et quartiers    Le projet d'amendement de la Constitution préserve les constantes nationales    Rue Marcel-Bigeard remplacée par rue Maurice-Audin    Une majorité de Soudanais contre la normalisation avec Israël    Mascara: Des terres agricoles non exploitées seront récupérées    Bouira: Apprendre à reconnaître les «fake news»    ES Sétif: La stabilité enfin payante ?    MC Saïda: Un effectif chamboulé    L'ENCRE ET L'HISTOIRE    Choc inévitable ?    Tlemcen: L'Institut français relance ses activités    Tiaret: La radio locale souffle sa 22e bougie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nouvelles de Aïn Témouchent
Actu Ouest : les autres articles
Publié dans El Watan le 31 - 03 - 2018


Aïn Kihal va doubler sa superficie irriguée
La daïra de Aïn Kihal est réputée pour sa production de blé dur et de légumineuses (lentilles et pois chiches), ces dernières couvrant 46% de ses 38 000 ha dont 83% de terres étatiques. Avec la livraison attendue de trois nouveaux petits barrages, elle va presque doubler sa superficie irriguée, ses 1400 ha devant passer à 2600. Dans cette zone montagneuse, comme dans le reste d'une wilaya aux très faibles ressources hydriques souterraines, cette augmentation constitue un progrès certain, qui profitera en particulier au maraîchage. En effet, si cette daïra, selon les chiffres de la DSA, produit actuellement quatre fois plus que ses besoins de consommation en maraîchage, la wilaya, elle, n'est pas auto-suffisante. D'où l'intérêt de renforcer l'hydraulique agricole, dans une wilaya où la pluviométrie est faible.
Le transport à Aïn Kihal, un casse-tête

La question du transport en commun se pose avec acuité dans la daïra de Aïn Kihal. Ainsi, les habitants de Aïn Tolba doivent, pour se rendre au niveau de leur chef-lieu de daïra, transiter par Témouchent, alors qu'il existe une route entre Aïn Kihal et Aïn Tolba. La réglementation ne prévoit aucun système d'intéressement d'un transporteur pour assurer ce service d'intérêt public. Le même cas se pose pour Aïn Laâlam, qui peut disposer d'une issue sur Sbaâ Chioukh, distant de 7 km, alors que son chef-lieu de wilaya est au double mais tout aussi inaccessible. Le désenclavement de ce village ne sera effectif que si les wilayas de Tlemcen et de Aïn Témouchent s'engagent dans l'ouverture d'une liaison qui aurait des retombées au plan socio-économique considérables pour les populations rurales. «Les 17 000 habitants de Sbaâ Chioukh avaient présenté cette demande à leur wali, mais il n'y a eu personne pour les écouter». Les habitants de Aïn Laâlam se demandent pourquoi les bus de la ligne Témouchent-Tlemcen, qui s'arrêtent à tous les villages, ne le font pas pour eux. «Ne sommes-nous pas, nous aussi, des Algériens ? Pourtant, on ne demande pas que les bus grimpent jusque chez nous, mais qu'ils fassent juste un arrêt sur la RN35, à l'intersection qui mène à notre village», ont-ils déclaré dans nos précédentes éditions.

Aïn Tolba : Les F1 construits lors du séisme de 1999 vont être attribués
Des logements type F1, réalisés à Aïn Tolba lors de la reconstruction suite au séisme de fin décembre 1999, sont inoccupés, en raison d'une décision présidentielle de ne plus en construire et de ne pas les attribuer. Ils n'ont pu être réunis deux à deux, à un F2 ou F3, comme imaginé alors. Les commissions de daïra d'attribution de logements les ont systématiquement ignorés depuis 2 décennies. Leur cas a été soulevé par un citoyen lors de la réunion de l'exécutif de wilaya à Aïn Tolba. En réponse, le chef de l'exécutif a instruit le chef de daïra, dans le cadre de la commission d'attribution qu'il préside, de les affecter à des personnes dans la solitude (veuves sans enfants, vieillards, etc.) qui ne prendraient pas prétexte par la suite de l'exiguïté du F1 pour réclamer un logement plus spacieux.
La commune d'Aghlal veut son marché
La commune d'Aghlal veut son marché. C'est le vœu exprimé au wali par un habitant de la commune. Sachant que cette agglomération est entourée de terres agricoles et que son tissu urbain est saturé, le chef de l'exécutif se tourne vers le maire, qui lui indique l'existence d'un cave viticole désaffectée qui pourrait faire l'affaire moyennant aménagement. «Ah, bon, il en existe encore ? Etes-vous certain qu'elle n'a pas été cédée ? Vérifiez d'abord». Un ange est passé. Dans l'assistance, on se regarde et on sourit : le précédent wali avait cédé à tour de bras tout le patrimoine urbanisable au prétexte de favoriser l'investissement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.