Algérie-Maroc : la (maigre) réponse de Bouteflika à Mohamed VI    Ould-Abbès toujours secrétaire général    Arrestation d'un ex-maire et député    Le FLN et le RND en rouleaux compresseurs    Où est passé le dinar ?    Le renseignement douanier au menu du dialogue 5+5    Les Verts face à leur destin    «Je vois un changement par rapport au passé»    Taoussi vers la porte de sortie    Sachez que…    Création d'un centre de chirurgie pédiatrique en Algérie    Un trentenaire retrouvé pendu chez lui à Belkheïr    Entre blagues, caricatures et ironiques retours de bâton    Bab-el-Oued chouhada    Raser sa barbe ? Pas question !    Le temps n'a pas d'âge    Nouvelles d'Oran    24 heures    Football - Ligue 1: Le NAHD surprend l'ESS, l'ASAM respire    Lutte contre le commerce de stupéfiants: Six dealers arrêtés et des psychotropes saisis    Mostaganem: Des malades en danger    Pour la fréquence élevée d'effets secondaires: Retrait définitif de deux traitements anti-cancéreux    Qui a tué John Fitzgerald Khashoggi ?    Sécurité des vols: L'UGTA défend Air Algérie    ASM Oran: Sid Ahmed Slimani à la barre technique    Colloque sur la «Sira ennabawiya»: Plaidoyer pour l'unité dans l'Islam    USA : La production record de pétrole brut tire les stocks à la hausse    Atelier de formation de gestion associative    Succès des premiers tests des projets e-éducation et e-santé via Alcomsat-1    Zetchi appelle les Verts à faire preuve de combativité sur le terrain    La JSMB se neutralise à domicile avec l'ESM    Violences après le match USMA-CSC: 30 personnes arrêtées et 10 policiers blessés    La production du fer et de l'acier relancée    Déces : Le journaliste d'El Khabar Mohamed Cherak n'est plus    Le traité constitutif de l'UA doit "être préservé de toute révision"    43e Eucoco : Mme Feroukhi souligne le rôle de la conférence dans la sensibilisation sur le conflit    Une délégation de la Fédération internationale des journalistes, en visite à Ramallah    Washington vote contre une résolution de l'ONU condamnant Israël sur le Golan    Conférence de Palerme sur la Libye : Les divisions étalées au grand jour    3e phase de la 24e opération de relogement d'Alger: Quelques 70 familles seront relogées lundi prochain    Affaire Skripal : Zakharova qualifie de "blague" la nouvelle enquête de Bellingcat    La tenue d'un vote de défiance contre May "probable"    Noureddine Bedoui : "Les valeurs de l'ANP sont un précieux acquis à préserver "    Hamadou Lazhar, élu candidat du FLN    Da Méziane, c'est le «Djihad», l'engagement et la modestie personnifiés    La 2e édition s'ouvre à Alger    CNAL et Commission de visionnage des films    La nouvelle pièce "Sekta" de Tounès Aït Ali présentée à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





INSURRECTION D'EL KEBLOUTI À SOUK AHRAS
Pérenniser l'histoire
Publié dans El Watan le 03 - 03 - 2007

L'insurrection d'El Keblouti et des spahis de Aïn Guettar (1871) a fait l'objet dernièrement de trois conférences animées respectivement par Djalel Khechab, directeur de l'institut des langues étrangères au centre universitaire de Souk Ahras, le professeur Djamel Ouarti, chercheur à l'université de Constantine et le moudjahid et historien Abdelhamid Aouadi.
Le débat a été modéré par le président du conseil communal de la culture, en l'occurrence Larbi Kadi, qui a tenu à mettre en relief, avant de donner la parole aux conférenciers, l'importance du mouvement insurrectionnel dans l'histoire de l'Algérie colonisée. Celle de la tribu des H'nencha à Souk Ahras « est un démenti cinglant à la loi du 23 février 2005 votée par le parlement français glorifiant le rôle dit positif du colonialisme », a-t-il souligné devant le public de la salle Ali Mammeri, composé essentiellement d'intellectuels, de chercheurs, de représentants du mouvement associatif et d'élus. Pour le premier conférencier, la région de Souk Ahras est depuis des millénaires terre de culture, d'histoire et de hauts faits depuis Apulée de Madaure et Saint Augustin, jusqu'à la glorieuse Révolution de novembre. L'insurrection de 1871 a marqué, non seulement une époque de l'histoire de notre pays, mais aussi affecté les théories colonialistes, notamment celles qui croyaient à la vacuité de cette terre avant 1830. Le docteur Ouarti décrira avec détails les causes de ce soulèvement populaire. Le refus des spahis du lieudit Aïn Guettar de partir combattre outre-mer pour la France vaincue par l'armée prussienne sous le commandement de Bismarck, suivi de l'attaque d'un détachement militaire français qui était en soi une révolte, prit le caractère d'une insurrection populaire quand ces mêmes spahis réussirent à convaincre El Keblouti de prendre leur commandement. Il fut rallié par les tribus des H'nencha, des Aouaied, des Ouillen, des Ouled Dhia et des Ouled Khiar. Le 25 janvier 1871, les fermes européennes de la vallée de la Medjerda et de l'Oued Djedra sont attaquées. Les 26 et 27 janvier, la ville de Souk Ahras est assiégée. Le général Pouget, commandant de la subdivision de Bône (Annaba) organise une colonne de 1500 hommes pour une expédition punitive, renforcée par une autre de 700 hommes, envoyée en date du 30 janvier de la même année sous le commandement du lieutenant-colonel Houdan. Les combats font rage dans la vallée de la Medjerda et des moyens de guerre impressionnants dont des canons sont utilisés pour la première fois dans la région. L'insurrection fut réprimée et El Keblouti se replia avec ses hommes vers la tribu des Ouled Boughanem en Tunisie, mais continua à harceler les troupes françaises et à organiser des razzias difficilement repoussées par l'armée coloniale. En février 1871, toute personne soupçonnée d'allégeance à El Keblouti fut incarcérée. Sur les 165 arrestations, 5 condamnations à mort furent prononcées, des peines d'emprisonnement à perpétuité ont été retenues contre 20 personnes alors que 40 autres furent déportées vers la Nouvelle Calédonie. La conclusion du rapport établi par le commandant du cercle de Souk Ahras a été longuement commentée par A. Aouadi qui a tenu à en lire quelques extraits, dont la phrase suivante : « Actuellement, les idées d'indépendance ont fait place dans l'esprit des indigènes aux idées d'obéissance ». « Conclusion réfutée », dira le troisième conférencier, « par l'apport de la région, fief de la base de l'Est, 83 ans plus tard ». La séance de débats programmée par les organisateurs a atteint ses moments forts avec l'intervention de Mme Rezgui Zineb, professeur d'histoire et arrière-petite-fille d'El Keblouti. Elle a surtout exhorté les historiens et intellectuels de Souk Ahras à préserver la mémoire collective par la prise en charge de ce patrimoine riche en enseignements, mais souvent victime d'oubli.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.