Leipzig : Nagelsmann dément des discussions avec le Bayern    Barça : Les joueurs font la queue pour une photo avec Messi (Vidéo)    Responsable sahraoui : "Nous saurons faire face aux drones israéliens utilisés par le Maroc"    La Conférence de Bandung, début de la participation algérienne dans les fora internationaux    DGSN : installation de nouveaux chefs de Sûreté de wilayas    La phase de déploiement de la stratégie Sonelgaz-horizon 2035 sera bientôt entamée    Coronavirus: 156 nouveaux cas, 111 guérisons et 3 décès    Législatives du 12 juin: dernier délai pour le dépôt des dossiers de candidature, jeudi à minuit    Coupe de la Ligue : les matchs de mardi avancés à 15h30    Tribunal de Tipaza : Kamel Chikhi, dit «El Boucher», condamné à deux ans de prison ferme    Fédération algérienne de football : la passation de consignes Zetchi – Amara mardi    Vaccins anti-Covid : Les risques dus aux effets secondaires sont «négligeables», selon le Pr Mahiaoui    Enseignement supérieur : le recrutement direct des diplômés de doctorat «impossible », selon le ministre    Dangereuses menaces sur la Mosquée d'Al-Aqsa    «La présence de 1 588 containers en zones de stockage n'est pas logique»    Chranou explique les raisons du départ de l'entraîneur Sahraoui    Agressions contre le foncier public    Tadjine aux épinards    Les restaurants Errahma sont de retour    «Le Printemps berbère n'était pas venu spontanément»    Sale temps pour le Mouloudia    Des citoyens bloquent le centre-ville    Le scénario du groupe bancaire Crédit Agricole    L'Ahaggar, la bataille des territoires    Marche à Montréal pour célébrer le Printemps berbère    Forte mobilisation malgré le jeûne    Le Conseil de sécurité approuve le déploiement d'observateurs    Les Kabyles mettent le cap sur Garoua    Coronavirus: plus de 3 millions de morts dans le monde, course à la vaccination    Béchar : La pénurie du lait en sachet réapparaît    Théâtre régional de Mostaganem : Riche programme artistique et culturel    Fin de mission ou redéploiement ?    Dossier de la mémoire: «La pandémie est venue retarder les pourparlers»    Quand la vie se résume à un poème    El Tarf: Un riche programme culturel et artistique    «Les législatives sont un objectif stratégique»    Tebboune préside la réunion périodique    «Nous souhaitons aller vers de nouveaux services»    L'Abef allège le recours au Credoc    Le pic de l'inconscience    À quoi joue la Turquie?    Plusieurs responsables américains interdits d'entrer en Russie    L'appareil sécuritaire toujours prêt face à la menace terroriste    13 Tonnes de pain jetées à la poubelle    Renouvellement du bâtonnat de Boumerdès    Le premier martyr du Mouvement national    «El Aqaïd» de Abdelhamid Benbadis    Un cocktail culturel varié    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Attentat terroriste du boulevard Amirouche
La police refuse d'oublier
Publié dans El Watan le 31 - 01 - 2007

Enfin ! Une pensée pour les victimes de l'attentat terroriste qui avait secoué, en 1995, le boulevard Amirouche (Alger). La direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a commémoré hier pour la première fois – à l'initiative des familles des victimes de cet attentat – ce douloureux anniversaire qui avait ciblé le commissariat central.
Les familles des victimes ont déposé une gerbe de fleurs à la mémoire des leurs devant cet édifice. Le 30 janvier 1995, une voiture piégée qui venait de la Grande Poste fonce sur le commissariat central. Il s'agissait d'un attentat kamikaze. Le brigadier Mohamed Guendouz, qui se trouvait au moment de cet attentat dans le commissariat, s'en souvient. « C'était vers 15h15, un lundi, lorsqu'un homme qui conduisait une voiture de marque Lada et roulant à vive allure se dirigeait vers le commissariat où se trouvaient en faction plusieurs policiers armés », témoigne-t-il. Il ajoute : « Voyant cette voiture foncer sur le commissariat et percuter ses escaliers, un policier qui était en faction lui a tiré dessus. C'était à ce moment-là que le kamikaze s'était fait exploser », précise-t-il. A cette époque, c'était l'attentat le plus meurtrier commis dans Alger. Le bilan officiel qui était avancé faisait état de 42 morts et 256 blessés. Ce bilan serait plus lourd, selon des témoins qui ont avancé hier une centaine de morts. Il y aurait eu même des disparus. « Sept policiers ont trouvé la mort lors de cet attentat », selon le brigadier Guendouz. Il est vrai que le lieu où s'est produit l'attentat est un endroit fréquenté. Miraoui Smaïl, un piéton qui se trouvait en face du commissariat, près de la Banque d'agriculture et du développement rural (BADR), au moment de l'attentat s'en souvient également. « C'était au moment où un bus de l'Etusa venait de passer », dit-il. Selon lui, « un train de la banlieue venait de déposer à la gare de l'Agha des voyageurs. Le boulevard Amirouche grouillait de monde et c'est pour cela qu'il y a eu autant de victimes », se souvient-il. En plus, c'était la veille du mois de Ramadhan. L'attentat avait provoqué la panique et la psychose. Des passants, le visage ou les mains ensanglantés, couraient dans tous les sens. Il y a eu deux jumelles parmi les victimes. L'une était l'amie de Karima Sami qui était venue hier se recueillir. Elle est l'une des initiatrices de cette commémoration. Mme veuve Atout a perdu son mari. « L'image de mon mari me revenait à chaque fois qu'il y avait un attentat », dit-elle les larmes aux yeux. « Nous ne voulons pas que les gens oublient ce qui s'est passé ce jour-là », ajoute-t-elle avec une voix empreinte d'une profonde tristesse. Cet attentat avait été revendiqué par le GIA qui avait stipulé qu'il ne s'agissait là que d'un « avertissement ». Une revendication qui a aussi émané d'Anouar Haddam.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.