SIG (MASCARA) : 4 personnes asphyxiées au monoxyde de carbone    CAN-2021 (Eliminatoires)/Algérie-Zambie: l'équipe nationale évoluera en blanc    Etiquetage "colonies": appliquer la décision de la CJUE aux produits sahraouis    Présidentielle: les médias appelés à une contribution efficace et responsable pour la consécration du principe d'égalité    Mondiaux de Para-athlétisme (Poids F32) : deux nouvelles médailles pour l'Algérie    La communauté internationale exhortée à mettre fin à l'agression israélienne    Festival de danse contemporaine: une nouvelle génération de danseurs algériens émerge    EDUCATION : Vers une grève de 3 jours renouvelable dans les primaires    JOURNEE MONDIALE DU DIABETE : Cinq millions d'Algériens sont diabétiques !    Emploi au Sud: Un plan d'action pour définir les entraves    Port de l'emblème Amazigh : Le tribunal de Bab El Oued relaxe cinq jeunes détenus    Phase de Poules de la CAF : Le Paradou AC dans un groupe difficile    LFP – Sanctions : Huis clos pour le MCO et l'USMAn    Mise à jour. MC Alger – JS Kabylie : Le Mouloudia pour prendre le large    Morales se réfugie au Mexique    Le SG de l'ONU appelle à "une coopération internationale"    La question des réfugiés sahraouis examinée lors de la Conférence parlementaire régionale pour l'Afrique    Six contrats gaziers renouvelés par Sonatrach    Le prononcé du jugement renvoyé au 26 novembre    Appel au respect de l'itinéraire technique    Un collège fermé "à titre préventif" à Sétif    Les campus au rendez-vous    Les étudiants ont marché pour le 38e mardi    Séance surréaliste à l'APN    Rupture et montée en gamme    Algérie-Chine: appel à la promotion des relations de coopération dans le domaine du tourisme    Que reste-t-il du grand clasico ?    La criminalité en hausse    Un mort et un sauvetage miraculeux de trois personnes    Amrouche convoque 25 joueurs    Vivre avec et contre le passé    Examen des propositions relatives à la régularisation de la situation des diplômés bénéficiaires de contrats de pré-emploi    Ecole de journalisme d'Alger : Quelle place pour la production amazighe dans les médias ?    Parc national du Djurdjura : Découverte d'ossements d'un ours brun    Economie: L'Algérie «dans le rouge»    Un conclave consacré aux dossiers du logement: Des instructions pour accélérer les travaux et l'affichage des listes    Le pari gagnant de l'Algérie    Lancement des Rencontres internationales du cinéma d'Oran: La phase des projections programmée pour février prochain    Personnes interdites de stade : Les modalités d'établissement du fichier national fixées    Un nouveau recours au " financement non conventionnel " est possible    Matérialisation des légitimes revendications populaires Les fondements directeurs de l'état de droit    Sidi Bel-Abbès: Marche de soutien à la présidentielle    Tunisie : Le Premier ministre Youssef Chahed à Paris et Rome    Maroc-MCC : Accord de coopération pour la mise en œuvre du projet de gouvernance du foncier    Place aux entreprises algériennes    CONSTANTINE : Développer des approches scientifiques de protection des vestiges submergés    10e Fica : Projection de "L'envers de l'histoire", parcours d'une militante en Serbie    La situation de la femme créatrice dans le domaine de l'industrie cinématographique en débat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





INSURRECTION D'EL KEBLOUTI À SOUK AHRAS
Pérenniser l'histoire
Publié dans El Watan le 03 - 03 - 2007

L'insurrection d'El Keblouti et des spahis de Aïn Guettar (1871) a fait l'objet dernièrement de trois conférences animées respectivement par Djalel Khechab, directeur de l'institut des langues étrangères au centre universitaire de Souk Ahras, le professeur Djamel Ouarti, chercheur à l'université de Constantine et le moudjahid et historien Abdelhamid Aouadi.
Le débat a été modéré par le président du conseil communal de la culture, en l'occurrence Larbi Kadi, qui a tenu à mettre en relief, avant de donner la parole aux conférenciers, l'importance du mouvement insurrectionnel dans l'histoire de l'Algérie colonisée. Celle de la tribu des H'nencha à Souk Ahras « est un démenti cinglant à la loi du 23 février 2005 votée par le parlement français glorifiant le rôle dit positif du colonialisme », a-t-il souligné devant le public de la salle Ali Mammeri, composé essentiellement d'intellectuels, de chercheurs, de représentants du mouvement associatif et d'élus. Pour le premier conférencier, la région de Souk Ahras est depuis des millénaires terre de culture, d'histoire et de hauts faits depuis Apulée de Madaure et Saint Augustin, jusqu'à la glorieuse Révolution de novembre. L'insurrection de 1871 a marqué, non seulement une époque de l'histoire de notre pays, mais aussi affecté les théories colonialistes, notamment celles qui croyaient à la vacuité de cette terre avant 1830. Le docteur Ouarti décrira avec détails les causes de ce soulèvement populaire. Le refus des spahis du lieudit Aïn Guettar de partir combattre outre-mer pour la France vaincue par l'armée prussienne sous le commandement de Bismarck, suivi de l'attaque d'un détachement militaire français qui était en soi une révolte, prit le caractère d'une insurrection populaire quand ces mêmes spahis réussirent à convaincre El Keblouti de prendre leur commandement. Il fut rallié par les tribus des H'nencha, des Aouaied, des Ouillen, des Ouled Dhia et des Ouled Khiar. Le 25 janvier 1871, les fermes européennes de la vallée de la Medjerda et de l'Oued Djedra sont attaquées. Les 26 et 27 janvier, la ville de Souk Ahras est assiégée. Le général Pouget, commandant de la subdivision de Bône (Annaba) organise une colonne de 1500 hommes pour une expédition punitive, renforcée par une autre de 700 hommes, envoyée en date du 30 janvier de la même année sous le commandement du lieutenant-colonel Houdan. Les combats font rage dans la vallée de la Medjerda et des moyens de guerre impressionnants dont des canons sont utilisés pour la première fois dans la région. L'insurrection fut réprimée et El Keblouti se replia avec ses hommes vers la tribu des Ouled Boughanem en Tunisie, mais continua à harceler les troupes françaises et à organiser des razzias difficilement repoussées par l'armée coloniale. En février 1871, toute personne soupçonnée d'allégeance à El Keblouti fut incarcérée. Sur les 165 arrestations, 5 condamnations à mort furent prononcées, des peines d'emprisonnement à perpétuité ont été retenues contre 20 personnes alors que 40 autres furent déportées vers la Nouvelle Calédonie. La conclusion du rapport établi par le commandant du cercle de Souk Ahras a été longuement commentée par A. Aouadi qui a tenu à en lire quelques extraits, dont la phrase suivante : « Actuellement, les idées d'indépendance ont fait place dans l'esprit des indigènes aux idées d'obéissance ». « Conclusion réfutée », dira le troisième conférencier, « par l'apport de la région, fief de la base de l'Est, 83 ans plus tard ». La séance de débats programmée par les organisateurs a atteint ses moments forts avec l'intervention de Mme Rezgui Zineb, professeur d'histoire et arrière-petite-fille d'El Keblouti. Elle a surtout exhorté les historiens et intellectuels de Souk Ahras à préserver la mémoire collective par la prise en charge de ce patrimoine riche en enseignements, mais souvent victime d'oubli.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.