FC Barcelone: moins grave que prévu pour Koundé ?    Real Madrid: Militao va bien prolonger    Réalisation d'un portail gouvernemental intégrant 208 services publics numérisés    Le trafic des trains interrompu entre Tizi Ouzou et Thénia à cause d'un incident technique    Un nouveau P-DG pour le groupe HTT    Campagne nationale de nettoiement: coup d'envoi depuis Tipaza    Téléphonie fixe: plus de 5 millions d'abonnés au 2ème trimestre 2022    Goal Ball/Mondial-2022: les sélections algériennes dans des groupes difficiles    Coronavirus: 5 nouveaux cas et aucun décès ces dernières 24h    Le président de la CAF animera une conférence de presse    Mouloudji prend part à la conférence de l'UNESCO "MONDIACULT 2022"    Si Hachemi Assad: soutenir la place de la langue amazighe dans l'espace scolaire dans les wilayas frontalières    Bayern Munich: Nagelsmann crie à l'injustice    Personnes âgées: plaider pour la création de centres gériatriques    Vents forts sur le sud du pays à partir de vendredi    L'Algérie réceptionne 2,5 millions de doses    Festival de la littérature et du cinéma féminins: "El Kholkhal d'or" décerné à "La vie d'après" d'Anis Djaâd    Poutine reconnaît l'indépendance de Zaporijjia et de Kherson    Rebigua présente ses condoléances à la famille de la moudjahida Anissa Derrar    Impératif soutien médiatique à la Palestine face à la propagande et à l'occupation sionistes    Libye: Abdoulaye Bathily, nouveau représentant spécial de Guterres, prend ses fonctions    Armée sahraouie: de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans le secteur de Haouza    Algérie A' - Soudan A' (2-0): un match amical à sens unique    Vaste mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    Mise en service de plusieurs structures sanitaires à Chlef    Réception de 2,5 millions de doses de vaccin    Benabderrahmane donne le coup de starter    Handball: décès de l'ancien international algérien Ahmed Hadj Ali    De la dualité désordre-ordre humain à la guerre Ukraine-Russie    Huit agences de voyages agréées pour la Omra 1444: 21 millions de cts au minimum pour une «Omra simple»    Préservation des îles Habibas: Lancement de l'atelier chargé de l'élaboration du schéma directeur    Les chantiers de la santé : éviter de se perdre    Sonatrach: Priorité à l'exploration    Tiaret: L'usine de plaques PVC entre en production    A quand une rencontre Président-Maires ?    LA VIE... ET LE RESTE    Des «lignes rouges» tracées    Quatre Palestiniens tombent en martyrs    Du bon et du moins bon    Les autorités pro russes revendiquent la victoire    «Nos entreprises sont prêtes à investir en Algérie»    Festival algérien des arts et de la culture «Dz Fest»    Le Japon invité d'honneur    Saint Augustin de retour à Souk Ahras    Tebboune reçoit l'Ambassadeur du Ghana    Conseil de sécurité de l'ONU: La Ligue arabe, l'UA et l'OCI soutiennent l'Algérie    Une commission et des Interrogations    Le wali, homme-orchestre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Attentat terroriste du boulevard Amirouche
La police refuse d'oublier
Publié dans El Watan le 31 - 01 - 2007

Enfin ! Une pensée pour les victimes de l'attentat terroriste qui avait secoué, en 1995, le boulevard Amirouche (Alger). La direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a commémoré hier pour la première fois – à l'initiative des familles des victimes de cet attentat – ce douloureux anniversaire qui avait ciblé le commissariat central.
Les familles des victimes ont déposé une gerbe de fleurs à la mémoire des leurs devant cet édifice. Le 30 janvier 1995, une voiture piégée qui venait de la Grande Poste fonce sur le commissariat central. Il s'agissait d'un attentat kamikaze. Le brigadier Mohamed Guendouz, qui se trouvait au moment de cet attentat dans le commissariat, s'en souvient. « C'était vers 15h15, un lundi, lorsqu'un homme qui conduisait une voiture de marque Lada et roulant à vive allure se dirigeait vers le commissariat où se trouvaient en faction plusieurs policiers armés », témoigne-t-il. Il ajoute : « Voyant cette voiture foncer sur le commissariat et percuter ses escaliers, un policier qui était en faction lui a tiré dessus. C'était à ce moment-là que le kamikaze s'était fait exploser », précise-t-il. A cette époque, c'était l'attentat le plus meurtrier commis dans Alger. Le bilan officiel qui était avancé faisait état de 42 morts et 256 blessés. Ce bilan serait plus lourd, selon des témoins qui ont avancé hier une centaine de morts. Il y aurait eu même des disparus. « Sept policiers ont trouvé la mort lors de cet attentat », selon le brigadier Guendouz. Il est vrai que le lieu où s'est produit l'attentat est un endroit fréquenté. Miraoui Smaïl, un piéton qui se trouvait en face du commissariat, près de la Banque d'agriculture et du développement rural (BADR), au moment de l'attentat s'en souvient également. « C'était au moment où un bus de l'Etusa venait de passer », dit-il. Selon lui, « un train de la banlieue venait de déposer à la gare de l'Agha des voyageurs. Le boulevard Amirouche grouillait de monde et c'est pour cela qu'il y a eu autant de victimes », se souvient-il. En plus, c'était la veille du mois de Ramadhan. L'attentat avait provoqué la panique et la psychose. Des passants, le visage ou les mains ensanglantés, couraient dans tous les sens. Il y a eu deux jumelles parmi les victimes. L'une était l'amie de Karima Sami qui était venue hier se recueillir. Elle est l'une des initiatrices de cette commémoration. Mme veuve Atout a perdu son mari. « L'image de mon mari me revenait à chaque fois qu'il y avait un attentat », dit-elle les larmes aux yeux. « Nous ne voulons pas que les gens oublient ce qui s'est passé ce jour-là », ajoute-t-elle avec une voix empreinte d'une profonde tristesse. Cet attentat avait été revendiqué par le GIA qui avait stipulé qu'il ne s'agissait là que d'un « avertissement ». Une revendication qui a aussi émané d'Anouar Haddam.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.