La répudiation politique est-elle l'ADN du FLN ?    Y a-t-il un avion dans le pilote ?    Beda sur le front    Débit minimum à 2 méga et baisse des prix    Air Algérie s'explique et appelle les grévistes «à la raison»    Plusieurs annonces au Sénat    Le trumpisme : entre ruptures et continuité    Les 4 samedis    Echauffourées à Bab-el-Oued    La succession du Nigeria est ouverte, l'Algérie en outsider    Les Aiglonnes renoncent au boycott    Le cancer de la thyroïde, le troisième cancer féminin en Algérie    Un merveilleux «Safar» à travers l'art    Réouverture «au premier trimestre 2019»    Sakta brise le silence    Blida : Réalisation future de locaux commerciaux pour les jeunes    Ornières et nids-de-poule à Aïn Beïda    L'ornière de la violence    Produits pyrotechniques : Les douaniers procèdent à d'importantes saisies    Nouvelles d'Oran    Blida : Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs anticipe la célébration du Mawlid Ennabaoui Charif    «Ce pays qui n'a jamais voulu de moi, je l'aime pourtant !»    La folie des sénatoriales    Des témoins gênants que Ryad va promptement éliminer    Europe - Brexit : pour le meilleur et pour le pire    Le projet de la loi de finances adopté par l'APN    Bouclé hier par les forces de l'ordre: Nuit de rares violences à Bab El-Oued    Oran: Un cadavre de migrant rejeté par la mer    Le service de maternité du CHUO saturé: 1.200 hospitalisations et 800 accouchements en un mois    Lunetterie: Plus de 700.000 articles contrefaits saisis en 2017    Ould Abbès dégagé ?    Ligue 1 : PAC 2 CABBA 0: A sens unique    EN - Mohamed Farès forfait: Belmadi face aux aléas    Ligue 2: Gros chocs à Biskra et Chlef    Aïn Temouchent: Baba Aroudj a sa stèle    30e anniversaire de la proclamation de l'Etat de Palestine : M. Bouteflika réitère le soutien "indéfectible" de l'Algérie au peuple palestinien    France Football: Ahcène Lalmas au top des 10 icônes oubliées du foot africain    Prévention des risques d'inondations à Alger: Un plan préventif de la SEAAL pour contrôler plus de 60 points noirs    Il entamera sa rééducation dans quelques jours    Violence aux stades : El Habiri au chevet des policiers blessés à l'issue du match MCA-USMBA    Enigme et interrogations    Consolidation de la démocratie participative    92 commerces fermés    L'Onu lève ses sanctions    Partenaires pour un hommage à Alloula    Gabon : La Constitution modifiée pour pallier l'absence du président malade    En bref…    Tout un programme pour l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cinquantenaire de Ahmed Rachedi (Mila)
La mémoire bafouée d'un chahid
Publié dans El Watan le 01 - 04 - 2007

L'histoire du chahid Ahmed Rachedi, activant pendant la guerre de libération, dans la zone entre Jijel à la gare Mechta Larbi de Chelghoum Laïd, aurait pu prendre un autre tournant si la mémoire visuelle avait, par devoir de reconnaissance, pris soin de rétablir la vérité sur le parcours révolutionnaire de mon père. »
Cette allocution est distillée à l'occasion du 50e anniversaire de la mort d'Ahmed Rachedi. Retrouvailles émouvantes, surtout que sur une louable initiative de l'APC et des organisations locales des moudjahidine et des chouhada, la célébration est jumelée au contexte historique du 19 mars. L'oratrice n'est autre que Naziha, la fille du chahid, âgée à peine de quelques mois lorsque son père, né en 1930, est tombé au champ d'honneur un certain 12 mars 1957, à l'issue de l'assaut donné par le commandant Pierrot Lochard à la tête d'un renfort estimé à 600 soldats, raconte Moussa Rachedi, un rescapé qui était à ses côtés. Ahmed Rachedi est mort « debout », après avoir livré une résistance héroïque à l'ennemi au lieudit Taridalt, non loin du chef-lieu de commune où il est enterré dans le cimetière musulman, rapportent des témoins oculaires exhibant des témoignages authentifiés sur ses faits d'armes. Chahid et combattant hors pair, à l'instar des Chekroud, Mammeri, Mehat, Belharous et beaucoup d'autres, il n'aura pas le droit au statut de martyr car « on » craignait que soit levé le voile sur certains épisodes de la Révolution. Ce « on », Naziha, stoïque, se gardera d'en éventer les tenants préférant ne pas remuer le couteau dans une plaie vieille de 50 ans. Les yeux embués, elle dira : « L'unique legs dont on a gratifié mon défunt père est une singulière banderole portant son nom et suspendue aux deux extrémités de la commune. J'interpelle aujourd'hui tous ceux parmi les présents qui l'ont côtoyé et connu pour son engagement indéfectible en faveur de la cause nationale, d'en témoigner afin qu'éclate la vérité, rien que la vérité ! »

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.